LA REINE DES OMBRES, un roman de Tricia Levenseller.

FANTASY DE MŒURS

Éditions HUGO ROMAN – Collection Stardust

Traduit de l’anglais par Pauline Vidal

D’abord, courtiser le Roi des Ombres. Puis l’épouser.
Enfin, le tuer et récupérer son royaume…
Personne ne connaît l’étendue des pouvoirs du Roi des Ombres, fraîchement couronné. Certains disent qu’il peut contrôler les ombres qui errent autour de lui et les manipuler à sa guise. D’autres que les ténèbres lui murmurent les secrets de ses ennemis.

 

Peu importe, Alessandra sait ce qu’elle veut, et rien ne pourra l’empêcher de mener son plan à la réussite.
Mais la jeune fille n’est pas la seule personne qui cherche à conquérir le trône. Et alors que les attaques envers le Roi se multiplient, elle se retrouve à devoir mettre toute son énergie à le défendre, le temps qu’il puisse faire d’elle sa reine. Car après tout, quoi de mieux pour un roi des ombres qu’une reine perfide et rusée ?

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
443 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Alessandra a su prendre son destin en main dès qu’elle a compris qu’étant la cadette elle ne ferait jamais le mariage qu’elle souhaiterait. Sournoise, malicieuse, perfide, elle est devenue une reine de la manipulation. Elle a le don de cerner rapidement les faiblesses des hommes qui l’entourent. Elle tire toujours son épingle du jeu pour obtenir tout ce qu’elle désire. Ses sentiments elle n’en a que faire. Plutôt briser le cœur des autres, le réduire en poussière que de subir à nouveau la désillusion de l’amour et du désir. Lorsque sa grande sœur revient sans avoir su séduire le Roi des Ombres, elle sait pertinemment que c’est à son tour de briller et de prouver à tous qu’elle ne sera jamais un second choix.

 

Elle doit absolument se tenir à son plan, le mettre en action quoiqu’il arrive. Le séduire, le tuer et prendre sa place. Quoiqu’elle ressente, quoiqu’elle pense et malgré les obstacles, elle deviendra la Reine des Ombres.

 

Un des premiers titres de la nouvelle collection Stardust des éditions Hugo Roman, ce roman que je classe volontiers dans la fantasy de mœurs n’a pas su me convaincre. Étant une adepte du genre fantasy, ce roman ne présente pas tous les codes que j’aurais pu attendre. Les descriptions de l’univers sont peu présentes, beaucoup trop d’éléments fleurissent ici et là et non pas véritablement de fin, de poids. Tout ce qui concerne la  partie société (us et mœurs) ne sont pas assez détaillés et mis en avant. Ce roman aurait pu être tout simplement une romance (voire une romance historique pour tout ce qui est château…). Voilà pour la partie fantasy. Concernant la romance l’auteure a plus d’un tour dans sa poche ce qui a considérablement amélioré mon avis. Au cœur de la jalousie et de la convoitise, Alessandra va se faire une place de choix auprès du roi. Jour après jour, elle découvre l’homme qui se cache derrière son rôle et devient la pièce maîtresse d’un scénario troublant. Concernant les personnages j’ai eu beaucoup de mal avec Alessandra qui est une jeune femme totalement calculatrice et froide, heureusement son caractère tend à s’adoucir vers la fin. Le Roi des Ombres est un homme énigmatique avec de grands principes. 

 

 

En bref :
– Une romance intéressante qui développe le sujet de la place des femmes dans la société
– Le côté fantasy est peu développé à mon goût
– Des personnages intéressants mais pas totalement convaincant malgré une héroïne qui défit toutes les lois et codes
– Un scénario sans réelle surprise malgré les nombreux rebondissements
– Un roman sans réelle complexité pour moi

 

Peut-être l’avez-vous lu et adoré tout ce que je n’ai pas su apprécier ? Je vous invite vivement à vous faire votre propre avis surtout si la couverture (est juste magnifique) et le résumé vous attirent et que vous n’êtes pas une adepte de la fantasy mais que vous adorez le côté romance et manigance.

 

 

TEMPÊTES DU SUD, une romance de Brittainy C. Cherry.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New Romance

Compass series, tome 1

Je voulais m’enfuir, tout simplement. Jamais je ne me serais attendue à lui tomber dans les bras… Laissant derrière moi ma vie urbaine pour échapper à un mariage sans amour, j’allai m’installer à Havenbarrow, avec l’intention de prendre un nouveau départ. C’était sans compter sur l’attraction inattendue qu’allait exercer sur moi le mouton noir de la ville. Parfois vous vous retrouvez seul au milieu des dégâts provoqués par la tempête.
 
Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
371 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Du jour au lendemain sa vie a basculé inéluctablement vers l’enfer. Elle s’est accrochée à tout ce qu’elle a pu. Elle a pleuré, elle a crié, mais rien n’a apaisé cette peine brûlante, déchirante, destructrice. Alors lorsque son mari la met dehors pour des raisons totalement abjectes, elle ne croit plus en rien. L’amour n’est rien, la passion n’est qu’une futilité et les souvenirs sont synonymes de souffrance. Elle part loin, rejoindre sa sœur qui lui offre un nouveau départ dans cette petite ville. Les jours passent et la tempête fait rage, violente, abrasive. Les larmes sont son seul réconfort et lui, taciturne, mystérieux, poussé par une indéniable rage. Elle l’observe de loin, s’approche timidement jusqu’à ce que l’impensable se produit.

 

Rejeter pour ne pas souffrir est sa raison d’être. Ne plus ressentir l’amour est une bénédiction. Ne plus sourire. Vivre avec les souvenirs d’un bonheur vain et d’une violence accrue. Il n’a plus rien à lui. Jours après jours est une bataille. Jours après jours est une aventure silencieuse.

 

Alors quand il pensait de plus rien à vivre elle a surgit.

 

Brittainy C. Cherry m’a plongée dans une histoire tumultueuse et si magnifique. Les émotions montent crescendo pour exploser dans une gerbe multicolore. Les sentiments sont d’une puissance exceptionnelle. Rares sont les romances qui arrivent à me faire ressentir cette multitude d’émotions et d’une si belle intensité. L’auteure aborde des thèmes variés comme la résilience, l’acceptation, le deuil et les secondes chances. Ses personnages sont terriblement attachants. Entre eux c’est une osmose parfaite même si la vie a tendance à mettre des bâtons dans leurs roues. Leur histoire évolue d’une manière lente et sensuelle. Ne va pas croire que c’est long ou redondant, loin de là, l’auteure a cette particularité de décortiquer ses personnages tout en instillant cette touche de suspense qui s’étoffe tout au long des rebondissements. On est loin de la romance mélodramatique ou gnangnan. La plume de Brittainy C. Cherry est esquisse, envoutante et ardente.

 

En bref :
– Une romance coup de cœur
– Des personnages attachants, intimidants aux traits psychologiques finement ciselés
– Une histoire haletant où la moindre émotion est décuplée
– Les thèmes développés sont intenses
– Une ode aux secondes chances et à l’amour
L’histoire de Moon et de Sun est d’une étrange beauté. Celle qui t’envoûte, qui te charme et qui t’obsède. Une tempête d’émotions qui ne peut pas te laisser sur ta faim. 

 

Première rencontre et premier coup de foudre. Comment ne pas en valoir davantage ?

 

Connais-tu cette auteure ?

BIENVENUE À LAFAYETTE, une romance de Océane Ghanem.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New Romance

Masse critique #Babelio

Étudiante en sciences politiques, héritière d’un empire pétrolier impliqué dans un énorme scandale qui a secoué Bâton-Rouge, Ornella Sinclair est obligée de fuir sa ville natale pour intégrer en cours d’année l’université de Lafayettte. Par crainte de finir à la rue, elle écume les petites annonces et les journaux à la recherche d’un appartement.
Lorsqu’elle parvient enfin à trouver une colocation à deux pas du campus, elle ne se doute pas une seule seconde qu’elle va débarquer au beau milieu d’un repaire de mâles sublimes, mais excentriques, qui portent uniquement des shorts de sport, enchaînent les soirées et mangent leurs céréales directement dans le carton. Entre Camille, le musicien à vif et hyperactif, Andreas, le muet aux doigts de fée, et Ocean, le militant écologiste épris de liberté, Ornella ne sait plus où donner de la tête… Et Ocean a un gros défaut : il est beaucoup trop attirant, en plus d’être prodigieusement agaçant. Et depuis qu’elle a posé ses valises dans la chambre située en face de la sienne, elle sait que son passé, d’une façon d’une autre, finira par la rattraper.

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
397 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Ornella Sinclair avait un avenir brillant, radieux. La jolie fille du Sud a grandi dans l’opulence et l’insouciance jusqu’à ce jour fatidique où elle paye les conséquences de ses mauvais choix. Seul l’exil apparaît comme étant la solution adéquate. La riche héritière est détrônée. Au volant de son pick up qui ne contient que les rares affaires qu’elle n’a pu vendre, elle débute une nouvelle vie loin du chaos. Lafayette son nouveau chez soi, son nouveau départ. Abattue par son nouveau statue de fille banale, elle désire tout de même prouver que nul ne pourra la détruire. La rancœur visé aux tripes, la rage bouillonnante et le cœur déchiré, Ornella va découvrir que l’argent ne fait pas tout, que l’amitié et le véritable amour peuvent façonner un monde merveilleux.

