IMPRÉVISIBLE BOSS, une romance d’Eugénie Dielens.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Addictives – Collection Luv

Lexy est une femme indépendante, battante et n’est pas du genre à reculer devant le premier obstacle. Alors, quand elle arrive en retard pour un entretien d’embauche, elle y va carrément au culot : afin de passer le contrôle de l’accueil, elle se présente comme la copine du patron ! Sauf que celui-ci est juste derrière elle. Amusé par son aplomb, séduit par son irrévérence, il lui accorde une chance. Seul souci ? Il est beau comme un dieu, sexy, joueur… et décidé à tester toutes ses limites.
Que l’affrontement commence !

 

Ma note : 4/5
270 pages
Nouveauté de 2020
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Voici une lecture totalement influencée par booktok et je vous avoue directement : j’ai passé un excellent moment de lecture !

 

Comme le titre vous l’indique on part sur un trope employée/boss. Et j’aurais envie de dire que j’aime plutôt ce genre de romance. Entre agacement, attirance, frontière à ne pas franchir, les auteures ont un panel de rebondissements à leur portée et j’adore la manière dont elles s’approprient le sujet. Et pourtant c’est un thème délicat à aborder sans tomber dans le harcèlement au travail.

 

Lexy est une jeune femme pétillante, téméraire, combattive et à l’imagination débordante. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et surtout ne joue pas le rôle de la jeune assistante sexy et ingénue.

 

Leur première rencontre est pittoresque et incongrue ! L’assurance de la jeune femme est rafraîchissante et surtout audacieuse. Deux bonnes raisons pour entrer dans son jeu et l’embaucher.

 

Eugénie Dielens nous embarque au cœur d’une histoire d’amour rocambolesque. De nombreux rebondissements, un attisement des sens et surtout des personnages à l’alchimie incroyable. J’ai adoré leurs réparties, leurs faiblesses et surtout ce qui se cache derrière le caractère de chacun. Mais ce n’est pas qu’une histoire d’amour, l’auteure aborde des sujets sensibles comme la maltraitance infantile, la confiance, la reconstruction, la résilience. L’atmosphère de l’histoire se veut apaisante, agréable et protectrice. Un combo parfait pour une histoire émouvante et captivante portée par une plume qui sait retranscrire à merveille les émotions et a su me faire vibrer !

GIVE ME LOVE, une romance de C. Handon.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Harlequin – Collection &H

Note à moi-même : ne jamais tomber amoureuse de son meilleur ami ! Bill est une fille qui aime les filles. Tout le monde le sait. Alors pourquoi les choses deviennent-elles si compliquées lorsqu’on ajoute Loran Baker à l’équation ? Ce skateur tatoué, au corps athlétique et à la voix douce, est son ami de toujours. Ni plus ni moins. Pourtant, depuis quelque temps, Bill ressent des choses étranges chaque fois qu’elle se trouve en sa compagnie : s’il sourit, son cœur se met à battre frénétiquement ; s’il l’approche d’un peu trop près, une chaleur agréable se diffuse dans sa poitrine. 
Des sensations enivrantes que même son ex – cette traîtresse infidèle – n’a jamais été capable de susciter en elle… Malgré tout, il n’est pas question pour elle d’avouer ses sentiments à Loran. Ce serait prendre le risque de perdre son amitié, et ça Bill ne peut pas se le permettre. 

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
310 pages
Disponible en numérique

MON AVIS

Si j’ai adoré les deux précédents romans (même univers, même groups d’ami.es), pour celui-ci je n’étais pas au rendez-vous.

 

Je ne suis pas une grande fan des tropes « Best friends to lovers ». Je m’ennuie toujours car l’imprévisible n’est pas toujours au rendez-vous. Il n’y a pas ce petit frisson de la première rencontre, cette tension qui grimpe crescendo, la découverte des sentiments. Toutefois j’ai été sensible aux parcours des personnages. Sans être une romance LGBT, C. Handon explore l’amour inconditionnel que peut se porter de personnes et quelques soit l’orientation sexuelle. Si leur amitié est tout ce qui les lie, Bill va se découvrir des émotions dont elle avait mal jugées des années en arrière. Il faut dire que leur rencontre inopinée a ranimé tout un tas de sentiments. Des années qu’ils ne s’étaient pas vus. Des années de silence où les non-dits planaient sur leur relation fusionnelle.

