ANIMAUX NOCTURNES, tome 1 : The crow girl, une romance de d’Angel Arekin.

ROMANTIC SUSPENS

Éditions BLACK INK

Jude est flic.
Jude est drogué.
Jude est autodestructeur et tourmenté.
Son meilleur ami est un tueur en série à qui il voue une véritable obsession. Sa vie n’est remplie que de photographies sordides.
Rebekka a toujours su qu’elle serait bientôt la victime de cet homme qui la suit depuis son enfance, sournois, tapi dans l’ombre. Elle ne peut rien dire à personne. Qui la croirait ?
Alors que chaque jour la rapproche un peu plus de l’heure de sa mort, Rebekka se prend dans la toile sulfureuse de Jude. 
Peut-il l’aider, lui qui a déjà bien des difficultés à gérer sa propre vie et ses fantômes ? Et si cette passion qui les marque peu à peu était le virage qu’ils attendaient pour parvenir à vivre enfin ?

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
546 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

L’horreur aime porter le masque de l’indifférence, de la joie, de la normalité. Un caméléon hors norme. La nuit est son empire. Le jour, elle contribue à le rendre plus grand. Elle veille sur son emprise, elle la façonne, elle insuffle la peur, elle captive langoureusement, elle joue. Elle attend sagement le moment où elle assouvira cette pulsion sanglante, destructrice. Elle œuvrera méticuleusement, se laissant porter par cet esprit unique maître du néant, du chaos, de sa jouissance.

 

Angel Arekin nous offre un romantic suspense sculptural et terriblement suffocant. Elle adore jouer avec nos nerfs et nous on adore souffrir avec ses personnages. Finement ciselée, la psychologie des personnages est la pierre angulaire de cette histoire trépidante. Tout se joue dans cette tension qui s’amplifie au fil des chapitres. Les cris, les larmes, les espoirs, la folie, les mots doux, les soupirs, les cauchemars, les dépendances sont le battement d’une histoire fracassante. L’amour et l’horreur se fondent pour une danse macabre, bancale, passionnelle. Elle exulte les souvenirs, construit les rêves, tacle la réalité.

 

The crow girl est formidablement bouleversant et ne vous épargne pas.

 

Je suis absolument conquise !

 

LES DAMNÉS DU GRAND LARGE, une bande dessinée de Kristof Mishel et de Béatrice Penso Sechi.

THRILLER FANTASTIQUE

Éditions Drakoo


« Je colporte la plus étrange histoire qu’il vous ait été donné d’entendre, je vous l’échange contre un repas. » Il y a deux cents ans, un curieux voyageur fit résonner une taverne d’un inquiétant récit. Celui d’un navire pris dans la tourmente de meurtres inexplicables. Celui de cadavres de marins marqués d’un signe obscur, et d’un équipage terrorisé. 
Celui d’un jeune mousse au carnet rempli de monstres, qui semblait tout connaître des forces effroyables qui régissaient les eaux où le vaisseau s’était aventuré. Mais l’auditoire ne pouvait prévoir que derrière le récit fascinant du conteur se cachait quelque chose de plus sinistre que la mort elle-même…

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
56 pages
Disponible au format cartonné et broché

MON AVIS

Du drame, des frissons, du sang et des corps affublés d’une marque sanguinolente qui s’accumulent sur ce navire .

 

Huis clos immersif au large où seule la vie ne tient qu’au bon état du navire. A bord, ce petit garçon aux cheveux aussi blond que les blés toujours accompagné de son carnet où il dessine de cruelles vérités, celles d’un monde où les monstres ne vivent que pour la vengeance. 

 

Je suis très heureuse de retrouver la plume de Kristof Mishel. Toujours aussi spectaculaire, l’auteur a le talent indéniable de narrer la folie humaine et de nous plonger au cœur d’une atmosphère pesante et effrayante. L’auteur signe ici sa première bande dessinée et c’est une réussite. En 56 pages je suis passée par toutes les émotions : la curiosité, la compassion, l’anxiété, la haine et le soulagement. C’est une histoire qui aurait pu se dérouler à toute époque et dans n’importe quel décor, mais je dois avouer que sur ce navire il y a ce petit quelque chose qui rend le récit épique, presque magnifique et surtout envoûtant. L’imaginaire de l’auteur me fascine. Il y apporte cette petite touche personnelle, énigmatique et intellectuelle.
 
