NOCES SUR LA LANDE, une romance historique de Lynsay Sands.


Quelle impardonnable bévue ! L’homme qui vient de recouvrer ses esprits face à Evina affirme ne pas être Rory Buchanan, celui qu’elle croyait avoir enlevé pour qu’il guérisse son père malade. Le guerrier écossais – Conran – prétend pourtant vouloir lui venir en aide, alors qu’il n’entend rien à la médecine. Peut-elle lui faire confiance alors qu’il aurait toute raison de vouloir se venger après son enlèvement ?

Et si une simple histoire d’amour pouvait naître d’une bévue ? Evina doit à tout prix faire venir au château Rory Buchanan. De grès ou de force les talents du guérisseur sont requis auprès du chef du clan qui se meurt. Evina n’a pas hésité à parcourir un long trajet, n’a pas hésité à assommer l’homme nu qui prenait son bain, n’a pas hésité à le ligoter, le hisser sur une monture et à parcourir le trajet dans le sens contraire. L’homme ainsi balloté se retrouve dans un château étranger avec pour mission sauver le laird mourant.
Mais l’homme, Conran, s’est bien retenu de dire qu’il n’était pas Rory mais son frère, et a tout mis en œuvre pour sauver le vieil homme mal en point. Mais l’histoire est loin de s’arrêter là ! Conran n’a jamais été un prisonnier tel quel. Libre de ses faits et gestes, il décide de rester au chevet du malade et de faire la cour à la jeune demoiselle qui lui met des bâtons dans les roues. Une histoire qui démarre sur les chapeaux de roue et où les quiproquos fleurissent à tout bout de champ rendant l’histoire à la fois comique, romantique. Un vaudeville dans toute sa splendeur ! Sans oublier une intrigue accaparante.

 

Evina est une jeune femme de caractère. Son jeune âge ne reflète pas les épreuves qu’elle a dû traverser. La perte, l’abandon et le désespoir l’ont fauchée alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle a été obligée de vite grandir et prendre des décisions quant à la tenue du clan. Evina n’est pas du genre à se laisser abattre. Guerrière accomplie, elle enseigne l’art de la guerre. Les femmes comme les hommes reconnaissent son courage et sa bravoure. Ses décisions ne sont pas contestées.

 

Conran est un jeune homme qui a du mal à trouver sa place au milieu de la fratrie. Le cœur généreux, il aime rendre service à ses frères et sœurs. Un touche à tout, il aime tout autant s’occuper des moutons, de soigner ou de faire des travaux manuels. C’est un homme jovial qui ne se prend pas la tête. Il est prêt à tout pour les siens et ceux qu’il apprécie. Brave guerrier il fait face avec force aux éléments qui se mettent au travers de son chemin. Et il va devoir en affronter de taille pour arriver à ses desseins.

 

Linsay Sands signe une romance historique sous le signe de l’action, de la passion et de l’humour. Un livre qui se détache par cet aspect-là peu conventionnel. On trouve malgré tout des combats mais l’essentiel de cette histoire se trouve dans cette particularité. Un livre détonnant et surprenant. Effectivement c’est un aspect que l’on ne retrouve pas souvent. Cette différence m’a beaucoup plu malgré le fait significatif que ce roman n’a rien de très historique. Je crois que vous me connaissez suffisamment pour comprendre que l’aspect historique est très important pour moi. Totalement occulté, il n’a pas répondu à mes attentes. C’est une histoire qui se lit d’une traite mais n’offre pas de côté historique. Des actions à gogo, des rebondissements, des combats, de la passion, de la romance, une intrigue, un décor correspondant à l’époque, des personnages désarmants et attachants, voilà une histoire qui a véritablement du peps !

 

Ça se laisse découvrir, j’ai très vite été happée par cette histoire, mais l’essentiel n’était pas là, à mes yeux ! Une plume addictive pour une histoire très originale. Un agréable moment de lecture en compagnie de Conran et d’Evina.

 

Une chronique de #Esméralda.

 


LE MYSTÈRE DE DUNGOTTY, une romance historique de Julia London.

Les mariés écossais TOME 5
Écosse, 1755
Farouche. Impétueuse. Audacieuse. Catriona n’est pas de celles qu’on peut discipliner. Pourtant, face à l’hostilité de sa famille, elle s’est résolue à déserter Kishorn Abbaye, cet îlot des Highlands qu’elle a dédié à l’accueil de femmes réprouvées, pour rejoindre la demeure de son oncle. Mais, en découvrant que Hamlin Graham, duc de Montrose, fait partie des convives qu’elle devra côtoyer à Dungotty, Catriona s’indigne. Cet homme, aussi fascinant que dangereux, n’est-il pas accusé de la disparition de son épouse ?