 

Vous l’aurez compris, le récit se concentre donc sur l’effeuillage des sentiments et sur leur appropriation, notamment du côté de Bill. Est-ce que cette frontière doit-être franchie au prix de cette forte amitié ? Les personnages sont charismatiques, un brin mélodramatiques mais surtout très attachants.

 

Une romance agréable à lire dans son ensemble. Je suis heureuse de voir évoluer les personnages des autres précédents romans.

 

Si vous êtes donc des inconditionnelles des romances « best friends to lovers », GIVE ME LOVE vous comblera sans aucun doute.

PLUS JAMAIS CÉLIBATAIRE À NOËL ! une romance de Stéphanie Pradier.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Harper Collins

Journaliste célibataire cherche l’Amour pour Noël…
Quel est l’imbécile qui a dit que les fêtes de fin d’année étaient toujours synonymes de bonnes nouvelles et d’heureuses surprises  ? Pour Ashley, c’est tout l’inverse  : son patron la menace de licenciement si elle ne réussit pas à redonner un coup de frais à la chronique qu’elle tient dans le journal local. Il veut du sexy  ? Du mystère  ? Du croustillant  ? Très bien  ! Elle a justement sous le coude le sujet parfait  : sa nuit inoubliable avec un certain Batman. Cet homme qu’elle a rencontré lors d’une soirée masquée, aussi séduisant dans son costume que doué de ses mains en privé…
Elle meurt d’envie de le revoir, problème  : elle n’a aucune idée de son identité. Alors, elle va utiliser tous ses talents d’enquêtrice et sa chronique pour retrouver son beau justicier. Et, puisqu’il lui a confié être un inconditionnel de Noël, elle commencera par se lancer dans un marathon des animations traditionnelles. Qui sait, peut-être qu’une chauve-souris se dissimulera parmi les rennes du Père Noël  ?

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
224 pages
Disponible au formant poche

MON AVIS

Je ne suis absolument pas une adepte de romances de Noël, mais d’une année sur l’autre je me laisse tenter par un ou deux titres. Roulements de tambours, cette année je me suis lancée le défi d’en lire davantage et pourquoi pas succomber à un coup de cœur. Qui sait ?

 

Je commence donc ce challenge avec la romance de Stéphanie Pradier. Atmosphère cocooning, chocolat chaud à portée de mains, émotions garanties pour cette romance chill.

 

L’histoire en elle-même n’a rien de surprenant mais il agréable de suivre son déroulé. Une héroïne qui perd un peu les pédales et qui a conscience que cette rencontre inespérée est la bonne. Entre pérégrination, espoirs et désirs, la belle croit à sa bonne étoile et ne lésine pas à la tâche. Rien ne passe comme elle le prévoyait, mais sa persévérance, son entêtement vont la porter au travers de la ville parée de ses plus belles couleurs de noël.

 

Cette histoire est une ode au lâcher prise, à l’émerveillement. Retrouver son âme d’enfant, apprendre à s’aimer et vivre passionnément. Les personnages s’accordent à merveille et une mention particulière pour le gang du 3eme âge qui donne une chouette dynamique au récit.

 

Une lecture assez courte et qui a eu le mérite de me plonger dans cette atmosphère si particulière d’avant les fêtes.

CREDENCE, une romance de Penelope Douglas.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Black Ink

Tiernan n’a plus goût à rien. Oubliée dans un internat par ses parents trop obsédés par leur célébrité, elle s’est construite sans amour et sans repères, dans une solitude qui lui pèse.
Quand ils décèdent alors qu’elle n’a que dix-sept ans, elle a l’impression de s’éteindre avec eux, jusqu’à ce que Jake, le demi-frère de son père, accepte sa garde en attendant sa majorité.
Tiernan est ainsi envoyée chez lui et ses deux fils, Noah et Kaleb, qui vivent isolés dans les montagnes du Colorado.
L’arrivée de Tiernan va bouleverser les certitudes des trois hommes.
Ils ne pensaient pas recueillir une femme désirable et surtout, défendue.