Je découvre le coup de crayons de Béatrice Penco Sechi, illustratrice qui a magnifiquement mis en valeur le scénario. Même si les dessins sont digitalisés, j’ai pu apprécier la palette des couleurs, les émotions des personnages et les petits détails en parfaite adéquation avec le récit.

 

Vous l’avez compris cette BD est un immense coup de cœur. C’est un tome unique et j’ose espérer que cette expérience sera renouvelée. Une BD sensationnelle où l’histoire ne vous laissera pas indemne au cœur d’un univers aussi glaçant que phénoménal. Une fable saisissante !

 

REWIND, un roman ado de Pascal Ruter.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Didier Jeunesse


Eva et son petit frère Simon viennent de perdre leur mère dans un accident de voiture. Simon, chamboulé par la situation, est heureux de pouvoir se raccrocher à leur beau-père. Pour Eva, c’est une tout autre histoire : elle nourrit des soupçons sur celui qui partageait la vie de sa mère et se sent menacée. Avec son petit ami, elle prend la route tant pour fuir que pour enquêter sur le passé de cet homme. S’ils trouvent de l’aide grâce à de belles rencontres, leur cavale les mènera vers une vérité terrifiante…

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
288 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Partir à la recherche du passé pour comprendre le présent.

 

Eva en est persuadée, son beau-père cache quelque chose. Son attitude, ses petits éléments qui n’ont aucune cohérence, ces regards froids. Pour suivre son pressentiment, elle va devoir suivre ses méduses, celles qui ne la quittent plus depuis qu’elle a sombré dans le cauchemar et dont elle s’en remet lentement. Elles ouvrent le chemin semé de merveilleuses rencontres, de danger. Avec l’aide de son petit copain, ils vont parcourir la France. De Paris à la Bretagne jusqu’au sud de la France en passant par un endroit inédit, ils suivront les indices. 

 

Simon est désabusé face à la réaction et la précipitation de sa sœur. Dans un premier temps il n’accordera aucun crédit face à ses propos, heureux de susciter l’intérêt de son beau-père. C’est bien plus tard que la peur le poussera à réagir.

 

C’est toujours un plaisir de lire les romans de Pascal Ruter. Ses roman abordent toujours un sujet sensible et les émotions sont omniprésentes. Ses personnages ont ce quelque chose de terriblement attachant. Eva est une jeune femme dont son courage déplace les montagnes. J’adore sa manière d’aborder les éléments qui jalonnent sa route, entre naïveté, fermeté et évidence. Elle bouscule tout sur son passage. Entre larmes, cris et espoirs, Eva fonce. 

 

Pascal Ruter nous propose un roman entraînant au cœur d’une intrigue haletante, tout en y abordant des thèmes sensibles comme la dépression juvénile, la manipulation, l’héritage du passé. Une quête ardue où les rencontres les pousseront vers la vérité.

 

Un roman sensible et tout autant bouleversant.

COME FIND ME, un roman ado de Megan Miranda.

THRILLER

Éditions BAYARD

Traduit de l’anglais par Françoise Nagel

Parfois, le danger veut se glisser dans nos maisons.
Parfois, on le laisse même entrer…
Depuis qu’elle a survécu au drame qui a frappé sa famille, Kennedy, seize ans, n’a plus qu’un but : poursuivre les recherches que menait son frère sur l’Univers et la vie extraterrestre.
Nolan, jeune lycéen d’une ville voisine, est, quant à lui, déterminé à découvrir ce qui est véritablement arrivé à son frère, disparu sans laisser de trace.

Kennedy et Nolan ne se connaissent pas, mais leur quête va les mener au même étrange signal. Une fréquence négative qui ne devrait pas exister. Un message qui semble les alerter.
Mais la menace qui plane sur eux peut-elle encore être écartée ?

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
432 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Voici un roman ado comme je les aime avec des personnages charismatiques, têtues, sont aux prises avec une situation qui défie tout entendement et le tout saupoudré de paranormal.

 

Kennedy et Nolan sont liés par le chaos qui a touché leurs familles respectives. Ils ne se connaissent pas pourtant un événement inédit va les pousser à emprunter le même chemin. Celui des réponses. Le même signal retentit à la fois dans le laboratoire du frère de Kennedy et dans la chambre du frère de Nolan. Un signal ouvrant les portes de toutes les possibilités. Et c’est en essayant de donner un sens et de le comprendre, que la vérité surgira au bout de cette quête.