 

Premier accro dans sa nouvelle vie, cette colocation 100% filles n’est en fait qu’une fumisterie. Les filles sont des garçons assez atypiques. Ocean, l’écolo bobo taciturne. Camille l’insatiable. Andreas l’amoureux des fleurs. Mais entre cœurs écorchées et à vif, l’entente n’est que le premier pas vers cette amitié naissante. Entre agacement, piques et humour tordu, ce quatuor est une ode au bonheur, à l’amour, aux secondes chances et à la vie.

 

Je découvre pour la première fois l’univers d’Océane Ghanem et sa plume poétique (et quelque peu salace). L’auteure nous plonge dans une histoire compliquée où les personnages sont détruits par leurs différences, leurs valeurs, leurs aspirations et leurs audaces. Elle s’attarde beaucoup sur ces détails qui façonnent ses personnages. Leurs fêlures, leurs doutes, leurs blessures font partie intégrante de cette histoire déchirante et dramatique. Comme toute romance qui se respecte, l’amour est un sentiment qui se mérite. De nombreux rebondissements viennent cabossées des relations instables. Les émotions sont puissantes et transcendantes. Ocean et Ornella sont deux personnages antagonistes qui adorent se chercher des noises. La jalousie et la convoitise font partie d’un scénario à la fois torride et bouleversant. Océane Ghanem dépeint les travers de notre époque avec cynisme, passion et mélancolie. L’alchimie des personnages est grandiose et ils se complètent tous à merveille.

 

En bref :
– Une romance trépidante, passionnante, brûlante
– Une histoire de secondes chances, de résilience, de pardon, de différences et d’acceptation
– Des personnages combatifs, atypiques et terriblement sexy
– Une plume poétique entrecoupé par des parties beaucoup plus salaces

 

J’ai adoré, malgré quelques longueurs et redondances, mais j’ai retrouvé tout ce que j’apprécie dans les romances. Des surprises, des rebondissements, des personnages attachants et de l’amour à profusion.

 

Une très belle rencontre et j’ai hâte de lire la suite des aventures des garçons.

 

Qu’apprécies-tu dans les romances ?

ANOMALIE APOCALYPSE, une romance de Eva Davios.

ROMANCE PARANORMALE

Littérature indépendante


Elle.
Cela fait maintenant deux ans qu’Emma rêve du même garçon. Tous les soirs, ses songes l’emmènent dans des scénarios où se mêlent passion et destruction, avec cet homme qu’elle n’a pourtant jamais vu. Il lui faudra une rencontre inattendue pour comprendre que son destin va au-delà d’une simple vie de mortelle.
 
Lui.
Il est mort en victime. Pour le meilleur ou pour le pire, il hérite d’une paire d’ailes, cependant, n’est pas ange qui veut.
Déchu de son rôle pour mauvais comportements, il erre dans le purgatoire comme une âme en peine, sans espoir aucun quant à sa vie éternelle. Mais tout bascule le jour où Lucifer, le Seigneur des Enfers, déclare la guerre au Royaume des Cieux. Dieu n’a alors pas d’autre choix que de faire appel à lui, le seul ange déchu capable de vaincre l’Apocalypse.

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
451 pages
Disponible au format numérique et broché

 

 


MON AVIS

Eva Davios revisite le bon vieux thème de l’apocalypse, la collision entre les anges et les démons. Et rien de mieux qu’un anti héros hyper sexy et bouleversé et une jeune femme aux abois.

 

Direction le sud de la France pour une aventure extraordinaire et qui est loin de m’avoir laissé indifférente. Eva Davios et sa plume terriblement sexy nous plongent au cœur d’une histoire tumultueuse entre malédiction, envie, passion et injustice.

 

Lui a tout perdu en un claquement de doigt. Sa vie, son amour, son avenir. Ange déchu, il erre sur terre. Un purgatoire nauséabond qui lui interdit tout contact. L’injustice gronde. Considéré comme une anomalie parmi tous les anges, sa présence, souhaitée par Dieu, a de quoi susciter de la curiosité et de l’hostilité. Ténébreux, bagarreur, têtu, courageux, impétueux, il dénote. Seuls sa gentillesse et son empathie sont en accord avec les siens. Cette mission est un sacré sacerdoce et va lui permettre de découvrir enfin qui il est véritablement.