Jake réalise les sentiments contraires qu’il nourrit pour elle, malgré son rôle de tuteur. Et il souhaite surtout la protéger de ses fils.
Noah rêve de liberté et risquerait de l’emmener loin de lui…
Kaleb, mutique et ténébreux, a une façon très particulière de traiter les femmes…
En retrait du monde, Tiernan tente de trouver sa place parmi eux. Jusqu’à ce que les limites deviennent floues pour elle aussi… et qu’elle réalise combien les règles sont faciles à briser quand personne ne vous regarde.
Elle les désire.
Ils la possèdent.
Mais un seul va l’aimer. D’une manière qu’elle n’aurait jamais cru possible.

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
661 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

661 pages et une claque plus tard, j’essaie tant bien que mal de reprendre mes esprits.

 

Lecture en apnée, sueurs froides, mains moites et cette envie vorace d’arriver au point final.

 

Romance non conventionnelle, CREDENCE nous pousse dans nos retranchements, titillant nos limites personnelles.

 

Je peux tout à fait comprendre que ce roman n’est pas fait pour tout le monde. Personnellement, je kiffe ! Penelope Douglas bouscule, happe, dérange. Mais au-delà de cette provocation, l’auteure décortique l’essence même des âmes blessées et meurtries. Comme à son habitude elle taille avec une incroyable finesse et force les traits psychologiques de ses personnages. Elle les pousse dans leurs retranchements, elle leur ouvre la voie de la rédemption, elle leur permet de lâcher prise, de tomber pour enfin renaître plus fort. Une résurrection douloureuse mais salvatrice.

 

Huis clos immersif, étouffant, scandaleux, tentateur, Penelope Douglas brave le jugement de la plus belle des manières. L’amour. L’amour passionnel, paternel, amical, destructeur, interdit. Celui qui déconstruit les blessures. Celui qui révèle les personnes.

 

Penelope Douglas m’a happée dès le départ. Cette atmosphère qui crépite et laisse présager le pire comme le meilleur. Ses personnages tourmentés, blessés, anéantis, exprimant leurs douleurs de manière inattendue. Ce pic, cette forêt, ce lac, cette nature sauvage, indomptable à l’image de ces hommes perdus depuis longtemps. Cette neige, cette simplicité, cette solitude propice à l’introspection, ce silence qui dit tous les maux et les espoirs.

 

CREDENCE est incontestablement une immense claque, celle qui te cloue au sol, celle qui restera graver longtemps dans ton cœur. Bouleversant, renversant, Penelope Douglas confirme sa place d’auteure non conventionnelle et une nouvelle fois n’hésite pas à braver les interdits.

 

Une histoire d’amour à couper le souffle et hors du temps.

 

A découvrir absolument si le cœur t’en dis et si le trope ne te hérisse pas le poil 😉

PLAYER : seconde chance, une romance d’Estelle Every.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Me retrouver à nouveau en coloc avec mon c****** d’ex ne faisait pas partie de mes plans !
Player était mon premier. Celui a fait battre mon cœur et réchauffé mon corps, celui que je ne pourrai jamais oublier. Pourtant, tout ce que je souhaite, c’est qu’il sorte de ma tête de la même manière qu’il est sorti de ma vie en quittant le campus il y a huit mois.
Lorsqu’il est parti sans laisser d’adresse et en me brisant le cœur, j’ai cru que je ne pourrais jamais m’en remettre, mais j’avais tort. La vie continue, et j’entends bien faire en sorte que Player appartienne au passé.
Autant dire que je suis loin d’être ravie quand, au détour d’un voyage organisé par mon frère, je me retrouve nez à nez avec mon ex !
Mais ça ne s’arrête pas là : Player a décidé de revenir sur le campus ! Je vais devoir vivre avec lui à nouveau, et je ne suis pas certaine de lui résister…
Notre passé flotte entre nous, et lorsque Player me demande de l’aider à réussir son semestre, je me sens perdue.
Me trouver près de lui tout en sachant qu’il ne ressent rien pour moi est de la torture, mais suis-je capable de lui refuser mon aide alors que je suis sa dernière chance de réussir ses études ?
 
 
Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
310 pages
Disponible au format numérique et broché
 

MON AVIS

Alabama a survécu, tant bien que mal, à son premier gros chagrin d’amour. Elle a beaucoup pleuré, crié et insulté de tous les noms d’oiseau l’insondable Player. 8 mois se sont écoulés, imaginant tout un tas de scénario concernant son ex et parmi eux, elle n’aurait jamais cru le croisé sur son lieu de vacances. Sa première réaction, une claque phénoménale venant du fond de ses tripes. Déstabilisée, toujours autant attirée, cette rencontre aurait pu clore une partie de sa vie si cette dernière ne lui jouait pas un vilain tour.

