CETTE NUIT-LA, un roman d’Aurélie Massé.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Sélection #mespremiers68

Quelques secondes pour s’effondrer, une nuit pour se relever, la vie pour se reconstruire.
C’est l’histoire de Gabriel, l’insoumis pétillant, Agathe, la fêtarde insouciante, Alex, l’élève parfait, Sarah, la discrète mal dans sa peau. C’est aussi et surtout l’histoire d’Eden, dont l’aura suffit à combler le mutisme. C’est l’histoire d’un secret, de gestes déplacés qui mènent un jour à l’inconcevable… Durant une nuit, le temps s’arrête et cinq vies basculent.

Ma note : 5/5
Nouveauté 2021
384 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Cette lecture a été la plus grande claque de ma vie de lectrice !

 

CETTE NUIT-LA se vit avec cette rare intensité. Elle t’emprisonne dans ce huis clos où j’ai eu juste envie d’hurler, de crier ma rage, de taper de désespoir, de pleurer la vie.

 

Aurélie Massé a cramé mon cœur. Elle l’a réduit en miette, l’a piétiné. Et j’en ai encore la chair de poule et surtout j’ai du mal à m’en remettre.

 

La chair lacérée à vif, les mots qui s’engouffrent dans les maux résonnant de douleur et de cette vérité cruelle. Une nuit où tout chavire où l’horreur devient palpable, vivante, nauséabonde.

 

Les larmes qui s’enfuient tentant désespéramment de limiter les dégâts. Eux qui marqueront à jamais l’âme. Les abysses envahissent peu à peu, l’atmosphère se délitant, la vie s’étiole.

 

Aurélie Massé aborde des thèmes forts et percutants. Sa plume a ce don extraordinaire de te porter loin, très loin et surtout de ne pas de lâcher d’une semelle. Tu ne t’y attends pas et te voilà prisonnier de la folie humaine.

 

Un roman choc et saisissant. Un roman où la moindre parcelle de lumière devient salutaire. Un roman bruyant. Un roman libérateur.

 

Ceci est ni un thriller ni un roman fantastique.

 

Juste, un roman sur la vie, sur la puissance de l’amitié, sur l’avenir aussi détruit le présent soit-il.

DARIUS GORE, un roman ado de Charles Mazarguil.

FANTASTIQUE

Éditions Slalom


Bienvenue en Enfer !
Darius Gore est un ado de 195 ans qui vit à Pandémonium, la capitale de l’Enfer. Héritier d’une grande famille de démons, il ne se sent pourtant pas à sa place… Il n’apprécie pas les combats à mort entre deux cours, ne s’amuse plus aux matchs de headball, rase les murs dans la rue pour éviter toute confrontation.
Alors qu’il essaie de se faire oublier, il assiste au coup d’État de Croatoan, le Grand Prêtre de la Faucheuse. Témoin gênant, Darius va devoir fuir s’il tient à ses trois cœurs. Mais où se cacher quand les neuf cercles de l’Enfer obéissent à la plus puissante des créatures démoniaques ? Une seule solution s’offre au jeune fugitif : la Terre !

 

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
247 pages
Disponible au format broché

 

 


MON AVIS

Il était une fois un démon prénommé Darius. Du haut de ces quelques 195 années, Darius est en pleine crise existentielle. Un coup de foudre pour la belle Lilith qui n’a d’yeux que pour un autre. Un père accro à l’alcool de fées noyant son chagrin chaque jour que Dieu fait. Bref sa vie ressemble au chaos et les lieux ne confèrent pas à une certaine harmonie démoniaque. Et puis un jour, au mauvais endroit au mauvais et sa vie bascule. Témoin de la prise de pouvoir du cruel Croatoan, sa présence dérange largement le nouveau dieu des enfers. Fuite précipitée, emprisonné, refuite, un détour par la maison familiale et une porte dérobée plus tard, le voici arrivé sur Terre où par un heureux hasard les morts vivants mettent une pagaille sans nom.

 

Darius Gore est un roman totalement génial. Un anti-héros qui ne trouve pas sa place, ami avec un zombie-génie, ses repères ne sont que quelques rêves fugaces et un miroir bien étrange. Lui, le si tranquille démon, se retrouve au milieu d’une aventure qu’il ne voulait pas. Pas après pas, il se découvre courageux et intrépide. Une nouvelle facette qui lui sied à merveille. Grace à ses nouveaux amis terriens qui n’ont pas froid aux yeux, un cousin vaillant et fonceur, un zombie ridiculement irrésistible, un ange pas si angélique, une Mort magnanime, une prophétie annonçant l’Armageddon (c’est pour maintenant), un méchant cruellement méchant, des sorcières très sorcières, Darius Gore va remuer les Enfers.