 

Elle vit depuis de nombreux mois des nuits érotiques torrides avec un inconnu. Ses nuits insolites la plongent dans un grand désarroi. Alors quand elle croise l’homme de ses rêves, son monde s’écroule. Une envie irrépressible la saisit. Incontrôlable sa vie devient vite un enfer.

 

Eva Davios nous surprend de chapitre en chapitre. Des histoires d’anges et de démons, vous en avez peut-être lus, mais celle-ci a le mérite d’être assez atypique. Eva Davios aborde de nombreux thèmes comme la différence, la compassion, l’injustice, l’amour, l’amitié, la passion, la résilience et le don de soi. Une plume énergique et carrément sexy m’a fait vivre une lecture mouvementée. De nombreux rebondissements jalonnent la romance.

 

En bref :
– L’apocalypse revisité version torride et romanesque
– Une plume terriblement sexy
– Un anti héros charismatique
– De nombreux rebondissements
– Une romance haletante

 

Eva Davios signe une nouvelle romance tonitruante. J’ai beaucoup apprécié l’originalité de l’histoire et les personnages sont attachants qui défendent de jolies valeurs. Il n’est pas question de religion au contraire l’auteure prône la tolérance et la bienveillance sans distinction et le prouve tout au long de son histoire.

 

Une romance à découvrir !

LES CORBEAUX – LES VESTIGES DE L’ARSENAL. Un roman de Lydie Blaizot.

STEAMPUNK

Éditions L’Alchimiste


Depuis la Tempête, des villes côtières du Nord de la France, en partie dévastées, sont devenues le théâtre de phénomènes étranges. Des créatures monstrueuses peuplent désormais les zones ravagées par l’océan et certaines machines paraissent désormais douées de vie… Les habitants se sont adaptés et la vie s’est organisée, sans abandonner les machineries à vapeur qui peuplent leur quotidien.
Nayeli Morin, jeune fille sans famille ni travail, survit de rapines au Havre. Son atout : elle peut communiquer avec les morts… et les forcer à lui révéler la cachette de leurs maigres possessions.
Elle est un Corbeau, à la recherche d’un maître capable de la former. Ainsi, elle finit par rencontrer Reynard Bonniface, habitant à Cherbourg, où il officie comme enquêteur « spécialisé » auprès des autorités. À peine a-t-elle posé le pied dans la boutique de ce personnage hors normes qu’une affaire leur est confiée. Un cadavre a été découvert près de l’Arsenal, un lieu où la perversion des machines atteint un niveau jamais observé par ailleurs. Très vite, les événements s’enchaînent et les deux Corbeaux comprennent qu’un grand danger menace la ville. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
340 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Imaginez une partie de la France sous les eaux, défigurée par une terrible tempête. Des milliers de disparus et une vie qui ne ressemble qu’à de la survie.

 

Nayeli a tout perdu. Ses parents et récemment sa tante. Son quotidien se résume à des petits larcins et un don qu’elle tente de contrôler. Elle peut voir les fantômes et les influencer à dire où se cachent leurs trésors. Nayeli est une drôle de jeune femme. Têtue mais craintive, elle a un bon sens pratique. Accompagnée de son irréductible ami, Thomas, Nayeli a un regain d’espoir lorsqu’elle trouve son maître. Enfin elle va pouvoir apprendre toutes les ficelles du métier de Corbeaux et se forger un nouvel avenir bien plus serein.

 

Du Havre à Cherbourg, elle découvre une nouvelle ville tout aussi décimée que la précédente. Les machines sont davantage présentes, dans le ciel, sur terre et surtout dans cet endroit lugubre l’Arsenal, figure emblématique et militaire de Cherbourg. Un lieu mystérieux où la mort semble régner.

 

Aussitôt arrivée chez son « maître Corbeau », Nayeli n’a plus une minute à elle et doit se plonger au cœur d’une enquête trépidante et dangereuse. Reynard Bonniface est un homme qui a plus d’un atout dans sa poche, disons plutôt dans son sac sur patte. Méticuleux et d’une gentillesse remarquable, cette enquête lui pose beaucoup de problèmes. Aider de ces acolytes, un fonctionnaire taiseux et un militaire défiguré, et de quelques fantômes, les vestiges de l’Arsenal font les engouffrer dans la plus sombre des aventures.

 

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu de steampunk. Pour rappel : Le Steampunk est un courant présent dans les œuvres artistiques et le monde de la création, et qui renvoie à l’époque de la révolution industrielle en jouant sur une vision fantasmée de la place de l’Homme au sein d’une société automatisée. (linternaute.fr). La présence des machines reste à mon goût discret malgré le final tonitruant. Le côté fantastique est par ailleurs un atout considérable tout au long de l’histoire. Les personnages sont assez hétéroclites et offrent de nombreux moments d’ententes et de mésententes.

