HADÈS ET PERSÉPHONE, Tome 1 : A touch of darkness, une romance de Scarlett St. Clair.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo Roman – Collection New romance


Perséphone n’est la déesse du printemps qu’en titre. Depuis qu’elle est toute petite, les fleurs se ratatinent ; à son contact. Après s’être installée à New Athens, elle espérait mener une vie discrète, dans la peau d’une journaliste mortelle. Tout change lorsqu’elle s’assied dans une boîte de nuit clandestine pour jouer une partie de cartes avec un étranger hypnotique et mystérieux.
 
Hadès, le dieu des morts, a bâti un empire du jeu dans le monde des mortels et ses paris favoris sont réputés impossibles. Mais rien ne l’a jamais intriguée ; autant que la déesse qui lui offre une aubaine laquelle il ne peut résister. Après sa rencontre avec Hadès, Perséphone se retrouve liée par un contrat avec le Dieu des morts, et ses conditions sont impossibles : Perséphone doit créer la vie dans le monde souterrain ou perdre sa liberté à jamais. Le pari ne se limite cependant pas à exposer l’échec de Perséphone en tant que déesse. Alors qu’elle s’efforce de semer les graines de sa liberté, son amour pour le Dieu des ténèbres grandit – un amour à la fois envoutant et interdit.

 

 

Ma note 4.5/5
Nouveauté 2021
429 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

J’ai succombé à nouveau pour le mythe revisité d’Hadès et de Perséphone. Je suis toujours intriguée par la manière dont les auteurs s’approprient ce couple mythique et ce n’est pas pour autant que j’ai lu l’original et je ne peux donc pas juger de la fidélité de cette romance.

 

La déesse du Printemps a su se défaire quelque peu des chaînes qui la liaient à sa mère. Après avoir passé une enfance enfermée dans une cage dorée à subir les remontrances d’une mère tyrannique et protectrice, la voici libre comme l’air chez les mortels. Une vie idyllique où elle consacre son temps à ses études de journalisme. Elle en oublierait son monde originel. C’est en fêtant son nouveau stage qu’elle va rencontrer le seul Dieu pour lequel on lui a insufflé les plus terribles histoires et la plus terrible des haines. Si Hadès est synonyme de mort et de déviance, Perséphone n’en ai pas moins curieuse. Curiosité qui la pousse à jouer un pari risqué contre le Dieu des morts. Prise à son propre piège, elle va pourtant découvrir un monde où la joie n’est pas une chimère et le cœur d’un Dieu qui attend sa reine depuis toujours.

 

Un pari risqué. Un pari qui révélera la Déesse au travers d’une quête au cœur du royaume du Dieu des Morts.

 

Je vous avoue que j’ai littéralement été charmée par ce couple. L’alchimie est immédiate est pourtant tout va de travers. La Déesse est têtue, acharnée, énervante, jalouse, imprévisible. La colère enfle au fil des pages tout autant que cet amour incommensurable qu’elle lui voue. Un amour péché mais d’une pureté indéniable. Une histoire d’amour ne serait pas véritable si les embûches ne jalonneraient pas leur chemin. Les rebondissements sont nombreux mais tendent par la révélation, celle de la magie de la Déesse qui explosera au cœur de la noirceur. Le chemin est ardu poussant la Déesse dans ses retranchements où les questions et les doutes sont multiples. Hadès fait preuve d’une patience exemplaire, parfois fourbe et malicieux, mais la méchanceté ne fait parti de ces défauts. Hadès est un homme au charisme et au charme bouleversant. Loin des apparences, on découvre un homme certes ambitieux mais d’une bonté touchante. L’histoire est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Si l’alchimie entre les personnages est une des force de cette romance, la plume de l’auteure et l’environnement le sont tout autant. On navigue entre une certaine réalité où les Dieux cohabitent avec les humains et leurs propres mondes. Entre luxure, émerveillement, complot et paysage envoûtant, la plume de Scarlett St. Clair m’a accaparée. C’est vraiment le genre de romance que tu croques avec plaisir et curiosité. Une plume qui t’emporte au cœur de cette histoire où la passion et la haine prennent un sens relatif.

 

Le final est sans aucun doute tonitruant et laisse présager un second tome tout autre où je pense que la belle Déesse ne sera plus en mesure de contrôler ses pulsions.