 

J’ai complétement craqué pour cette lecture ! Et puis cette couverture, elle en jette ! Et l’histoire dépote ! Qui n’a pas lu des histoires de ce genre ?! Charles Mazarguil modèle à sa manière déjantée, humoristique, un thème qui était quelque peu vieillot. Il met le feu en Enfer et c’est curieusement irrésistible et captivant. L’Armageddon revisité avec une pincée d’imagination, d’inventivité et le tout porté par une plume addictive.

 

En bref :
  • un anti-héros qui se cherche et qui se trouve
  • des rebondissements à la pelle
  • des personnages secondaires totalement hilarants et irrésistibles
  • un thème re-sculpté et totalement rock’n roll
  • une histoire entraînante
  • un monde haut en couleur

 

Pour un final juste poignant et frustrant.  Je voudrais tellement une suite !

 

Viens faire un tour en Enfer, tu vas juste de poiler et vivre une lecture sensationnelle. T’as compris je recommande chaudement !

 

THE LAST ONE TO DIE, un thriller fantastique de Cynthia Murphy.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Traduit de l’anglais par Timothée Roblin


Elle pensait vivre le meilleur été de sa vie… ce sera peut-être le dernier.
Niamh, 17 ans, a travaillé comme une dingue pour pouvoir se payer des cours d’été dans la plus grande école d’art dramatique de Londres. Elle s’imagine découvrir une ville accueillante mais se heurte à une ambiance glaçante :
de nombreuses jeunes filles, dont ses nouvelles amies, se font violemment agresser. Toutes ont le même profil, celui de Niamh… qui va se retrouver au cœur du plus effrayant des films d’horreur !
Un thriller haletant sur fond de légendes urbaines.
 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2021
272 pages
Disponible au format numérique et broché

 

MON AVIS

THE LAST ONE TO DIE aurait pu faire partie de ces coups de cœur mémorables mais malheureusement et j’en suis convaincue, ce thriller n’était pas du tout fait pour moi. Mais, peut-être, vous, vous y succomberiez !

Niamh a toujours voulu être actrice et son rêve est sur le point de se réaliser. Direction Londres pour un été qu’elle a longtemps convoité. Un été dans la plus prestigieuse école d’arts dramatiques. Niamh, à force de travail, a pu s’offrir ce stage. Dès son arrivée dans la capitale, elle est subjuguée par toute cette euphorie. Alors qu’elle attend pour l’attribution de sa chambre sur le campus, elle est abordée par une fille de son âge. Elles font rapidement connaissance et se dirigent chacune vers leur chambre respective. Dans la confusion Niamh a pris des documents de sa nouvelle amie et décide donc de lui rendre. Mais une effroyable découverte l’attend dans la chambre de son amie, son cadavre. Ainsi commence ce périple londonien. Ne se laissant pas abattre Niamh décide de rester sur place et de profiter au maximum de son stage. Malheureusement ceci n’était que les prémices d’une suite de morts inexpliquées.

Court-elle un véritable danger en restant ici ?

Cynthia Murphy nous plonge dans un Londres lugubre où sa jeune héroïne va devoir faire face à l’inexplicable. Sous fond de légendes urbaines, Niamh et ses ami.e.s, au périple de leurs vies, vont être confrontés à la mort, à la magie et à l’horreur. Ce thriller fantastique s’adresse à un lectorat jeune. Mes attentes concernant le thriller fantastique sont trop élevées pour me satisfaire complétement (seul Cédric Sire est à mes yeux au top level). Et ceci explique en grande partie pourquoi je n’ai pas été entièrement satisfaite. Pourtant tous les ingrédients sont là pour vous envoûter en un claquement de doigt. Une héroïne paniquée et au bord du gouffre qui tient malgré tout à rester et, en quelque sorte, à affronter cette chose qui lui pourri son existence. Des personnages secondaires qui l’épaulent à leur manière. Un flic qui tombe pile-poil au moment opportun. Un décor qui laisse songeur. Un cimetière qui fout la trouille. Et des morts, beaucoup de morts. La disparition d’objets insolites. Et une légende urbaine qui semble véritablement réelle. Les rebondissements s’enchaînent sans hésitation et le final, effectivement est la hauteur : explosif, sanglant, horrible et effrayant. Tout est réuni pour vous faire passer un moment glaçant de lecture. Une écriture qui sait vous faire frémir et qui va, certainement, vous hanter pendant trèèèèèèèès longtemps.