 

Cette découverte me laisse un goût mitigé. J’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans cet univers et à me saisir de tous les éléments. Si les actions sont omniprésentes, je n’ai pas réussi à trouver le rythme et à aller de l’avant. Les personnages sont sympathiques mais j’ai eu beaucoup de mal à ressentir de l’empathie envers eux. Il y a beaucoup de protagonistes dans l’histoire et le récit s’alterne entre leurs points de vues. L’association entre le fantastique et le steampunk me laisse ni pantoise ni charmée.

 

En bref :
– Un univers de machines et de fantômes
– Un monde apocalyptique
– Un enquête mouvementée
– De nombreux rebondissements
– Un lieu mythique mis en avant

 

Lisez-vous du steampunk ?

DE BRUME ET D’OSPALES, un roman de Amandine Peter.

FANTASY

Éditions Explora


À Rochevive, la magie s’inhale. Les embrumeuses diffusent de l’ospaline, un liquide obtenu à partir de la transformation alchimique des ospales.
Razelle, apprentie espionne au service de l’État, rêve de devenir alchimiste.
 
Mais avant de quitter sa formation, la directrice lui confie une dernière mission : elle doit espionner le Pirate Sans Nom, ce voleur d’ospales qui a ruiné le commerce de son père.
Malgré le danger, quand Razelle apprend que le Pirate est à la recherche de nouvelles recrues, elle décide de s’infiltrer dans ses rangs pour assouvir sa soif de vengeance…
Et si cette décision s’avérait être la pire erreur de sa vie ?

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
366 pages
Disponible au format broché


MON AVIS

La magie est partout à Rochevive. Dans les Ospales de différentes couleurs dont chacune est associée à un don : la guérison, l’empathie …. 

 

Razelle a su très jeune rebondir face à l’injustice dont ses parents ont été victime bannissant à tout jamais ses grands rêves. Courageuse, têtue, tenace, un brin de folie, Razelle est devenue une jeune femme qui marche toujours fermement vers ses objectifs. Alchimiste en herbe, elle n’hésite pas à fabriquer de jolies potions qui ont un effet tout aussi désastreux. Razelle est une tête brûlée qui analyse finement toutes situations dans lesquelles elle se trouve. Son intelligence est souvent feinte pour de nombreuses raisons.

 

Sa nouvelle mission : le Pirate sans Nom. Intégrer son groupe est une chance inespérée mais les événements tumultueux vont quelque peu entacher son objectif principal : le détruire.

 

Voici un roman fantasy totalement génial. Un monde extraordinaire où la magie est partout sans être omniprésente mais qui a créé une certaine injustice d’où la naissance du Pirate Sans Nom. L’on pourrait croire qu’il vogue sur les mers mais il n’en est rien. Son challenge : braquer les convois d’ospales pour le redistribuer aux plus pauvres. Un robin des bois habité par la hargne de rendre le monde meilleur et plus équitable. L’injustice est le point fort de ce roman et il est abordé de maintes manières et est le fil conducteur de roman où les rebondissements façonnent une aventure hors norme. Un brin de romance s’invite aux côtés des trahisons, de la manipulation et de nouvelles amitiés. Rochevive est un monde bien sombre et où les apparences sont trompeuses. L’appât du gain est fort et les conséquences sont gravissimes. Razelle est une jeune femme qui campe souvent sur ses principes et convictions mais le Pirate sans Nom lui montre le véritable monde. 

 

Ce roman m’a fait vibrer littéralement. Un plume efficace à 100% et qui fait vivre une pléiade d’émotions. Je suis rentrée rapidement dans l’action et l’alternance des points de vue est un excellent atout pour avoir une vision d’ensemble des protagonistes et des différents enjeux. Les différentes personnalités s’accordent à merveille malgré quelques échauffourées. L’énergie est débordante et les rebondissements totalement hallucinant. Ils nous mènent vers un final audacieux et totalement inattendu. 

 

En bref :
– Un roman fantasy totalement original et audacieux
– L’injustice est le moteur même de l’histoire
– Des personnages caractériels et authentiques
– De nombreux rebondissements
– Une plume qui adore jouer avec nos émotions

 

Je dis un grand oui pour ce roman intense et qui soulève (entre les lignes) de nombreux problèmes de notre société. J’ai frôlé le coup de cœur mais j’ai découvert une auteure au talent indéniable pour narrer des histoires exceptionnelles.

