SUR MES ÉPAULES, TU BÂTIRAS TON MONDE, un roman de Julien Aime.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions L’Archipel – Collection Instants Suspendus


L’art délicat d’être père
Professeur de français passionné, Louis est le plus heureux des hommes depuis que sa femme Anna lui a annoncé qu’elle attendait leur premier enfant.
Tout à leur joie, ils partagent la bonne nouvelle avec leurs proches, se plongent dans les listes de prénoms, l’aménagement de la chambre du bébé…
Mais leur bonheur est de courte durée : quelques semaines plus tard, on diagnostique à Louis une leucémie foudroyante.
Engagé dans une course contre la maladie, Louis fait la promesse à Anna d’être un père présent quoi qu’il arrive. Mais comment accompagner son enfant sur le chemin de la vie s’il est physiquement absent ?
Entre rires et larmes, Julien Aime signe un émouvant roman sur l’amour paternel, la transmission et les choix de vie.

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
300 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Le résume annonce la couleur dès le départ. C’est mal à l’aise que j’ai ouvert ce roman mais surtout je me suis accrochée au titre qui est si enthousiaste si beau si encouragent si magnifique. 

 

Louis adorait sa vie et son métier, professeur de français. Il adorait transmettre son savoir, sa passion pour les beaux mots, l’imagination et les envolées littéraires. Ses élèves, il les aimait sans distinction et avec beaucoup de force. Une alchimie particulière les liait. 

 

Louis était un mari aimant. Sa femme était son tout et le petit être qui grandissait dans le ventre de cette dernière était une finalité de toute beauté.

 

Louis était un ami fidèle, dévoué. Ils pouvaient compter l’un sur l’autre. Les souvenirs ils en avaient à la pelle. Ils ont grandi ensemble, fait les quatre cent coups, monté un groupe de rock. Ils sont devenus des adultes bancals ensemble.

 

Louis était un frère et un fils aimé et chéri.

 

Cette vie s’est arrêtée, s’est essoufflée, lorsque le diagnostique est tombé, fatal. La mort aux trousses. Une vérité sans ambages, cruelle. La vie ne tient qu’à un fil, la chimiothérapie. C’est le courage visé aux tripes que Louis prend part à la bataille. Une bataille qui se doit pour le bébé, pour Anna, pour ses amis, pour sa famille. Une bataille dans l’ombre pour vivre dans la lumière. 

 

Julien Aime aborde le sujet de la maladie avec une honnêteté terrifiante mais ne tombe pas dans le pathologique. Il se dégage de ce roman ce sentiment indescriptible d’assister à une histoire hors norme. Une histoire profondément bouleversante et terriblement humaine. La maladie ne peut être un héritage valable, seule la vie et les souvenirs sont souverains. Louis s’engage dans une bataille où chaque parcelle de temps devient le sujet d’une vidéo où il délivre ses sentiments, son ressenti et ses conseils, laissant ainsi un trace immortelle de sa vie délitée. Ainsi il entre au cœur d’une rétrospection intense où il tente de définir sa place de père à venir, sa place d’homme et sa place de mari. Une belle leçon d’humilité et d’humanité où l’égoïsme est banni et où, seul, compte sa présence aussi éphémère qu’elle puisse être. Julien Aime délivre un message puissant d’amour, de tolérance et d’acceptation. Un modèle à suivre ? Non mais la preuve qu’en chacun de nous, il existe une unicité où l’espoir réside dans ces infimes particules de résilience et d’espoir. Julien Aime signe un roman d’une puissance rare.

 

En bref :
– Une lecture coup de cœur
– Un roman traitant de thèmes douloureux
– Un roman sur la résilience et l’héritage
– Un roman d’où immerge l’espoir
– Une jolie histoire de courage et d’abnégation

 

Même si le résumé ne laissait rien présager de bon, Julien Aime insuffle à son roman une aura d’une pureté éclatante. Je me suis accrochée à chaque page. J’ai vécu chaque drame, chaque espoir, chaque larme, chaque cri avec une intensité à couper le souffle. Un roman qui se répercute dans chaque atome, chaque cellule que nous sommes. Un roman qui prend aux tripes, un roman intransigeant, mais une roman d’une beauté unique.

