LE PETIT THÉÂTRE DES OPÉRATIONS, tome 3 : une bande dessinée de Monsieur le Chien et de Julien Hervieux.

BANDE DESSINÉE HISTORIQUE

Éditions Fluide Glacial

Après le succès des deux premiers tomes, Julien Hervieux (alias l’Odieux Connard) et monsieur le chien reviennent pour un troisième opus consacré aux histoires improbables des deux Guerres mondiales.
Saviez-vous qu’en 1945, un soldat québecois reprit seul une ville entière aux Allemands ? Que durant la Première Guerre mondiale, une offensive échoua à cause de supposés zombies ? Ou encore qu’une bande de marins américains maladroits a réussi l’exploit de tirer par erreur une torpille sur leur propre Président ? Et saviez-vous que le cheval du général Leclerc fut fusillé pour acte de résistance ?
 
Anecdotes absurdes, héroïques mais toujours incroyables, Le Petit Théâtre des Opérations est de retour. Avec sa formule désormais lue et approuvée par des milliers de lecteurs : des histoires longues suivies de textes documentés appuyant leur véracité, ainsi que de courtes anecdotes sur la perte d’un sous-marin causée par ses toilettes, la résistance d’animaux, ou encore l’art contemporain utilisé contre l’ennemi. 
Et si vous vous posiez la question, oui, tout est vrai !

 

Ma note : 5/5 
Nouveauté 2022
56 pages 
Disponible au format numérique et cartonné

MON AVIS

Si je connais Julien Hervieux (roman « Sur les rails »), je ne peux en dire autant de Monsieur le Chien (illustrateur).

 

Ce qui m’a tout de suite attirée avec cette bande dessinée, c’est sans contexte le sujet : les grandes guerres. Je ne savais guère où je mettais les pieds. Il m’aura fallu lire et observer les premières planches pour être entièrement conquise.

 

Connaissez-vous : le baron belge, l’attaque des ballons intercontinentaux, l’USS William D. Porter, Lachhiman Gurung, l’attaque des morts-vivants, Charles Nungesser, Léo Major … ?

 

Tout autant de figures et d’anecdotes qui ont marqué cette période. Malheureusement l’Histoire n’a retenu que très peu de ces exploits.

 

Julien Hervieux (scénariste) ressuscite pour notre curiosité et plaisir, ces histoires. Entre humour et sérieux on les découvre avec envie. Une planche documentée fait suite à chaque fait réel et c’est un avantage qui permet de mieux contextualiser l’événement et d’approfondir le sujet.

 

Je ne sais comment qualifier les illustrations, mais elles collent à la perfection à l’atmosphère que se dégage de cette bande dessinée. Elles exacerbent un certain humour les faits réels.

 

Je suis totalement conquise par ce tome 3 qui nous fait découvrir la petite histoire de la grande Histoire. Un travail remarquable quant à la recherche et à la scénarisation. 

 

Les curieuses et les curieux seront ravis. A découvrir absolument !

L’ENFER POUR AUBE, Tome 1 : Paris Apache de Philippe Pelaez et Tiburce Oger

BD de genre

Éditions Soleil – Collection Aventure

Tome 1/2

P. Pelaez (scénariste) T. Oger (Illustrateur et coloriste)

L’Enfer pour Aube, au titre tiré d’un poème de Victor Hugo, se déroule dans un Paris en pleine transformation, sur fond de Commune, d’idéal révolutionnaire, et de désenchantement face au modernisme.
 
 
Dans le Paris du début du vingtième siècle, des notables sont éliminés les uns après les autres par un étrange Inconnu au visage recouvert d’une écharpe rouge. Celui-ci, qui n’oublie jamais de laisser un Louis d’Or près de chacune de ses victimes, oeuvre de concert avec les redoutables Apaches pour semer la terreur dans la capitale. Dans quel but ?

