UN LONG, SI LONG APRÈS-MIDI, un roman de Inga Vesper.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions de La Martinière

Traduit de l’anglais par Thomas Leclere
Masse critique Babelio

« Hier, j’ai embrassé mon mari pour la dernière fois. Il ne le sait pas, bien sûr. Pas encore. »
Dans sa cuisine baignée de soleil californien, Joyce rêve à sa fenêtre. Elle est blanche, elle est riche. Son horizon de femme au foyer, pourtant, s’arrête aux haies bien taillées de son jardin. Ruby, elle, travaille comme femme de ménage chez Joyce et rêve de changer de vie. Mais en 1959, la société américaine n’a rien à offrir à une jeune fille noire et pauvre.
Quand Joyce disparaît, le vernis des faux-semblants du rêve américain se craquelle. La lutte pour l’égalité des femmes et des afro-américains n’en est qu’à ses débuts, mais ces deux héroïnes bouleversantes font déjà entendre leur cri. Celui d’un espoir brûlant de liberté.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
416 pages
Disponible au format broché et numérique


MON AVIS

Décor kitch, maisons et banlieues idéales à l’image de cette Amérique Blanche de la fin des années 50. Contraste saisissant avec les ghettos communautaires noirs et autres.

 

Joyce, mère au foyer, a la vie idéale sur le papier mais la réalité est tout autre.
Ruby porte en elle l’espoir d’un monde meilleur, loin des émeutes et de toutes discriminations.
Joyce et Ruby s’entendent à merveille. Une solide amitié est née malgré leurs classes sociales différentes.
Sous ce verni d’apparence se cachent de nombreux secrets. Nul n’est à l’abri de l’acte abominable.
Alors quand Joyce disparaît, Ruby met tout en œuvre pour comprendre ce qu’il s’est passé à l’aide d’un flic au cœur de nounours.

 

Inga Vesper signe un premier roman incroyable. Un roman porté par trois voix qui tour à tour s’immiscent dans un scénario alambiqué. Inga Vesper explore les apparences sous toutes les coutures et ancre son histoire dans une Amérique en proie au racisme et à la discrimination communautaire. Par-delà cet aspect, elle nous offre le parfait tableau de la ménagère blanche de la fin des années 50. Sur un élan féministe, l’émancipation des femmes a une saveur acre et désillusionnée.

 

J’ai adoré plonger dans cette histoire nuancée, ni noire ni blanche, qui nous offre des moments haletants et intrigants. De nombreux rebondissements jalonnent le livre et les personnages ont une belle capacité à surprendre. Un roman solaire portant un regard critique et nécessaire à la construction de l’image de femme, blanche et noire, au sein d’une société clairement patriarcale. Un roman à l’atmosphère anxiogène et ancré au cœur de cette norme sociale exigeante.

 

En bref :
* un roman saisissant
* un portrait parfait de la société américaine de la fin des années 50
* des personnages charismatiques
* une atmosphère dérangeante et qui fait écho à la série « Mad Men »
* une écriture fluide et addictive nous plongeant au cœur de la déraison
 
Un incroyable roman sur un fond sociétal intransigeant et qui a marqué de sa patte la transformation de l’Amérique. la liberté a un incroyable goût.
A découvrir sans hésiter !