 

Kennedy est une jeune fille qui baisse rarement les bras. Combative, ingénieuse, entêtée, acharnée, elle va mettre toute son énergie pour faire éclater la vérité. Nolan est un jeune homme effacé qui aime la solitude. Il trouve un apaisement au cœur de ses balades. L’arrivée de Kennedy fracasse sa tranquillité. Deux personnages diamétralement opposés mais qui d’une certaine manière comble leurs défauts respectifs. Ce roman ado est vraiment entraînant. L’auteure choisit dès le départ de nous plonger au cœur de l’action. Cela n’empêchant pas au fil des chapitres d’étoffer l’énigme. Le récit navigue entre présent et passé. Les émotions sont omniprésentes rendant leur histoire émouvante et trépidante. Bien évidemment l’histoire va connaître de nombreux rebondissements et vous serez étonné par le final.

 

Un thriller à la fois sombre et inquiétant qui nous pousse à chercher la vérité. La plume de l’auteure est totalement efficace et envoûtante. Les personnages ont ce quelque chose d’attachant et qui nous poussent à suivre leurs aventures. Derrière ce thriller se cache des thèmes importants comme le deuil, la confiance, l’amitié, la solitude, la famille.

 

Un thriller haletant et totalement irrésistible. J’ai tout simplement adoré.

PIGALLE, 1950 une bande dessinée de Arroyo et de Christin.

POLICIER

Éditions DUPUIS – Collection Aire Libre


Antoine, dit « Toinou », décide de plaquer son Aubrac rural pour le Paris rutilant des années 1950. À 18 ans, il découvre avec stupéfaction les charmes de Pigalle, en particulier ceux des danseuses du cabaret « La Lune Bleue », dans lequel il va travailler. Pris sous l’aile du patron, « le Beau Beb », il va ainsi faire la rencontre de personnages hauts en couleur tels que « Pare-brise », le comptable, « Poing-barre », le videur, ou encore Mireille, la vendeuse de cigarettes…
Mais à trop fréquenter le monde de la nuit, le naïf jeune homme va vite se retrouver plongé dans de sombres histoires de grand banditisme, dont la violence va profondément changer son existence… Toinou brûlera-t-il son innocence à la lumière enivrante de sa nouvelle vie ?
Un grand album « Aire Libre » signé Christin et Arroyo, entre polar et évocation nostalgique du Paris éternel.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
152 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

L’après-guerre, les campagnes qui se dépeuplent attirées par les villes où la fortune sourit aux plus malins. Les conditions rudes de l’Aubrac l’ont poussé vers Paris où il rejoint son oncle qui pourra l’héberger et lui donner un travail. Il découvre un Paris vivant et fourmillant, une ville cosmopolite, Pigalle et ses spectacles. Peu à peu il s’impose à « la lune Bleue », cabaret renommé. Il y devient l’homme à tout faire. Mais très vite il découvre l’envers du décor. Le banditisme, les manipulations, les complots, l’argent. A cause de son air campagnard, il tombe rapidement dans des mains peu scrupuleuses, lui coûtant son grand amour.

 

Un scénario tout aussi passionnant que déroutant. La vie d’un simple jeune homme qui finalement n’a rien demandé se retrouve au pire moment au mauvais endroit. Portrait de la douce folie d’un monde libéré. Entre manigance et charme, Pigalle, quartier exubérant où tout le gratin se retrouve et manigance. J’ai beaucoup apprécié le scénario et surtout les illustrations qui dans leurs grandes simplicités touchent et bouleversent. Les émotions fleurissent ici et là tout au long des planches. Tel un diaporama, l’histoire se vit avec une belle intensité. Les illustrations dichromes confèrent ce style vintage atypique.

 

Une histoire émouvante portée par un personnage captivant et des illustrations magnifiques. Quel travail !

LA NUIT DES ANGES, un thriller de Anna Tommasi.

THRILLER PSYCHOLOGIQUE

Éditions Préludes

#Babelio

Alice, jeune mère divorcée, décide après dix ans d’absence de revenir à Perros Guirec, la ville de son enfance. Elle espère en profiter pour retrouver sa famille,  des paysages familiers, et laisser derrière elle un passé douloureux. Mais dans ce coin de Bretagne chargé de souvenirs, l’angoisse s’installe rapidement : ses parents sont devenus des étrangers, son amour de jeunesse  est obsédé par l’enlèvement de sa sœur, qui a eu lieu vingt-cinq ans plus tôt, et les visages jadis connus  ne sont plus que des fantômes. Bientôt, c’est toute la ville qui est secouée d’un vent  de panique avec la disparition d’une fillette.
Le début  du cauchemar pour Alice, embarquée malgré elle dans une enquête à double vitesse, entre le passé et le présent…
Dans ce premier roman au rythme effréné, Anna Tommasi joue habilement avec le malaise, la perte de repères  et le poison des secrets enfouis. Un thriller maîtrisé  de bout en bout, impossible à lâcher !

