L’EMPIRE DES FEMMES, tome 1 : Sapientia un roman de Cassandre Lambert.

FANTASY

Éditions Didier Jeunesse

Les femmes sont au pouvoir, têtes pensantes régnant sur la vie politique de Sapientia.
Les hommes, eux, sont réduits à l’esclavage.
Le grand tournoi annuel de gladiateurs approche. Dans les geôles de l’arène, les hommes angoissent et sont prêts à tout pour survivre aux épreuves et avoir la chance de devenir géniteur.
Les jeunes filles attendent l’événement avec délectation car elles vont pouvoir choisir leur favori… Toutes, sauf Adona, que l’enjeu terrifie.

Le 1er volume d’une duologie antisexiste ambitieuse et captivante, qui renverse les codes pour mieux les dénoncer ! 
Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
352 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Nouvelle duologie, nouvel univers et nouveaux enjeux, Cassandre Lambert nous plonge au cœur d’une société matriarcale. 

 

La belle Sapientia (littéralement sagesse) est un havre de paix où chaque femme a une place définie au sein de cette société régie par des rites, des croyances et une peur viscérale des hommes qui exilés sur une île insalubre ne servent qu’à la reproduction, font office d’homme de compagnie (tenus en laisse), travaillent aux champs. Seuls quelques-uns ont l’immense privilège d’être considérés comme des hommes de confiance. 

 

 Mais quelque part un nouveau vent se lève emportant la contestation.

 

Ce premier tome pose les bases d’une grande histoire. Personnages charismatiques, décors dignes des plus grands péplums, intrigue trépidante, Cassandre Lambert ose explorer l’extrême pour pointer du doigt les travers d’un monde exclusivement matriarcal. Roman engagé, féministe, sans aucun doute mais qui a l’honnêteté de débattre de sujet sérieux. Oppression sociale, injustice et racisme sexués, sororité malsaine, abondance, violence, une histoire qui veut intense et captivante. Un sujet actuel, vous en conviendrez, où chaque jour est un combat contre le féminicide, le viol, les humiliations, les mariages arrangés et tant d’autres. Cassandre Lambert ouvre la voie du débat et notamment pour les plus jeunes : est-ce que notre société contemporaine peut tendre vers une égalité des sexes et des genres ? 

 

Ce premier tome est un peu lent à mes yeux mais le twist final laisse présager une suite d’une autre teneur. J’attendrai donc ce second tome pour me faire un avis général sur cette duologie.

 

Cassandre Lambert aime se démarquer du monde littéraire avec des personnages féminins forts et convaincus que le monde peut devenir meilleur. 

 

Est-ce que la sagesse anéantira la peur ?

FOUR DEAD QUEENS, un roman de Astrid Scholte.

FANTASY de MOEURS

Éditions Casterman

Traduit de l’anglais par Elsa Pellegri
 
Quatre reines mortes. Trois jours pour déjouer le complot.
Deux amours interdites. Une fin que vous ne devinerez jamais.
Keralie, la plus habile voleuse des quatre royaumes, vole un jour ce qu’elle n’aurait jamais dû voler. En touchant l’objet dérobé, elle voit ce qu’elle n’aurait pas dû voir : les quatre reines de Quadara ont été assassinées. 
Mais la jeune fille compte bien tirer profit des informations qu’elle possède en les échangeant contre une récompense au Palais…
À condition d’y parvenir. De tromper Varin, le ténébreux (et séduisant) jeune Éonien auquel appartient l’objet volé. De semer Mackiel, le malfrat qui lui a tout appris avant de se retourner contre elle. Et surtout, d’arrêter le meurtrier.
Une course contre la mort commence pour Keralie.

 

Ma note : 3/5
Sorti en 2020
576 pages
Disponible en numérique et broché

MON AVIS

Par moment j’ai la folie de tenter des genres de lectures avec lesquels je n’ai pas spécialement d’affinité. Cette fois-ci j’ai osé ouvrir un livre de fantasy de mœurs. Et Dieu sait que c’est compliqué ! Très compliqué. 

 

Un royaume. Quatre reines assassinées. Une voleuse. Un objet. Un mentor. Un homme dénué d’émotions.

 

Au temps pour moi il n’y a pas foule de personnages. Les quatre différentes régions du royaume sont singulières. Et les personnages plutôt intéressants.