 

La rentrée universitaire est animée : le retour de Player et les tracas familiaux n’aident en rien à Alabama à se focaliser sur son avenir. Les amies et Emery sont toujours autant présents mais avec leurs idées bien définies en ce qui concerne Player.

 

Difficile de résister au séduisant quarterback qui doit également se dépatouiller avec ses problèmes familiaux.

 

Les secondes chances sont faites pour être vécues à fond mais à quel prix ?

 

Pas de temps pour notre duo incontournable. Ce second tome est à mes yeux totalement différent du premier notamment en ce qui concerne le rythme qui est beaucoup plus langoureux, romantique malgré les événements et les rebondissements à gogo. Ils parviennent à définir leurs propres limites, leurs attentes, leurs désirs, leurs doutes et leurs problèmes. Ils arrivent enfin à se poser. On découvre une nouvelle facette de Player : tendre, romantique, attentif, calme (un peu) et persévérant. Alabama est davantage dans la retenue et dans l’écoute de ses sentiments et de son intuition. Estelle Every intègre une nouvelle dimension, celle de la famille, des liens, des engagements toxiques. On découvre tout l’envers du décor. Je n’ai pas spécialement apprécié cet apport mais je reste touché par les valeurs mises en avant : la combativité, la tolérance, l’entraide. 

 

Ce second tome est moins fusionnel, moins intrépide, moins fougueux. Estelle Every laisse place à l’expression des émotions, à l’apprentissage des sentiments, à l’exploration de l’autre, au lâcher prise.

 

Player et Alabama c’est une histoire de dingue, une histoire de passion, une belle histoire d’amour.

A DEAL WITH THE DEVIL, une romance d’Elizabeth O’Roark.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Harlequin – Collection &H

Toujours bien lire les petites lignes du contrat…
Jamais Tali n’aurait imaginé travailler un jour pour un homme aussi odieux  (et sexy) que Hayes Flynn, le chirurgien esthétique le plus recherché de Los Angeles. L’ami qui l’a recommandée avait bien tenté de la mettre en garde, mais il n’avait pas mentionné que travailler au domicile de Hayes Flynn impliquait de le voir dès le matin au saut du lit, répondre à tous ses caprices et mettre à la porte ses conquêtes d’un soir  (en tâchant de deviner leur prénom).
Alors, aucun risque qu’elle déroge à la sacro-sainte règle de ne jamais coucher avec son boss  ! D’ailleurs, elle méprise tellement son attitude désinvolte de séducteur qu’elle est incapable de prendre sur elle, et ils n’arrêtent pas de se disputer. Heureusement qu’ils se détestent car elle doit bien avouer que Hayes a un charme indéniable. Le genre de charme qui électrise tout son corps et lui donne des idées tout à fait déplacées…

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
416 pages
Disponible au format broché et numérique

 


MON AVIS

Le jeu du chat et de la souris n’a jamais autant pris sens. La nouvelle romance d’Elizabeth O’Roark a ce côté totalement incandescent, indécent.

 

La première rencontre entre Tali et Hayes ne s’est pas déroulée dans de très bonnes conditions et il est difficile de la considérer comme le début à une quelconque idylle. Tali est du genre effronté mais avec une grande classe. Hayes est le genre d’homme bien trop sûr de lui, orgueilleux et un brin tyrannique.

 

Je te laisse donc imaginer le duo Tali/Hayes ! Oui, oui, carrément explosif.

 

Ce nouveau tome est un plus léger que les précédents notamment en ce qui concerne l’alchimie des personnages. Une romance boss/employée est toujours délicate à aborder pour des raisons évidentes. J’ai adoré le personnage de Tali qui n’en rate pas une pour déverser son venin avec courtoisie et tact. Et quand l’interlocuteur en face répond avec une aisance débordante, ça te donne des dialogues explosifs au sous-entendus tendancieux. Plus l’histoire avance et plus on découvre les aspects psychologiques des personnages. Tali a peur de l’abandon et Hayes de l’engagement. Ce qui justifie leurs actes et leurs manières de vivre. La faiblesse de l’autre va, en quelque sorte, combler celle de l’autre (effet pansement). L’auteure aborde également l’emprise familiale et ses dérives. 