 

Ma note 4/5
Nouveauté 2022
68 pages
Disponible au format numérique et et broché

 

 


MON AVIS

Paris, début du XXe siècle, est la capitale de tous les possibles. Les innovations s’enchaînent et les différences entre classes sociales sont de plus en plus évidentes. Paris recèle en elle, la bourgeoisie et le petit peuple qui survit difficilement et est essentiellement une communauté venue de Bretagne. La crise économique pousse les peuples à se déplacer et souvent les villes ne sont qu’un leurre.

 

Depuis quelque temps une rumeur circule, une ombre vengeresse drapée de rouge. Ses attaques sont de plus en plus nombreuses et Les Apaches reconnaissables à leurs foulards rouges (tient ça me rappelle les bonnets rouges) surgissent de toute part. Un inspecteur douteux tente de démasquer le truand qui sème une sacrée pagaille.

 

Au cœur d’un univers baroque dichrome de noir et de blanc teinté d’ici et là par des touches de rouges et/ou d’orange, l’histoire est sans équivoque tournée vers une période sombre de Paris où la rébellion faisait frémir les hautes sphères. J’ai beaucoup aimé l’esprit de cette bande dessinée et tout l’aspect historique conféré. J’ai été moins fan des illustrations. Très peu de couleur, un graphisme pour lequel je n’ai pas du tout été sensible. Des traits rapides, anarchiques mais qui pour le coup sont à l’image du tumulte de la population. La révélation finale est un sacré coup de massue. 

 

En bref :
– Un contexte historique totalement passionnant
– Un scénario alambiqué et haletant
– Je n’ai pas été très sensible aux illustrations
– Des thèmes comme l’industrialisation et la pauvreté abordés dans un Paris de 1900 asphyxié
 
Une très jolie découverte et j’ai hâte de pouvoir lire le second tome.
Est ce que ce genre de bande dessinée pourrait te plaire ?

ÉCLATS/CICATRICES, une bande dessinée historique de Erik de Graaf.


Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Esther et Victor, anciens amants, se retrouvent dans un cimetière. Ils ne se sont plus revus depuis l’invasion des Pays-Bas par les troupes hitlériennes. Tous deux sont marqués par les années de guerre qu’ils tentent, vaille que vaille, de se transmettre en mots.
Leurs récits, chargés en émotion, portent sur les choix – souvent impossibles – qu’ils ont dû faire, les êtres chers qu’ils ont perdus et, surtout, la bataille qu’ils ont menée avec leur conscience. Des amis proches ont en effet opté pour la résistance, d’autres pour le Front de l’Est. Sans oublier qu’Esther est Juive.
Éclats est la première partie de cette histoire sur la perte. Perte de l’innocence, des rêves, de la jeunesse et, bien sûr, de la liberté.
Cicatrices clôt le diptyque.
Le récit tout en subtilité d’Erik de Graaf illustre que le bien et le mal vivent chacun des zones grises, celles de la condition humaine.

Aujourd’hui j’ai choisi de vous parler de ce diptyque dans son ensemble et non individuellement. Direction le Pays-Bas, à l’aube de la seconde Guerre Mondiale. Pays neutre mais qui se voit rapidement en 1939 rentrer dans la guerre malgré lui. Envahi sans sommation par les Allemands, le Pays-Bas rend les armes rapidement. L’armée n’était pas préparé et surtout comptait sur sa neutralité.
Esther et Victor est un jeune couple. La guerre va rapidement les séparer. Victor rejoint les rangs de son armée dans un premier temps. Surveillant les points stratégiques, après la déroute de l’armée il rejoint sa famille. Si au cours de la première année les Allemands ont une position d’envahisseur calme, cela change du tout au tout. Les juifs sont enfermés alors que la résistance s’organise. Très vite un réseau voit le jour, alors que de plus en plus de néerlandais rejoints les Allemands, des traîtres.

 

Victor est un jeune homme insouciant rattrapé par la terrible réalité. Alors qu’Esther, elle doit faire face avec sa sœur à la perte de sa famille et au placement dans une nouvelle famille qui est sensée les protéger de l’holocauste. Les chemins d’Esther et de Victor se sépare tragiquement tandis que leurs amis paient le lourd tribut de la guerre.