Catriona est ce que l’on pourrait qualifier de vieille fille. A trente ans passés, elle n’est pas mariée et les rumeurs qui circulent sur elle vont bon train. Catriona a toujours considéré que le mariage qu’elle ferait, serait un mariage d’amour et non de raisons. Les prétendants se sont présentés mais aucun n’était à la hauteur de ses espérances. Catriona s’est rapidement faite une raison mettant ainsi son temps disponible pour le projet de sa tante : venir en aide aux femmes et enfants réprouvés. Ces derniers ont fui un mari ou un père violent, où une situation insupportable.
Catriona a énormément appris aux côtés de sa chère tante qui vient de disparaître. Diriger la communauté, écouter les femmes désespérées, innover, prendre des décisions, tout cela, elle l’a perfectionnés sur le terrain. C’est un projet considérable qui a pris une place incroyable dans sa vie. S’en défaire lui est impossible. Elle a à cœur de le continuer. Le décès de sa tante est une véritable épreuve aussi tragique que douloureuse. Catriona est anéantie. Sa famille décide alors de l’envoyer chez son oncle pour se reprendre et se ressourcer. Après un long voyage épuisant, elle est accueillie par son oncle fort content de la revoir et aussi attristé par cette nouvelle. Catriona n’est pas femme à se laisser abattre. Entourée par les invités intrigants, saugrenus et charmants de son oncle, Catriona va se prendre de passion pour une énigme. Un mystère qui est loin de la laisser pantoise et qui titille sa curiosité. Le Duc de Montrose est accusé d’avoir assassiné son épouse qui a disparu depuis de longs mois. Lui étant inconcevable de laisser un meurtrier en liberté, elle se donne pour mission de découvrir la vérité. De fil en aiguille, elle se fait une idée sur ce mystère, oubliant presque le sort réservé à Kishorn Abbaye.

 

Le Duc de Montrose est un homme fort mystérieux. Silencieux, pédant, personne n’ose s’approcher de lui. Un mutisme qui fait froid dans le dos mais qui n’empêche pas Catriona de l’aborder. Si dans un premier temps il ne laisse rien paraître de ses sentiments qu’ils soient positifs ou négatifs, le Duc est intrigué par cette intrigante qui tente de lui remettre les étriers aux soirées mondaines et autres. De rencontres en rencontres, ce duo apprend à se connaître, mais la vérité risque d’être blessante et quand le passé resurgit les inquiétudes seront nombreuses.

 

Je découvre pour la première la plume de Julia London. J’ai vu bon nombre de ses romances paraître mais je n’avais jamais ouvert un de ses livres. Chose fait maintenant et je suis charmée par cette rencontre. Une plume captivante et fluide qui m’a transportée au cœur de l’Écosse du 18e siècle. Un univers fidèle qui m’a fascinée. C’est légèrement différent des romances où les highlanders du 10e siècle devaient se confronter à la barbarie des clans et autres. Les personnages évoluent dans une atmosphère dandy et romantique avec une touche de suspense et de mystère. Une lecture agréable portée par une histoire qui en vaut le détour. J’ai passé un joli moment de lecture. Comme dans toutes les romances historiques, j’aime retrouver les détails historiques, et ici, elles font défaut. C’est de prime abord une romance sentimentale dans un contexte historique peu développé. Cela n’enlève rien au charme du roman. J’ai des attentes particulières avec ce genre de lecture est ici elles ne sont pas assouvies. Je devrais revoir mon cahier de charges !

 

Un excellent moment de lecture !

 

Une chronique de #Esméralda.

DU PACTE AU SCANDALE, une romance historique de Maya Rodale.


Elles sont brillantes et déterminées. New York les fera triompher
New York, 1895
J’y consens. Adeline regrette déjà son imprudence. Elle vient d’accepter de revoir le séduisant duc de Kingston pour l’aider à trouver la sublime héritière qu’il recherche. En retour, leur accord lui permettra d’accompagner le duc à des réceptions mondaines pour promouvoir ses créations de mode.
Un tremplin inespéré pour lancer sa propre affaire à New York et devenir une femme d’affaires accomplie. Une femme moderne à l’extrême opposé du monde traditionnel auquel appartient le duc…

Adeline, issue des quartiers défavorisés de New-York, a toujours su où placer ses priorités. Elle rentre très jeune dans le monde du travail en tant que couturière. La couture c’est son dada. Elle adore toucher les tissus, les découper, les assembler et surtout innover. Elle propose des vêtement uniques avec sa petite note personnelle, une poche afin que ces dames de haute société puissent y ranger leurs objets personnels. Un style souvent décrié, notamment par sa patronne qui préfère quand les « traditions » sont respectées. Une femme acariâtre et vieux-jeux qui n’aime guère de monde. Mais Adeline a que faire des critiques, elle sait ce qu’elle veut et souhaite réaliser son rêve.
Son destin va se jouer avec la rencontre de deux personnes. L’une deviendra son mécène et l’autre sera la source d’une multitude de sentiments tout aussi bons que mauvais. Le duc de Kingston, issu de la haute bourgeoisie anglaise, a décidé de venir choisir son épouse au sein de ces familles new-yorkaises qui ont fait fortune. Des héritières charmées par le titre et son prestige sont nombreuses à vouloir y accéder. Le duc Kingston est un homme prétentieux qui n’a d’égard à sa fortune perdue et à la convoitise de la retrouver dans la dot généreuse de ces jeunes femmes. A la recherche d’une épouse convenable, un brin attentionnée, une mère dans l’âme, ses sentiments n’ont guère de place dans son monde d’argent.

 

Au contraire Adeline ne croit pas au grand amour et au mariage. Plusieurs fois désabusée, les hommes n’ont guère de place dans sa vie. Pourtant quand le duc fait interruption dans sa vie, il ouvre une lourde porte où, peut-être la passion, y aura une place.

 

Au cœur d’une société new-yorkaise où les mœurs ont une grande place et où les contournés est signe d’indécence. Une société où l’homme règne d’une main de maître et où les sentiments n’ont guère leur place. Au cœur de cette société rigide qui ne laisse pas l’opportunité aux femmes de s’accomplir personnellement et professionnellement, Adeline fait figure de féminisme. Portée par des mécènes anonymes, Adeline va aller à l’encontre de cette société bienséante. Son activité professionnelle, son audace et la compagnie du Duc vont, un temps, lui permettre de se faire un nom. Mais au delà de cette publicité, elle doit aider le Duc à trouver une épouse parmi les héritières les plus en vue. Les bals, les rencontres, les discussions, les rendez-vous font être le berceau de sentiments. Des sentiments timides mais qui puissent la force dans la puissance de cet amour qui sera vain. Un amour maudit, un amour pourtant si pur, si honnête. Adeline et le Duc devront affronter les rumeurs et leurs sentiments mutuels et réciproques.

