HADÈS & PERSÉPHONE, tome 2 : A touch of ruin, une romance de Scarlett St. Clair.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Romans – Collection New romance

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Robyn Stella Bligh

La relation de Perséphone avec Hadès est devenue publique et la tempête médiatique qui en résulte perturbe sa vie normale et menace de l’exposer en tant que déesse du printemps. Pour ajouter à ses ennuis, tout le monde semble désireux d’éloigner Perséphone du Dieu des morts en exposant son passé infernal.

Les choses ne font qu’empirer lorsqu’une horrible tragédie laisse le cœur de Perséphone en ruine et Hadès refuse de l’aider. Désespérée, elle prend les choses en main et conclut des accords qui ont de graves conséquences.
Confrontée à un côté d’Hadès qu’elle n’a jamais connu et à une perte écrasante, Perséphone se demande si elle peut vraiment devenir la reine d’Hadès.

 

 

Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2022
476 pages
Disponible au format broché et numérique

MON AVIS

Malgré le fait que j’ai adoré le premier tome, mon avis pour ce second tome est mitigé.

 

J’ai beaucoup aimé l’alchimie entre les personnages que j’ai découverts dans le premier tome et je m’attendais à quelque chose de semblable par la suite.

 

Souvenez-vous, les pouvoirs de Perséphone apparaissent tout au long des dernières pages et d’ailleurs je l’ai considéré comme un sacré twist.

 

Cette suite est largement consacrée à la belle déesse qui, je ne vous le cache pas, est submergée par ses émotions (pour ne pas dire qu’elle ne pète pas les plombs). Une très large partie de cette histoire est donc dédiée aux états d’âmes de la belle qui bien évidemment fait n’importe quoi et qui ne gère plus rien. Elle a pris cette vilaine habitude d’en faire qu’à sa tête et les conséquences sont plutôt désastreuses. Mais ce qui a de bien c’est qu’elle vit dans un monde où tout est supposé être pardonné. Sauf pour sa vilaine mère, Déméter, qui n’a pas dit son dernier mot (rendez-vous au tome 3 pour en savoir davantage).

 

Tu l’auras compris que je suis un tantinet agacée par ce genre de personnage qui est bloquée dans une situation dont elle-même y a été de son plein grès. Heureusement les dernières 100 pages ont sauvé, un tantinet, mon avis général où l’action est bien plus présente et où, oh miracle, les choses semblent bouger pour le meilleur et aussi le pire (est à venir).

 

Perséphone a fait sa crise d’adolescence. Capricieuse, entêtée, colérique, émotionnellement instable, ce passage à vide lui a permis, enfin, de se libérer de ses chaînes. Bon, les casseroles sont nombreuses mais l’essentiel est qu’elle ait pu trouver cette sorte d’apaisement.

 

Contrairement au précédent tome, je ne l’ai absolument pas dévoré. J’ai pris le temps d’encaissé toute cette négativité. Heureusement Hadès fait preuve d’une patience légendaire et je m’étonne même qu’il n’ait pas dégoupillé.

 

Sinon l’auteure aborde des thèmes assez intéressants comme : le pardon, les secondes chances, l’estime de soi, la confiance, l’amitié, le deuil.

 

Un final assez sympa mais pas spécialement tonitruant et j’espère, sincèrement, que la suite sera un brin plus énergique.

 

Team »pas convaincue » mais je croise les doigts pour la suite que j’ai hâte de lire (tout de même).

 

Ps : les petits bonus « point de vue » Hadès sont tops !

 

HADÈS ET PERSÉPHONE, Tome 1 : A touch of darkness, une romance de Scarlett St. Clair.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New romance


Perséphone n’est la déesse du printemps qu’en titre. Depuis qu’elle est toute petite, les fleurs se ratatinent ; à son contact. Après s’être installée à New Athens, elle espérait mener une vie discrète, dans la peau d’une journaliste mortelle. Tout change lorsqu’elle s’assied dans une boîte de nuit clandestine pour jouer une partie de cartes avec un étranger hypnotique et mystérieux.
 