 

A la fin de chaque bande dessinée, on découvre les coulisses et j’ai appris que Erik de Graaf retrace les souvenirs de sa famille, entre autre, tout au long de ses deux bandes dessinées. Un scénario chamboulant comme le sont les récits de la Seconde Guerre Mondiale axé sur les hommes et les femmes qui l’ont subie et qui ont dû faire des choix. Les thèmes abordés comme le souvenir, la liberté, la mort et la reconstruction sont explorés avec subtilité rendant les émotions touchantes. Les illustrations de Erik de Graaf sont atypiques, à la fois simples et complexes toutes en ligne et courbe. Des couleurs tendres et pastels conférant une atmosphère intimiste. Le récit alterne entre les passé et le présent. Un passé noir et un présent qui tente à revenir à la lumière. Ce diptyque est intéressant même si le sujet est connu et il peut l’être davantage pour les jeunes lecteurs, la bande dessinée me semble t’il étant davantage évocateur pour eux. J’ai beaucoup apprécié les carnets de lectures où l’auteur argumente ses choix d’approfondir tels ou tels éléments. J’ai également apprécié le style des illustrations original dans le style rétro.

 

Une belle découverte où j’ai appris un peu plus sur l’histoire du Pays-Bas au cours de cette période dont on ne doit rien oublier.

 

Une chronique de #Esméralda

LA FILLE DE PHARAON, tome 1 : Le roi de paille de Isabelle Dethan.


Dans la ville de Saïs, en Égypte, la jeune Neith, fille de Pharaon, est remarquée par son père lors de sa danse pour un rituel sacré. Et contre toute attente, c’est elle qu’il choisit pour effectuer la danse de la purification. L’une de ses sœurs la met aussitôt en garde : il vaut mieux qu’elle échoue dans sa prestation si elle ne veut pas finir dans la couche de leur père…
Incapable de se ridiculiser devant tant de monde, Neith n’a plus d’autre choix que de s’échapper avec Sennedjem, son demi-frère, qui compte quitter discrètement le Palais.
Mais leur fuite s’avère de courte durée. Capturés par des marchands d’esclaves, ils sont amenés auprès de leur ennemi, Nabù-kudduri-usur, roi de Babylone.
Le rang social de Neith et Sennedjem est rapidement percé à jour et le roi y voit là une occasion en or. Tout laisse à penser qu’il a trouvé son roi de paille, ce substitut royal destiné à tromper les dieux durant la période prédite comme néfaste… avant d’être sacrifié pour conjurer le mauvais sort !

 
Haaa l’Egypte et ses nombreux mystères, ses richesses, ses familles royales, ses Dieux, ses us et coutumes, ses palais grandioses, ses pyramides … L’Egypte a toujours attiré mon attention pour son côté grandiose. Mais L’Egypte ne se résume pas qu’à cela, il y a aussi cet aspect moins reluisant de l’esclavage.
Neith est un énième enfant du Pharaon, une jeune fille de toute beauté qui maîtrise la danse avec grâce et volupté. Neith ne manque de rien et peut être recherche l’attention de son père, mais certainement pas celle qui la porterait dans son lit. Neith se fait remarquer lors de la dernière cérémonie. Avertie par une de ses sœur des attentes de son père, le pharaon, Neith doit absolument y échapper. S’isolant sur le toit du palais, Neith réfléchit. Rejoint par son demi-frère, Sennedjem qui lui annonce sa fuite prochaine. Voilà la solution idéale pour Neith, le suivre.

 

S’ils rêvaient de liberté, elle en toute autre. Capturés par des marchands d’esclaves, ils font route vers l’intrépide Babylone pour y être vendus. Leur acquéreur les porte au sein du palais de leur ennemi juré. Très vite les éléments se déchaînent : elle sera la seconde épouse du fils du roi, il deviendra le roi de paille pour berner le mauvais œil. Seul contre tous, trouveront-ils des alliés pour fuir la mort ?