 

Une romance originale et envoûtante au cœur des ténèbres d’où la lumière naîtra. Les enfers comme vous ne les avaient jamais connus ! Une romance sexy et addictive !

LE GRAND MORT, intégrale 1. Une bande dessinée de Loisel, Djian, Mallié et Lapierre.

FANTASTIQUE

Éditions Glénat – Collection Vents d’Ouest

Régis Loisel & Jean-Blaise Djian (Scénariste)
Vincent Mallié (dessinateur)
François Lapierre (coloriste)

La série culte enfin en intégrale !
L’histoire de deux mondes parallèles dépendants l’un de l’autre, mais censés ne jamais se rencontrer : le nôtre et celui habité par le « Petit Peuple ». Ce dernier est organisé en clans, et son équilibre est fondé sur un partage équitable de la connaissance.
Cette fragile harmonie reposant sur un rite ancestral est bouleversé quand un un événement improbable vient perturber l’ordre des choses. Le chaos qui en résulte dirige l’humanité à sa perte ! Une seule personne est capable de passer d’un monde à l’autre pour tenter d’agir…Retrouvez dans cette intégrale, regroupant les quatre premiers tomes, tout l’univers de cette série qui mêle avec virtuosité, le fantastique et le récit post-apocalyptique. Ce magnifique ouvrage, augmenté de contenus additionnels de choix (croquis, recherches, illustrations), sera l’occasion de redécouvrir cette ambitieuse fable écologique imaginée par Loisel et Djian, et mise en image par la plume puissante et inspirée de Vincent Mallié.

Ma note : 5/5
Nouveauté 2020
256 pages
Disponible au format broché.


MON AVIS

Cette première intégrale regroupe les tomes 4/8 d’une saga redoutable et totalement dans l’air du temps.

 

Deux mondes parallèles cohabitent dans la parfaite ignorance à part quelques initiés. L’équilibre des deux n’est possible que si une certaine harmonie et précepte sont respectés. Mais un imprévu va bouleverser la quiétude des deux mondes les plongeant dans le chaos le plus total.

 

Losiel et Djian signe un scénario totalement hypnotisant et dingue. Les plus terribles fléaux vont toucher la Terre : virus, maladies, sécheresse, phénomène météorologique extrême, séisme. Le monde se délite. Cette première partie ne montre que la partie visible de l’iceberg. Les pièces du puzzle s’assemblent lentement mais sûrement laissant la trame à une ébauche dont on n’a pas encore toutes les cartes en notre possession. Le premier contact avec les personnages est rude. L’un exubérant et nerveux et l’autre passif. Le duo n’est pas forcément une évidence mais l’alchimie naîtra bien plus tard. Une intrigue générale passionnante nous plongeant au cœur de l’action et de la réflexion. Les scénaristes pointent du doigt les travers de notre société tout en l’intégrant dans cet univers fantastique. Les illustrations sont sublimes, de grandes cases parfois sombres et souvent lumineuses. J’ai été envoûtée par cette bande dessinée suggérée par ma bibliothécaire. On y retrouve des rebondissements, une intrigue qui laisse prévoir des surprises, des personnages attachants et un univers époustouflant. Le cahier graphique est juste sublime. J’adore découvrir ces grandes planches où l’on peut davantage apprécier le travail des créateurs.

 

LE GRAND MORT est une merveilleuse découverte, une de celle qui t’envoûte.

 

 

 

LES ENCHANTERESSES, Livre 1 : Le grimoire volé, un roman ado de Sophie Gliocas.

FANTASTIQUE

Éditions Hachette

#Mespremières68


Imaginez pouvoir vous protéger de vos harceleurs. Imaginez pouvoir vous venger d’eux, sans avoir à bouger le petit doigt. Séduisant, n’est-ce pas ? C’est ce que pensaient Bleuenn, Flora et Lizig… du moins, jusqu’à ce que ça aille trop loin.
En trouvant un grimoire dans la forêt de Brocéliande, ces trois filles que tout oppose n’auraient jamais pensé que ses incantations marcheraient vraiment. Et puis, leur vie a basculé et elles sont devenues des Enchanteresses…
 