 

Vous tente t’il ? C’est le second roman que je lis des éditions Explora et je suis agréablement surprise par les textes qu’ils proposent. Les connaissez-vous ?

SUR MES ÉPAULES, TU BÂTIRAS TON MONDE, un roman de Julien Aime.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions L’Archipel – Collection Instants Suspendus


L’art délicat d’être père
Professeur de français passionné, Louis est le plus heureux des hommes depuis que sa femme Anna lui a annoncé qu’elle attendait leur premier enfant.
Tout à leur joie, ils partagent la bonne nouvelle avec leurs proches, se plongent dans les listes de prénoms, l’aménagement de la chambre du bébé…
Mais leur bonheur est de courte durée : quelques semaines plus tard, on diagnostique à Louis une leucémie foudroyante.
Engagé dans une course contre la maladie, Louis fait la promesse à Anna d’être un père présent quoi qu’il arrive. Mais comment accompagner son enfant sur le chemin de la vie s’il est physiquement absent ?
Entre rires et larmes, Julien Aime signe un émouvant roman sur l’amour paternel, la transmission et les choix de vie.

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
300 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Le résume annonce la couleur dès le départ. C’est mal à l’aise que j’ai ouvert ce roman mais surtout je me suis accrochée au titre qui est si enthousiaste si beau si encouragent si magnifique. 

 

Louis adorait sa vie et son métier, professeur de français. Il adorait transmettre son savoir, sa passion pour les beaux mots, l’imagination et les envolées littéraires. Ses élèves, il les aimait sans distinction et avec beaucoup de force. Une alchimie particulière les liait. 

 

Louis était un mari aimant. Sa femme était son tout et le petit être qui grandissait dans le ventre de cette dernière était une finalité de toute beauté.

 

Louis était un ami fidèle, dévoué. Ils pouvaient compter l’un sur l’autre. Les souvenirs ils en avaient à la pelle. Ils ont grandi ensemble, fait les quatre cent coups, monté un groupe de rock. Ils sont devenus des adultes bancals ensemble.

 

Louis était un frère et un fils aimé et chéri.

 

Cette vie s’est arrêtée, s’est essoufflée, lorsque le diagnostique est tombé, fatal. La mort aux trousses. Une vérité sans ambages, cruelle. La vie ne tient qu’à un fil, la chimiothérapie. C’est le courage visé aux tripes que Louis prend part à la bataille. Une bataille qui se doit pour le bébé, pour Anna, pour ses amis, pour sa famille. Une bataille dans l’ombre pour vivre dans la lumière. 

 

Julien Aime aborde le sujet de la maladie avec une honnêteté terrifiante mais ne tombe pas dans le pathologique. Il se dégage de ce roman ce sentiment indescriptible d’assister à une histoire hors norme. Une histoire profondément bouleversante et terriblement humaine. La maladie ne peut être un héritage valable, seule la vie et les souvenirs sont souverains. Louis s’engage dans une bataille où chaque parcelle de temps devient le sujet d’une vidéo où il délivre ses sentiments, son ressenti et ses conseils, laissant ainsi un trace immortelle de sa vie délitée. Ainsi il entre au cœur d’une rétrospection intense où il tente de définir sa place de père à venir, sa place d’homme et sa place de mari. Une belle leçon d’humilité et d’humanité où l’égoïsme est banni et où, seul, compte sa présence aussi éphémère qu’elle puisse être. Julien Aime délivre un message puissant d’amour, de tolérance et d’acceptation. Un modèle à suivre ? Non mais la preuve qu’en chacun de nous, il existe une unicité où l’espoir réside dans ces infimes particules de résilience et d’espoir. Julien Aime signe un roman d’une puissance rare.

 

En bref :
– Une lecture coup de cœur
– Un roman traitant de thèmes douloureux
– Un roman sur la résilience et l’héritage
– Un roman d’où immerge l’espoir
– Une jolie histoire de courage et d’abnégation

 

Même si le résumé ne laissait rien présager de bon, Julien Aime insuffle à son roman une aura d’une pureté éclatante. Je me suis accrochée à chaque page. J’ai vécu chaque drame, chaque espoir, chaque larme, chaque cri avec une intensité à couper le souffle. Un roman qui se répercute dans chaque atome, chaque cellule que nous sommes. Un roman qui prend aux tripes, un roman intransigeant, mais une roman d’une beauté unique.

 

Osez-le !

