TWICE IN A BLUE MOON, une romance de Christina Lauren.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New romance


Dans le cas de Tate et de sa grand mère, l’imprévu prend l’apparence de deux charmants fermiers du Vermont : le grand-père Luther et son superbe petit-fils Sam.
Entre Sam et Tate, c’est le coup de foudre. Pendant deux glorieuses semaines, le couple se confie espoirs, rêves et secrets. Tate lui révèle qu’elle est la fille cachée de l’une des plus grandes stars du cinéma de la planète – un secret qu’elle n’a jamais confié à personne auparavant..
Mais alors que Tate se trouve soudain exposée à une tourmente de caméras et de reporters–, elle apprend qu’elle a été trahie par la seule personne en qui elle pensait pouvoir faire confiance. Quand Sam refait surface plus de dix ans plus tard, Tate pourra-t-elle lui pardonner et raviver la flamme qui les animait durant leur escapade magique à l’étranger ? Le souhaite-t-elle vraiment ? « 

 

Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2022
395 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Coup de foudre sous les étoiles londoniennes, loin de la Californie et du Vermont, Tate et Sam vivent leurs quinze plus beaux jours de leurs vies. Malheureusement cette idylle sera aussi courte que douloureuse. Se quitter sur cette note de trahison a été une terrible épreuve pour Tate.

 

Les années défilant Tate a su s’imposer à Hollywood. Elle a presque oublié Sam.

 

Alors qu’elle se prépare pour son nouveau tournage et qu’elle ose croire qu’elle rendra fière son père, elle n’est pas prête à revoir Sam, qui s’avère être le scénariste du film.

 

Choc émotionnel et tourbillon sentimental, Tate a de quoi perdre la tête.

 

C’est la seconde romance que je lis de ce duo d’auteures et j’ai moins bien accroché. J’ai ressenti beaucoup de pesanteur tout au long de cette histoire, ce quelque chose qui m’interdisait de vivre intensément chaque rebondissement. Les émotions sont bien présentes mais je n’ai pas réussi à extirper cette lumière que j’aime retrouver dans la passion. Les personnages sont intéressants. La jeune Tate plutôt introvertie à cause de son secret, se révèle par la suite une femme passionnée par son métier, certes toujours méfiante mais elle a réussi à trouver cet équilibre parfois précaire mais qui lui correspond. Sam est toujours fidèle à lui-même : rêveur, mélancolique, passionné. Une certaine langueur se dégage de ce personnage intimidant. Beaucoup de non-dits subsistent entre eux et cela dure tout au long de leur histoire. Un récit à deux vitesses, une première partie consacrée à leur rencontre à Londres et la seconde sur le tournage. C’est une jolie romance au cœur des tumultes hollywoodiennes mais il m’a manqué ce côté punch, le rythme et cette addiction que j’aime ressentir pendant mes lectures. Un slow burn cloisonné et porté par la force des sentiments.

 

A découvrir sans aucun doute.

 

HADÈS ET PERSÉPHONE, Tome 1 : A touch of darkness, une romance de Scarlett St. Clair.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New romance


Perséphone n’est la déesse du printemps qu’en titre. Depuis qu’elle est toute petite, les fleurs se ratatinent ; à son contact. Après s’être installée à New Athens, elle espérait mener une vie discrète, dans la peau d’une journaliste mortelle. Tout change lorsqu’elle s’assied dans une boîte de nuit clandestine pour jouer une partie de cartes avec un étranger hypnotique et mystérieux.
 
Hadès, le dieu des morts, a bâti un empire du jeu dans le monde des mortels et ses paris favoris sont réputés impossibles. Mais rien ne l’a jamais intriguée ; autant que la déesse qui lui offre une aubaine laquelle il ne peut résister. Après sa rencontre avec Hadès, Perséphone se retrouve liée par un contrat avec le Dieu des morts, et ses conditions sont impossibles : Perséphone doit créer la vie dans le monde souterrain ou perdre sa liberté à jamais. Le pari ne se limite cependant pas à exposer l’échec de Perséphone en tant que déesse. Alors qu’elle s’efforce de semer les graines de sa liberté, son amour pour le Dieu des ténèbres grandit – un amour à la fois envoutant et interdit.

 

 

Ma note 4.5/5
Nouveauté 2021
429 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

J’ai succombé à nouveau pour le mythe revisité d’Hadès et de Perséphone. Je suis toujours intriguée par la manière dont les auteurs s’approprient ce couple mythique et ce n’est pas pour autant que j’ai lu l’original et je ne peux donc pas juger de la fidélité de cette romance.