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
320 pages
Disponible au format broché et numérique

 


MON AVIS

Voici un premier roman totalement sensationnel. Un premier roman prenant, angoissant et surtout porté par une héroïne tourmentée.

 

Alice n’a plus remis les pieds dans son village natal depuis de nombreuses années. Les souvenirs y étaient oppressants et destructeurs. Une fois prise par sa vie d’adulte et de mère, revenir ici ressemblait à une mission périlleuse. Fraîchement divorcée et accablée par son rôle de maman d’un enfant très particulier, elle ressent le besoin de revenir aux sources. Et c’est lors d’une occasion bien triste qu’elle décide de sauter le pas et de mettre de côté tous ses doutes.

 

Les embruns de l’océan et ses paysages apaisants enchantent Alice et son fils. Elle y retrouve son père, un brin soucieux, et sa mère fidèle à elle même, des amis et son amoureux, Teddy, de jeunesse. Une jeunesse bouleversée par la disparition tragique de sa meilleure amie. Les souvenirs rejaillissent tel un mauvais clown de sa boîte et la disparition d’une petite fille rallume le brasier de la folie et de la méfiance.

 

Entre passé et présent, Anna Tommasi instille une ambiance glaçante et inquiétante. Pas après pas, le lecteur se trouve plonger dans un récit surprenant. Les rebondissements s’enchaînent insufflant une atmosphère angoissante. Des indices s’égrènent lentement mais tiennent en haleine. Une certaine aura se dégage de ce thriller. J’ai vite été prise dans un étau glauque et malsain. D’un côté nous savons que nous avons à faire à un individu (non genré) qui représente la menace et de l’autre nous suivons avec frénésie les découvertes d’Alice et de Teddy. Le fils d’Alice a un rôle particulier dans le scénario et dans mon cœur. Un garçon atypique et à l’intelligence hors norme. Il instille une certaine pureté qui vient contrecarré la noirceur ambiante. Alice est une femme prise au dépourvu et surtout à un tournant crucial de sa vie. Elle a un besoin vital de reconnaissance et de gros câlins. Au niveau intrigue, je pense que je suis passée par tout un tas de suppositions qui ne se sont pas révélées justes. Et pour moi c’est le gros point positif d’un excellent thriller. Baladé le lecteur, distillé des indices qui nous font tourner en bourrique et surtout un final explosif, tout autant d’éléments que j’apprécie grandement. 

 

En bref :
* Une intrigue haletante
* Des personnages charismatiques et secrets
* Un thriller détonnant
* Un premier roman entièrement réussi
* Un final tonitruant
* Un fil rouge inquiétant et scotchant
 
Un immense coup de cœur pour le premier thriller psychologique d’Anna Tommasi qui nous mène par le bout du nez tout du long. C’est toujours délicat et bouleversant de mettre en scène la disparition d’enfants et Anna Tommasi a le talent de nous tordre les tripes.

 

Foncez !

DE L’OR ET DES LARMES, un thriller de Isabelle Villain.

THRILLER

Éditions Taurnada – Collection le tourbillon des mots


Jean-Luc Provost, le très médiatique entraîneur de gymnastique français, meurt dans un accident de voiture. La thèse du suicide, à seulement six mois des prochains jeux Olympiques de 2024, est très vite écartée. L’affaire, considérée comme sensible et politique, est confiée au groupe de Lost.
Pourquoi vouloir assassiner un homme qui s’apprêtait à devenir un héros national ? Rebecca et son équipe se retrouvent immergées dans un monde où athlètes et familles vivent à la limite de la rupture avec pour unique objectif l’or olympique. Ils sont prêts à tous les sacrifices pour l’obtenir. Jusqu’au jour où le sacrifice demandé devient insurmontable…

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
256 pages
Disponible au format numérique et poche

 


MON AVIS

Je suis très heureuse de retrouver Rebecca Lost dans cette nouvelle enquête policière.