 

Maya Rodale offre ici une romance historique au cœur de la société new-yorkaise de la fin du 19e siècle. On y retrouve les codes qui la régissent ainsi que cet écart impressionnant entre les différentes classes de la société. Une histoire qui allie le sentimental au côté historique. La romance est toutefois mise en avant, quelques petits détails historiques viennent parfaire l’histoire. Les mœurs sont évidemment mis en avant et viennent  contrecarrer cette idylle naissante. Les personnages sont attachants même si leurs personnalités ne sont pas approfondies. Une lecture qui se lit avec envie emportée par une plume fluide. Je regrette que l’univers dans lequel les personnages évoluent ne soit pas davantage développé. Il m’a manqué ce petit plus qui scotche et que j’aime retrouver dans les romances historiques. C’est une histoire qui aurait pu se dérouler aisément à notre époque.

 

En bref, une histoire qui emporte par le vaste de cette société new-yorkaise de la fin du 19e siècle et par cette histoire d’amour qui est malmenée par des mœurs rigides et irrévocables.

 

Une chronique de #Esméralda.

L’USURPATRICE DES HAUTES TERRES, une romance historique de Natacha J. Collins.


Écosse, 1307
Reprends-toi, petite sotte ! Pour la première fois, Émilia McTrayall a l’opportunité d’assumer sa destinée. De mener à bien le seul projet qui la ronge : se venger des Sinclair, les démons qui ont ravagé son village et tué ses parents sous ses yeux, quand elle était enfant.
Elle revêtira le masque de la promise de Calvin Sinclair, la timorée Meagan McDowall, prisonnière des geôles du clan McTrayall. C’est là sa seule chance de mettre fin au règne tyrannique du clan ennemi et de briser la fragile alliance avec le roi Robert Bruce… même s’il lui faut pour cela sacrifier Calvin qui semble si sincèrement épris d’elle. 

Emilia a vu l’horreur avec ses yeux innocents d’enfants. Son village brûlé, les cris, les larmes, les hommes tués, les enfants et les femmes prisonniers. Un tableau figé dans le temps où l’horreur a encore toute son emprise. Emilia recueilli par le clan des McTrayall a nourri sa haine au travers du temps. Grandissant avec comme seul objectif obtenir vengeance pour le sang versé de ses parents.
Emilia est devenue une jeune femme combattante, intelligente et téméraire. Les années défilent et l’occasion d’assouvir enfin sa vengeance se présente. Un plan machiavélique se met en place rapidement à l’annonce de l’arrivée éminente de la future épouse de Calvin Sinclair. Une épouse que personne n’a jamais au sein du clan Sinclair et dont cette alliance permettra une certaine et relative paix sur les terres du Nord. L’heure est enfin venue pour Emilia, son obstination va être récompensée. Un stratagème rapide et efficace visant les Sinclair dans sa totalité. Leur mariage sera la main de la mort. Si le plan était parfait sur le papier, la réalité est toute autre. De nombreux aléas viennent contrarier ce mariage et Calvin est loin d’être le diable en personne. Emilia devra fournir des efforts indispensables pour qu’elle ne soit pas trahie et surtout ne pas reconsidérer ses états d’âmes.

 

Calvin est sous le charme de sa belle promise. Le dernier des enfants, il n’a pas à se préoccuper des affaires du clan, pour sa plus grande joie. Il vaque à ses occupations qui se concentrent essentiellement à la chasse et autres menus travaux. Calvin est un homme robuste qui se laisse facilement emporter par son impétuosité. C’est un homme de confiance qui sait écouter. Parfois farceur, charmeur et coquin, le highlander a tout pour plaire. Il n’aurait jamais pensé que son mariage serait un mariage d’amour. Son épouse a su le séduire. Alors quand son monde s’écroule il n’hésite pas à prendre les armes et à foncer dans le tas.

 

Natacha J Collins maîtrise à la perfection l’univers des Highlanders et c’est toujours un plaisir de découvrir ses romances. L’originalité de cette histoire part sur ce mensonge totalement abracadabrant. Dès le départ j’ai compris les enjeux de cette folle aventure mais j’ai été tout de même surprise par les rebondissements et le retournement de situation. Un suspense haletant saupoudré de romance pour une histoire dont il est difficile de se détacher. Natacha J Collins nous transporte dans l’atmosphère propre des clans des Hautes Terres. Des détails, des éléments historiques remplissent le contrat pour la curieuse et la passionnée d’histoire que je suis. Un grand plus, non négligeable, qui rend l’histoire davantage passionnante. J’ai vite été embarquée dans les aventures d’Emilia et Calvin. J’ai été touchée par leurs histoires respectives qui s’entrechoquent dans ce duel. J’ai été émue par le déroulement de l’histoire, paniquée par de nombreux rebondissements, chamboulée par tout un tas d’émotions. Natacha J Collins n’a pas son pareil pour rendre dingue ses lectrices ! Un duo explosif pour une histoire passionnante et passionnelle où la raison est malmenée et les sentiments bourlingués. Un highlander comme on les aime, une histoire bouleversante et une héroïne tumultueuses ! Moi j’adore tout simplement !!!

 

Une chronique de #Esméralda.

