SHALOM BERLIN, un polar de Michael Wallner.

ROMAN POLICIER

Éditions Filature(s)


À la suite de la publication d’un article sur la profanation de tombes dans le cimetière juif de Schönhauser Allee, à Berlin, la journaliste Hanna Golden reçoit des menaces de mort par mail. Inquiète et désemparée devant tant de violence, elle s’adresse à la police qui l’oriente vers la LKA 5, le département de la sûreté de l’état, spécialisé dans la lutte antiterroriste.
L’enquête est confiée au chef de cette unité, Alain Liebermann, membre d’une grande famille d’intellectuels juifs berlinois. Shalom Berlin est un thriller passionnant sur la montée des sympathisants d’extrême-droite antisémites en Allemagne, avec un héros attachant et complexe, qui porte le poids de son histoire familiale communautaire.

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2021
222 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

SHALOM BERLIN est le premier roman policier d’une série publiée en Allemagne. Nous plongeons ici dans un Berlin multiculturel où les blessures sont quelque peu pansées. Une capitale vibrante où le passé côtoie le présent de maintes manières.

 

Hanna Golden, journaliste, se voit menacer suite à la sortie de son dernier article traitant sur le sujet des détériorations survenues dans un cimetière juif. Suite à sa plainte, l’enquête est confié à Alain Liebermann, chef de l’unité anti-terroriste, une pointe dans son domaine. Son équipe est sur le qui-vive et met tous les moyens en sa possession pour résoudre cette enquête. Alain est un homme passionné par son métier mais totalement détruit par le deuil de son épouse. Fils d’une grande lignée de famille juive, Alain peine à trouver sa place entre les traditions, le culte et le modernisme de sa profession. Petit vilain canard de la famille, il ne peut que se tourner vers sa grand-mère pour lui faire part de ses doutes et questions.

 

L’enquête vont les porter au cœur de l’extrême droite où la violence et l’antisémitisme sont les pièces maîtresses d’un univers ultra fermé.

 

Shalom Berlin est un polar intéressant notamment concernant la société d’après-guerre et dont le pays est encore stigmatisé. Berlin est dépeinte telle une capitale multiculturelle, tolérante, ouverte, moderne, attrayante. Mais au cœur de ses ombres existent toujours ce passé tumultueux marqué au fer rouge. Le polar en lui même est très basique et n’offre pas d’intrigue exceptionnelle. Le personnage d’Alain est à mes yeux un personnage singulier se battant avec ses propres démons. Il est également ce symbole entre le passé et le présent. Un polar un peut court à mon goût où quelques développements n’auraient pas été superflus. L’immersion est totale et le polar est dirigé par une plume qui va à l’essentiel, peignant ici et là, les émotions des différents personnages. Une atmosphère austère ponctuée par ces moments chaleureux mais qui atteignent rarement le cœur.

 

Une belle première rencontre malgré mon avis mitigé mais j’aime rester ouverte et je tenterai sans aucun doute la lecture d’une prochaine aventure d’Alain Liebermann.