 

Mon avis sera très succinct au risque de spoiler l’intrigue et ça serait vraiment dommage. Immergé dans le milieu sportif, le groupe de Lost va être confronté à un monde secret, sélect et mutin. Pourtant la résolution de cette enquête est attendue avec impatience. Pas après pas, entrevues après entrevues, un motif se révèle et c’est la douche froide. Les gymnastes osent braver l’omerta.

 

Isabelle Villain s’empare d’un sujet très sensible et surtout très tabou, même si à l’heure actuelle, les instances concernées tendent à renouer une certaine confiance. Le monde des sportifs professionnels et de haut niveau est un monde à part. La convoitise, la jalousie mais aussi l’entraide, le soutien sont parties prenantes d’un quotidien ordonné au millimètre prêt et où les initiatives personnelles sont rarement entendues. Le coach est ce genre de Dieu auquel le sportif s’en remet quoiqu’il en coûte. Un cercle fermé et sélectif où dès leur plus jeune âge, les adolescents sont coupés de la famille. Isabelle Villain explore ce monde et ses dérives avec une certaine empathie et honnêteté. Une immersion difficile où  la vérité est cruelle. L’auteure nous offre un thriller psychologique bouleversant et surtout prenant où l’envie de justice est juste plus forte cessant ainsi toute souffrance. Coupable, victime, tout se mélange dans une réalité malléable et sombre.

 

En bref :
* Un thriller psychologique immersif
* Des personnages aux abois
* Une intrigue trépidante et douloureuse
* Un monde sportif et exclusif faisant écho à une réalité silencieuse
 
Une nouvelle fois la plume d’Isabelle Villain accapare le lecteur et le pousse toujours dans ses retranchements. Un thriller prenant et exigeant pour une vérité écrasante et bouleversante.

 

Une nouvelle recommandation pour les adeptes du genre, à découvrir sans hésitation !

LA FAUSSAIRE, un thriller de Patricia Delahaie.

THRILLER PSYCHOLOGIQUE

Éditions Belfond Noir

Masse Critique #Babelio


Elle était sa vie, son amour, sa Marylin. Il a exaucé tous ses vœux. Même le pire.
Avec ce premier roman enlevé et tragique inspiré d’une histoire vraie, Patricia Delahaie explore la  » banlieue  » du crime, ces zones d’ombre et de lumière qui conduisent un homme plutôt meilleur que les autres à revêtir, petit à petit, un costume d’assassin taillé à sa mesure.
 
La cinquantaine, père et mari aimant, Paul Ménard est un médecin dévoué, rassurant, autour de qui gravitent les habitants d’une bourgade beauceronne. Jusqu’à ce jour de printemps 1997 où son regard croise celui d’une femme éblouissante. Camille.
Peu après, la belle se rend au cabinet médical. Les visites se répètent, Paul succombe. Dîner aux chandelles, timbales de saumon. Camille sait vivre, Camille sait aimer.
Mais Camille est mariée. Un militaire toujours en mission. Un homme dur, indifférent, souvent violent. Paul veut la sauver. Il n’en dort plus, divorce, délaisse ses patients, enrage de sa lâcheté.
13 juillet 1998. La France est championne du monde. Et le docteur Paul Ménard prend une décision irréversible…

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
368 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Patricia Delahaie s’empare d’un fait divers qui a lieu en 1998 et qui avait défrayé la chronique. Rappelez-vous « les amants diaboliques d’Orgères ».

 

S’inspirant largement de ce dossier, l’auteure explore les méandres du conscient et de l’inconscient au cœur d’une intrigue palpitante et déroutante.

 

Un homme, médecin apprécié, époux sans reproche, père absent mais dont les rares instants partagés avec ses enfants sont de magnifiques souvenirs, Paul Ménard va tomber.

 

Une rencontre fugace mais marquante. Cette femme, Camille, à l’image de Marilyn Monroe va tout faire pour plaire à Paul. Des mots, des gestes, une lente lamentation qui exacerbent ce sentiment du sauveur et qui peu à peu le fait basculer dans cette sorte de frénésie malsaine où seule la mort est la clef.