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin

… mes avis sur d’autres romances historiques de Natacha J. Collins, clique sur les photos.

LA PLUS ARROGANTE DES HERITIERES de Laure Lee Guhrke.


Les presses du cœur TOME 4/4
Londres, XIXe siècle  Comme si perdre son père n’était pas suffisant, il aura aussi fallu que le tuteur qu’il lui désigne – Jonathan Deverill, au charme tout britannique – la prenne pour une enfant à cadrer. Marjorie, héritière new-yorkaise au sang chaud, tout droit sortie d’une prestigieuse académie, n’entend pas abandonner sa liberté nouvelle. Mais plutôt la savourer pleinement et corrompre le si conventionnel Jonathan…


Jonathan Deverill est un aventurier dans l’âme. Mis dehors par son père jaloux, il part seul direction l’Amérique. De boulots en boulots, il parcourt cette terre qui promet tant. C’est au cours d’un de ses voyages qu’il rencontre son meilleur ami, cette figure paternelle qu’il n’a jamais eue. Ils deviennent riches et rapidement leur mine d’argent est convoitée.
Son meilleur ami est un homme mystérieux sur sa vie d’avant et plein d’entrain. Alors que la maladie l’emporte, Jonathan exauce les dernières volontés du défunt. Il devient le tuteur de la fille de ce dernier. Direction New-York est un établissement réputé et exigeant quant à l’éducation des jeunes filles. Sa première rencontre le déstabilise grandement. S’attendant à être présenter devant une jeune fille, c’est une jeune femme qui lui apparaît. Marjorie a tout d’une entêtée doublée d’une arrogance sans borne. Confronté à cette situation inédite, Jonathan ne démord pas de son programme. Retourner en Angleterre pour prendre conseil auprès de ses sœurs et se rendre en Afrique du Sud pour mettre en lieu sûr les intérêts de la charmante Marjorie. Se quittant sur une note discordante, l’affaire semble conclue. Jonathan ne s’attendait certainement pas à ce déferlement de mauvais rebondissements. Marjorie n’a pas fini de le surprendre et de mettre à mal ses préceptes et ses plans. Peut-être qu’en Angleterre l’homme se révèlera enfin ?

 

J’ai beaucoup apprécié ce dernier tome de la saga « Les presses du cœur ». Contrairement aux précédents tomes, le personnage masculin est davantage mis en avant. Je l’ai trouvé attachant surtout lorsqu’il se trouve chambouler par de nombreuses vérités servies par la tonitruante Marjorie. Un homme charmant et troublant porté par ses propres convictions malmenées par des révélations qui ne le laisseront pas insensible. Au contraire Marjorie est portée par une volonté farouche à se défaire des carcans de son enfance. La liberté, elle aime de toutes ses forces et veut la croquer avec conviction. Elle rêve d’une vie comblée par un homme d’un certain rang et des enfants, mais avant tout cela, participer à la Saison est son principal objectif. Marjorie n’a jamais connu d’hommes et cherche en eux une stabilité rassurante et protectrice. Le côté historique est moins mis en avant. Seuls les codes sociétaux, notamment autour du deuil, se font la part belle avec les nombreux rebondissements qu’offre cette lecture. Une romance rythmée au fil des indécisions de Jonathan et de Marjorie, la découverte d’un monde attrayant mais qui au final ne convient pas forcément à la belle héritière, la découverte des sentiments, la découverte de la confiance et de l’abandon et la découverte de soi.

 

Une très belle finalité pour cette superbe saga. J’ai été sensible à l’aspect historique notamment la position des femmes dans la société anglaise à la fin du XIXe siècle. Des personnages haut en couleurs et une histoire saupoudrée de romance comme je les aime.

 

Une chronique de #Esméralda
 

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin.

… mes avis sur les précédents tomes (clique sur les photos pour les découvrir).

LA FUGITIVE ET LE HIGHLANDER de Natacha J. Collins.


Irlande, 1232  Rory Fraser, ici ? En apercevant le séducteur qui n’a eu de cesse de la charmer la veille durant une réception mondaine, Lorna blêmit.  Que fait cet homme à bord du bateau qui vogue vers l’Écosse ?  Elle qui pensait être à l’abri de tout faux pas sous la protection de lady Lucinda Powell, la riche veuve anglaise qui l’a prise à son service comme dame de compagnie, se retrouve confrontée à un danger immédiat. Un homme qui, elle le redoute plus que tout, pourrait être le mercenaire envoyé à sa recherche par la Couronne…

Rory n’a cure des rumeurs qui circulent sur lui au sujet de ses travers. Oui il aime la compagnie des dames, qu’elles soient mariées, promises ou célibataires. Rory est un tombeur de ses dames et elles lui rendent bien. Charmeur et charmant, la gente féminine ne lui résiste pas. A part une certaine Brianna (voir tome 2) qui a eu le mérite de le frustrer.
Rory est un libertin qui aime jouir de sa vie comme il entend. Le nom prestigieux de son clan et sa carrure d’highlander y font beaucoup. Rory n’a pas à se préoccuper de l’avenir de son clan car il ne le dirigera jamais. Lui il tâte de l’épée quand les événements s’enveniment. Mais il y a certaine chose qu’il ne peut pas gérer, ce sont les pères furibonds de ses demoiselles ( pas en détresse) dont il a sali leur honneur. Murtagh, son frère aîné et chef du clan (voir tome 1), voit rouge et décide de lui confier une mission de la plus haute importance commanditée par le roi, trouver une jeune femme qui mettrai le royaume en péril. Direction l’Irlande sur les traces d’une femme pas comme les autres.