 

Bémol : l’intrigue est carrément tirée par les cheveux et pour le coup j’ai eu beaucoup de mal à adhérer à l’histoire dans son ensemble. Keralie, une héroïne aussi courageuse que tenace et qui pourtant n’est pas assez mise en avant dans le récit. Elle se contente de mettre en pratique ce qu’elle a appris, à se lamenter sur ses actes dont les conséquences sont gravissimes, à suivre la vague vicieuse d’un complot titanesque qui finalement la dépassera. Une héroïne qui subit et qui a véritablement du mal à être actrice de sa vie. Alors évidemment il y a une raison à ceci mais non, non, non. L’histoire manque de simplicité et de rebondissements qui auraient dû me rendre dingue. Au lieu de ça j’ai peiné à avancer dans ma lecture. Cela dit la fin est plutôt intéressante même s’il manque cet élément qui aurait pu me scotcher et me retourner la tête. L’alternance des points de vue est certes bien étudiée mais coupe le suspense.

 

La fantasy de mœurs n’est vraiment pas mon dada mais j’ose espérer tomber sur le livre qui me fera changer d’avis.

 

FOUR DEAD QUEENS est par ailleurs porté par une plume correcte mais qui manque de punch et de rythme.

 

RDV raté pour cette lecture mais qui a su peut-être vous séduire ou qui vous séduira, je l’espère. Je vous invite de tout cœur à vous faire votre propre avis vous pourriez adorer.

LA REINE DES OMBRES, un roman de Tricia Levenseller.

FANTASY DE MŒURS

Éditions HUGO ROMAN – Collection Stardust

Traduit de l’anglais par Pauline Vidal

D’abord, courtiser le Roi des Ombres. Puis l’épouser.
Enfin, le tuer et récupérer son royaume…
Personne ne connaît l’étendue des pouvoirs du Roi des Ombres, fraîchement couronné. Certains disent qu’il peut contrôler les ombres qui errent autour de lui et les manipuler à sa guise. D’autres que les ténèbres lui murmurent les secrets de ses ennemis.

 

Peu importe, Alessandra sait ce qu’elle veut, et rien ne pourra l’empêcher de mener son plan à la réussite.
Mais la jeune fille n’est pas la seule personne qui cherche à conquérir le trône. Et alors que les attaques envers le Roi se multiplient, elle se retrouve à devoir mettre toute son énergie à le défendre, le temps qu’il puisse faire d’elle sa reine. Car après tout, quoi de mieux pour un roi des ombres qu’une reine perfide et rusée ?

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
443 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Alessandra a su prendre son destin en main dès qu’elle a compris qu’étant la cadette elle ne ferait jamais le mariage qu’elle souhaiterait. Sournoise, malicieuse, perfide, elle est devenue une reine de la manipulation. Elle a le don de cerner rapidement les faiblesses des hommes qui l’entourent. Elle tire toujours son épingle du jeu pour obtenir tout ce qu’elle désire. Ses sentiments elle n’en a que faire. Plutôt briser le cœur des autres, le réduire en poussière que de subir à nouveau la désillusion de l’amour et du désir. Lorsque sa grande sœur revient sans avoir su séduire le Roi des Ombres, elle sait pertinemment que c’est à son tour de briller et de prouver à tous qu’elle ne sera jamais un second choix.

 

Elle doit absolument se tenir à son plan, le mettre en action quoiqu’il arrive. Le séduire, le tuer et prendre sa place. Quoiqu’elle ressente, quoiqu’elle pense et malgré les obstacles, elle deviendra la Reine des Ombres.

 

Un des premiers titres de la nouvelle collection Stardust des éditions Hugo Roman, ce roman que je classe volontiers dans la fantasy de mœurs n’a pas su me convaincre. Étant une adepte du genre fantasy, ce roman ne présente pas tous les codes que j’aurais pu attendre. Les descriptions de l’univers sont peu présentes, beaucoup trop d’éléments fleurissent ici et là et non pas véritablement de fin, de poids. Tout ce qui concerne la  partie société (us et mœurs) ne sont pas assez détaillés et mis en avant. Ce roman aurait pu être tout simplement une romance (voire une romance historique pour tout ce qui est château…). Voilà pour la partie fantasy. Concernant la romance l’auteure a plus d’un tour dans sa poche ce qui a considérablement amélioré mon avis. Au cœur de la jalousie et de la convoitise, Alessandra va se faire une place de choix auprès du roi. Jour après jour, elle découvre l’homme qui se cache derrière son rôle et devient la pièce maîtresse d’un scénario troublant. Concernant les personnages j’ai eu beaucoup de mal avec Alessandra qui est une jeune femme totalement calculatrice et froide, heureusement son caractère tend à s’adoucir vers la fin. Le Roi des Ombres est un homme énigmatique avec de grands principes. 

