RIEN NOUS APPARTIENT, un roman de de Guillaume Guéraud.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions PKJ

Le destin de Malik, jeune malfrat de Saint-Denis, bascule le jour où sa victime décide de se venger.
Malik, 19 ans, se prend pour Robin des Bois.
Il aimerait s’évader dans une forêt. Ou marcher sur des pentes enneigées.
Il aimerait rêver avec Fatima. Rire avec ses potes sans se soucier de rien.
Il aimerait que le monde ne tourne plus à l’envers. Et pouvoir se sentir libre, sans être tenu en laisse comme un chien.
Il aimerait juste que les choses soient simples. Mais il va commettre l’irréparable…

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
160 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Lettre intime. Lettre à cœur ouvert. Lettre violente d’une réalité souvent biaisée. Il est préférable de la fuir, de fermer les yeux. Pourtant Malik a tout pour atteindre la vie qu’il souhaite. La cité pourrait être juste ses racines, son passé. Cependant son emprise va au-delà d’une simple pichenette. Il est parfois impossible de l’envoyer au diable.

 

Lettre criante de crainte et de désespoir. Lettre frappante. Lettre flippante. Découvrir la vie de Malik est déstabilisante. Rentrer dans son intimité davantage. La fatalité surement. L’immobilisme non. L’envie d’aller vers le meilleur omniprésent. Pourtant le constat est là : tout bouffe tout.

 

Guillaume Guéraud s’attaque à un sujet délicat : l’adolescence dans une cité. Il décortique finement une infime partie de toutes les possibilités. De votre peine il n’en veut pas. Il veut vous percuter, vous faire poser les bonnes questions, vous titiller dans votre modèle sociétal bien paramétrer, vous faire réagir. Ouvrir le débat sur un sujet houleux. Avons-nous notre part de responsabilité dans la stigmatisation ?

 

RIEN NOUS APPARTIENT est dérangeant dans sa magnifique bonté. Explosif, c’est le cas de le dire.

 

Un roman sociétal culotté qui nous invite à naviguer dans les méandres d’une jeunesse qui n’a, peut-être, pas le choix et que leurs choix peuvent porter, peut-être, vers l’inévitable. J’aurais aimé être cette main tendue dans cette histoire, mais elle n’a aucune place ici. 

 

Quelle lecture déstabilisante !

LE SECOND SOUFFLE, un roman ado de Gilles Marchand et de Jennifer Murzeau.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Rageot

Mes premières 68

Ulysse, 16 ans, vit avec d’autres sous la coupole protectrice du Centre, dont il n’est jamais sorti. Dehors règne la Bête. L’extérieur est hostile, empoisonné. Les enfants gravement asthmatiques, à la santé précaire, sont encadrés par des médecins.
Ava, elle, habite Paris. Elle milite pour la planète avec sa meilleure amie Nour.
Un jour, elle découvre un terrible secret. Le moment de l’impact est venu.
Ava et Ulysse incarnent une histoire commune, celle du changement.

 

Ma note 5/5
Nouveauté 2021
pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Allez donc savoir pourquoi j’étais persuadée que ce roman était un roman d’anticipation. Je crois que le résumé m’a bien berné.

 

La rage accrochée au bide, la liberté comme ligne de mire, Ulysse et Ava ont cela en commun même s’ils ne se connaissent pas.
Ava est branché écologie, anticapitaliste. Son truc : sauver le monde et cela commence par des petites actions et manifestations.
Ulysse sa seule motivation est de voir le monde derrière ces murs gris et aseptisés.
Mus par cette grande conviction, chacun va foncer dans le tas avant de se rencontrer.
Entre naïveté et engagement, ce duo improbable va défier toute logique.
Un roman court et entêtant où la force devient le moteur essentiel d’un monde bancal et en survie.

 

J’ai eu un immense coup de cœur pour ce quatre mains qui nous plongent dans ce roman où toutes les vérités sont bonnes à entendre. Un roman engagé, profond où l’espoir est dans ces petits trucs impensables. La jeunesse contre le monde capitaliste est un monde utopique et dangereux. Un monde pourtant merveilleux et bienveillant. Une héroïne survoltée. Un héros humilié et blessé par la folie humaine. Une quête extraordinaire.

 

En bref :
* Un quatre mains qui fonctionnent à merveille
* Des personnages haut en couleur portés par la rage de vivre et par l’envie de construire un monde proche de la nature
* Une quête mêlant engagement et dénonciation
* une histoire haletante et extraordinaire
* Des thèmes abordés et cruciaux : écologie, capitalisme, liberté, environnement, anthropocène
 
Une jolie découverte grâce à « Mes première 68 ».
Un roman sublime notamment par les messages véhiculés et surtout portés par des personnages avides d’un monde meilleur.