 

Osez-le !

LA VIE SELON HOPE NICELY, un roman de Caroline Day.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions L’Archipel – Collection Instants Suspendus

Traduit de l’anglais par Isabelle Stoianov

APPRENDRE À ACCEPTER SES DIFFÉRENCES ET CELLES DES AUTRES
L’esprit de Hope Nicely est différent de la plupart des gens. Chez elle, les pensées ont du mal à rester en ligne droite. Les mots semblent s’échapper comme à travers un fi let de pêche. Mais Hope peut compter sur sa détermination et son entêtement pour s’adapter au monde.

À vingt-cinq ans, persuadée que rédiger son autobiographie lui permettra de retrouver sa mère biologique, elle s’inscrit à un atelier d’écriture. Elle espère ainsi obtenir des réponses aux questions qui la tourmentent : pourquoi a-t-elle été abandonnée ? Sa mère était-elle consciente que boire de l’alcool pendant la grossesse pouvait avoir des conséquences irréversibles ?
Ce cours d’écriture va transformer la vie de Hope en aventure, et elle découvrira que d’autres leçons l’attendent…

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
450 pages
Disponible au format broché et numérique


MON AVIS

Retenez bien son prénom et son nom car Hope Nicely est ainsi. Normale avec sa particularité qui a la couleur d’un arc-en ciel. Attachante, entêtée, naïve, bien attentionnée, Hope Nicely est une jeune femme adorable atteinte du TSAF, comprenez Trouble du Spectre de l’alcoolisation fœtale. Oui tu as bien lu et par conséquence tu as compris que la vie de Hope Nicely est un véritable enfer. Elle pense fort ou en silence, elle a des tics, elle crie, elle frappe, elle se soucie, elle oublie mais l’essentiel est là dans sa tête.

 

Caroline Day te plonge dans sa vie et dans sa quête. Tu rentres dans son cerveau « vide grenier » et tu avances en même temps qu’elle, ou tu recules, tu tapes, tu cries, tu récites, tu penses, tu oublies. Un style sans précédent, redondant, merveilleux et unique.

 

La différence, quel qu’elle soit, est un débat audacieux, courageux. Dans un monde normalisé et validiste, la différence fait tâche. Elle dénote et est facilement pointée du doigt. La différence effraye et il est rare de voir des personnes s’y intéressée sans arrière pensée. Si tu n’as pas un pied (voire deux) dans le handicap, il est difficile de se sentir concerner. Et c’est mon expérience personnelle qui parle.

 

J’ai beaucoup aimé cette lecture mais elle m’a également fait grincer des dents. J’aurai aimé avoir une note de l’auteure qui aurait pu donner les raisons de ce roman, ce qui l’a poussé à l’écrire et je pense que j’aurai pu consentir à l’idée qu’elle aurait souhaité partager. J’ai vraiment apprécié tout ce qui évolue autour de Hope Nicely et cette compassion qui en découle. La vie de Hope Nicely s’inscrit dans ce monde normal mais on voit rapidement qu’elle est incomprise, jugée et accusée. Mais à contrario on voit que l’on peut aimer Hope Nicely sans superflu. Je n’aime vraiment pas cette scission évidente entre normal et différent. Je préfère le terme de pluralité que j’associe volontiers avec cette idée d’arc-en-ciel. Le monde est unique mais plural. Je trouve que c’est beaucoup plus juste.