Ma note : 5/5
Nouveauté 2021
369 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Bleuenn a toutes les meilleurs raisons du monde de haïr son père. Quitter Paris pour ce village aux abords de la forêt de Brocéliande est la pire chose qu’il lui soit arrivée. Ses amies parisiennes l’ont vite oubliée. Sa petite sœur est un vrai pot de colle et son père se la joue moralisateur à la moindre opportunité. Quant à sa mère, c’est un mystère. La rentrée au lycée s’avère une corvée insurmontable. Elle ne connaît personne et être la petite nouvelle est une situation qu’elle aura du mal à gérer. Impossible de se soustraire à ce rituel concernant la rentrée, c’est l’âme en peine qu’elle se rend à son nouveau lycée.

 

Très vite elle se fait une opinion sur celles et ceux à éviter. Le lycée est une véritable jungle où devenir une proie est bien plus rapide que l’on ne pense. Cependant et malgré toutes ses appréhensions, Bleuenn rencontre Flora. D’origine africaine, elle ne passe pas inaperçue et son intelligence lui vaut tout un tas de sobriquets. C’est lors d’une sortie dans la forêt de Brocéliande que Lizig se greffe au duo. C’est à partir de ce moment que leur vie va basculer. La forêt de Brocéliande recèle de nombreux secrets.

 

Ce trio est vraiment improbable. Lizig est l’ancienne fille populaire, Flora est l’intello et Bleuenn la petite nouvelle. Pourtant elles ont en commun la colère qu’elles vouent littéralement à deux lycéens. Leur objectif se venger et le grimoire en leur possession va les aider à assouvir leurs sentiments d’injustice, quitte à libérer les enfers sur le lycée.

 

Voici un roman ado totalement addictif. Sophie Gliocas nous plonge dans un monde où la magie et légendes existent toujours. Les trois filles et bien malgré elles, vont y être confrontées. Outre cet aspect, l’auteure aborde le harcèlement scolaire et ses dérives qui vont pousser les filles à franchir la ligne rouge. Un roman ado dingue qui aborde un thème concret et réel tout en insufflant cette part de magie qui devient une béquille, certes branlante, mais d’un soutient sans faille. Ce premier tome pose les bases d’une histoire qui va bien au-delà d’une histoire de vengeance. Des questions demeurent toujours à la fin concernant ce grimoire, pourquoi elles, la mère de Bleuenn et cette druidesse qui sera peut-être leur guide. Les héroïnes ont toutes le sale caractère des adolescentes qui ne rêvent que de devenir des adultes. Des clashs, des cris, des rancunes, des rires, des larmes et des bouderies rythment leur amitié. L’entraide et le soutien restent néanmoins leurs armes inébranlables et communes. D’autres amitiés voient le jour et se poursuivront certainement par la suite.

 

En bref :
* Trois filles différentes réunies par la colère et la vengeance
* De la magie et des sorts puissants
* Des scènes angoissantes
* De nombreux rebondissements
* Un fil rouge à suivre dans les autres tomes
 
J’ai complètement craqué pour cette lecture. Elle aborde un thème d’actualité contrecarré par cette magie venue d’ailleurs et une amitié indéfectible. Une plume fluide et addictive qui nous fait vivre de nombreux rebondissements. J’ai vite été prise dans cette incroyable aventure aux côtés de ces trois filles un peu perdues et qui ne mesurent pas la portée de leurs actes. Un roman surprenant et haletant. Une fois commencée, il m’a été impossible de lâcher cette lecture. Aurai-je été envoûtée !?

 

Un roman 100% aventure et 100% magique.

 

Les trois filles nous réservent encore des surprises. Ca tombe bien le tome 2 est sorti !

 

ORCS ET GOBELINS, tome 1 : Turuk, une bande dessinée de Istin et Saito.