Une lecture que je conseille vivement pour les novices.

THE BLACK KIDS, un roman ado de Christina Hammonds Reed.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Rosalind Elland-Goldsmith

Un roman engagé et universel.
1992, Los Angeles s’embrase. Des policiers viennent d’être acquittés alors qu’ils ont passé à tabac Rodney King, un homme noir. Ashley, 17 ans, se pensait jusqu’ici hors d’atteinte. Fille d’une famille aisée, fréquentant un lycée huppé, elle ne s’est jamais sentie victime d’injustices ou de discriminations raciale… Ou peut-être que si ?

Une histoire d’amour naissante, des secrets dévoilés et une atmosphère de fin du monde lui ouvrent les yeux : elle, qui a toujours oscillé entre communauté noire et blanche, réalise qu’elle peut trouver sa place, sans avoir à choisir un camp.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
416 pages
Disponible en numérique et broché


MON AVIS

THE BLACK KIDS est une agréable surprise. Sans aucune raison, je pensais que le roman mettrait en exergue les émeutes de 1992 à Los Angeles. Mais ce n’est absolument pas le cas. Elles servent de décor et, surtout, elles sont le déclencheur de la quête identitaire de Ashley.

Ashey a toujours vécu dans le confort des quartiers huppés de Los Angeles. Son père et sa mère ont tous les deux réussi leurs parcours professionnels assurant ainsi à leurs deux filles une vie confortable loin des ghettos. Lycéenne studieuse, engagée auprès d’associations, Ashley n’a jamais vécu par rapport à sa couleur de peau jusqu’à présent. Elle n’a jamais perçu les signes pouvant évoquer le racisme ou la discrimination. Pourtant ils sont là, au détour de remarques et de gestes inappropriés de la part de ses copines « blanches ».

Il aura fallu le départ de sa grande sœur et les émeutes pour qu’elle se pose la question au sujet de la couleur de sa peau. Les quartiers sordides, les fins de mois rudes, le chômage, la discrimination, les regards sont un territoire inconnu. Être issue de la communauté noire est un concept abstrait pour elle. Elle ne renie pas son origine mais elle ignore les conséquences souvent épouvantables qu’elles engendrent sur des millions de vie.

Ashley observe, se questionne et surtout tente de mettre ses mots sur ses réflexions et ses analyses. La question raciale est au cœur de son débat intérieur. La découverte de ce monde l’effraye autant qui l’attire. Elle hésite beaucoup, ignore les signes mais sa réflexion l’emmène vers un juste milieu conciliant l’acceptation de la différence et la tolérance.

Un roman sensible qui m’a plongé dans les méandres de la question raciale. Un roman puissant délivrant un message de tolérance. Un roman sur la transition vers l’âge adulte. Un roman crucialement essentiel porté par une plume efficace et qui ne tremble guère devant le sujet. Elle évoque les émotions de son personnage avec conviction et force faisant passer ses messages avec douceur et amour.

Elle parle d’une génération entre-deux qui soit tend à renier son origine culturelle et communautaire, soir se bat pour leurs droits et leurs libertés pour une égalité sans discrimination.

Ashley n’est pas une héroïne commune mais une simple adolescente prise dans les feux des révélations.

Un roman que je vous recommande chaudement qui se termine sur un dossier documentaire bienvenu.

LIFE & TIMES, un roman ado de Candy Harper.

LITTÉRATURE JEUNESSE FANTASTIQUE

Éditions Slalom

Traduit de l’anglais par Diane Gagneret


Un voyage temporel, deux jeunes filles au caractère bien trempé et beaucoup d’humour !
Bradlee et Eugenie sont deux adolescentes que tout oppose : la première est une citadine ultraconnectée qui broie du noir depuis que ses parents l’ont déracinée de Londres et envoyée dans un
poussiéreux pensionnat de campagne ; la seconde rêve d’indépendance tandis que son père cherche pour elle un mari digne de son rang. Elles vivent au même endroit mais deux siècles les séparent.
Toutes deux font le souhait de changer de vie… et sont mystérieusement envoyées chacune dans l’époque de l’autre. Lady Eugenie dans la nôtre, Bradlee dans celle de Jane Austen !
Un réjouissant voyage dans le temps qui souligne avec humour notre hyperconnexion et révèle différentes formes d’émancipation féminine.