 

Isabelle Dethan nous offre un super univers riche en couleurs, en émotions et en actions. Une bande dessinée captivante tant par les minutieux détails que par le scénario tonitruant. Des personnages touchants et attachants qui tentent à tout prix de se défaire de leurs conditions et de vivre leurs vies telles qu’ils l’entendent. Une course poursuite contre la mort et le temps enivrante. Certes cela reste une lecture très courte mais j’ai su apprécié la qualité des illustrations et tous ce qui se conférent à l’histoire. Une premier tome impressionnant et qui donne envie d’en connaître davantage. Une aventure captivante et riche en rebondissements sur fond historique !

 

Une chronique de #Esméralda

LICORNE POWER de Caitlin Doyle et Laura Korzon.

[ BEAUX LIVRES – HISTOIRE – Nouveauté 2018]
Éditions HARLEQUIN – Collection&H
Traduction : Tiphayne Ducellier
Titre original : Unicornucopia
224 pages
Ma note : 4/5 mentions « à découvrir » et « à offrir »
Lien Kindle


 
Le résumé :

LE livre incontournable pour tous les licornes addicts… et ceux qui vont le devenir  !
 
Envie d’une pincée de magie dans votre vie ? d’un arc-en-ciel de bonheur  ? de paillettes d’amour  ?
Ne cherchez plus, les licornes sont là pour vous  ! Grâce à ce livre, devenez incollables sur ces extraordinaires créatures. Depuis quand les licornes existent-elles ? Quelle est l’origine du mythe ? Quelle place occupent-elles dans la littérature, les arts, les sciences et la culture populaire ? Comment se fabriquer un sublime serre-tête licorne ? Quels sont les ingrédients du fameux rainbow cake ? Comment utiliser le pouvoir bienfaisant des licornes sur votre santé ? Autant de secrets que nous vous livrons sur plus de 200 pages illustrées qui raviront aussi bien les experts que les novices.
 
Soyez toujours vous-même…
sauf si vous pouvez être une licorne.
Dans ce cas, soyez toujours une licorne !
 

 

Mon avis :

 

Voici le cadeau idéal à offrir à ta meilleure pote, à ta sœur, à ta mère ou à ta belle-mère dans le but de leur coller un sourire « ultra bright » !

 

Pour le plaisir ou pour faire passer des messages subtils, #LicornePower est le livre totalement dingo que tu te dois de posséder. Novice, amatrice ou ultra fan jusqu’au bout des ongles, l’univers pop acidulé fera chavirer ton petit cœur même si tu fais partie de la team #bisounours. Intéressant, ludique, créatif et joyeux tu le découvriras avec des paillettes dans les yeux et oublieras pendant quelques heures la noirceur du monde.

 

Caitlin Doyle remonte dans les origines du temps pour te parler licorne : leur présence secrète, les pouvoirs qui lui sont conférés dans toutes les cultures du monde, les références littéraires et religieuses et dans le monde scientifique. Tout est dans la manière de s’approprier le sujet avec aisance, loufoquerie et sérieux. Les illustrations  de Laura Korzon sont justes adorables tout plein. Loin de retomber en enfance, il est facile de s’imaginer mille et un monde davantage sympathique. C’est véritablement un art de vivre ! Un flokore qui nous vient des Etats-Unis où c’est une façon de penser, de respirer où d’être le centre de toutes les attentions !

 

LICORNE POWER n’est pas une romance ou un roman fantastique. Loin de là, il doit être considéré comme étant un beau-livre ou un document. Les parties que j’ai le plus adorées sont celles dites manuelles. Si tu es hyper courageuse et que t’as du temps à tuer voici ce que tu pourras faire :
 
  • SLIME DE LICORNE
  • GRAINES D’ARC-EN-CIEL A OFFRIR
  • FABULEUX SERRE-TETE LICORNE ( convient également pour votre casque audio)
  • GEL DE LICORNE PAILLETE
  • BOMBES DE BAIN LICORNE FAITES MAISON
 