 

Une romance légèrement plus courte que les précédentes mais qui a le mérite de rentrer vivement dans le sujet et te captive en un claquement de doigts. Des personnages explosifs avec leurs faiblesses qui s’apprivoisent avec une certaine maladresse touchante, parfois destructrice. L’osmose qui les lie est terriblement mignonne et émouvante.

 

Une romance de seconde chance, d’ouverture aux autres et qui ne manque pas de piquant !

 

MY ARROGANT KNIGHT, une romance de Ashley Jade.

ROMANCE Young Adult

Éditions Harlequin – Collection &H

Il a parié qu’il la séduirait. Elle va lui montrer qui mène vraiment le jeu…

 

Sportif, diaboliquement sexy, riche et sans scrupule, Cole règne en maître sur le lycée d’élite de la Royal Hearts Academy. Personne ne soupçonne que sous cette façade il cache une blessure profonde… Personne, sauf Sawyer Church, cette fille trop sage qui l’attire irrésistiblement. Aussi, quand son pire ennemi le met au défi, devant tous ses coéquipiers, de prendre la virginité de Sawyer, il hésite, mais se sent coincé.
S’il veut tenir sa réputation – et garder sa Ferrari – il a maintenant six mois pour séduire Sawyer…
Quand Sawyer entend Cole accepter ce pari révoltant, elle est furieuse. Elle a beau savoir que Cole est un enfoiré de première, elle avait la faiblesse de croire qu’il la respectait un minimum, voire qu’il ressentait lui aussi ce lien troublant entre eux, depuis le baiser qu’ils ont échangé un soir. Elle se trompait. Il la prend pour une fille crédule et innocente ? Tant mieux : elle va se faire un plaisir de le détromper et de lui imposer ses propres conditions…

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
666 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

J’avais adoré le premier tome et celui-ci confirme mon amour inconditionnel pour Ashley Jade.

 

De retour au lycée de la Royal Hearts Academy auprès de Cole et de Sawyer. Deux entités totalement différentes qui vont créer pas mal d’étincelles.

 

Le quarterback est aussi charismatique que Sawyer est unique par son style et sa manière de voir le monde. Lui extraverti. Elle, n’aime pas s’afficher. Des regards sous-jacents, des mots acerbes et surtout une attirance mutuelle tue. 

 

Si Sawyer n’est pas la fille la plus populaire du lycée, elle n’en reste pas moins une fille au caractère bien trempé mais malheureusement sans cesse humiliée à cause de ses formes généreuses. Elle a une grande capacité à se mettre dans le pétrin et à se trouver au cœur de situations tout aussi cocasses que gênantes. Et c’est lors d’un de ces moments totalement dingues qu’elle apprend pour le pari. Il en faut peu à la diabolique Sawyer pour surgir.

 

Sawyer et Cole est une merveilleuse histoire de tolérance, d’amitié, d’amour et surtout une histoire si pure qu’elle ne pourra que t’émouvoir.

 

Ashley Jade aborde de nombreux thèmes comme le harcèlement scolaire et psychologique et les conséquences néfastes qu’elles engendrent. L’apparence physique est cœur de cette histoire bouleversante (grossophobie) qui bouscule sérieusement et qui m’a mise hors de moi. Ashley Jade parle également d’addictions aux drogues. Et on assiste impuissamment à la descente aux enfers. Mais il y a quelque chose de précieux dans cette histoire c’est l’amour inconditionnel et l’amitié indéfectible. Si le récit est parfois douloureux, l’humour présent est bienvenu et détend l’atmosphère. Je n’ai jamais autant ri pendant mes lectures. Tu sais ce rire qui sort de tes tripes et qui ne te lâche pendant longtemps très longtemps. 

 

Ashley Jade confirme sa place dans le paysage de la romance. Des histoires émouvantes, captivantes et bouleversantes portées par des personnages dissemblables et aux fêlures dissonantes. 

 

Une romance percutante qui te tient en haleine de A à Z.

 

HADÈS & PERSÉPHONE, tome 2 : A touch of ruin, une romance de Scarlett St. Clair.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Romans – Collection New romance

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Robyn Stella Bligh

La relation de Perséphone avec Hadès est devenue publique et la tempête médiatique qui en résulte perturbe sa vie normale et menace de l’exposer en tant que déesse du printemps. Pour ajouter à ses ennuis, tout le monde semble désireux d’éloigner Perséphone du Dieu des morts en exposant son passé infernal.