FANTASTIQUE

Éditions Soleil

Jean-Luc Istin (scénario) et Diogo Saito (dessin-couleur)

Arran accueille une nouvelle saga Fantasy après Elfes et Nains. Découvrez Orcs et Gobelins ! L’orc Turuk se réveille, sonné, blessé et amnésique. Il arpente les rues d’une cité abandonnée. A l’exception d’un mystérieux archer cherchant à l’épingler et de créatures craignant la lumière qui veulent le dévorer. Qui sont-elles ? Pourquoi cherche-t-on à le tuer ? Qu’est-il arrivé dans cette ville ? Et que fait-il ici ? Pourtant, Il ne faudrait pas s’éterniser, la nuit arrive et la mort avec…
Ma note : 5/5
2017
56 pages
Disponible au format numérique et cartonné


MON AVIS

Je suis très heureuse d’avoir pu découvrir grâce à Babelio et les éditions Soleil cet univers incroyable (mille mercis). Connaissez-vous cette saga les Terres d’Arran ? Je ne vous dis pas le nombre de tomes qu’il y a, mais c’est juste impressionnant. L’univers est divisé en quatre mondes « Mages », « Nains », « Elfes » et la petite dernière « Orcs et Gobelins ». L’univers est commun à toutes les séries et je pense que les personnages se croisent ici et là. Plusieurs scénaristes et illustrateurs sont à pieds d’œuvre pour nous régaler.

 

L’univers des Terres d’Arran est juste fantastique. Si vous aimez tout ce qui se rapporte à la magie et aux créatures fantastiques alors vous allez vous régaler. 

 

Lorsque je reçois un livre, je feuillette toujours pour jeter un œil à la mise en page. Un petit rituel pour m’imprégner de ma prochaine lecture. Avec cette bande dessinée la surprise a été de taille. La couverture est juste géniale, les premières pages où carte et titres de collection figurent donnent déjà l’eau à la bouche et les dernières pages sont consacrés à un dossier concernant l’univers et les personnages à venir.

 

L’univers des Terres d’Arran est sombre et violent. Des tripes, du sang, des zombies et monstres en tout genre jalonnent le scénario. Un univers particulier mais que j’adore retrouver dans les bandes dessinées. Les illustrations sont d’une qualité particulière retrouvant ici et là des traits de douceurs au cœur de ce monde intransigeant. Le récit est étoffé avec de nombreuses cases sur les planches et beaucoup de bulles. Et je trouve cela agréable de pouvoir avoir une vision détaillée de l’action par la parole en premier temps et puis par les illustrations.

 

Turuk est un leader charismatique. On adore son magnétisme, son humour à deux balles et son égoïsme. Un truand à la belle gueule et qui ne se ménage pas dans les moment d’actions. 

 

Les rebondissements sont nombreux jusqu’au final machiavélique et sournois.

 

Je vous avoue, je suis littéralement tombée amoureuse de cet univers et mon fils de 12 ans a aussi craqué. Il se dégage quelque chose de particuliers qui vous accapare dès le départ pour ne plus vous lâcher. C’est de la magie, de la sorcellerie ou je ne sais quoi d’autre, mais cela fonctionne à merveille. 

 

 

En bref :
* Un univers sombre, violent et sanglant
* Un personnage charismatique totalement attachant
* Un scénario cocasse et complet avec de nombreux rebondissements
* Des illustrations de qualité
* Un immense coup de cœur
 
J’avais oublié que les bandes dessinées de ce genre pouvaient être juste géniales. Mes souvenirs remontent à plus de 20 ans avec la BD « Lanfeust de Troy » que je dévorais au lycée. Une très belle rencontre que je ne suis pas prête d’oublier.

HIER REVIENDRA, un roman de Julie Broly.

FANTASTIQUE

Éditions L’Alchimiste


Parents comblés à qui tout sourit, le ciel d’Éric et Barbara s’assombrit le jour où un drame emporte leur univers et fait basculer leur vie. Lorsqu’arrive le temps de la reconstruction, ils sont alors confrontés au comportement étrange de l’un de leurs fils. Pour tenter de le comprendre, ils vont s’efforcer de regarder le monde à travers ses yeux d’enfant et se lancent dès lors dans des recherches qui ne cesseront de les surprendre autant que les bouleverser. Par amour pour leur petit garçon, ils abandonneront peu à peu leurs repères.
 
Mais jusqu’à quel point seront-ils prêts à changer leur perception de la réalité et jusqu’où iront-ils pour libérer leur fils de ses tourments ?
Hier reviendra est un voyage au-delà des convictions, l’histoire d’une différence et la quête d’une reconstruction intime.

 

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
280 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Croyez-vous à la réincarnation ?