THE GOOD GIRLS, un document de Sonia Faleiro

DOCUMENT

Éditions Marchialy – Grand reportage

Traduit de l’anglais (Inde) par Nathalie Peronny

Une enquête à suspense magistrale dans l’Inde contemporaine.
Un soir de mai 2014, dans un petit village du nord de l’Inde, deux adolescentes, amies et cousines, sortent faire un tour dans les champs à proximité de leur maison. Elles ne reviendront jamais. Leurs corps sont retrouvés pendus à l’aube dans le verger derrière chez elles. Que s’est-il réellement passé durant ces quelques heures ?
 
La vérité semble moins importante pour leur famille et les habitants de ce village que la rumeur qui enfle déjà. Il faut sauver l’honneur, à tout prix.
À partir de ce fait divers glaçant, Sonia Faleiro raconte les mécanismes d’une société ultra-hiérarchisée où la femme n’est jamais maîtresse de son destin, sauf peut-être dans la mort. Grâce à une enquête minutieuse, elle parvient à rétablir la vérité occultée et à écouter ce que ces deux jeunes femmes ont à nous dire.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
400 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

L’Inde est un pays passionnant. Une culture riche mais un peuple divisé.

 

Sonia Faleiro nous plonge au cœur d’un fait divers qui en 2014 a défrayé les chroniques indiennes. Après un rapide dressage des portraits des deux jeunes filles, Sonia Faleiro dépeint la société indienne. Une plongée vertigineuse où la femme n’a aucune place et où les castes limitent une certaine liberté. Les castes sont un vaste sujet mais ce sont elles (enfin les plus hautes) qui dirigent les différentes régions et les castes les plus pauvres sont au service des autres. Certains métiers ne sont pas accessibles pour les castes les plus faibles. Une hiérarchisation verticale qui floue à mon sens une certaine liberté des hommes et ne parlons même pas des femmes. Les mariages sont arrangés au sein d’une même caste et les femmes n’ont pas leurs mots à dire, de l’autorité parentale elles passent sous l’autorité matrimoniale.

 

Tout au long de son récit, Sonia Falerio fait état de la condition des femmes indiennes. Ce fait divers est le parfait témoignage d’une certaine réalité. L’Inde ne se résume pas à Holi, la fête des couleurs, ou à Bollywood. L’Inde est une terre où les filles ne peuvent pas aller à l’école si la famille n’a pas d’argent, où les mariages sont arrangés et ceux dès leurs plus jeunes âges (12 ans âge minimum légal et parfois les bébés), où les installations sanitaires dans le milieu rural sont inexistantes, où les viols sont rarement punis, où les infanticides sont nombreux et où les mœurs sont très strictes. L’Inde est l’un des pays le plus dangereux pour les femmes au monde.

 

Sonia Faleiro expose son point de vue de journaliste sur son pays natal qu’elle a quitté, appuyé par de nombreux témoignages et faits divers inhumains. Ce récit se lit comme un thriller et j’aurai presque cru que ce n’était pas la réalité. De nombreuses années de recherche ont été nécessaire pour conduire ce livre à éclore et clore cette tragédie à menant à bien son enquête.

 

Un hommage vibrant à ces femmes qui tentent de se délivrer de ces chaînes ancestrales et qui lancent un appel à l’aide déchirant et bouleversant.

 

En bref :
– Un récit émouvant et cruel sur la position dramatique des femmes en Inde
– Un fait divers témoignant des nombreuses tragédies
– Un cri puissant face à l’injustice
– Un portrait saisissant d’une Inde régie par les castes et les hommes
– Un document essentiel et choquant
 
Connaissais-tu l’Inde sous cet aspect ?
Un document que je t’invite vivement à découvrir.

PMA. A la recherche d’une petite âme de Céline Gandner et de Pauline P.

DOCUMENTAIRE

Éditions Delcourt – Collection Encrages

Céline Gandner (scénariste) Pauline P (illustrateur et coloriste)

Ce récit autobiographique décrit le parcours complexe d’une quarantenaire hétérosexuelle qui se lance, en mode maman solo, dans un projet de PMA avec don de sperme. 
Un témoignage personnel et intimiste, plein d’autodérision, et très documenté sur le plan médical qui croise inévitablement notre contexte social et politique puisque le sujet est plus que jamais d’actualité.

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
192 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Si j’ai choisi cette lecture c’était avant tout, par ce que le sujet de la PMA je le connais parfaitement, puisque (comme j’aime le dire) je suis restée 8 ans dans les couloirs de l’hôpital. Ce qui m’intéressait était de découvrir le chemin psychologique que peut ressentir une femme dans l’attente d’un don d’ovocytes, mais ce n’est pas le cas de l’auteure puisqu’à son âge de ce côté là tout roule. Si c’est cet aspect qui m’intéressait, c’est que nous envisageons un parcours de ce type en Espagne.