 

La déesse du Printemps a su se défaire quelque peu des chaînes qui la liaient à sa mère. Après avoir passé une enfance enfermée dans une cage dorée à subir les remontrances d’une mère tyrannique et protectrice, la voici libre comme l’air chez les mortels. Une vie idyllique où elle consacre son temps à ses études de journalisme. Elle en oublierait son monde originel. C’est en fêtant son nouveau stage qu’elle va rencontrer le seul Dieu pour lequel on lui a insufflé les plus terribles histoires et la plus terrible des haines. Si Hadès est synonyme de mort et de déviance, Perséphone n’en ai pas moins curieuse. Curiosité qui la pousse à jouer un pari risqué contre le Dieu des morts. Prise à son propre piège, elle va pourtant découvrir un monde où la joie n’est pas une chimère et le cœur d’un Dieu qui attend sa reine depuis toujours.

 

Un pari risqué. Un pari qui révélera la Déesse au travers d’une quête au cœur du royaume du Dieu des Morts.

 

Je vous avoue que j’ai littéralement été charmée par ce couple. L’alchimie est immédiate est pourtant tout va de travers. La Déesse est têtue, acharnée, énervante, jalouse, imprévisible. La colère enfle au fil des pages tout autant que cet amour incommensurable qu’elle lui voue. Un amour péché mais d’une pureté indéniable. Une histoire d’amour ne serait pas véritable si les embûches ne jalonneraient pas leur chemin. Les rebondissements sont nombreux mais tendent par la révélation, celle de la magie de la Déesse qui explosera au cœur de la noirceur. Le chemin est ardu poussant la Déesse dans ses retranchements où les questions et les doutes sont multiples. Hadès fait preuve d’une patience exemplaire, parfois fourbe et malicieux, mais la méchanceté ne fait parti de ces défauts. Hadès est un homme au charisme et au charme bouleversant. Loin des apparences, on découvre un homme certes ambitieux mais d’une bonté touchante. L’histoire est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Si l’alchimie entre les personnages est une des force de cette romance, la plume de l’auteure et l’environnement le sont tout autant. On navigue entre une certaine réalité où les Dieux cohabitent avec les humains et leurs propres mondes. Entre luxure, émerveillement, complot et paysage envoûtant, la plume de Scarlett St. Clair m’a accaparée. C’est vraiment le genre de romance que tu croques avec plaisir et curiosité. Une plume qui t’emporte au cœur de cette histoire où la passion et la haine prennent un sens relatif.

 

Le final est sans aucun doute tonitruant et laisse présager un second tome tout autre où je pense que la belle Déesse ne sera plus en mesure de contrôler ses pulsions.

 

Une romance originale et envoûtante au cœur des ténèbres d’où la lumière naîtra. Les enfers comme vous ne les avaient jamais connus ! Une romance sexy et addictive !

365 JOURS, une romance de Blanka Lipinska.

ROMANCE ÉROTIQUE

Éditions Hugo Roman – Collection New Romance

Tome 1/3

Don Massimo Torricelli est le chef d’une des plus puissantes familles mafieuses de Sicile.
Il y a plusieurs années, alors qu’on lui a tiré dessus, il se bat pour survivre, il a des visions d’une jeune femme. À peine sorti du coma, il fait réaliser des peintures du visage de cette femme qui l’obsède et qu’il n’a de cesse de trouver.
Laura Biel passe des vacances en Sicile avec son copain, Martin et des amis à l’occasion de son anniversaire. Depuis qu’elle est arrivée sur l’île, Laura a le sentiment étrange d’être observée, elle met cette sensation sur le compte de la fatigue et décide de profiter de ses vacances.
 
Malheureusement les relations entre Laura et Martin sont délétères. A tel point que Laura ne supportant plus l’attitude de Martin, quitte l’hôtel furieuse. Alors qu’elle déambule dans les rues du petit village sicilien, elle croise le chemin de Massimo.
Elle se réveille dans un lit inconnu, et se trouve devant celui qu’elle surnomme l’homme en noir. Il lui fait une proposition des plus étranges : rester avec lui pendant les 365 prochains jours, et si elle n’est pas tombée amoureuse de lui d’ici là, il la laissera partir. Massimo lui affirme qu’il ne fera jamais rien sans son consentement, qu’elle n’a rien à craindre de lui.
Laura est animée par des sentiments contradictoires, elle est à la fois extrêmement attirée par le beau Massimo, et hors d’elle d’être retenue contre son gré.
Une relation d’une sensualité dévorante va se nouer entre Laura la fougueuse et Massimo l’impétueux. Et ce n’est pas forcément celui que l’on imagine qui va mener la danse…
Un roman sexy et profondément romantique.

 

 

Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2021
360 pages
Disponible au format numérique, broché et bientôt poche

 


MON AVIS

J’ai enfin eu l’occasion de sortir un livre de ma pile personnelle. Cette romance érotique me faisait de l’œil depuis la sortie. Au point de ne lire aucun avis dessus (pour éviter tout spoiler et autre) et de ne même pas savoir qu’une polémique avait éclaté dessus. Rien de mieux que la communauté bookstagram pour te mettre à jour. Et bien vous savez quoi les livres qui font polémique j’adore ça, d’une certaine manière cela les fait vivre. Le dernier en date qui avait éclaboussé la toile et qui avait attiré mon attention, était la dark romance de Maryssa Rachel, Outrages que j’avais adoré.