 

Écrire sur l’handicap est à double tranchant. Que restera t-il finalement une fois que vous aurez fermé ce livre ? Aurez-vous un regard différent ? Ou finalement cela restera t-elle une lecture sans suite ? Parler de l’handicap, c’est bien, mais faire évoluer les consciences validistes est tout autre chose et c’est un autre sujet. Hope Nicely ne demande pas votre compassion ni votre pitié ni votre peine. Elle demande juste une ou deux minutes de votre temps pour être écoutée et se faire comprendre. En aurez-vous assez ?

 

En bref :
* Une jeune femme très attachante
* Un style unique et atypique
* Une histoire douloureuse
* Un sujet très peu aborde dans la littérature et qui peut être à double tranchant
 
Je ne peux que vous inciter à découvrir ce roman et surtout je souhaiterai que cette lecture vous permette de découvrir un monde qui vous effraye, peut être, ou, au contraire, permette de libérer la voix de certains et certaines.

 

Et surtout je ne voudrais en aucun cas que cette lecture soit vaine et juste un moment de lecture comme tous les autres.

 

COMMENT LES PINGOUINS ONT SAUVÉ VERONICA, un roman de Hazel Prior.

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

Éditions L’Archipel – Collection Instants Suspendus

Traduit de l’anglais par Estelle Flory

Le cœur ne gèle jamais, même au milieu des icebergs
Le plus souvent, Veronica, 84 ans, passe ses journées à chercher où elle a mis ses lunettes, à ramasser les déchets sur la plage ou à aboyer des ordres à sa dame de compagnie, Eileen.

Depuis peu, la vieille dame s’interroge : que faire d’utile durant les années qu’il lui reste et, surtout, à qui laisser sa fortune considérable ? Quand elle a soudain une illumination : et si elle mettait tout en œuvre pour sauver les pingouins d’Antarctique ?
L’irruption dans sa vie de Patrick, un petit-fils disparu, orphelin à six ans après le suicide de sa mère, va tout changer. Comme deux animaux sauvages, ils vont devoir s’apprivoiser au milieu des icebergs.

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
480 pages
Disponible au format numérique, audio et broché

 


MON AVIS

Veronica est du genre mamie acariâtre, bourrue, indigeste. Bref, une vielle bique qui passe son temps à embêter les gens autour d’elle et notamment Eileen, dame de compagnie, de ménage et autre. Veronica ne cesse de dire qu’elle a tout sa tête, de temps en temps, je vous l’avoue, elle la perd. Mais son passe-temps favori est sans aucun doute celui de tenter l’impossible. Il aura suffit d’une vielle boîte pour faire surgir tous les vieux souvenirs et les démons qu’ils les accompagnent. Mais Veronica n’est pas une femme à abattre facilement, et le meilleur moyen pour elle de contrer le sort est l’action. Est celle-ci se traduit par une puissante crise existentielle. Retrouver un membre de sa famille et sauver les pingouins !

 

Veronica s’exile donc au fin fond du monde peuplé de glace et de pingouins. Mais elle n’aurai jamais cru que cette expérience unique serait une véritable révélation.

 

Nous sommes d’accord les mamies grincheuses, et bien, sont plein de fiel à déverser à tout moment. Difficile de les aimer et de s’attacher à elles. Mais Veronica a ce quelque chose en plus qui va vous surprendre et ramollir votre petit cœur. On oublie souvent que les personnes âgées ont un passé qu’elles gardent tendrement en eux, ou au fond d’une boîte. On oublie qu’une existence entière a façonné cette personne et ce roman nous rappelle gentiment à l’ordre. Avec un certain humour, avec malice et avec quelques coups de punchline, Veronica va vous défriser ! Un roman sentimental dans un décor austère, où finalement la moindre parcelle de tendresse vaut tout l’or du monde. Un voyage introspectif, amusant, frais, décalé, mais où les sentiments et les humains ont, finalement, une place indétrônable. Je crois que l’on peut être que toucher par cette superbe histoire. Il s’en dégage au final une aura de bienveillance. Veronica et les pingouins, est une histoire adorable avec une héroïne hyper agaçante mais qui vous percutera de plein fouet !