 

Lorna Bell n’a jamais eu la vie facile. Fille bâtarde du chef Williams, sa vie se résume aux corvées et aux interdictions en tout genre. Depuis que son père s’est mis en tête de destituer le roi d’Ecosse, sa vie est en danger. Le roi et le clan des Commins ont décidé de tuer toute sa descendance. Lorna est une jeune femme intelligente et sournoise. Sa fuite aux nez et à la barbe de ses ennemis est digne d’une grande aventure. Elle rentre au service d’une bourgeoise anglaise et passe son temps entre l’Angleterre et l’Irlande. Sa débrouillardise a jusqu’à présent couvert son identité, mais lorsqu’elle croise cet irrésistible highlander au gala et qui lui pose des questions, il éveille en elle le sentiment de danger imminent. Elle esquive convenablement l’empressement du guerrier sans toutefois être sereine. Alors qu’elle embarque sur le navire les ramenant à Londres, elle l’aperçoit, Rory. Elle craint maintenant pour sa vie. Est ce que le passé la rattrape ? A t-elle une chance de s’en sortir vivante ? Peut-être, mais cela, c’était avant que le bateau se fasse accoster par des pirates.

 

Ce dernier tome est à croquer. Sous le signe de l’action et du romantisme, cette romance historique est comparable à une grande bouffé d’air pur. Les personnages sont hyper attachants et surtout très, très, highlander. Le highlander un brin prétentieux, émouvant et touchant dans sa manière d’appréhender sa relation avec Lorna. Il fait preuve de patience et ne tente pas de brusquer les révélations. Quant à Lorna, s’est une femme très têtue, intelligente et qui a le sens de l’honneur. Ce troisième tome se lit d’une traite et j’ai très vite été captivée par cette histoire hors du commun. L’aspect historique se concentre sur les us et coutumes. Natacha J. Collins m’a surprise par les rebondissements et notamment par des situations inattendues qui se concluent d’une manière surprenante. Une histoire très rythmée, portée par une plume délicate, où j’ai été subjuguée par les décors grandioses et l’alchimie entre les personnages qui oscillent entre l’épanouissement et le refus.

 

Une magnifique histoire totalement dépaysante ! A découvrir !

 

Rory était décontenancé. Décontenancé, et furieux contre lui-même. Comment était-il possible de passer ainsi du paradis à l’enfer ? En quelques instants … de paroles malheureuses ? Car il avait bien dû dire quelque chose, pour qu’elle se sauve de la sorte ! Pour qu’elle prétende que c’était une erreur, qu’elle regrettait ! Que diable !
 
Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin

… mes avis sur les précédents tomes (clique sur la photo pour les lire)

UNE LADY AUDACIEUSE de Laura Lee Guhrke.


SAGA LES PRESSES DU CŒUR – TOME 3/4
Londres, 1893  Alors qu’elle s’apprête à déposer une annonce pour trouver un travail dans la gazette locale, Amanda surprend une conversation. Le beau-frère du propriétaire des lieux, James St. Clair, recherche désespérément une solution pour dompter ses terribles jumeaux de dix ans.
Un poste parfait en tout point pour la lady éduquée qu’elle est. Exception faite d’un détail : le duc recherche un homme à poigne et non une jeune femme en disgrâce dont le nom est entaché…
Traduit de l’anglais par Marie Pascal.

 
Direction Londres fin du XIXe siècle pour une nouvelle aventure. Laura Lee Guhrke , une nouvelle fois et sous couvert de sa romance historique, dépeint avec passion et réalisme la condition des femmes anglaises au sein d’une société à deux vitesses.
Amanda a été élevée par un père qui souhaitait le meilleur pour sa vie. Il pensait que l’intelligence n’était pas masculine. Très tôt, il enseigne à sa fille de nombreuses matières : les sciences et la littérature sont privilégiées. Amanda se sent seule dans ce monde masculin et intègre même une excellente université. Mais les préjugés sont tenaces et une femme cultivée n’ai toujours pas vu d’un bon œil. Malgré ses connaissances, Amanda ne connaît rien au vrai monde. Surprotégée, lorsqu’elle se trouve seule et sans famille, le monde lui est hostile. Sa réputation et son nom sont désormais liés à des rumeurs malhonnêtes. Sa disgrâce est une terrible épreuve. Toutes les portes se ferment et sans ses maigres économies, elle ne va pas pouvoir aller bien loin. Tentant le tout pour le tout et avec ses quelques penny, elle décide de passer une annonce dans le journal. Témoin d’une discussion houleuse entre deux messieurs de la bourgeoisie, Amanda va mettre au point une stratégie assez ambitieuse pour enfin réaliser son rêve, démarrer une nouvelle vie en Amériques. Et puis qui a dit que les femmes ne valaient pas les hommes !

 

Amanda a une détermination de fer. Têtue, obtuse, enthousiaste, volontaire, elle déborde d’énergie et d’imagination pour que son plan fonctionne à la perfection. Amanda va prendre de nombreux risques au détriment une nouvelle fois de sa réputation. Mais peu importe les braver est son seul salut. Son caractère et sa volonté farouche vont la porter en terrain hostile où le moindre faux pas lui coûtera. Après tout qui ne tente à rien, n’a rien !