Les choses ne font qu’empirer lorsqu’une horrible tragédie laisse le cœur de Perséphone en ruine et Hadès refuse de l’aider. Désespérée, elle prend les choses en main et conclut des accords qui ont de graves conséquences.
Confrontée à un côté d’Hadès qu’elle n’a jamais connu et à une perte écrasante, Perséphone se demande si elle peut vraiment devenir la reine d’Hadès.

 

 

Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2022
476 pages
Disponible au format broché et numérique

MON AVIS

Malgré le fait que j’ai adoré le premier tome, mon avis pour ce second tome est mitigé.

 

J’ai beaucoup aimé l’alchimie entre les personnages que j’ai découverts dans le premier tome et je m’attendais à quelque chose de semblable par la suite.

 

Souvenez-vous, les pouvoirs de Perséphone apparaissent tout au long des dernières pages et d’ailleurs je l’ai considéré comme un sacré twist.

 

Cette suite est largement consacrée à la belle déesse qui, je ne vous le cache pas, est submergée par ses émotions (pour ne pas dire qu’elle ne pète pas les plombs). Une très large partie de cette histoire est donc dédiée aux états d’âmes de la belle qui bien évidemment fait n’importe quoi et qui ne gère plus rien. Elle a pris cette vilaine habitude d’en faire qu’à sa tête et les conséquences sont plutôt désastreuses. Mais ce qui a de bien c’est qu’elle vit dans un monde où tout est supposé être pardonné. Sauf pour sa vilaine mère, Déméter, qui n’a pas dit son dernier mot (rendez-vous au tome 3 pour en savoir davantage).

 

Tu l’auras compris que je suis un tantinet agacée par ce genre de personnage qui est bloquée dans une situation dont elle-même y a été de son plein grès. Heureusement les dernières 100 pages ont sauvé, un tantinet, mon avis général où l’action est bien plus présente et où, oh miracle, les choses semblent bouger pour le meilleur et aussi le pire (est à venir).

 

Perséphone a fait sa crise d’adolescence. Capricieuse, entêtée, colérique, émotionnellement instable, ce passage à vide lui a permis, enfin, de se libérer de ses chaînes. Bon, les casseroles sont nombreuses mais l’essentiel est qu’elle ait pu trouver cette sorte d’apaisement.

 

Contrairement au précédent tome, je ne l’ai absolument pas dévoré. J’ai pris le temps d’encaissé toute cette négativité. Heureusement Hadès fait preuve d’une patience légendaire et je m’étonne même qu’il n’ait pas dégoupillé.

 

Sinon l’auteure aborde des thèmes assez intéressants comme : le pardon, les secondes chances, l’estime de soi, la confiance, l’amitié, le deuil.

 

Un final assez sympa mais pas spécialement tonitruant et j’espère, sincèrement, que la suite sera un brin plus énergique.

 

Team »pas convaincue » mais je croise les doigts pour la suite que j’ai hâte de lire (tout de même).

 

Ps : les petits bonus « point de vue » Hadès sont tops !

 

HADÈS ET PERSÉPHONE, Tome 1 : A touch of darkness, une romance de Scarlett St. Clair.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New romance


Perséphone n’est la déesse du printemps qu’en titre. Depuis qu’elle est toute petite, les fleurs se ratatinent ; à son contact. Après s’être installée à New Athens, elle espérait mener une vie discrète, dans la peau d’une journaliste mortelle. Tout change lorsqu’elle s’assied dans une boîte de nuit clandestine pour jouer une partie de cartes avec un étranger hypnotique et mystérieux.
 
Hadès, le dieu des morts, a bâti un empire du jeu dans le monde des mortels et ses paris favoris sont réputés impossibles. Mais rien ne l’a jamais intriguée ; autant que la déesse qui lui offre une aubaine laquelle il ne peut résister. Après sa rencontre avec Hadès, Perséphone se retrouve liée par un contrat avec le Dieu des morts, et ses conditions sont impossibles : Perséphone doit créer la vie dans le monde souterrain ou perdre sa liberté à jamais. Le pari ne se limite cependant pas à exposer l’échec de Perséphone en tant que déesse. Alors qu’elle s’efforce de semer les graines de sa liberté, son amour pour le Dieu des ténèbres grandit – un amour à la fois envoutant et interdit.