 

 

En bref :
– Une romance intéressante qui développe le sujet de la place des femmes dans la société
– Le côté fantasy est peu développé à mon goût
– Des personnages intéressants mais pas totalement convaincant malgré une héroïne qui défit toutes les lois et codes
– Un scénario sans réelle surprise malgré les nombreux rebondissements
– Un roman sans réelle complexité pour moi

 

Peut-être l’avez-vous lu et adoré tout ce que je n’ai pas su apprécier ? Je vous invite vivement à vous faire votre propre avis surtout si la couverture (est juste magnifique) et le résumé vous attirent et que vous n’êtes pas une adepte de la fantasy mais que vous adorez le côté romance et manigance.

 

 

LES CARMIDOR, tome 1 : Trahir & Survivre, un roman fantasy de Olivia Gometz.

FANTASY DE MŒURS

Tome 1/3

Éditions Beta Publisher


Prête à tout pour protéger son île, la puissante famille Carmidor s’allie aux nobles continentaux et renverse le souverain. La dynastie royale est massacrée. Tandis que les Virdemis s’emparent de la couronne, le clan insulaire étend son influence dans la capitale en usant de son or et de ses charmes.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
468 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Je ne sais pas ce que vous pensez de cette couverture, mais à mes yeux, elle claque, vraiment !

 

Le roman aurait pu commence avec l’accroche « il était une fois » et finir par « ils eurent beaucoup d’enfants et ils vécurent heureux ». Mais non ! C’est bien plus compliqué !

 

Huit familles, un trône. Des alliances, des mésalliances, manipulations, déshonneur, famille, secret, vengeance façonnent le roman. Des intrigues dans les intrigues, des retournements de situations épiques, une menace divine, du sang, beaucoup de sang et une famille en pleine déroute. Les Carmidor règnent depuis toujours sur leur île, plaque tournante du commerce en transit vers le continent. Un duché en plein essor qui ne connaît pas la famine et autres désastres. Une famille puissante et riche où l’honneur est le maître mot. Mais le déclin arriva comme un mauvais et sournois fléau. Un couperet fatal qui décimera lentement les Carmidor.

 

Une guerre létale, manipulatrice, tuant peu à peu ce qui défini l’homme, sa bonté.

 

Ce premier tome pose les bases d’un monde édifiant régi par des codes érigés par chaque famille. Les Carmidor sont au cœur de l’intrigue et les maîtres d’œuvre d’une histoire qui va dépasser l’entendement. En toute bonne fantasy, ce premier tome nous plonge dans un monde empli de mystères et de rebondissements. Olivia Gometz m’a captivée même si elle m’a perdue par les nombreux personnages (mais ça, c’est mon plus gros point faible : ma mémoire de poisson rouge).

 

Connaissez-vous la fantasy de mœurs ? Et bien moi non. C’est mon baptême (pas de l’air !?) ! Imaginez un réseau complexe où les désirs de chaque famille sont le Graal. Imaginez tous les complots possibles pour atteindre ce but sans état d’âme. Imaginez toute la force de persuasion que vous disposez et de tous vos pions que vous pouvez bouger à votre guise. Imaginez que le monde sous vos pieds est votre échiquier. Imaginez. Et là vous aurez tout compris. Ce roman est constitué de venelles alambiquées qui se rejoignent ou non, se disloquent, se multiplient pour accéder, quoiqu’il en coûte, à leur ultime but. 

 

Cette première expérience inédite a été magnifique malgré le nombre important de personnages. Ce premier tome est immersif et addictif. Un monde unique et impressionnant, des intrigues à la pelle et des personnages charismatiques. Un premier tome qui pose les bases et dévide son fil rouge. J’ai adoré suivre cette famille atypique et détruite dans tout cet imbroglio. Olivia Gometz a de  l’imagination à revendre et un talent certain d’oratrice. Je suis impatiente de lire le second tome avec lequel, je l’espère, je serais davantage à l’aise et avide de savoir la suite.

 

Vous avez adoré Games Of Throne ? Alors vous allez succomber à Olivia Gometz !