 

Laura Lee Guhrke met une nouvelle fois la condition des femmes au cœur d’un Londres qui subit de nombreux préjugés. Son héroïne, Amande, est touchante. Une héroïne moderne qui ose surtout braver de nombreux interdits. A cela Laura Lee Guhrke insuffle une atmosphère tendue. Le côté historique va porter vraiment sur les conditions des femmes et il est un peu moins présent que dans les précédents tomes. Ce nouveau tome offre tour à tour des moments attachant et d’autres survoltant. J’y ai retrouvé des clins d’œils, très appréciables, aux personnages des deux premiers volets. J’ai passé un agréable moment de lecture aux côtés de cette héroïne farouche.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin.

… Mes avis sur les tomes précédents (clique sur la photo pour les lire)

LE SOUFFLE DE NJÖRD de Anna Lyra.

[ ROMANCE HISTORIQUE – 2019 ]
Saga Le souffle de Vinland – Tome 1/3
Éditions HARLEQUIN – Collection Victoria
374 pages
Ma note : 4,5/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Brattahlid, Groenland, 999
Malgré elle passagère clandestine à bord d’un navire en partance vers les confins de l’ouest, Erika n’a de cesse de se justifier alors que c’est elle, la victime ! Pourquoi Leif ne la croit-il pas ? Pourquoi ne comprend-il pas que quelqu’un, parmi son équipage, veut sa mort et l’échec de son expédition ? Erika se serait bien passée de surprendre ce complot, alors qu’elle s’apprêtait à épouser Thorsteinn, le frère de Leif, comme lui fils du grand Erik le Rouge. Le temps presse. Elle doit agir, car Leif court un grand danger. Un danger bien plus grand que l’alchimie interdite qui semble les rapprocher peu à peu…  A propos de l’auteur :Passionnée d’Histoire et de belles histoires, Anna Lyra vit en Provence avec son mari. L’écriture, elle la pratique depuis qu’elle sait tenir un crayon : elle a remporté son premier prix littéraire à douze ans, a été publiée à dix-sept ans. Sa passion ? Explorer les émotions humaines. Sa plume pétillante nous emporte dans un tourbillon de romance, d’Histoire, d’aventure, avec une petite touche d’humour.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Une nouvelle fois Anna Lyra ne lésine pas à la tâche. Elle m’a entrainée dans une folle aventure où les faits historiques font la part belle à une romance hors du commun. Tous ces petits détails sont extraordinaires et au-delà du plaisir à lire, j’ai une nouvelle fois beaucoup appris. L’organisation hiérarchique, la société viking, les coutumes, la manière de vivre, la croyance sont tout autant d’éléments qui façonnent cette histoire singulière. Les annotations sont précieuses et enrichissantes.

 

Erika est promise au fils cadet d’Erik le Rouge, Thorsteinn. Les fiançailles ont été programmées. Elle est soucieuse de respecter cet engagement et est ravie de se lier avec la famille du yard. Alors qu’elle prête main-forte à la préparation de l’expédition de Leif, Erika est victime d’une agression. A son réveil, il est déjà trop tard, le drakkar vogue sur les eaux. Passagère clandestine, elle doit faire face à la fureur de Leif. Sa présence ne ravie personne. Un prêtre acariâtre, deux esclaves, des vaches, des corbeaux bavards et des guerriers farouches, Erika se fait toute petite. Alors que des fragments resurgissent d’avant son agression, elle doit convaincre Leif qu’il court un très grand danger. Une mission périlleuse au vue de l’enthousiasme de ses compagnons de route. Cette aventure aux confins du monde va changer sa perception en l’encontre de cet homme. Loin de se douter de ce qu’il l’attend, Erika va devoir faire face à de nombreuses épreuves sanglantes.

 

Leif est une force de la nature. Son air austère et inatteignable est nécessaire. Fils ainé et futur héritier d’Erik Le Rouge, il se doit de paraître le plus hostile possible. Non avenant, intimidant, impulsif, ce rôle est fait pour lui. Pourtant derrière cet air sévère, ce cache un homme attentionné et soucieux de ses congénères. Si on lui doit le respect, il est attentif aux paroles des siens et ses décisions sont prises en conséquence. Leif est un optimiste et croit aux signes qui l’entourent. Découvrir de nouvelles terres hospitalières où les richesses sont nombreuses est son ultime but. Erika n’était pas prévue pour son voyage. Une présence qui remet en cause de nombreuses choses. Une présence qui le met mal à l’aise. Une présence qui change tout. Pour le meilleur ou le pire, cela reste à voir !

 

Quelle belle romance historique. Les vikings sont à l’honneur et j’adore tout simplement ! Une histoire trépidante où les mœurs viking sont au cœur d’une histoire rocambolesque. Anna Lyra a su captiver mon attention grâce à ses personnages hauts en couleur, aux nombreux rebondissements et à cette aventure épique. Un décor certes glacial mais magnifique. La violence et les scènes sanglantes ne sont pas omniprésentes pour mon plus grand bonheur. Une épopée où peu à peu la romance s’installe.

 

Un magnifique voyage dans le temps. J’ai pris un énorme plaisir à lire ce premier tome. Anna Lyra signe encore une incroyable histoire.

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Harlequin.

… mes avis sur d’autres romans d’Anna Lyra (clique sur la photo pour les lire).

L’ÉPOUSE DU HIGHLANDER de Natacha J. Collins.

