FENÊTRE SUR TERRE, un recueil de poésie de Franck Bouysse.

RECUEIL DE POÈMES ET DE DE RÉCITS

Éditions Phébus


Le texte le plus intime et personnel de Franck Bouysse. Un récit fait de textes en prose alternant avec des poèmes en vers et des photos de l’artiste qui racontent son arrière-pays d’écriture : sa Corrèze quotidienne depuis son enfance. Une portait du territoire d’inspiration qui a façonné son imaginaire et ses romans. On y retrouve toute l’authenticité et l’ambiance claire obscure de sa littérature, ainsi que ses personnages, et ses décors naturels. De l’émotion à l’état pur.
 
Ma note : 5/5 mention « gros coup de cœur et incontournable 2021 »
Nouveauté 2021
136 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Le dernier livre de Franck Bouysse, me semble t-il, est passé à la trappe dans la sphère littéraire. Certes il change de registre, mais est-ce une raison de s’en détourner. Vous avez peut-être connu Franck Bouysse avec « Buveurs de Vent » ou alors le très acclamé « Né d’aucune femme » ?

 

Pour ma part c’est une première rencontre, une de celle mémorable, marquante au fer rouge dans les tréfonds de mon âme.

 

Franck Bouysse touche par sa simplicité. Ses mots aux doux échos de saveurs d’un autre temps où le temps avait une dimension agréable, une sonorité charmante et un touché appréciable. Le temps que l’on oublie, le temps effréné dans cette quête sans limite de la vie. Franck Bouysse narre avec douceur de la vie, de la nature, de l’homme, de l’enfant, de la femme, des rêves, du vent, du ciel, de l’héritage, du désir. Un ensemble d’une finesse exemplaire, d’une douceur chatoyante, d’un plaisir inéluctable.

 

Je ne suis pas une grande adepte de la poésie, mais j’aime prendre le temps, de temps à autre, de savourer un recueil. Alors quand la magie opère, il n’y a rien de plus merveilleux que de se laisser porter par cette douce mélopée. Outre ces passages d’écriture, il est agréable de regarder ces photographies, en noir et blanc, illustrant parfois, souvent, les mots.

 

Poignant, bouleversant, FENÊTRE SUR TERRE est sans contexte un livre remarquable.

 

Ça

Ça commence par des ombres

Ça porte

Ça guide

Ça enfle

Ça gronde

Ça se tait

Ça fait naître les personnages d’une famille éphémère

Ça ne prévient pas

Ça s’invite

Ça s’impose

Ça veut se raconter, jusque dans les silences

Ça glace autant que Ça réchauffe, C’est impitoyable

Ça aime

Ça hait

Ça séduit

Ça repousse

Ça bouscule

Ça ravage

Ça déniche le réel

Ça vient de l’intérieur

Ça ne demande qu’à sortir

Ça cherche la vérité

Ça fait chair

Ça veut tempêtes et bonaces

Ça veut soulever le monde

Ça veut prendre l’espace

Ça veut plus

Ça veut tout

Ça veut croire à tout prix

Ça veut nouer le corps avec l’esprit

Ça veut unir

Ça veut posséder

Ça veut finir sans achever

Ça veut l’éternité

 

 

 

 

BÉLHAZAR un roman de Jérôme Chantreau.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions Phébus

Lecture Babelio

Février 2013 : Bélhazar, un jeune homme sans histoire, décède lors d’un contrôle de police. Accident ? Bavure ? Suicide, comme l’avance le rapport officiel ? L’affaire en reste là. Passée sous silence, elle tombe dans l’oubli. Jusqu’à ce que Jérôme Chantreau décide de mener l’enquête. Professeur de français et de latin, il avait eu pour élève le jeune Bélhazar.
L’auteur se plonge dans le passé, interroge les souvenirs. Mais se heurte à la malédiction qui semble entourer ce drame. Que s’est-il vraiment passé ce soir d’hiver ? Et par-dessus tout, qui était Bélhazar ? Adolescent hypnotique ? Artiste précoce ? Dandy poète laissant derrière lui un jeu de piste digne d’Alice au pays des merveilles ?

 

Ma note : 3,5/5
Rentrée littéraire 2021
320 pages
Disponible en broché et en numérique

 


MON AVIS

Voici une lecture qui m’a échappé (un peu, beaucoup et passionnant). Il est évident pour moi dès les premières pages que Bélhazar sera à l’image d’une aventure éprouvante et hasardeuse.

 

Bélhazar n’aurait jamais dû exister. Mais par le plus bel des hasards et la générosité de la vie, il pointe le bout de son nez. Enfant unique, Bélhazar détonne dans le monde ultra étiqueté dans lequel nous vivons. Il est unique, rare. Un de ses enfants solaires qui émerveille. Bélhazar vit dans son monde où l’imagination, l’abstrait, ses manies de collectionner embellissent son univers. Bélhazar n’est pas un bon élève et se moque totalement de l’école. Son excentricité, son exubérance passionnent et envoûtent, illuminées par une aura magnétique.

 

Puis tel arrivé sur terre , il est reparti en un millième de seconde. Le temps d’un bang. Viens le temps de colère, du deuil et des souvenirs.

 

Jérôme Chantreau, un ancien professeur de Bélhazar, se décide de prouver qu’il ne s’est pas suicidé. Avec l’approbation des parents, il part à la rencontre de cet enfant extra-ordinaire et du jeune homme qu’il était devenu. La vie, la mort se confrontent, s’unissent dans ce ballet étrange où la vérité n’était, n’est, ne sera pas. Car la vie est un jeu auquel s’est adonné Bélhazar. Un jeu dont il avait conscience et dont il changeait les règles à sa convenance. Un jeu où mysticité et réalité se confondent.

 

Chantreau est obnubilé par la mort et les effets qu’elle apporte. Lui même confronté à cela (voir les autres romans), il définit son dernier roman comme la fin de sa trilogie sur la mort. La folie l’emporte souvent sur sa raison et se tourne vers la mysticité pour une explication rationnelle (quoique). Je pense que c’est à partir de ce point là que l’auteur m’a largué. Petit clin d’œil à Alice aux pays des Merveilles et à son lapin blanc. Je ne suis jamais contre ce genre d’apothéose grandiloquente, mais quand cela a un sens. Je me suis sentie étrangement bête de ne pas avoir pu entrer dans le même « délire ». L’auteur survole l’intimité de Bélhazar, alors qu’au contraire j’attendais davantage que de la subjectivité. Une fiction à partir d’un fait réel qui m’a décontenancée. J’ai toutefois apprécié la plume de l’auteur qui arrive à instiller un sentiment de peur et de mal être, de colère et de compassion.

 

Une lecture très mitigée pour moi, qui me laisse un arrière goût d’incompréhension. Je n’ai pas su tirer le meilleur d’une histoire qui à première vue s’avère être passionnante.