 

Ce roman noir est loin d’être un roman d’action où les rebondissements s’échelonnent pour un rythme endiablé. Au contraire l’auteure prend le temps d’insuffler les bases de la manipulation, d’intensifier cette sensation d’oppression et de mettre en place le final convoité. L’aspect psychologique est très intense. Les petits détails façonnent toute cette machination machiavélique. Paul Ménard apparaît comme un homme sincère, sensible et terriblement épris. Un homme qui semble être la proie idéale. Camille, d’entrée, met mal à l’aise. En tant que spectateur, il est évident de mettre les doigts sur les failles. Les doutes s’installent rapidement et trouvent écho tout au long de la lecture. Un portrait alambiqué d’une femme saisissante, impétueuse mais surtout manipulatrice et affabulatrice.

 

Les chapitres s’organisent autour de témoignages, de procès-verbaux, d’auditions, du présent et du futur (le procès), conférant ainsi une vue complète de la situation.

 

Vous ne trouverez aucune intrigue hollywoodienne ni un scénario époustouflant. Un roman noir dans la pure tradition où les deux personnages sont au cœur du récit.

 

J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure s’est approprié le fait divers incluant certaine liberté tout à fait appréciable. La fiction étant le moteur du livre. La prise de conscience des actes, le « après » sont aussi explorés avec pertinence. Un roman qui se dévore.

 

En bref :
* un roman noir où l’aspect psychologique des personnages est le moteur de l’intrigue
* des personnages antonymes
* des portraits émouvants et captivants
* une fiction complète et accaparante
 
Un premier roman prometteur où les scissions psychologiques parfont une intrigue médiatique et de tous les possibles.

SPHÈRE, un thriller de Florent Rigout.

THRILLER FANTASTIQUE

Éditions L’Alchimiste


Lieutenant au Service des violences domestiques, Franck Bassa est soudainement catapulté sur une affaire de meurtre, celui d’un physicien du SNOLAB, le célèbre Centre d’études sur les neutrinos.
Le flic retrouve vite ses vieux réflexes. Armé de méthodes peu conventionnelles, en proie à son passé et en quête de rédemption, il plonge dans cette enquête obscure.
 
Pourquoi avoir tué ce physicien ? Sur quoi portent réellement les recherches du SNOLAB ? Pourquoi des sbires d’une multinationale tentaculaire le pourchassent-ils ?
Et pourquoi un gamin se découvre-t-il subitement surdoué, écrivant sur les murs des équations dignes des plus grands mathématiciens du monde ?
Noyé au milieu de la Physique de l’Intelligence Artificielle, Franck Bassa s’enfonce dans la plus folle enquête de sa vie, prêt à tout pour découvrir le lien qui unit tous ces mystères.
Dans ses histoires, Florent Rigout explore le domaine de l’hypothèse, cet infime halo de brouillard à la frontière entre science et science-fiction, entre savoir et philosophie. De là, il espère poser humblement quelques mots sur l’inexpliqué et amener de l’eau au moulin des rêves.
« Sphère » est son troisième roman.

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
333 pages
Disponible au format numérique et broché

 

 


MON AVIS

Si le départ a été laborieux notamment quant la mise en place parfois hasardeuse, la suite a montré que ce thriller méritait un engouement exemplaire.

 

Bassa ancien du GIGN, remisé suite à une blessure invalidante, s’est exilé au Canada suite à une rupture amoureuse douloureuse. Après de long mois de déroute et d’addiction, Bassa se reprend en main, tant bien que mal, et devient lieutenant au service des violences domestiques. Malgré tout, il adore son boulot et ses méthodes quelque fois injustifiées sont à la hauteur des résultats. Son rêve absolu, entrer à la criminelle, mais ce service lui est obstinément refusé. Par un quelconque et heureux hasard, il se voit confier une affaire. Un meurtre dans un laboratoire scientifique, le SNOLAB. Avec son air bougon et pas franchement avenant, Bassa saute de joie. Très vite il retrouve les sensations oubliées et les réflexes d’antan. Mais Bassa est loin de clore cette affaire qui n’est qu’une ramification de quelque chose de beaucoup plus grand.

 

Ainsi Bassa se trouve projeter dans une enquête hors norme où les corps s’amoncellent et où la vie d’une adolescent est mis en péril. Mais il ne s’attendait certainement pas à affronter « la main de Dieu ».

