LOVING DOLL, une dark romance de Farah Anah.


*** DARK ROMANCE ***
Un an après la mort de sa petite sœur, Wolfgang von Gail se voit offrir un curieux cadeaux d’anniversaire.
Une fillette, copie conforme de sa cadette.
Au fil des années, un lien malsain se tisse entre Wolf et Katharina.
Elle lui est interdite.
Parce qu’elle vit sous le même toit.
Parce qu’elle porte son nom.
Pourtant, dans ce manoir hors du monde, l’amour s’apprête à prendre la plus immorale de ses formes.
Combien de temps Wolf sera-t-il capable de garder le contrôle ?
Les von Gail dissimulent bien des secrets dans le manteau de la nuit, jusqu’à commettre l’irréparable.
Alors, aucun retour en arrière ne sera plus permis…

LOVING DOLL est telle une sonate qui se joue souvent à deux mains parfois à quatre. Une musique tout d’abord ténue tel un murmure qui ne sait pas encore s’il doit s’épanouir ou mourir. Doucement et surement les notes éclatent plus fortes. Colère, mécontentement, doute, la douce musique explose dans un tourbillon de sentiments.
Parfois les notes s’apaisent, virevoltent, s’animent d’une joie débordante, folle, pulsative. Parfois elles s’effondrent dans la douleur, l’incompréhension.

 

LOVING DOLL c’est tout cela. Une histoire qui accapare, révolte, languit.

 

Elle débute sur cette mauvaise totalement immorale. Elle s’appelait Petite Fille, elle n’avait que onze, elle venait d’être offerte à ce jeune homme de dix-huit ans profondément meurtri par la mort de sa jeune sœur. Elle ressemblait tant à la disparue, que l’évidence fut telle que les doutes et les principes ne délégitimaient pas cet acte odieux. Elle devient ainsi Katharina, poupée attitrée du jeune Wolf. Katharina sait pertinemment à qui elle doit obéir. Elle parle rarement mais lorsqu’il est à ses côtés, elle s’épanche davantage. Elle lui est d’une soumission totale et conquise. Un état dont elle a conscience et dont elle prend le parti.

 

Les années défilent avec son lot de bonheur et de déconvenue. Katharina devient une jeune fille dont il est difficile de ne pas remarquer. Wolf s’est enfin apaisé mais le fantôme de sa sœur perdure et sa poupée Katharina est un constant rappel à ses douloureux souvenirs. Elle doit mourir. Ainsi la jolie poupée devient Kai. Une jeune femme qui peut désirer, découvrir. Elle s’éveille au monde qui lui fait tant peur et réveille le terrible loup qui sommeille en Wolf.

 

Désir, attraction, peur, immoralité tout autant de sentiments qu’ils réprouvent à ressentir. Pourtant l’inéluctable arrivera et rien n’y personne ne pourra s’y opposer. Les portes de l’enfer s’ouvrent et le passé surgit pour mieux les engloutir.

 

Si le terme dark romance vous fait terriblement peur, ici n’ayez crainte Loving Doll s’apparente davantage à un romantic suspense. Farah Anah, habillement, nous plonge dans une histoire totalement hallucinante. L’univers psychologique parfaitement est maîtrisé dès le départ. L’auteure laisse la confusion s’installer autour de la domination. Kai n’est pas aussi innocente que l’on aurait pu le croire et il en ainsi de Wolf. Un duo qui s’affirme dans la manière dont les faiblesses de l’un deviennent la force de l’autre et vice-versa. Un duo complémentaire qui se complait dans cette douleur environnante, dans ce désir obsessionnel d’appartenance. Le manoir est un terrain de jeu parfait. Pas de cave sombre, pas de coursives cachées, l’atmosphère présente magnifie l’évolution des personnages. Loving Doll se lit d’une traite. Terriblement addictif, Farah Anah signe une nouvelle romance choc. Une plume dont je ne taris pas d’éloge et qui m’a entraînée dans les confins de l’âme humaine, du côté obscur évidemment. Elle dénote par la force de sa plume rendant son histoire immersive. Farah Anah a cette facilité incroyable de vous rendre accro en quelques paragraphes.Ses personnages ne sont pas attachants, ils sont subjuguants. Elle arrive à créer cette mélodie qui vous paralyse et qui vous envoûte. En parlant de musique pas sûr que vous survivrez à la dernière note.

 

A découvrir absolument ! Vous allez être mordues !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… Mes avis sur d’autres romans de Farah Anah, clique sur l’image pour les découvrir.

ESME Tome 2 de Farah Anah.