 

Ce roman graphique s’adresse surtout pour les femmes solos qui ont un désir de maternité quelque soit leur âge. Même si en France s’est enfin légalisée, la PMA reste assez stricte et le don d’ovocytes et bien plus encadrée et difficile d’accès que le don de spermes. Bien avant la légalisation, la Belgique et l’Espagne sont des eldorados. Céline Gandner se tourne vers la Belgique. Elle décrit tout au long de ce roman graphique son parcours, son obsession, ses espoirs et ses désillusions avec un certain humour tranchant qui permet, sommes toute, de relativiser. Des pages plus scientifiques sont axées sur les termes que l’on rencontre et tentent de vulgariser tout cela. Ce parcours a un certain coût qu’il ne vaut pas prendre à la légère.

 

Avoir un enfant via la PMA est tout un parcours du combattant. Une aventure avec un grand A où les injections, les multiples rendez-vous réussis sont une épreuve que l’on savoure. J’ai beaucoup apprécié la mise en garde concernant l’aspect psychologique où avoir à tout prix a de graves conséquences.

 

Ce roman graphique est assez complet en soi et aborde tous les points que l’on peut retrouver tout au long de ce parcours. Je vous le recommande si vous êtes une femme solo qui a vécu cette épreuve ou que vous avez ce projet. Cette bande dessinée n’a pas répondu à mes attentes car elles étaient trop éloignées des préoccupations de Céline Gandner.

 

En bref :
– Ce roman s’adresse aux femmes solos qui désirent un enfant
– Une vulgarisation scientifique des termes médicaux
– Des illustrations simples et efficaces
– Une approche globale et personnelle du parcours de la PMA
 
Même si ce roman graphique ne s’adressait pas particulièrement à moi, je me suis beaucoup reconnue dans les doutes et les différentes expériences.

 

Est ce que c’est un sujet qui t’intéresse ?

L’ENFER POUR AUBE, Tome 1 : Paris Apache de Philippe Pelaez et Tiburce Oger

BD de genre

Éditions Soleil – Collection Aventure

Tome 1/2

P. Pelaez (scénariste) T. Oger (Illustrateur et coloriste)

L’Enfer pour Aube, au titre tiré d’un poème de Victor Hugo, se déroule dans un Paris en pleine transformation, sur fond de Commune, d’idéal révolutionnaire, et de désenchantement face au modernisme.
 
 
Dans le Paris du début du vingtième siècle, des notables sont éliminés les uns après les autres par un étrange Inconnu au visage recouvert d’une écharpe rouge. Celui-ci, qui n’oublie jamais de laisser un Louis d’Or près de chacune de ses victimes, oeuvre de concert avec les redoutables Apaches pour semer la terreur dans la capitale. Dans quel but ?

 

Ma note 4/5
Nouveauté 2022
68 pages
Disponible au format numérique et et broché

 

 


MON AVIS

Paris, début du XXe siècle, est la capitale de tous les possibles. Les innovations s’enchaînent et les différences entre classes sociales sont de plus en plus évidentes. Paris recèle en elle, la bourgeoisie et le petit peuple qui survit difficilement et est essentiellement une communauté venue de Bretagne. La crise économique pousse les peuples à se déplacer et souvent les villes ne sont qu’un leurre.

 

Depuis quelque temps une rumeur circule, une ombre vengeresse drapée de rouge. Ses attaques sont de plus en plus nombreuses et Les Apaches reconnaissables à leurs foulards rouges (tient ça me rappelle les bonnets rouges) surgissent de toute part. Un inspecteur douteux tente de démasquer le truand qui sème une sacrée pagaille.

 

Au cœur d’un univers baroque dichrome de noir et de blanc teinté d’ici et là par des touches de rouges et/ou d’orange, l’histoire est sans équivoque tournée vers une période sombre de Paris où la rébellion faisait frémir les hautes sphères. J’ai beaucoup aimé l’esprit de cette bande dessinée et tout l’aspect historique conféré. J’ai été moins fan des illustrations. Très peu de couleur, un graphisme pour lequel je n’ai pas du tout été sensible. Des traits rapides, anarchiques mais qui pour le coup sont à l’image du tumulte de la population. La révélation finale est un sacré coup de massue. 

 

En bref :
– Un contexte historique totalement passionnant
– Un scénario alambiqué et haletant
– Je n’ai pas été très sensible aux illustrations
– Des thèmes comme l’industrialisation et la pauvreté abordés dans un Paris de 1900 asphyxié
 
Une très jolie découverte et j’ai hâte de pouvoir lire le second tome.
Est ce que ce genre de bande dessinée pourrait te plaire ?