 

Ici point de coup de cœur mais un super moment de lecture.

 

Direction la Sicile au cœur d’un domaine ultra protégé. Le maître des lieux, à la tête de la Cosa Nostra, vient d’assouvir un des ses plus anciens désirs. Mettre la main sur la femme qui l’a hantée pendant son coma. Son rapt n’était pas du tout prémédité mais à fortiori c’était bien la seule solution pour avoir l’objet de ses désirs à portée de mains. En parfait gentleman il expose sa volonté. Si son apparence de gangster ne joue pas en sa faveur, il n’usera jamais de la violence et de la contrainte.

 

Laura n’est pas du genre à accepter toute proposition inconvenante et saugrenue pour les beaux yeux du type en face d’elle. A la moindre occasion elle retrouvera sa liberté même si l’attirance qu’elle éprouve pour le beau spécimen risque d’être son point faible.

 

365 jours privée de sa liberté cela à de quoi chambouler n’importe qui. Surtout quand le cœur n’en fait qu’à sa tête et que la raison s’est peut être barré à l’autre bout du monde.

 

Cette romance érotique ne fait pas allusion à la violence et à la soumission. Si les rapports sont quelque peu tendus au départ vous seriez surpris de la tournure qu’ils prendront. Je ne vous parle pas des scènes hyper érotiques et sexy, de la tension qui empreigne les personnages, et les nombreux rebondissements qui jalonnent le récit. Laura est à l’image des femmes caractérielles et indépendantes. Sa détermination est aussi farouche que sa nouvelle obsession. Alors il est vrai qu’elle est agaçante, souvent. C’est le genre de nana que tu peux adorer et l’instant d’après détester. Alors que Massimo est dans un certain contrôle prêt à exploser au moindre pépin.
Quand on parle de romance érotique souvent le point de comparaison est la fameuse romance de EL James (que j’ai vraiment pas aimé, au passage) et ce n’est vraiment pas lui rendre justice. 365 jours est vraiment addictif et je t’assure que je l’ai dévoré en quelques heures. Le fond du récit est intéressant. Une intrigue générale aux trois tomes apparaît et donc quelques révélations sont à prévoir. Sur la forme, la plume de l’auteure polonaise n’est pas aussi fluide que je l’aurais espérée. Quelques redondances viennent gâcher la lecture et il m’a manqué cette osmose qui change tout. J’ai beaucoup apprécié l’alchimie entre les personnages qui offrent des moments mémorables. 

 

Je n’ai pas envie ici d’évoquer cette polémique (qui peut être émane de la série Netflix ?) car chacun à son propre jugement. Cette romance ne m’a absolument pas choquée et dans l’ensemble je l’ai plutôt appréciée malgré quelques couacs. Je ne peux que vous inciter à découvrir cette trilogie surtout que le format poche vient juste de sortir. 

LA REINE DES OMBRES, un roman de Tricia Levenseller.

FANTASY DE MŒURS

Éditions HUGO ROMAN – Collection Stardust

Traduit de l’anglais par Pauline Vidal

D’abord, courtiser le Roi des Ombres. Puis l’épouser.
Enfin, le tuer et récupérer son royaume…
Personne ne connaît l’étendue des pouvoirs du Roi des Ombres, fraîchement couronné. Certains disent qu’il peut contrôler les ombres qui errent autour de lui et les manipuler à sa guise. D’autres que les ténèbres lui murmurent les secrets de ses ennemis.

 

Peu importe, Alessandra sait ce qu’elle veut, et rien ne pourra l’empêcher de mener son plan à la réussite.
Mais la jeune fille n’est pas la seule personne qui cherche à conquérir le trône. Et alors que les attaques envers le Roi se multiplient, elle se retrouve à devoir mettre toute son énergie à le défendre, le temps qu’il puisse faire d’elle sa reine. Car après tout, quoi de mieux pour un roi des ombres qu’une reine perfide et rusée ?

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
443 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Alessandra a su prendre son destin en main dès qu’elle a compris qu’étant la cadette elle ne ferait jamais le mariage qu’elle souhaiterait. Sournoise, malicieuse, perfide, elle est devenue une reine de la manipulation. Elle a le don de cerner rapidement les faiblesses des hommes qui l’entourent. Elle tire toujours son épingle du jeu pour obtenir tout ce qu’elle désire. Ses sentiments elle n’en a que faire. Plutôt briser le cœur des autres, le réduire en poussière que de subir à nouveau la désillusion de l’amour et du désir. Lorsque sa grande sœur revient sans avoir su séduire le Roi des Ombres, elle sait pertinemment que c’est à son tour de briller et de prouver à tous qu’elle ne sera jamais un second choix.

