DÉCOMPOSÉE, un roman de Clémentine Beauvais.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions L’iconoclaste – Collection L’Iconopop

Sélection #68premièresfois

Un court roman en vers libres, d’une grande modernité, qui transforme notre regard et nos a priori sur la déchéance féminine.
Au bord d’un chemin, une femme gît, en décomposition.
Passant par là au bras de son aimée, un poète se délecte de cette vue infâme.
 
Clémentine Beauvais revisite avec audace le célèbre poème « Une charogne » de Charles Baudelaire. Elle imagine le destin de cette femme que l’histoire a bafouée, la faisant prostituée, chirurgienne, avorteuse, puis tueuse en série.
Un court roman à la forme inventive, impertinent et engagé.

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2021
128 pages
Disponible au format broché.

 


MON AVIS

Je n’ai jamais eu l’occasion de découvrir les romans jeunesses de Clémentine Beauvais, mais j’avais beaucoup apprécié sa traduction du recueil de poèmes « Chasseurs de lumière » de Tyler Knott Gregson aux éditions Presses de la Cité.

 

DÉCOMPOSÉE est singulier, atypique. Une beauté extravagante et éblouissante. L’exercice au départ n’est pas évident, mais le rythme s’installe doucement pour te prouver que la poésie n’a rien de ringard.

 

Ni poème ni roman, ce récit fusionne l’ancien et le futur avec habilité. Tableau alambiqué de vérités dérangeantes aux prises avec des thématiques fortes. Elle décompose la vie d’une héroïne banale épuisée par la vie. Des montagnes à la vie close parisienne, de l’émancipation à faiseuse d’anges, d’amoureuse à tueuse. Chaque note compose cette vie à la fois sauvage et revendicative, décharnée et réelle.

 

Son corps, dans le fossé, exultant un dernier souffle, déversant ses derniers espoirs, ses derniers rêves, se délitant, chairs arrachées putréfiées, berceau de la vie et de la mort.

 

Roman intransigeant, dérangeant, peignant l’horreur et la beauté du geste et des maux. Osé et généreux, il emporte, recompose la poésie sur cette musique attractive, battu par les mots qui choquent et s’entrechoquent. Un roman inspirant, réconciliateur, captivant aux multiples couleurs où seul le noir serait banni. 

 

Un très joli coup de cœur pour une histoire aussi passionnante qu’audacieuse.

 

 

Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j’ai gardé la forme et l’essence divine
De mes amours décomposés !
(dernière strophe « La charogne » de Charles Baudelaire)

CHASSEURS DE LUMIÈRE de Tyler Knott Gregson.

POÈMES DE LA MACHINE A ÉCRIRE
Nouveauté 2019
Traduction de l’anglais (États-Unis) par Clémentine Beauvais
Éditions PRESSES DE LA CITE
152 pages
Ma note : 5/5 mention « wouahhhh et incontournable 2019 »
Lien Kindle
 
Le résumé :
Un jour, en flânant dans une brocante, Tyler Knott Gregson tombe sur une vieille Remington. Là, debout, sur une page arrachée d’un livre, il tape sans réfléchir. Sous ses doigts naît le tout premier poème de la série de la machine à écrire. Il est aussitôt séduit par cette singulière incapacité à effacer, à retravailler. Par le reflet de son esprit sur cette page, imparfait et sincère. Dans un monde numérique, tenir dans sa main des mots analogiques, c’est pour lui comme une respiration. Quelques années et près d’un millier de poèmes plus tard, publiés sur Instagram et rassemblant toujours plus de Followers, l’auteur a réuni les plus pertinents dans ce recueil devenu depuis un best-seller dans plusieurs pays.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
La poésie est loin d’être mon genre de prédilection. Depuis la création du blog, il me semble que c’est le troisième recueil de poèmes que je met en avant.

 

Depuis ma découverte du recueil de poèmes de Rupi Kaur « lait et miel », je suis à l’affût. Et en voici un nouveau qui a attiré mon attention et j’ai bien fait de suivre mon pressentiment.

 

Tyler Knott Gregson, globe-trotter, photographe et amoureux des mots, propose ici une partie de ses créations que nous pouvons suivre sur son compte instagram.

 

La poésie est en générale assez mystérieuse pour moi. Son interprétation peut être floutée par l’incompréhension imagée, par le sens et les tournures des mots et je pense, vraiment que le ressenti personnel rentre en compte, bien plus que dans la littérature générale.

 

Ce que j’aime avant tout dans la poésie, c’est la manière intrinsèque et intimiste qui va animer mon cœur au rythme des mots. Il y a ce quelque chose de totalement naïf, d’accaparant et d’humilité qui brise les chaînes que nous nous imposons.

 

Tyler Knott Gregson a su faire pleurer mon cœur. Pleurer de douceur et de beauté. Pleurer d’amour et de passion. Pleurer de tristesse et de déchirement. Pleurer de douleur et de joie.

 

Porté par une plume subtile, mélancolique et naturelle, Tyler Knott Gresgon emporte ses lecteurs aux doux sons d’une musique apaisante et singulière où la nature, le simple et le merveilleux ne forment qu’un pour célébrer un amour vibrant, libre et sincère. Il trace ce chemin qui nous conduit vers une lumière où seul l’importance du simple rayonne. Il capte et capture ces instants précieux et éphémères traduisant la simple beauté éternelle.

 

Un recueil de poèmes contemporains et modernes pouvant enchanter les plus récalcitrants à l’exercice métaphysique qu’il impose. Une mise en page attrayante où le moindre détail a une particularité. La traduction par Clémentine Beauvais est sublime.

 

Un voyage inoubliable pour ma part. Un de ceux qui grignote l’âme pour y graver des lettres d’or.

 

Une chronique de #Esméralda.
 

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… sur le site de Lisez.com.

… l’univers de Tyler Knott Gregson.