Esme, tome 2 par [Anah, Farah]

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019 ]
Tome 2/2
BLACK INK Éditions
351 pages
Ma note : 5/5 mention « à croquer »
Lien Kindle
 
Le résumé :
« Je crèverais de la toucher, de la serrer contre moi, me couler en elle pour effacer toutes ses souffrances. »
Je m’étais juré de la protéger, coûte que coûte.
À présent, je paye cash les décisions prises, et je partage l’addition avec Esme.
Le piège à loup se referme sur nous, me voilà contraint de m’expliquer face à Elle, de lui cracher la vérité qui pourrissait en moi. Ces révélations nous plongeront dans la sombre mécanique du destin, nous condamneront sans procès. La passion nous a submergés au point de nous noyer.
Parviendrons-nous à garder la tête hors de l’eau, ou la fatalité s’acharnera-t-elle jusqu’à nous déchirer ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Okay, parfois les sentiments les plus simples sont les plus compliqués à exprimer. Parfois mettre des mots sur une lecture c’est aussi dur que de courir le marathon. Parfois ce qu’on a sur le cœur est aussi douloureux que l’espérance.

 

Esme a tout dit, a tout crié à Abain. Elle a lui vomit ses tripes, elle s’est mise à genoux pour arriver à comprendre et à accepter cette histoire. Les mensonges et les vérités s’agglutinent pour former une illusion perfide. Esme a tout essayer en vain car à nouveau son destin, son amour, son ancre s’échappe. Une nouvelle épreuve et une nouvelle et cruelle réalité. Et si Abain avait dit la vérité et si ses gestes masqués une terrible vérité ? Car aussi détestable qu’était Abain dans le premier volume, tu vas apprendre à l’aimer malgré tout les preuves qui jouent en sa défaveur. Pour le pire et le meilleur, il n’y a qu’un pas pour tomber en enfer. Et le Diable ouvre grand ses portes pour les amants maudits.

 

Second tome pour un final totalement explosif, inattendu et tentateur. Pas une seconde de répit, Farah Anah continue dans sa lancée et nous offre un dénouement digne des grands films Hollywoodiens. Une immersion totale dans un monde où les mensonges, les manipulations, les complots, l’argent, la drogue, les gangs, les cris et le sang sont au cœur d’un danger omniprésent. Plus de lois, plus de règles, Esmé joue selon ses intentions cachées. La petite gringa dans le monde des Grands, s’épanouit aux côtés de la mort et des balles qui sifflent. Mais elle ne perd pas de vue son objectif, Abain. Esme se révèle manipulatrice et séductrice pour la bonne cause. Mais elle ignore qu’elle a mis les pieds dans un engrenage mortel et quand les événements se précipitent sa vie ne tient plus qu’à un fil.
On découvre le véritable visage d’Abain. Un homme qui a joué avec les limites du tolérable par amour. Un homme qui a flirté avec la mort bien trop souvent. Un homme qui n’a pas eu le choix. Un homme qui s’est perdu dans les profondeurs de la passion et de l’amour. Un homme qui a dédié sa vie à une unique raison, Esmé. Un homme qui a perdu son âme dans ses yeux. Un homme épris et sous l’emprise d’une seule femme. Un homme dont ses actes l’ont porté dans ce chaos et il est temps pour lui de payer ses erreurs.

 

Farah Anah m’a une seconde fois coupé le souffle. Une lecture en apnée où les émotions te secouent et t’accaparent en un éclair de secondes. C’est prenant, addictif et douloureux. C’est fort, intransigeant et puissant. C’est langoureux, tendre et passionnant. C’est horrible, cauchemardesque et terrifiant. C’est bouleversant et époustouflant. C’est tout et tout à la fois. C’est juste wouahhhhh !!!!!! Farah Anah signe une duologie de tonnerre ! Une histoire qui laisse indéniablement des traces et de celles qui ne s’effacent jamais. Esmé et Abain, deux personnages régis par un seul sentiment : l’amour magnifié par ce qu’il peut recéler de malsain en lui. La toxicité, l’environnement, les fêlures, les aléas et bien plus encore qui a attrait à la vie, forment cette cage dorée qu’ils vont devoir brisée pour enfin pouvoir aspirer à vivre autre chose.

 

Un romantic suspense qui dépote les sens : moi je suis totalement conquise !

 

Une chronique de #Esméralda

 

PS : Merci Farah Anah d’avoir répondu à cette question « Et si ? », car je me la suis posée un certain nombre de fois 😉

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Black Ink Editions.

… Mon avis sur le tome 1 et le book trailer.