[ ROMANCE HISTORIQUE – 2019 ]
Tome 2/3 – Saga Le souffle des Highlands
Éditions HARLEQUIN – Collection Victoria
384 pages
Ma note : 4/5
Lien Kindle
 
Le résumé :
Écosse, XIIIe siècle
Je vous donnerai tout, je ferai tout ce que vous voulez. Amère, la promesse que Brianna avait faite à Shaw McAsgaill quelques jours plus tôt lui revint en mémoire. Au moment où elle avait engagé sa parole pour sauver son cousin Rory, grièvement blessé après l’attaque viking qu’ils venaient d’essuyer, elle s’attendait à une demande de rançon auprès du clan Fraser pour leur libération. Pas à ce qu’un sauvage des terres du nord, un rustre inconstant tel que Shaw, la force à l’épouser pour son nom, son titre et le bénéfice qu’il en retirerait pour son clan. Pourtant, elle avait prêté serment. Et si ce serment permettait de sauver Rory, elle devait accepter la noce avec ce monstre aux yeux de glace…
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Bienvenue en Écosse du début du XIIIe siècle. Une Écosse rustre où les nombreux clans tentent de cohabiter et faire vivre au mieux leurs membres. Si les menaces sont nombreuses, celle des Vikings est bien plus effrayante. Une paix qui aurait du les protéger et pourtant les faits sont là : les pillages et les villageois morts sont de plus en plus nombreux. Le Clan McAsgaill met tout en œuvre pour faire face aux sauvages mais leurs requêtes d’aide ne sont entendues par personne. Dirigé par Shaw (le loup), son clan connaît des heures sombres. La famine guète, entraînant sur son sillage la mort. Ses excursions avec ses highlanders mettent davantage en péril son clan, faisant d’eux des cibles faciles à atteindre. Lors d’une de ses campagnes, il doit à nouveau faire face aux envahisseurs qui s’étaient pris à un autre clan. Une bataille sanglante comme chaque fois et les blessés sont nombreux. Parmi eux se trouve Rory Fraser, frère de Murtagh Fraser, laird. Il escortait sa cousine Brianna vers les noces de son amie. Désappointée face à la fureur des sauvages, bouleversée par la perte de sa servante, effrayée par tout ce sang et la possible perte de son cousin Rory, elle fait une promesse dont elle n’en tient pas la teneur. Une promesse de la dernière chance, une promesse du cœur, une promesse qui la mène droit dans les bras de Shaw qui sans un remord l’oblige à devenir son épouse.

 

Lui, le feu et elle, le vent, ensemble il font attiser les braises. Un duo uni dans de mauvaises conditions qui contre toute attente font trouver un terrain d’entente. Un terrain d’entente et une osmose qui font provoquer la convoitise et la jalousie. Au cœur de la lande sauvage, Brianna va apprendre à vivre selon son rang d’épouse. Elle découvre les membres du clan et leurs métiers. Mais elle va également s’imposer d’une manière peu habituelle par le combat. Alors que les mauvaises nouvelles affluent en tout sens, elle convainc le second de Shaw et les femmes du clan d’apprendre à se battre et à manier l’épée. Trouvant les mots justes, elle convertit de nombreuses femmes qui en cachette viennent auprès de Brianna pour s’entraîner.

 

Ce second tome (qui peut se lire indépendamment du premier même si il y a quelques clins d’oeil) est une magnifique histoire. Natacha J Collins joue sur les opposés et cela fonctionne à merveille : la belle et la bête, la douceur et la brutalité, la sournoiserie et l’innocence, la convoitise et l’humilité. L’amour et la passion s’invitent dans les bains de sang. Ces deux être qui s’apprivoisent vont devoir rassembler leurs forces pour faire face à l’horreur et exterminer le mal. L’ambiance et l’atmosphère sont très bien décrites avec ses petits détails dont je raffole : les tenues (dont le kilt !!), ce château pittoresque, le village, les gestes du guérisseur… A cela se rajoute une héroïne qui ne lâche rien et qui est finalement prête à tout. Son empathie démesurée la pousse dans des situations périlleuses et elle en sort la tête haute.

 

Une romance historique que j’ai beaucoup appréciée et où le dépaysement est garanti 😉

 

Sans ça, il mourra …, termina-t-elle pour lui en pensée. Tourmentée par l’angoisse, désorientée, elle se précipita auprès de son époux et s’empara de sa main. Celle-ci était gelée, comme s’il se trouvait déjà aux portes de la mort. Elle ravala les larmes qui menaçaient. Si elle voulait lui être utile, elle ne pouvait flancher ni se laisser aller au désespoir. Agir, c’était la meilleure chose à faire. Elle s’adressa à Aidan, déterminée.
-Comment puis-je aider ?
-Parlez-lui, pour commencer. Qu’il sente votre présence. Ensuite, nous verrons.
Sentir sa présence ? Le pouvait-il, seulement ? Néanmoins, elle obéit et se pencha vers lui. Avec délicatesse, tout en lui parlant doucement, elle dégagea une mèche poisseuse de sang de son front. Avec un mouchoir humide, elle s’appliqua à lui nettoyer le visage. Il n’eut aucune réaction. Si elle avait déjà rêvé qu’il puisse mourir, être réellement confronté à cette cruelle éventualité la terrifiait.
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

…le site des éditions Harlequin.

… mon avis sur le premier tome (clique sur la photo).

LA CONJURATION D’UN VIKING de Anna Lyra.