ET POUR LES PLUS GOURMANDES D’ENTRE VOUS :
 
  • CHOCOLAT CHAUD DE LICORNE
  • PANCAKES ARC-EN-CIEL MAGIQUES POUR LE PETIT DEJEUNER
  • ECORCE DE LICORNE
  • MILKSHAKE DE LICORNE ARC-EN-CIEL POUR JOUR DE PLUIE
  • L’EXTRAORDINAIRE RAINBOW CAKE
 
ET POUR LES PLUS FERUES D’ENTRE VOUS :
 
  • SORT LICORNESQUE POUR SE DEBARRASER DE LA TRISTESSE
  • SORT LICORNESQUE POUR LE BONHEUR
  • SORT LICORNESQUE POUR LA SANTE
  • SORT LICORNESQUE POUR LA RICHESSE
  • SORT LICORNESQUE POUR AJOUTER UN PEU DE MAGIE AU QUOTIDIEN

 

Si avec ça vous n’êtes pas prêtes à affronter 2019, je ne sais plus quoi vous dire !
Lecture idéale pour décompresser et voyager aux pays des licornes. A laisser traîner au bureau, à la cuisine, à sortir de son sac dans les transports en commun dans le but de séduire le plus de monde possible 😉

 

Soyez toujours vous-même, sauf si vous pouvez être une licorne. Dans ce cas, soyez toujours une licorne !
 
Peu importe où vous allez, n’oubliez pas de briller !
 
C’est beaucoup trop compliqué d’être un humain. Le moment est venu d’être une licorne.
 
Soyez magique !
 
Croyez en vos rêves !

 

 
Bienvenue dans le monde des #LicornePower !

 

 


Je remercie les éditions Harlequin et Mélanie pour leur confiance.

image-principale-page-liens-utiles

Vers le site des éditions Harlequin pour tout savoir.

Marche à l’étoile d’Hélène Montardre

marche à l'étoile

Littérature jeunesse – Paru le 13 juillet 2017

Rageot

Service Presse

 

Je remercie pour leur confiance les éditions Rageot qui, via la plateforme NetGalley, m’ont confié ce roman en service presse.

Résumé : Billy a quinze ans et il est esclave dans le Sud des États-Unis. Un soir d’automne, il s’échappe. Poursuivi, traqué, il entame une course folle au cœur d’un pays gigantesque.
Jasper est un brillant étudiant américain, plutôt sûr de lui. Mais le jour où il trouve un vieux carnet qui raconte l’étrange histoire d’un esclave en fuite, son monde bascule. Qui est l’auteur de ce texte ? Et lui, Jasper, qui est-il vraiment ? Pour le découvrir, il doit à son tour prendre la route.
Entre le passé et le présent, entre l’Amérique et l’Europe, deux voyages s’engagent.

 

Mon avis : Je connaissais Hélène Montardre pour ses romans jeunesses des séries « petites histoires de la mythologie » et « petites histoires de l’Histoire ». Ces petits romans, rapides à lire, sont des pépites pour les enfants souhaitant découvrir des personnages historiques ou des épisodes mythologiques. Je n’avais cependant jamais lu de roman de cette auteure. J’ai donc sauté sur l’occasion quand j’ai vu « Marche à l’étoile ». Nous suivons ici Billy, un jeune esclave vivant dans la région d’Atlanta au milieu du 19ème siècle. Un jour, il s’enfuit et nous allons suivre tout son périple pour échapper à un chasseur d’esclave. 150 ans plus tard, Jasper découvre chez son grand-père le carnet écrit par Billy. A partir de là, remonter jusqu’à ses racines va devenir une obsession pour le jeune homme.

Billy est un jeune homme très courageux car malgré tous les obstacles qui vont se dresser devant lui, il va tout faire pour essayer d’échapper à sa condition puis pour gagner sa liberté. Quand à Jasper, on le sent très rapidement très concerné par son histoire de famille. J’ai été très touchée par sa quête et ai été impressionnée par sa persévérance, qui est un trait de famille marqué.