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2021
240 pages
Disponible en broché et numérique

 


MON AVIS

LIFE & TIMES est un sacré roman axé sur le fantastique. Même si le scénario n’est pas original (le transfert de corps), il faut retenir ce qui en découle.

 

Bradlee est une jeune fille de la ville qui ne manque de rien. Après le divorce de ses parents, elle est envoyée dans un pensionnant. La vie de Bradlee se résume à ses réseaux sociaux. Une vie étriquée qui ne mène à rien. Cette jeune fille est certes en colère contre ses parents qui ont décidé en quelque sorte de l’abandonner. Son smartphone est une vitrine qu’elle aime embellir et sur laquelle elle passe quasi son temps libre. Nous connaissons tous (en temps qu’adulte) les dérives psychologiques et physiques que peuvent engendrer l’irréalité.

 

Eugenie vit deux siècles plus tôt au même endroit mais à une période différente, la régence. Fille de Duc, elle se doit de devenir une épouse parfaite au bras d’un époux qui lui sera certainement imposé. Eugenie a bénéficié d’une éducation de son rang. Une jeune femme attentive mais qui a des idées bien arrêtées pour son époque. Elle désire plus que tout faire un mariage d’amour, du sport et monter à cheval.

 

Deux filles conditionnées par deux époques différentes interchangent mystérieusement leurs places respectives.

 

Je vous passe les bouleversements que ce tour de passe-passe occasionne.

 

Cindy Harper va mettre en exergue grâce à ces rôles interposés les faiblesses d’une époque et la richesse de l’autre. Notamment concernant le statut des femmes qui à notre époque malgré tout n’a rien avoir avec celui de deux siècles plus tôt. Cindy Harper va ainsi tout au long de son histoire mettre en évidence les aspects bénéfiques du temps mais aussi les dérives de la technologie, notamment par le biais des réseaux sociaux qui coupent toute communication avec sa famille proche (par exemple ici). Une plume rythmée par le changement des points des vues et des rebondissements qui ont lieu d’un côté puis de l’autre. L’autrice mène avec perfection la réflexion de ces jeunes filles qui vont peu à peu mesurer la chance qu’elles ont : soit de réparer leurs fautes soit de faire changer les mentalités. Une histoire vraiment passionnante que j’ai lu d’une traite. Des thèmes engagés, nécessaires et cruciaux mis en évidence d’une manière originale. Une lecture qui pourrait intéressée les jeunes lecteurs.

 

 

FILLES UNIQUES, un roman ado de Anne Loyer.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom


Une Chine en plein renouveau, des traditions qui résistent et une adolescente bien décidée à prendre son destin en main !
Comme beaucoup de Chinoises de sa génération, Xinxin est fille unique et tous les espoirs de ses parents reposent sur ses épaules. Sa vie est une course à l’excellence jusqu’au jour où elle apprend que sa meilleure amie va être grande sœur.
Cette annonce ouvre en elle un incompréhensible gouffre d’émotions. Lorsque Xinxin aborde le sujet avec sa famille, elle se heurte à un mur de silence et de gêne. Se pourrait-il que ses proches lui cachent quelque chose ? Elle choisit de se battre pour lever le voile sur ces non-dits et comprendre enfin ce manque qui la hante.

 

Ma note : 4,5/5 mention « à découvrir »
Nouveauté 2021
240 pages
Disponible en numérique et broché

 


MON AVIS

Direction la Chine, sa complexité et son peuple fourmillant. Rappelez-vous, il fut une époque où l’enfant unique était imposé, de 1975 à 2015, depuis 2021 trois enfants par famille sont tolérés. Vaste empire qui contrôle beaucoup de choses pour ne pas toute les nommer. Xinxin a grandit dans cet esprit là, et ce sont sur ses frêles épaules que toute la famille se repose. La réussite scolaire est les prémices d’une vie riche loin des labeurs des usines. Malgré sa volonté sans faille, Xinxin a du mal à suivre les cours et surtout depuis que sa meilleure amie est folle de rage de devenir grande sœur, elle a du mal à contenir sa colère. Elle aussi souhaite devenir une grande sœur et lorsqu’elle soulève la question à table, les réactions de ses parents et grand-parents sont bien loin de ce qu’elle imaginait.

 

Suivant son instinct et grâce à une aide providentielle, elle va partir à la conquête de cette vérité cachée. A vélo, elle sillonnera sa ville dans le seul but de découvrir la raison de son mal être.