ESME, Tome 1 de Farah Anah.

[ ROMANTIC SUSPENSE – Nouveauté 2019]
Tome 1/2
BLACK INK Editions
382 pages
Ma note : 5/5 mention « incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
La gringa, c’est ainsi qu’ils m’appelaient dans le quartier.
Pestiférée, je n’avais que douze ans et mes perspectives d’avenir étaient nulles, jusqu’à ma rencontre avec lui.
Abain m’a sauvée, Abain a fait naître non seulement l’espoir, mais la passion en moi. Nous étions inséparables, il était ma moitié, d’amour et d’amitié, ma raison quand j’égarais la mienne, me rattrapait au bord de ces gouffres où, par sa faute, je manquais de déraper. Sa main tendue, son regard chargé de promesses d’un futur meilleur étaient en réalité… un poison.
Je l’ai compris lorsque sans aucune explication, il a disparu de ma vie. Quand je l’ai aperçu des années plus tard, ce jour d’été, sur mon lieu de travail, subissant la brûlure de son indifférence.
Pourquoi m’a-t-il abandonnée ? Pourquoi revenir ainsi dans ma vie ? Et, bon sang, qui est cette femme avec lui ?
Ne subsistent plus que des interrogations qui me feront sombrer dans une tortueuse tragédie
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Elle n’était rien. Juste une gamine squattant les marches de son perron attendant que les heures défilent. Attendant que l’on oublie. Griffonnant sur son cahier rempli de pages aux dessins tristes et sans vie. Esme n’a de courage que sa force à se contenir, à vivre dans ce milieu hostile où aucune main ne lui est tendue où les regards et les mots meurtrissent son âme d’enfant qui ne demandait qu’à rester pur. Esme est seule. La gringa n’est qu’un mot au milieu de tant d’autres. Une éphémère salie par la connerie des adultes.

 

Jusqu’au jour où l’insolite se produit. Lui, le blanc bec, qui lui jette des mots ni méchants ni gentils, lui qui s’avance et lui propose un pacte. Abain est ni un Don Quichotte ni un super héros et encore moins Dieu. De cinq ans son ainée, Abain est un jeune homme hors norme qui prend sous son aile la petite Esme de douze ans. Abain et sa famille « normale » l’accueillent sans question et la main sur le cœur. Les mois passent et cette famille chaleureuse devient son refuge où les rires réchauffent son cœur, où les chamailleries sont bon enfant. Esme s’épanouit sous cette protection. Elle commence à rêver d’un autre monde avec lui. Elle voit plusieurs avenirs un de ceux où la misère ne serait qu’un lointain souvenir. Et puis du haut de ses treize ans, elle tombe éperdument amoureuse. Une relation interdite qui éclot dans cette profusion de sentiments. Une relation aussi belle que toxique. Un amour aussi puissant que destructeur. La rue, le drame, l’abandon, le silence, la peur consument ces deux amants maudits. Qu’adviendra t-il d’eux ?

 

Puissant et déstabilisant, la nouvelle romance de Farah Anah va te faire sortir de tes gonds, te faire ronger les ongles jusqu’aux sangs et te faire crier de désespoir. Un romantic suspense qui mêle l’improbable et la raison d’une manière dérangeante. Et c’est totalement époustouflant. Alternant entre le passé et le présent, l’atmosphère s’alourdit. Au fur et à mesure que l’on découvre les éléments clés qui composent une vie aussi belle que dure. Le danger, la colère, l’incompréhension s’insinuent. Une relation de non-dits, de vérités cachées, de mensonges étouffent toute once espoir. Les larmes, les cris et l’amour se hurlent dans un concert de notes dérangeantes et agonisantes. Si seulement cette rage pouvait éclater de mille feux, pouvait embrasser ses deux âmes sœurs, les consumer et les révéler. On se sentirait soulagées. Farah Anah signe un romantic suspense inoubliable. Un premier tome qui ne dévoile que le strict minimun, laissant en suspension l’essentiel. Nous portant vers un final tonitruant, touchant et scotchant ! Une plume qui sait jouer entre le sombre et le merveilleux. Une plume qui d’une manière subtile sait jouer avec la toxicité de l’amour et la psychologie des personnages.

 

C’est dingue ! C’est fou ! C’est hallucinant ! C’est touchant ! C’est énervant ! C’est rageant ! Mais qu’est-ce que j’ai pu adorer ! Une des meilleurs romantic suspense qui m’a été permise de lire.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des Black Ink Editions.

… mes avis sur deux autres romans de Farah Anah (clique sur la couverture)

 

… le book-trailer

 

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3