 

 

Ma note 4.5/5
Nouveauté 2021
429 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

J’ai succombé à nouveau pour le mythe revisité d’Hadès et de Perséphone. Je suis toujours intriguée par la manière dont les auteurs s’approprient ce couple mythique et ce n’est pas pour autant que j’ai lu l’original et je ne peux donc pas juger de la fidélité de cette romance.

 

La déesse du Printemps a su se défaire quelque peu des chaînes qui la liaient à sa mère. Après avoir passé une enfance enfermée dans une cage dorée à subir les remontrances d’une mère tyrannique et protectrice, la voici libre comme l’air chez les mortels. Une vie idyllique où elle consacre son temps à ses études de journalisme. Elle en oublierait son monde originel. C’est en fêtant son nouveau stage qu’elle va rencontrer le seul Dieu pour lequel on lui a insufflé les plus terribles histoires et la plus terrible des haines. Si Hadès est synonyme de mort et de déviance, Perséphone n’en ai pas moins curieuse. Curiosité qui la pousse à jouer un pari risqué contre le Dieu des morts. Prise à son propre piège, elle va pourtant découvrir un monde où la joie n’est pas une chimère et le cœur d’un Dieu qui attend sa reine depuis toujours.

 

Un pari risqué. Un pari qui révélera la Déesse au travers d’une quête au cœur du royaume du Dieu des Morts.

 

Je vous avoue que j’ai littéralement été charmée par ce couple. L’alchimie est immédiate est pourtant tout va de travers. La Déesse est têtue, acharnée, énervante, jalouse, imprévisible. La colère enfle au fil des pages tout autant que cet amour incommensurable qu’elle lui voue. Un amour péché mais d’une pureté indéniable. Une histoire d’amour ne serait pas véritable si les embûches ne jalonneraient pas leur chemin. Les rebondissements sont nombreux mais tendent par la révélation, celle de la magie de la Déesse qui explosera au cœur de la noirceur. Le chemin est ardu poussant la Déesse dans ses retranchements où les questions et les doutes sont multiples. Hadès fait preuve d’une patience exemplaire, parfois fourbe et malicieux, mais la méchanceté ne fait parti de ces défauts. Hadès est un homme au charisme et au charme bouleversant. Loin des apparences, on découvre un homme certes ambitieux mais d’une bonté touchante. L’histoire est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Si l’alchimie entre les personnages est une des force de cette romance, la plume de l’auteure et l’environnement le sont tout autant. On navigue entre une certaine réalité où les Dieux cohabitent avec les humains et leurs propres mondes. Entre luxure, émerveillement, complot et paysage envoûtant, la plume de Scarlett St. Clair m’a accaparée. C’est vraiment le genre de romance que tu croques avec plaisir et curiosité. Une plume qui t’emporte au cœur de cette histoire où la passion et la haine prennent un sens relatif.

 

Le final est sans aucun doute tonitruant et laisse présager un second tome tout autre où je pense que la belle Déesse ne sera plus en mesure de contrôler ses pulsions.

 

Une romance originale et envoûtante au cœur des ténèbres d’où la lumière naîtra. Les enfers comme vous ne les avaient jamais connus ! Une romance sexy et addictive !

365 JOURS, une romance de Blanka Lipinska.

ROMANCE ÉROTIQUE

Éditions Hugo Roman – Collection New Romance

Tome 1/3

Don Massimo Torricelli est le chef d’une des plus puissantes familles mafieuses de Sicile.
Il y a plusieurs années, alors qu’on lui a tiré dessus, il se bat pour survivre, il a des visions d’une jeune femme. À peine sorti du coma, il fait réaliser des peintures du visage de cette femme qui l’obsède et qu’il n’a de cesse de trouver.
Laura Biel passe des vacances en Sicile avec son copain, Martin et des amis à l’occasion de son anniversaire. Depuis qu’elle est arrivée sur l’île, Laura a le sentiment étrange d’être observée, elle met cette sensation sur le compte de la fatigue et décide de profiter de ses vacances.
 