 

Elle doit absolument se tenir à son plan, le mettre en action quoiqu’il arrive. Le séduire, le tuer et prendre sa place. Quoiqu’elle ressente, quoiqu’elle pense et malgré les obstacles, elle deviendra la Reine des Ombres.

 

Un des premiers titres de la nouvelle collection Stardust des éditions Hugo Roman, ce roman que je classe volontiers dans la fantasy de mœurs n’a pas su me convaincre. Étant une adepte du genre fantasy, ce roman ne présente pas tous les codes que j’aurais pu attendre. Les descriptions de l’univers sont peu présentes, beaucoup trop d’éléments fleurissent ici et là et non pas véritablement de fin, de poids. Tout ce qui concerne la  partie société (us et mœurs) ne sont pas assez détaillés et mis en avant. Ce roman aurait pu être tout simplement une romance (voire une romance historique pour tout ce qui est château…). Voilà pour la partie fantasy. Concernant la romance l’auteure a plus d’un tour dans sa poche ce qui a considérablement amélioré mon avis. Au cœur de la jalousie et de la convoitise, Alessandra va se faire une place de choix auprès du roi. Jour après jour, elle découvre l’homme qui se cache derrière son rôle et devient la pièce maîtresse d’un scénario troublant. Concernant les personnages j’ai eu beaucoup de mal avec Alessandra qui est une jeune femme totalement calculatrice et froide, heureusement son caractère tend à s’adoucir vers la fin. Le Roi des Ombres est un homme énigmatique avec de grands principes. 

 

 

En bref :
– Une romance intéressante qui développe le sujet de la place des femmes dans la société
– Le côté fantasy est peu développé à mon goût
– Des personnages intéressants mais pas totalement convaincant malgré une héroïne qui défit toutes les lois et codes
– Un scénario sans réelle surprise malgré les nombreux rebondissements
– Un roman sans réelle complexité pour moi

 

Peut-être l’avez-vous lu et adoré tout ce que je n’ai pas su apprécier ? Je vous invite vivement à vous faire votre propre avis surtout si la couverture (est juste magnifique) et le résumé vous attirent et que vous n’êtes pas une adepte de la fantasy mais que vous adorez le côté romance et manigance.

 

 

TEMPÊTES DU SUD, une romance de Brittainy C. Cherry.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New Romance

Compass series, tome 1

Je voulais m’enfuir, tout simplement. Jamais je ne me serais attendue à lui tomber dans les bras… Laissant derrière moi ma vie urbaine pour échapper à un mariage sans amour, j’allai m’installer à Havenbarrow, avec l’intention de prendre un nouveau départ. C’était sans compter sur l’attraction inattendue qu’allait exercer sur moi le mouton noir de la ville. Parfois vous vous retrouvez seul au milieu des dégâts provoqués par la tempête.
 
Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
371 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Du jour au lendemain sa vie a basculé inéluctablement vers l’enfer. Elle s’est accrochée à tout ce qu’elle a pu. Elle a pleuré, elle a crié, mais rien n’a apaisé cette peine brûlante, déchirante, destructrice. Alors lorsque son mari la met dehors pour des raisons totalement abjectes, elle ne croit plus en rien. L’amour n’est rien, la passion n’est qu’une futilité et les souvenirs sont synonymes de souffrance. Elle part loin, rejoindre sa sœur qui lui offre un nouveau départ dans cette petite ville. Les jours passent et la tempête fait rage, violente, abrasive. Les larmes sont son seul réconfort et lui, taciturne, mystérieux, poussé par une indéniable rage. Elle l’observe de loin, s’approche timidement jusqu’à ce que l’impensable se produit.

 

Rejeter pour ne pas souffrir est sa raison d’être. Ne plus ressentir l’amour est une bénédiction. Ne plus sourire. Vivre avec les souvenirs d’un bonheur vain et d’une violence accrue. Il n’a plus rien à lui. Jours après jours est une bataille. Jours après jours est une aventure silencieuse.

 

Alors quand il pensait de plus rien à vivre elle a surgit.

 

Brittainy C. Cherry m’a plongée dans une histoire tumultueuse et si magnifique. Les émotions montent crescendo pour exploser dans une gerbe multicolore. Les sentiments sont d’une puissance exceptionnelle. Rares sont les romances qui arrivent à me faire ressentir cette multitude d’émotions et d’une si belle intensité. L’auteure aborde des thèmes variés comme la résilience, l’acceptation, le deuil et les secondes chances. Ses personnages sont terriblement attachants. Entre eux c’est une osmose parfaite même si la vie a tendance à mettre des bâtons dans leurs roues. Leur histoire évolue d’une manière lente et sensuelle. Ne va pas croire que c’est long ou redondant, loin de là, l’auteure a cette particularité de décortiquer ses personnages tout en instillant cette touche de suspense qui s’étoffe tout au long des rebondissements. On est loin de la romance mélodramatique ou gnangnan. La plume de Brittainy C. Cherry est esquisse, envoutante et ardente.