J’ai adoré ce roman pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’ai beaucoup entendu parler de l’esclavage aux Etats-Unis mais je me suis rendue compte qu’au final, on en sait peu. Ici, j’ai pu redécouvrir le système du commerce triangulaire et les terribles conditions de vie des esclaves. Par contre, j’ignorais que nombre d’américains aidaient les esclaves qui s’évadaient. En effet, il existait tout un réseau d’aide pour les amener jusqu’aux états du Nord et une partie de la population, les Quakers, étaient même ouvertement contre l’esclavage. Tout cela, je l’ignorais donc j’ai été ravie de l’apprendre. Ensuite, j’ai trouvé l’écriture de l’auteure très dynamique et très représentative, c’est à dire que je suivais les personnages dans leur quête et je me représentais très bien leur environnement et l’évolution de leurs sentiments. Enfin, j’ai beaucoup apprécié de suivre Billy, puis un de ses descendants et surtout, j’ai adoré être surprise jusqu’à la fin.

Pour conclure, je dois dire que ce roman jeunesse est une excellente surprise. Il a été l’occasion pour moi de lire un roman d’Hélène Montardre, et pas juste une nouvelle. Ensuite, c’est un roman accessible dès le collège et qui est très instructif sur une page d’Histoire qui est un peu méconnu. Je le recommande donc à tous les amateurs de littérature jeunesse mais aussi à tous les amateurs d’Histoire car on apprend de nombreux éléments sur l’esclavage aux Etats-Unis.

 

image-principale-page-liens-utiles

Retrouvez « Marche à l’étoile » sur le site des éditions Rageot

Retrouvez également « Marche à l’étoile » sur Amazon

Retrouvez tout l’univers d’Hélène Montardre par ici

pro_reader_120                    reviews_10_120                    favorited_reviews_120

« Les chemins de la délivrance » de Christelle Rousseau

les-chemins-de-la-delivrance

Littérature historique – sortie le 07 janvier 2017

Evidence Editions – collection Electrons Libres

Service presse

 

Je remercie Evidence Editions de m’avoir confié ce livre en service presse.

Résumé : la seconde guerre mondiale éclate. La vie de millions de gens va en être bouleversée. Certains vont y voir une manière de grimper l’échelle du pouvoir, d’autres vont se lancer à corps perdu dans la guerre ou la résistance, quel que soit leur camp.

Leur destin va en être totalement changé. Quelques fois la réalité va se révéler plus cruelle que prévue et imposer des choix et des décisions qui auront un impact plus ou moins important sur leur destinée.

Louise, Simone, Dieter, Katerina, Gustav et bien d’autres, vont se retrouver entraîner dans la spirale infernale de la guerre dont ils ne sortiront pas indemnes.

Mon avis : passionnée d’histoire, j’ai tout de suite été tentée par le quatrième de couverture de ce roman. Il nous permet de suivre le quotidien tout au long de la guerre d’un grand nombre de personnages. Pour les plus marquants, je retiendrai Louise, Simone, Dieter, Katerina, Gustav, Kitty, Angelo et Colette… Le roman débute avec l’incendie du Reichstag en 1933 et l’installation du nazisme en Allemagne. Progressivement, on voit comment Hitler met en place ses stratégies pour envahir l’Europe et mettre en place sa politique meurtrière. Au fil des pages se mêlent donc les histoires de tous ces personnages et l’histoire telle que nous la connaissons. Au départ, ce livre est très déstabilisant car vu le nombre de personnages, on a un peu de mal à s’y retrouver. Néanmoins, ces personnages vont se croiser, s’entraider ou au contraire se détruire et on s’attache à la plupart d’entre eux.

Ce livre est très sombre et retrace l’intégralité de la Seconde Guerre Mondiale au travers de ces personnages. Ce n’est donc pas un livre léger mais c’est un livre très instructif et très bien documenté. J’ai passé un bon moment de lecture et le recommande à tous les amoureux d’Histoire.

Pour en savoir plus sur Evidence Editions c’est par ici!