Hadès, le dieu des morts, a bâti un empire du jeu dans le monde des mortels et ses paris favoris sont réputés impossibles. Mais rien ne l’a jamais intriguée ; autant que la déesse qui lui offre une aubaine laquelle il ne peut résister. Après sa rencontre avec Hadès, Perséphone se retrouve liée par un contrat avec le Dieu des morts, et ses conditions sont impossibles : Perséphone doit créer la vie dans le monde souterrain ou perdre sa liberté à jamais. Le pari ne se limite cependant pas à exposer l’échec de Perséphone en tant que déesse. Alors qu’elle s’efforce de semer les graines de sa liberté, son amour pour le Dieu des ténèbres grandit – un amour à la fois envoutant et interdit.

 

 

Ma note 4.5/5
Nouveauté 2021
429 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

J’ai succombé à nouveau pour le mythe revisité d’Hadès et de Perséphone. Je suis toujours intriguée par la manière dont les auteurs s’approprient ce couple mythique et ce n’est pas pour autant que j’ai lu l’original et je ne peux donc pas juger de la fidélité de cette romance.

 

La déesse du Printemps a su se défaire quelque peu des chaînes qui la liaient à sa mère. Après avoir passé une enfance enfermée dans une cage dorée à subir les remontrances d’une mère tyrannique et protectrice, la voici libre comme l’air chez les mortels. Une vie idyllique où elle consacre son temps à ses études de journalisme. Elle en oublierait son monde originel. C’est en fêtant son nouveau stage qu’elle va rencontrer le seul Dieu pour lequel on lui a insufflé les plus terribles histoires et la plus terrible des haines. Si Hadès est synonyme de mort et de déviance, Perséphone n’en ai pas moins curieuse. Curiosité qui la pousse à jouer un pari risqué contre le Dieu des morts. Prise à son propre piège, elle va pourtant découvrir un monde où la joie n’est pas une chimère et le cœur d’un Dieu qui attend sa reine depuis toujours.

 

Un pari risqué. Un pari qui révélera la Déesse au travers d’une quête au cœur du royaume du Dieu des Morts.

 

Je vous avoue que j’ai littéralement été charmée par ce couple. L’alchimie est immédiate est pourtant tout va de travers. La Déesse est têtue, acharnée, énervante, jalouse, imprévisible. La colère enfle au fil des pages tout autant que cet amour incommensurable qu’elle lui voue. Un amour péché mais d’une pureté indéniable. Une histoire d’amour ne serait pas véritable si les embûches ne jalonneraient pas leur chemin. Les rebondissements sont nombreux mais tendent par la révélation, celle de la magie de la Déesse qui explosera au cœur de la noirceur. Le chemin est ardu poussant la Déesse dans ses retranchements où les questions et les doutes sont multiples. Hadès fait preuve d’une patience exemplaire, parfois fourbe et malicieux, mais la méchanceté ne fait parti de ces défauts. Hadès est un homme au charisme et au charme bouleversant. Loin des apparences, on découvre un homme certes ambitieux mais d’une bonté touchante. L’histoire est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Si l’alchimie entre les personnages est une des force de cette romance, la plume de l’auteure et l’environnement le sont tout autant. On navigue entre une certaine réalité où les Dieux cohabitent avec les humains et leurs propres mondes. Entre luxure, émerveillement, complot et paysage envoûtant, la plume de Scarlett St. Clair m’a accaparée. C’est vraiment le genre de romance que tu croques avec plaisir et curiosité. Une plume qui t’emporte au cœur de cette histoire où la passion et la haine prennent un sens relatif.

 

Le final est sans aucun doute tonitruant et laisse présager un second tome tout autre où je pense que la belle Déesse ne sera plus en mesure de contrôler ses pulsions.

 

Une romance originale et envoûtante au cœur des ténèbres d’où la lumière naîtra. Les enfers comme vous ne les avaient jamais connus ! Une romance sexy et addictive !