 

En bref :
– Une romance coup de cœur
– Des personnages attachants, intimidants aux traits psychologiques finement ciselés
– Une histoire haletant où la moindre émotion est décuplée
– Les thèmes développés sont intenses
– Une ode aux secondes chances et à l’amour
L’histoire de Moon et de Sun est d’une étrange beauté. Celle qui t’envoûte, qui te charme et qui t’obsède. Une tempête d’émotions qui ne peut pas te laisser sur ta faim. 

 

Première rencontre et premier coup de foudre. Comment ne pas en valoir davantage ?

 

Connais-tu cette auteure ?

BIENVENUE À LAFAYETTE, une romance de Océane Ghanem.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New Romance

Masse critique #Babelio

Étudiante en sciences politiques, héritière d’un empire pétrolier impliqué dans un énorme scandale qui a secoué Bâton-Rouge, Ornella Sinclair est obligée de fuir sa ville natale pour intégrer en cours d’année l’université de Lafayettte. Par crainte de finir à la rue, elle écume les petites annonces et les journaux à la recherche d’un appartement.
Lorsqu’elle parvient enfin à trouver une colocation à deux pas du campus, elle ne se doute pas une seule seconde qu’elle va débarquer au beau milieu d’un repaire de mâles sublimes, mais excentriques, qui portent uniquement des shorts de sport, enchaînent les soirées et mangent leurs céréales directement dans le carton. Entre Camille, le musicien à vif et hyperactif, Andreas, le muet aux doigts de fée, et Ocean, le militant écologiste épris de liberté, Ornella ne sait plus où donner de la tête… Et Ocean a un gros défaut : il est beaucoup trop attirant, en plus d’être prodigieusement agaçant. Et depuis qu’elle a posé ses valises dans la chambre située en face de la sienne, elle sait que son passé, d’une façon d’une autre, finira par la rattraper.

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
397 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Ornella Sinclair avait un avenir brillant, radieux. La jolie fille du Sud a grandi dans l’opulence et l’insouciance jusqu’à ce jour fatidique où elle paye les conséquences de ses mauvais choix. Seul l’exil apparaît comme étant la solution adéquate. La riche héritière est détrônée. Au volant de son pick up qui ne contient que les rares affaires qu’elle n’a pu vendre, elle débute une nouvelle vie loin du chaos. Lafayette son nouveau chez soi, son nouveau départ. Abattue par son nouveau statue de fille banale, elle désire tout de même prouver que nul ne pourra la détruire. La rancœur visé aux tripes, la rage bouillonnante et le cœur déchiré, Ornella va découvrir que l’argent ne fait pas tout, que l’amitié et le véritable amour peuvent façonner un monde merveilleux.

 

Premier accro dans sa nouvelle vie, cette colocation 100% filles n’est en fait qu’une fumisterie. Les filles sont des garçons assez atypiques. Ocean, l’écolo bobo taciturne. Camille l’insatiable. Andreas l’amoureux des fleurs. Mais entre cœurs écorchées et à vif, l’entente n’est que le premier pas vers cette amitié naissante. Entre agacement, piques et humour tordu, ce quatuor est une ode au bonheur, à l’amour, aux secondes chances et à la vie.

 

Je découvre pour la première fois l’univers d’Océane Ghanem et sa plume poétique (et quelque peu salace). L’auteure nous plonge dans une histoire compliquée où les personnages sont détruits par leurs différences, leurs valeurs, leurs aspirations et leurs audaces. Elle s’attarde beaucoup sur ces détails qui façonnent ses personnages. Leurs fêlures, leurs doutes, leurs blessures font partie intégrante de cette histoire déchirante et dramatique. Comme toute romance qui se respecte, l’amour est un sentiment qui se mérite. De nombreux rebondissements viennent cabossées des relations instables. Les émotions sont puissantes et transcendantes. Ocean et Ornella sont deux personnages antagonistes qui adorent se chercher des noises. La jalousie et la convoitise font partie d’un scénario à la fois torride et bouleversant. Océane Ghanem dépeint les travers de notre époque avec cynisme, passion et mélancolie. L’alchimie des personnages est grandiose et ils se complètent tous à merveille.

 

En bref :
– Une romance trépidante, passionnante, brûlante
– Une histoire de secondes chances, de résilience, de pardon, de différences et d’acceptation
– Des personnages combatifs, atypiques et terriblement sexy
– Une plume poétique entrecoupé par des parties beaucoup plus salaces

 

J’ai adoré, malgré quelques longueurs et redondances, mais j’ai retrouvé tout ce que j’apprécie dans les romances. Des surprises, des rebondissements, des personnages attachants et de l’amour à profusion.