[ ROMANCE HISTORIQUE – Nouveauté 2019]
Tome 3/3 – Trilogie « Viking »
Éditions HARLEQUIN – Collection Victoria
448 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Royaume de Sogn, actuelle Norvège, l’an 845
Trahie ! Alfie est traversée de sentiments contradictoires depuis qu’elle sait que Sven lui ment : rage, révulsion, désespoir… Ce Viking au passé trouble, pour qui elle a pris des risques en dupant les autorités et qu’elle a recueilli dans leur ferme avec tant de bonté, l’a poignardée sans vergogne. Elle sait désormais qu’elle ne peut plus se fier à cet homme tatoué, malgré le désir latent qui la consume. Doit-elle pour autant le chasser au loin alors que la saison froide a déjà recouvert de son manteau blanc toute la Norvège ? Ou taire ce que ses visions lui ont appris du passé de Sven, pour qu’il continue à protéger les siens contre les troupes pillardes du terrible Halfdan le Noir ? 
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Dernier opus de la trilogie « Viking » de Anna Lyra, il a totalement ravi mon cœur. Pour information, sache que les tomes peuvent se lire indépendamment même si au fil des livres tu retrouveras forcément plus au moins les mêmes personnages. Pour ma part, je n’ai toujours pas lu le premier tome, cela n’a en rien entaché la compréhension du fil conducteur.

 

Sven court derrière son passé. Un passé incommodant qui cache bien de sombres secrets. Sven est un viking, un guerrier certainement, tatoué, qui doit se dépatouiller avec un sortilège qui ne lui laisse guère de répit. Sur ces terres inconnues, il tente d’échapper à des hommes portés par un colère noire. Il court littéralement pour sauver ses fesses et se retrouve à quémander la charité à la petite Alfie en échange de services pour l’hiver qui arrive. Sven est soulagé de se trouver un toit sur la tête en attendant que sa mésaventure soit résolue. Il découvre un monde de dur labeur. Une ferme où il fait bon vivre et dirigée par une main de maître par la husfreyja. Le froid envahit rapidement les terres, poussant Sven à se poser de nouvelles questions sur lui et son passé. Une nouvelle menace s’approche et met en péril la maisonnée. Sortilège et dangers n’ont jamais fait bon ménage, et quand les forces se déchaînent, il est vite évident qu’il faut mieux passer son chemin, car quand le grand Tatoué se réveille, il ne jure que par une seule chose, Elle.

 

La petite Alfie, n’a rien d’une petite. Apparence trompeuse plus ou moins par nécessité, Alfie a déjà connu une terrible vie. Une vie de violences et d’injures. Une vie d’humiliation qu’elle a aussitôt rejetée. Uns situation méprisante qu’il la place directement aux côtés des esclaves. Elle fait selon le bon vouloir de sa mère qui sous ses airs implacables et durs, l’adore plus que tout. Alfie n’est pas une femme ordinaire, elle a des dons qu’elle utilise avec parcimonie et délicatesse. Alors lorsqu’elle aperçoit l’homme de ses rêves, Sven, elle sait ce qu’elle doit faire et se laisse guider par ses rêves. Elle ne pensait jamais ressentir des émotions provoquées par une autre homme. Elle n’aurait jamais cru que l’amour pouvait renaître des cendres. Elle en espérait pas tant. Pourtant l’évidence est là et les terribles épreuves qu’ils affronteront ensemble, les porteront à la porte des désillusions.

 

J’adore ce qu’Anna Lyra écrit. On est vraiment loin de la romance historique caricaturale avec le beau viking tatoué qui défie les Dieux et enlève la femme pour la faire sienne. On est loin des clichés ambulants et sanguinaires. Tout au contraire, LA CONJURATION D’UN VIKING est une romance historique inscrite dans une réalité documentée. Dans ce tome ci, Anna Lyra dépeint la vie familiale, la vie paysanne, la ferme, les lois qui régissent ce monde et, bien plus encore, la dimension religion a une place prédominante. La romance est jalonnée par de minutieux détails qui confèrent un décor réaliste et impressionnant. L’atmosphère s’adapte aux personnalités des personnages surtout lorsque l’aspect divinatoire est présent. C’est tout ce que j’adore découvrir dans les romans historique qu’ils soient romances ou documents. J’aime beaucoup ce côté instructif tout en prenant du plaisir à lire et découvrir un univers qui n’est plus du tout accessible. Anna Lyra s’est beaucoup documentée et en fait profité son lecteur. J’ai vraiment été accaparée par cette histoire, son univers intrigant et ses personnages qui n’ont rien de lisse. Une immersion agréable portée par une plume qui sait vous prendre par les émotions. Une romance aussi pétillante que glaciale. Une romance aussi magnifique qu’éprouvante. Une romance aussi sensuelle qu’irrésistible.

 

A découvrir sans aucun doute ! Et pour ma part, dès que je peux je me lance dans la lecture du premier tome.

 

∞ EXTRAIT ∞

Sven se leva. Il la dominait de toute sa taille mais paraissait attendre quelque chose de sa part. Un encouragement pour le travail restant ? Un signal de départ ?
Alfie s’était méprise. Il lui tendit la main, la remit sur ses pieds et lui demanda si …
Quoi ?
-Tu retrouveras ton chemin jusque chez toi ? Ta mère m’en voudrait beaucoup si tu te perdais en route. Je peux t’accompagner un peu, si tu veux, ou alors tu peux attendre que j’aie fini et tu monteras sur le mulet pour rentrer.
Le feu de la colère embrasa ses veines. Pourtant Alfie se sentait glacée de l’intérieur.
Il la prenait décidément pour une enfant ! Elle allait le détromper, et sans plus tarder. Les dents serrées, elle plongea son regard furieux dans le sien.
-Tu as vraiment de la bouse de vache dans les yeux, Sven. Coupe ton bois, et sois à l’heure pour le repas ! Si tu n’es pas rentré à la tombée de la nuit, j’enverrai Strutir te chercher et je te préviens : il est dressé pour mordre les baquillir.
 
Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… Le site des éditions Harlequin.

… le site de Anna Lyra.

… Mon avis sur le tome 2 (et je n’ai pas encore lu le tome 1…).