 

FILLES UNIQUES aborde le thème crucial de l’enfant unique en Chine, de ses dérives et des conséquences dramatiques infligées à une population essentiellement pauvre et contrôlée. Ce roman ado est un petit soulèvement à lui seul. Il expose des situations inédites et totalement incompréhensible de notre point de vue occidental. Les us et coutumes sont mis en avant. Le plus dérangeant est sans aucun doute cette République « big brother » et qui plus est, est un des puissance mondiale. J’ai été bouleversée par cette histoire qui ne laisse rien paraître portée par une jeune héroïne déstabilisée et poussée par cette colère sourde et contenue depuis de nombreuses années. Anne Loyer s’évertue à un timide parallèle entre l’occident et l’Asie mais l’essentiel se trouve ailleurs. Anne Loyer décrit une jeunesse désabusée par des rêves portés dans un autre temps. Elle instille à son héroïne ce courage débordant à aller vers l’avant tout en considérant le passé telle une marche depuis laquelle elle pourra sauter, aller de l’avant. Un roman essentiel et inoubliable. Un roman avec une thématique tout aussi importante qui pointe du doigt les dérives liberticides.

 

Une quête exigeante et bouleversante vers une vérité éblouissante.

 

Un roman à offrir sans aucun doute à nos jeunes lectrices et lecteurs.

 

TEMPS MORT, un roman d’urban fantasy de Ariel Holzl.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Dès 13 ans

Un roman fantastique de haute volée qui vous plonge dans les ténèbres de la ville lumière.
Sur les traces de son grand-oncle Théobald, Léo, 17 ans, bascule dans une fontaine des catacombes et se retrouve projeté dans une réplique négative de Paris. Auréolé d’un soleil noir, le Périmonde est un territoire où le temps n’a pas de prise et où règnent des clans aux pouvoirs puissants.
Léo n’a d’autre choix que de les affronter lors de la Chasse Sauvage, une course contre la montre où tous les coups sont permis. Heureusement, l’énigmatique Alma est là pour l’aider… mais peut-il vraiment lui faire confiance ?

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
288 pages
Disponible en numérique et broché


MON AVIS

Voici une découverte extra-ordinaire. Un roman ado qui vous file les frissons à un claquement de doigts. Une couverture rouge sanguinolente et un titre totalement accrocheur (à mon sens) et une histoire qui ne manque pas d’originalité.

 

Léo a 17 ans. Par un malheureux concours de circonstances, il est accueilli chez son oncle qu’il ne connaît guère. Une rumeur sur son étrangeté et sa solitude sont son seul souvenir. Théobald est un homme bien intrigant. Son comportement est le reflet parfait de sa demeure. Lugubre, anormale, mystérieuse et cocasse. Cet oncle est un grand botaniste qui au milieu de sa serre devient un homme passionné et bienveillant. Mais tout cela c’est avant que de mystérieuses créatures débarquent de nulle part et mettent une pagaille sans nom au cours de laquelle Théobald se fait kidnapper. Revenu à lui rapidement après un mauvais coup sur la tête, Léo décide de suivre la mauvaise troupe. Cette filature le porte directement dans les catacombes de Paris et bien au-delà.

 

Imaginez une version de Paris plongée dans une lumière rouge et lugubre. Imaginez un Paris et les habitants figés dans un marbre déroutant qui ne se meut que deux fois dans la journée. Imaginez des créatures prêtent à tout pour survivre. Imaginez des hommes, des femmes, des enfants dont leur âme humaine a fondu comme neige au soleil. Des créatures hostiles et qui veillent à un certain équilibre. La cohabitation entre clans est bien difficile et le pire reste à venir car une terrible menace est sur le point d’émerger.

 

Léo est totalement déstabilisé par cet univers. Un entre deux-mondes où la loi de la physique n’existe plus. Un univers où la manipulation, la moquerie, l’humiliation, la violence sont légions. Un univers où il faut mieux avoir des alliés et une bonne endurance, quoique !

 

Ariel Holzl signe un roman totalement déroutant. J’ai vraiment été épatée par cet univers parallèle riche, sanguinaire et fantastique. Une agréable surprise portée par un anti-héros totalement charmant, attachant. Un jeune homme miné par la maladie qui dans la noirceur va s’épanouir. Une seconde chance, un second souffle, une vie bizarre mais sans souffrance. Ariel Holzl explore la souffrance d’une manière étonnante de sa jolie plume énergique et créative.

 

Une belle découverte et surtout un monde imaginaire époustouflant. De l’urban fantasy comme je l’aime !

 

Une chronique de #Esméralda