 

Une très belle rencontre et j’ai hâte de lire la suite des aventures des garçons.

 

Qu’apprécies-tu dans les romances ?

QUEEN BEE, une romance de Gaïa Alexia.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman Collection New Romance


Depuis quelques mois, Henri n’est plus que l’ombre de lui-même. Gendarme, il assure sans entrain ses gardes de nuit dans un petit village au nord de Paris, jusqu’à ce qu’une disparue ressurgisse dans sa vie avec perte et fracas.
 
Comment Joana Mancini a-t-elle pu être déclarée morte et enterrée des années plus tôt alors qu’elle se tient face à lui ? Et comment peut-elle être aussi irrésistiblement insupportable ?
Joana est bien vivante. Plus que ça, même. Elle est la reine des abeilles, cette instagrammeuse star, qui enchaîne placements de produits et soirées VIP, coupes de champagne et toasts au caviar. Si son sourire est toujours intact face à l’objectif, en off, la réalité est moins reluisante. Joana fuit : son passé, les problèmes, l’amour…

 

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2021
405 pages
Disponible au format numérique, broché et audio

 

 


MON AVIS

Queen Bee virevolte sur son nuage où le monde est bien joli, bien mignon. La reine picore ici et là, une photo par là, un placement de produits par-ci, la vie d’influenceuse est riche et vaste. Plus qu’on ne pourrait le croire. Le paraître doit être parfait et irréprochable. Seule compte le sourire et les yeux qui pétillent, ainsi sont comblées les abeilles. Joana gère sa vie du mieux qu’elle peut mais il se pourrait qu’elle soit vraiment dans la mouise. Mais chut, personne ne doit le savoir. Alors quand elle reçoit cette lettre l’informant de la disparation d’une être cher, c’est tout son monde qui s’étiole. Elle ne trouve rien de mieux que de noyer son chagrin dans l’alcool et de se rendre en taxi dans son village natal. Vraiment éméchée, sa course se poursuit dans un cimetière où sa haine déferle et rencontre une pierre tombale d’un autre monde, la sienne, et un gendarme plutôt sexy.

 

Lui, c’est Henri, sa vie est son enfer. Il n’est rien, seul ses amis sont devenus son point d’ancrage celui qui lui permet de ne pas sombrer. Engagé dans un foutu pacte depuis six mois, Henri avance tant bien que mal. Cette rencontre avec cette fille survoltée et agaçante va venir réchauffer son cœur.

 

Est-ce qu’une histoire est possible entre la reine des abeilles et un gendarme ? Seuls certains semblent y croire, les concernés ont vraiment la tête ailleurs !

 

Queen Bee est la première romance que je lis de Gaïa Alexia et je suis vraiment ravie de cette rencontre. Elle aborde avec générosité des thèmes comme la quête identitaire, le deuil, les relations toxiques, les relations filiales et l’image de soi. La plume de l’auteure est juste sublime et nous fais vivre une expérience de lecture inédite. J’aime lorsque les émotions transparaissent de cette manière avec franchise, frivolité et parfois exubérance. J’adore quand les personnages se découvrent, s’apprivoisent et mettent le temps nécessaire pour aller de l’avant. Les façades des personnages s’effritent lentement pour dévoiler sans fard le naturel. Et c’est totalement magnifique. Une romance slow burn explosive qui m’a totalement captivé. Mention spéciale pour les deux pépés qui n’en ratent pas une et qui rappellent que l’innocence est un don rare à préserver et à valoriser. Une romance qui dégage de la tendresse malgré les troubles-faits de la vie et qui concède de la place aux secondes chances. J’ai apprécié l’atmosphère champêtre. Même à la campagne il se passe des choses étonnantes, attrayantes et de ouf !

 

Une chouette romance où l’importance d’être soi-même est au cœur des émotions tumultueuses.

 

MY FAVORITE HALF-NIGHT STAND, une romance de Christina Lauren.

NEW ROMANCE

Éditions Hugo Roman


Millie Morris, professeur, comme ses quatre meilleurs amis et collègues à l’université de Santa Barbara, est une célibataire endurcie. Après une aventure d’un soir avec Reid, l’un des membres du groupe, Millie crée un profil en utilisant son deuxième prénom  » Catherine « , une photo qui ne dévoile pas son visage, et le retrouve sur l’application en ligne.
Les deux amis se lancent alors dans une relation sexuelle et romantique inattendue dans le royaume digital qui menace de détruire leur amitié dans la vie réelle.
La narration alternée, en prose pour la majeure partie du roman, se conjugue avec textos, chats de groupe et messages échangés via l’application, qui s’invitent dans l’univers de Millie, Reid et ses amis, laissant entrevoir l’évolution originale et sexy de la romance et vous donnera envie de swiper !