 

Ici Julie Broly explore ce monde mystique. Ces souvenirs venus d’ailleurs, d’hier. Un petit garçon charmant, espiègle, change brutalement de comportement suite à un traumatisme conséquent qu’a subit toute la famille. Il se dégrade rapidement, mais Eric et Barbara confèrent cela à la situation difficile qu’ils traversent tous. Jusqu’au jour fatal où sa vie est mise en danger.

 

Grâce à un psychologue qui met en lumière la différence du petit bonhomme, les parents sont désarmés et n’y croient pas trop et c’est la persévérance du grand frère qui va changer la donne.

 

Julie Broly nous offre une histoire douloureuse mais qui dégage ce sentiment de plénitude une fois ce voyage engagé. Une sorte de quête initiatique qui réconcilie le passé et le présent, la douleur et l’acceptation, la perte et le deuil. Ce dernier est en quelque sorte le fil rouge de cette histoire pittoresque. Accepter la douleur du deuil et la façonner pour en tirer le meilleur.

 

C’est un roman courageux porté par une famille totalement désemparée, esseulée et en colère. Un roman lumineux qui nous ouvre les portes (un peu) de l’impossible et qui explore ce monde avec une jolie franchisse.

 

Une très belle histoire qui à mes yeux a toutefois manqué de fluidité et les différents rebondissements m’ont paru long. Cela n’a pas eu d’incidence sur l’intérêt que j’ai pu porter à cette lecture.

 

En bref :
* Une famille décharnée par les différentes situations qu’elle a pu traverser
* Un petit garçon pris dans les cauchemars d’un autre
* Un roman sombre mais empreint d’une douce espérance
* Une douloureuse quête sur l’acceptation du deuil et de la perte
 
Une jolie lecture qui ne m’a pas entière conquise mais que je vous invite à découvrir si les sujets développés vous intéressent.

LES LARMES DU DRAGON, une bande dessinée de Carbone, Barrau et Forns.

FANTASTIQUE

LA SENTINELLE DU PETIT PEUPLE – TOME 2

Éditions Dupuis


Élina, qui se prépare à fabriquer un nouveau pot de pommade de fée, découvre avec effroi qu’il lui manque un ingrédient crucial : des larmes de dragon… Et sans cette pommade, impossible pour elle de continuer à voir ses amis du Petit Peuple, dont elle est devenue la gardienne ! Après une discussion avec sa prédécesseure, sa grand-mère Adélaïde, une seule solution se dessine : partir à la chasse au dragon, dans la célèbre forêt bretonne de Brocéliande…
Inscrite dans une colonie de vacances explorant ce haut-lieu de la magie, du fantastique et des contes celtiques, Élina, accompagnée du lutin Llyam et de la fée Nelvyna, va se faire de nouveaux amis et apprendre de fascinantes légendes grâce aux monos de la colo ! Mais sans jamais perdre de vue sa mission : trouver ce terrible dragon dont elle a tant besoin…
Après un premier tome posant les jalons de leur univers, Carbone, Barrau et Forns livrent un nouveau récit complet où la grande aventure tutoie une fois de plus la présentation ludique de fascinants contes et légendes, dont Barrau est une spécialiste reconnue.

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
56 pages
Disponible au format numérique et cartonné

 

 


MON AVIS

Je suis contente de retrouver Élina dans une nouvelle aventure aux côtés de ses nouveaux compagnons de routes tout aussi trépidant que tordant.

 

Élina a l’intention de refaire la pommade de fée (la bonne cette fois-ci). Aidé de son petit lutin favori, elle se rend compte qui manque un ingrédient essentiel, les larmes de dragon. Affolée, elle part rejoindre sa grand-mère dans ce mouroir où elle n’a véritablement pas sa place et écoute avec attention ses recommandations. Des dragons ça ne court pas les rues de la ville et le dernier qui a été aperçu est au cœur de la forêt de Brocéliande. Un heureux hasard, une colonie doit s’y rendre et c’est après un long argumentaire que sa mère finit par accepter.

 

Ainsi débute une nouvelle aventure où légendes et contes prennent vie. Une mission périlleuse car un vilain sorcier va tout faire pour qu’Élina échoue. Heureusement elle peut compter sur ses petits acolytes et une jolie fée pour aboutir.