Malheureusement les relations entre Laura et Martin sont délétères. A tel point que Laura ne supportant plus l’attitude de Martin, quitte l’hôtel furieuse. Alors qu’elle déambule dans les rues du petit village sicilien, elle croise le chemin de Massimo.
Elle se réveille dans un lit inconnu, et se trouve devant celui qu’elle surnomme l’homme en noir. Il lui fait une proposition des plus étranges : rester avec lui pendant les 365 prochains jours, et si elle n’est pas tombée amoureuse de lui d’ici là, il la laissera partir. Massimo lui affirme qu’il ne fera jamais rien sans son consentement, qu’elle n’a rien à craindre de lui.
Laura est animée par des sentiments contradictoires, elle est à la fois extrêmement attirée par le beau Massimo, et hors d’elle d’être retenue contre son gré.
Une relation d’une sensualité dévorante va se nouer entre Laura la fougueuse et Massimo l’impétueux. Et ce n’est pas forcément celui que l’on imagine qui va mener la danse…
Un roman sexy et profondément romantique.

 

 

Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2021
360 pages
Disponible au format numérique, broché et bientôt poche

 


MON AVIS

J’ai enfin eu l’occasion de sortir un livre de ma pile personnelle. Cette romance érotique me faisait de l’œil depuis la sortie. Au point de ne lire aucun avis dessus (pour éviter tout spoiler et autre) et de ne même pas savoir qu’une polémique avait éclaté dessus. Rien de mieux que la communauté bookstagram pour te mettre à jour. Et bien vous savez quoi les livres qui font polémique j’adore ça, d’une certaine manière cela les fait vivre. Le dernier en date qui avait éclaboussé la toile et qui avait attiré mon attention, était la dark romance de Maryssa Rachel, Outrages que j’avais adoré.

 

Ici point de coup de cœur mais un super moment de lecture.

 

Direction la Sicile au cœur d’un domaine ultra protégé. Le maître des lieux, à la tête de la Cosa Nostra, vient d’assouvir un des ses plus anciens désirs. Mettre la main sur la femme qui l’a hantée pendant son coma. Son rapt n’était pas du tout prémédité mais à fortiori c’était bien la seule solution pour avoir l’objet de ses désirs à portée de mains. En parfait gentleman il expose sa volonté. Si son apparence de gangster ne joue pas en sa faveur, il n’usera jamais de la violence et de la contrainte.

 

Laura n’est pas du genre à accepter toute proposition inconvenante et saugrenue pour les beaux yeux du type en face d’elle. A la moindre occasion elle retrouvera sa liberté même si l’attirance qu’elle éprouve pour le beau spécimen risque d’être son point faible.

 

365 jours privée de sa liberté cela à de quoi chambouler n’importe qui. Surtout quand le cœur n’en fait qu’à sa tête et que la raison s’est peut être barré à l’autre bout du monde.

 

Cette romance érotique ne fait pas allusion à la violence et à la soumission. Si les rapports sont quelque peu tendus au départ vous seriez surpris de la tournure qu’ils prendront. Je ne vous parle pas des scènes hyper érotiques et sexy, de la tension qui empreigne les personnages, et les nombreux rebondissements qui jalonnent le récit. Laura est à l’image des femmes caractérielles et indépendantes. Sa détermination est aussi farouche que sa nouvelle obsession. Alors il est vrai qu’elle est agaçante, souvent. C’est le genre de nana que tu peux adorer et l’instant d’après détester. Alors que Massimo est dans un certain contrôle prêt à exploser au moindre pépin.
Quand on parle de romance érotique souvent le point de comparaison est la fameuse romance de EL James (que j’ai vraiment pas aimé, au passage) et ce n’est vraiment pas lui rendre justice. 365 jours est vraiment addictif et je t’assure que je l’ai dévoré en quelques heures. Le fond du récit est intéressant. Une intrigue générale aux trois tomes apparaît et donc quelques révélations sont à prévoir. Sur la forme, la plume de l’auteure polonaise n’est pas aussi fluide que je l’aurais espérée. Quelques redondances viennent gâcher la lecture et il m’a manqué cette osmose qui change tout. J’ai beaucoup apprécié l’alchimie entre les personnages qui offrent des moments mémorables. 

 

Je n’ai pas envie ici d’évoquer cette polémique (qui peut être émane de la série Netflix ?) car chacun à son propre jugement. Cette romance ne m’a absolument pas choquée et dans l’ensemble je l’ai plutôt appréciée malgré quelques couacs. Je ne peux que vous inciter à découvrir cette trilogie surtout que le format poche vient juste de sortir.