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2021
346 pages
Disponible en numérique et broché

 

MON AVIS

Aujourd’hui je viens vous parler d’un e jolie romance sous le signe des rencontres sur le net. Et par la même occasion je découvre la fameuse Christina Lauren qui à ma grande surprise, est en fait, une duo d’autrices américaines. Un quatre main qui fonctionne à merveille car à aucun moment je me suis dit : « Mmmmm ça c’est deux nanas qui écrivent »!

 

Dans le jargon des sites de rencontres (que je ne connais pas du tout), un « Half-night stand » c’est la rencontre de la soirée qui va passer la nuit (et plus si affinité) avec toi avant de disparaître au lever du soleil. C’est l’histoire d’une bande de copains un peu perché dans le milieu scientifique. Ils sont quatre hommes (dont Reid qui va nous intéresser) et une nana, Millie, une experte dans le domaine de la criminalité des femmes psychopathes. Millie fait vraiment flipper avec cette passion glauque (un peu). D’ailleurs qui apprécierait une femme qui passe sa journée à parler de meurtres, pas tout le monde ! Millie est une jeune femme sensible et qui a du mal à gérer ses émotions qu’elle préfère enfouir au fin fond de sa solide carapace. De nombreux événements survenus dans sa jeunesse ont façonné la jeune femme en devenir. La solitude ne lui fait guère peur mais avec sa bande de copains c’est tout autre chose. Moins sur la défensive, elle se laisse aller à leur contact malgré quelques des rigidités comportementales et son tact légendaire. Il est impossible pour elle de s’épancher sur sa vie en dehors de sa vie à l’université. Après une liaison amoureuse chaotique, elle trouve du confort auprès de Reid. Le jeune scientifique est d’un soutien sans faille et très vite, va au-delà de l’amitié et prend le chemin de la fraternité anticipant tour à tour, les désirs, les idées et les phrases de chacun. Une osmose parfaite pour ce duo que j’ai rapidement adopté et adoré.

 

Le soir d’une beuverie, est posée sur la table la question d’un gala et le fait d’être accompagné et c’est ainsi que les sites de rencontres sont mis sur la table et le pari est lancé de trouver chacun une personne qui l’accompagnera. Après quelques réticences et un dérapage dans les grandes lignes de l’art (une nuit Millie et Reid), Millie et ses copains se lancent dans cette aventure numérique. Et quand le hasard fait bien les choses, il est fort probable que les conséquences dans la réalité soient toutes autres.

 

Voici une romance comme je les aime. Des personnages totalement atypiques et borderline. Un enjeu crucial. Et les conséquences terribles suite à un choix douteux. Et le tout porté par deux plumes qui ont su me rendre accro au bout de quelques chapitres. Le choix de l’alternance des points de vue est une véritable aubaine pour apprendre à connaître nos deux héros au cœur d’artichaut. Les autrices m’ont plongé dans un milieu que je ne connais absolument pas. Elles font preuve d’honnêteté en décrivant les dérives et les conséquences sur la confiance en soi face à des espoirs vains et des rêves qui s’écroulent fabriqués par le numérique. Le tout dans une ambiance bon-enfant entrecoupé par des moments bien plus sérieux et tragiques. Est ce que l’amour se marchande ? Un bien de consommation ? Tout autant de questions qu’abordent les autrices. Une romance qui se lit rapidement et malgré certain passage difficile, c’est une lecture surprenante et romantique (oui aussi). J’ai fermé cette romance totalement séduite par ma découverte et je compte la poursuivre !

#TOUSDEBOUT, un roman ado de Agnès Marot et de Cindy Van Wilder.


D’un côté, il y a Anton, un jeune homme banal en apparence. Pourtant, le soir, il se cache derrière le pseudo de Gossip Boy pour jouer les justiciers sur Tumblr (et balancer les pires ragots du bahut). De l’autre,il y a Méloée, une jeune fille passionnée et pleine d’énergie, qui craque sur Rahim, le petit nouveau au lycée.
Sous ses airs de garçon sans histoires, le mystérieux Rahim se retrouve vite au centre de toutes les atten- tions. Surtout lorsqu’Anton découvre qu’il est sans- papiers… une révélation de choix pour Gossip Boy ! Plus croustillant encore, ce dernier tromperait la pétillante Méloée avec Mathis….
Bientôt, les événements prennent une tournure qui les dépasse. Rahim sur le point d’être expulsé, les élèves doivent mettre leurs différends de côté pour faire cause commune. Avec Méloée en tête de cor- tège, le lycée devient un territoire de lutte. Barricadés derrière les grilles, tous lèvent le poing pour défendre Rahim. Dans cette cohabitation forcée, les langues se délient, les secrets éclatent au grand jour. Pourtant, pour la première fois, chacun doit affirmer haut et fort ses valeurs. Jusqu’où seront-ils prêts à aller pour défendre leurs idéaux ?