 

Un nouveau décor, un peu plus sombre mais toujours aussi somptueux que merveilleux. Élina prend son rôle de sentinelle à cœur et fait tout au mieux. L’histoire est très bien ficelée et les illustrations sont toujours au top. Un brin de malice, d’humour et de magie, des personnages croquants et attachants. J’adore ce mixte entre réalité et imaginaire qui puisse sa source dans les contes et les légendes. Une jolie suite à l’accent chevaleresque ! A découvrir sans tarder !

 

En bref :
* Une suite où l’aventure est mis en évidence
* Une atmosphère épique
* On retrouve l’esprit de la forêt de Brocéliande avec Merlin, son dragon et la fée Viviane
* Des illustrations sublimes
* Une héroïne qui prend du poil de la bête

TERRE NOYÉE, tome 3 : les Rosaliens, un roman de Iléana Métivier.

FANTASTIQUE

Tome 3/3


Ma note 4/5
Nouveauté 2022
284 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Iléana Métivier nous délivre un final à la hauteur de mes espérances. Un final terriblement humain pour une trilogie ouverte sur une utopie alarmante et bienveillante.

 

Un monde englouti par les eaux. Des survivants réfugiés sur les plus hautes montagnes devenues des îlots de vie. Capitalia est dirigée d’une main de maîtres par des dignitaires aux sombres secrets. Annaëlle aspire a une autre vie et ses découvertes la réconfortent dans son idéal. Ralliés par Zéa, Adrian, Matt, Mattew et les veilleurs, Annaëlle va devenir l’instigatrice d’un nouveau monde. Entre temps ils découvrent le Mont-Rose qui, in-extremis, les sauve de la mort. Les quatre amis sont ébahis par les Rosaliens. Leur monde, leur quotidien, leur us et coutumes sont tout autre, désarmants, enchanteurs, déstabilisants. Ils apprennent énormément pendant des longs mois où une stratégie pour une nouvelle Capitalia voit le jour. Jusqu’où seront-ils prêts pour un nouveau monde ?

 

Ce dernier tome est contexte le meilleur de cette saga. Les personnages prennent en maturité et doivent surmonter leurs propres faiblesses, désirs et questions. En rendant ses personnages d’une humanité touchante et bouleversante, Iléana Métivier prouve que le renouveau peut passer par la jeunesse laquelle a la capacité d’innover, de créer et d’espérer un monde meilleur en adéquation avec la nature et les aspirations personnelles. Une trilogie qui repose sur des thèmes conséquents comme l’écologie, le totalitarisme, la tolérance, l’acceptation de la différence et le partage. L’auteure a choisi pour ce dernier tome de ne pas céder à la facilité. D’oser l’invraisemblable, de façonner des personnages terriblement attachants et blessés et qui vont puiser une force incommensurable pour bâtir une futur radieux et bienveillant.

 

Une trilogie tout simplement parfaite. Chaque tome a sa particularité mais qui s’harmonise avec l’intrigue principale. Une trilogie qui mélange les genres entre fantastique, romance, anticipation. Et c’est une réussite. Une plume captivante et qui m’a fait vivre chaque rebondissement avec une belle intensité !

 

En bref :
* Une trilogie d’enfer
* Un final qui ne cède pas à la facilité et qui explore les confis de l’humanité
* des personnages charismatique et humains
* Un thème particulièrement intéressant.

LES ANTRES, Tome 1 : L’homme sans poids, une bande dessinée de Eric Puybaret.

FANTASTIQUE

Tome 1

Éditions Delcourt – Collection Terres de Légendes


Lorsque notre héros meurt dans le naufrage de son voilier, le passeur qui vient à sa rencontre ne parvient pas à graver sur sa paume sa ligne post-mortem qui décidera de sa destination finale après sa mort. Privé de poids et balayé par les vents, celui-ci s’envole alors pour les Antres. Le malheureux est désormais une âme errante dans un monde à la logique et aux habitants bien particuliers.
Ma note 4/5
Nouveauté 2022
56 pages
Disponible dès le 16 février au format numérique et broché

 


MON AVIS

Ce premier est d’une originalité tout à fait désarmante. Héros, malgré lui, l’homme sans poids s’en part voguer dans les antres. Sorte d’antichambre, dirigée par les Trois Sœurs, passage entre les enfers et le paradis.