 

Voici un thriller bien sympathique malgré un début décousu et répétitif. Bassa est un personnage charismatique, râleur, emmerdant, malgré tout attachant, têtu, brusque mais on ne peut lui enlever sa générosité et son empathie. Florent Rigout met en place son intrigue doucement. Il faut dire qu’elle évolue dans le monde scientifique. On peut compter sur Bassa pour vulgariser tout cet imbroglio de charabia inaccessible au commun des mortels. Bienvenue dans le monde ultra select de neutrino et de noosphère. L’intrigue s’intensifie et s’étoffe, et c’est là que le thriller devient intéressant. De nombreux rebondissements jalonnent le processus intellectuel indu à l’enquête. Et rapidement j’ai pu entrer dans cette histoire totalement dingue. Entre spiritisme, philosophie, réel et hypothèse, l’intrigue prend un chemin totalement inattendu. J’ai pu apprécier tout le développement au sein d’indices présageant le pire. J’ai adoré tout l’aspect scientifique qui est vulgarisé. Les quelques sauts dans le passé donnent une dimension spatio-temporel agréable malgré le peu d’approfondissement. L’action devient omniprésent conférant ainsi le rythme adéquat à ce très bon thriller qui je pense est le premier d’une saga (?).

 

En bref :
  • un monde hyper intéressant si vous n’avez pas peur des mathématiques et de la physique
  • un personnage totalement irrésistible
  • une intrigue laborieuse et qui tient en haleine
  • une réflexion intense quant aux conséquences sur l’utilisation abusive d’avancé technologique
  • une écriture incisive et accaparante
 
Une très belle découverte pour moi. J’ai passé un agréable moment et j’espère vivement qu’il y aura une suite aux aventures de Bassa.

 

A découvrir sans aucun doute. J’espère que vous l’apprécierez autant que moi.

LES YEUX D’IRIS, un thriller de Magali Collet.

THRILLER PSYCHOLOGIQUE

Éditions Taurnada – Collection Le Tourbillon des mots


Un meurtre et un suicide. Trois hommes. Trois femmes. Des retrouvailles. Un pacte. Tout se paye, même l’amitié.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
244 pages
Disponible au format numérique et poche


MON AVIS

Trois hommes, trois femmes, liés par un événement tragique, la violence.

 

Morgane s’est exilée après une déception amoureuse en Irlande. Entre guide et leçons de français, elle s’est épanouie. C’est le cœur lourd mais l’âme en paix qu’elle rejoint la France après cet appel téléphonique qui lui a rappelé son engagement. De retour chez son frère Fred, tout semble aller pour le mieux. Mais cette tranquillité n’est qu’une façade qui masque à merveille la colère de son frère et l’amertume de Morgane. Quelques jours après son arrivée, les choses sérieuses débutent. Un repas et quatre convives atypiques : Julie la pimbêche, Bastien le vicelard, Audrey la timide et Mickaël le friqué. Entre eux les rires fusent, les discussions s’emballent, les yeux charment, les gestes aguichent et les mots se murmurent comme un rappel à l’ordre. Un manifeste où les états d’âmes n’auront pas de place, il est temps de passer à l’acte, la vengeance est un plat savoureux mais qui se mange froid. Tout est prêt, les souvenirs à fleur de peau, les yeux haineux et les corps armés. Qui vivra verra, le chaos absolu.

 

Je découvre la plume de Magali Collet . Une écriture rythmée et acerbe qui n’a pas son pareil pour décrire l’horreur sous toutes ses coutures. La violence latente, la violence physique, la violence psychologique, un mélange détonnant que s’empare Magali Collet avec non pas une certaine retenue mais avec une force démoniaque. Les événements sombres s’enchaînent dans un dédale sans fin. Ils éclatent, éclaboussent, arrachent le peu d’espoir. Un maelstrom de flash back, de mots, de scènes, de rires, de douleurs et d’espoir celui gravé dans les ténèbres, un pacte où l’ultime but sera la liberté. Les chaînes de l’intrigue se resserrent impitoyablement sur les personnages jusqu’à l’essoufflement qui surgira d’entre les balles. Magali Collet mène avec brio son thriller psychologique. Captivant, je me suis laissée entraîner tout au long de cette intrigue qui je ne vous cache pas, m’a totalement scotchée. Je regrette immensément ce final ouvert à toutes suggestions et conjectures. Magali Collet s’attaque à des sujets extrêmement sensibles où la violence est le maître mot, l’amitié fait figure d’ancre dans la réalité. Un thriller qui monte crescendo pour nous surprendre littéralement.

 

Une très belle découverte malgré une fin bancale.

 

Vous n’êtes pas prêt de voir ce qui se cache derrière les yeux d’Iris.