Je n’avais pas prévu aujourd’hui de vous livrer mon avis sur ce roman qui fait polémique sur la blogosphère. Des outrés et des conquis se battent la part du steak. J’aime me laisser du temps entre la fin de ma lecture et le moment où j’écris mon avis, mais j’ai eu beau réfléchir, voici une lecture qui m’a complètement laissée coite, voire perdue, voire indécise. Je n’ai pas détesté. Je n’ai pas adoré. Pas assez de développement et trop d’éléments non essentiels développés. J’avais complètement craqué pour la couverture audacieuse et surtout dans l’air du temps, mais l’histoire est loin de m’avoir conquise.
Ceci n’est pas l’histoire de Rahim, immigré Iranien, installé en France depuis deux ans avec son papa. En Iran il a abandonné sa mère et ses sœurs et surtout ses rêves. Une fuite précipitée au lendemain d’un événement qui est considéré comme impur sur ses terres et condamné à mort. Il est devenu le silence, se fondant au plus près des mœurs de sa terre d’accueil. Se cacher, il sait le faire.

 

Mais ceci n’est pas l’histoire de Rahim. C’est celui de ce jeune homme un peu timide et introverti qui est pris au piège entre révélation et action. Un étau qui se referme davantage quand ses amis décident de bloquer le lycée en son nom, en sa liberté, en ce qu’il est. Rahim devient le symbole d’une communauté et de tous ces immigrés en attente de régularisation. Loin du discours politique il s’infiltre tout de même entre les lignes et c’est une prise de position agaçante que je n’aime pas retrouver dans mes lectures. Même si ils ne sont pas nommés, il est facile de reconnaître les mouvements de l’extrême droite ou les Black bloc où homophobie, racisme sont les vecteurs de leur haine. Est ce que les auteures ont voulu dénoncer cela ? Si c’est le cas, leur mise en avant est totalement incongrue et fragile.

 

Dans ce roman il y a beaucoup de choses et de personnages auxquels il est difficile d’éprouver de l’empathie. Anton est ce jeune homme mal à l’aise dans sa peau et qui en veut à tout le monde. Un père roumain un peu trop soupe au lait qui aime s’occuper du foyer, une mère peu visible, une sœur qui adule sans restriction une tante à la tête d’une association qui aide les immigrés. Une tante qui aime le paraître et se mettre au devant des faits. Il lui manque un zeste d’humilité pour pouvoir l’aduler. Pourtant si Anton la déteste, il prend le même chemin. Dénonciateur, « GossipBoy » lui sert de vitrine malsaine sur la vie au sein du lycée. Ces posts Tumblr (je ne sais même pas ce que sait !) sont d’une violence malveillante où les humiliations défilent. Est ce un moyen efficace de parler des problèmes de notre société ? Le dialogue est loin d’être installé, car si les fans adorent ces clashs, l’effet de groupe est dévastateur. Où est le respect d’autrui ? Méloée est quant à elle, la jolie fille qui ne fait pas de vague, amoureuse de Rahim. Alors qu’elle n’ose pas émettre ses opinions, il aura suffit d’un post de GossipBoy et d’une vidéo dénonçant la situation de Rahim pour qu’elle se transforme en « déesse vengeresse et justicière ». Méloée a le charisme pour porter à bout de bras tout un groupe et à l’allier à une cause commune. Alors oui elle est superbe, la caricature parfaite d’une jeune femme qui se révèle féministe assumant avec parcimonie ses actions et ses conséquences. Serait-elle le symbole du féminisme dans toute sa splendeur ?

 

Je regrette beaucoup de scènes dans ce roman. Celle du dépucelage de Méloé dans les toilettes crades du lycée, non merci, sans façon. Une violence inouïe de la part de ces jeunes, c’est aberrant ! L’alcool qui coule à flot, euh c’est alarmant ! Rahim comme objet, non !

 

Si le fond de l’histoire est intéressant, tout le contexte l’est beaucoup moins. J’ai eu l’impression de me trouver au cœur d’une parodie de mauvais goût de quelque chose qui est sérieux et actuel. Ce lycée a l’allure d’un lycée catholique engoncé dans quatre murs ridicules et étriqués. Il n’y a aucune mixité, seul Rahim apparaît comme l’étranger au milieu de tous ses blancs.

 

Alors oui l’histoire aurait pu être sensationnel mais tout le contexte la rabaisse à un récit de mauvais goût où l’immigration est mis au cœur d’une histoire tirée par les cheveux et où la violence est bien trop présente. Je me pose cette question cruciale : #TousDebout est-il le reflet de notre jeunesse partagée entre idéaux héréditaires et malfaisants et conviction malmenée ?

 

A vous, de vous en faire une idée !

 

Une chronique de #Esméralda