 

L’Antre est peuplée d’étrange créatures et de personnages plutôt célèbres (Napoléon, Johnny Halliday …). Après cette énorme bévue du passeur, l’homme sans poids volant au grès des différents vents vit une étrange aventure au goût de prophétie et pour les jolis yeux d’une des Trois Sœurs.

 

Eric Puybaret signe un premier tome touchant et exubérant. Des monstres à croquer, des personnages à l’humour tordant et ce jeune homme pris au dépourvu. Le décor est très sympathique et les illustrations allient douceur et force.

 

En bref :
* Un scénario original
* Un personnage touchant
* Une prophétie mystérieuse
* Une atmosphère à la fois glaçante et où l’humour à sa place
 
Je sors de cette lecture vraiment charmée.

DARIUS GORE, un roman ado de Charles Mazarguil.

FANTASTIQUE

Éditions Slalom


Bienvenue en Enfer !
Darius Gore est un ado de 195 ans qui vit à Pandémonium, la capitale de l’Enfer. Héritier d’une grande famille de démons, il ne se sent pourtant pas à sa place… Il n’apprécie pas les combats à mort entre deux cours, ne s’amuse plus aux matchs de headball, rase les murs dans la rue pour éviter toute confrontation.
Alors qu’il essaie de se faire oublier, il assiste au coup d’État de Croatoan, le Grand Prêtre de la Faucheuse. Témoin gênant, Darius va devoir fuir s’il tient à ses trois cœurs. Mais où se cacher quand les neuf cercles de l’Enfer obéissent à la plus puissante des créatures démoniaques ? Une seule solution s’offre au jeune fugitif : la Terre !

 

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
247 pages
Disponible au format broché

 

 


MON AVIS

Il était une fois un démon prénommé Darius. Du haut de ces quelques 195 années, Darius est en pleine crise existentielle. Un coup de foudre pour la belle Lilith qui n’a d’yeux que pour un autre. Un père accro à l’alcool de fées noyant son chagrin chaque jour que Dieu fait. Bref sa vie ressemble au chaos et les lieux ne confèrent pas à une certaine harmonie démoniaque. Et puis un jour, au mauvais endroit au mauvais et sa vie bascule. Témoin de la prise de pouvoir du cruel Croatoan, sa présence dérange largement le nouveau dieu des enfers. Fuite précipitée, emprisonné, refuite, un détour par la maison familiale et une porte dérobée plus tard, le voici arrivé sur Terre où par un heureux hasard les morts vivants mettent une pagaille sans nom.

 

Darius Gore est un roman totalement génial. Un anti-héros qui ne trouve pas sa place, ami avec un zombie-génie, ses repères ne sont que quelques rêves fugaces et un miroir bien étrange. Lui, le si tranquille démon, se retrouve au milieu d’une aventure qu’il ne voulait pas. Pas après pas, il se découvre courageux et intrépide. Une nouvelle facette qui lui sied à merveille. Grace à ses nouveaux amis terriens qui n’ont pas froid aux yeux, un cousin vaillant et fonceur, un zombie ridiculement irrésistible, un ange pas si angélique, une Mort magnanime, une prophétie annonçant l’Armageddon (c’est pour maintenant), un méchant cruellement méchant, des sorcières très sorcières, Darius Gore va remuer les Enfers.

 

J’ai complétement craqué pour cette lecture ! Et puis cette couverture, elle en jette ! Et l’histoire dépote ! Qui n’a pas lu des histoires de ce genre ?! Charles Mazarguil modèle à sa manière déjantée, humoristique, un thème qui était quelque peu vieillot. Il met le feu en Enfer et c’est curieusement irrésistible et captivant. L’Armageddon revisité avec une pincée d’imagination, d’inventivité et le tout porté par une plume addictive.

 

En bref :
  • un anti-héros qui se cherche et qui se trouve
  • des rebondissements à la pelle
  • des personnages secondaires totalement hilarants et irrésistibles
  • un thème re-sculpté et totalement rock’n roll
  • une histoire entraînante
  • un monde haut en couleur

 

Pour un final juste poignant et frustrant.  Je voudrais tellement une suite !

 

Viens faire un tour en Enfer, tu vas juste de poiler et vivre une lecture sensationnelle. T’as compris je recommande chaudement !

 

GODS OF LOVE, une romance de Eugénie Dielens.

ROMANCE PARANORMALE

Éditions Hugo Poche – Collection New Romance (Fyctia)


Éros et l’amour, c’est une histoire qui dure. Cela fait des millénaires qu’il l’insuffle aux âmes meurtries et leur redonne goût à la vie, laissant des esprits soulagés dans son sillage. Il est fait pour ça, il est né pour ça. Ironiquement, ce sentiment lui est pourtant interdit.
Alors à force d’assister aux histoires des autres, c’est presque par nécessité qu’il vole au secours des cas les plus désespérés, pour leur apporter ce que lui ne pourra jamais vivre.
Lorsqu’il rencontre Kaléa, il sent qu’il pourra lui procurer l’aide dont elle a besoin: le cœur brisé, la jeune femme refuse farouchement de se laisser bercer par ses beaux mots et sa voix envoûtante. La faire de nouveau aimer devient un défi personnel qu’Éros est prêt à relever. Peu importe le prix.
Mais si, avant de vouloir guérir le cœur des autres, Éros devait avant tout apaiser le sien ?

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
381 pages
Disponible au format poche et numérique


MON AVIS

La couverture est terriblement irrésistible et le titre totalement aguicheur. Oui je sais parfois être totalement futile, mais souvent le cœur choisi pour moi et tous les ingrédients étaient réunis pour me donner envie de lire cette nouvelle romance chez Hugo Romans.

J’avoue ne pas avoir lu le résumé et quand j’ai débuté ma lecture, j’ai été surprise de tomber dans un univers fantastique. Eugénie Deliens nous plonge dans le monde des Dieux et des Déesse de l’Olympe. J’adore !!! Plus précisément, elle met en exergue les dieux de l’Amour qui sont sept et que l’on nomme les Érotes (Wikipédia te renseigne sur eux par ICI ). Notre monde moderne à généraliser le Dieu de l’Amour sous sa forme choupinette de Cupidon. Si nous connaissons Éros plus communément, ce n’est pas le cas des autres. Voici donc une famille complète qui a pour mission de répandre l’amour auprès d’une personne. Éros a choisi Kaléa et plus précisément son cœur dissonant.

Kaléa est une jeune femme au parcours terriblement triste. Sa vie s’est délitée rapidement et se remettre sur pied a été une terrible épreuve pour la jeune femme. Décoratrice intérieur est sa passion et son métier. Malgré les temps durs et la culpabilité la rongeant insidieusement, elle se doit de continuer. Pas après pas, accompagnée de sa meilleure amie et de son père, elle reprend goût à la vie. Mais elle ne se sentira jamais entièrement elle. En l’amour, elle n’y croit plus et s’accrocher à la vie est particulièrement difficile.

La cible d’Éros est un véritable mystère. Sa mission a quelque peu dérapé mais son entêtement lui permettra de découvrir l’impensable et de faire de sa vie éternelle une nouvelle aventure totalement inattendue.

Eugénie Dielens nous livre une magnifique romance où les secondes chances sont possibles. Ce côté fantastique (des dieux) est sans contexte un atout appréciable. Deux mondes inattendus qui se confrontent, se dévoilent et se découvrent. L’auteure ne s’approprie absolument pas du mythe mais le façonne d’une manière inopinée et surtout moderne. J’adore cette audace et je trouve le résultat très abouti. J’ai été très vite embarquée dans l’histoire de ce duo improbable qui côte à côte va découvrir le pouvoir des sentiments et des émotions. Il y a tout ce parcours de résilience et d’acceptation de chaque part qui est abordé avec humilité. Une histoire terriblement bouleversante. Mais les frères d’Éros sont là pour changer la donne et apporter ce côté de légèreté tout à fait appréciable. Une romance captivante qui se lie d’une traite. Les personnages sont attachants et totalement adorables. Une histoire percutante qui donne de l’espoir et ce n’est pas négligeable.

Un univers atypique porté par des personnages charismatiques et troublés par les aléas de la vie. Une ode aux secondes chances et porteuse d’espoir. Une lecture que je valide grandement !