LOVE MEMORIES, tome 1 – Une romance de Angel Arekin.


« Je te présente le nouveau membre de notre famille, voici Swan. Dorénavant, nous serons tous ensemble. »
 
Billie, jeune hippie, éprise de liberté, est contrainte de poser ses bagages pour vivre auprès du nouveau mari de sa mère et de son fils, le beau mais étrangement mutique, Swan Anconie.
Elle a du mal à trouver ses marques et son nouveau « demi-frère » ne l’aide pas : ses yeux glacés posés sur elle lui prouvant chaque matin qu’il désirerait la voir partir.
Mais Billie y entrevoit là un nouveau challenge : apprendre à connaître ce jeune homme atypique et sombre, muré dans une colère inexpliquée, et découvrir ce qu’il cache dans ses silences.
Swan n’avait pas prévu de se fracasser contre la beauté sauvage de la jeune femme.
Billie n’avait pas prévu d’aimer autant chaque ombre et éclats de lumière qui le composent.
Ensemble, ils vont découvrir l’amour et partager chacune de leurs premières fois. De la douceur aux coups de gueule, de la jalousie à la trahison, de la tristesse à la sensualité, de la rage à la passion.
Non, ils n’avaient rien prévu de ce qui allait se passer, mais ils s’apprêtaient à en aimer chaque seconde.
Voici l’histoire de leur amour.

Autant allez cash, Angel Arekin a de nouveau taper haut et fort comme elle sait si bien le faire. Méga coup de cœur pour cette romance qui vous collera à la peau pendant très longtemps !
Billie et Swan, deux entités atypiques, qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Force de l’univers, attraction des opposés, tout un schmilblick et pourtant les voici réunis autour d’une famille qu’il n’envisageait pas et qu’il ne voulait pas. Billie, belle espiègle, libre de cette liberté enviée par tant de monde. Elle voit le monde à la manière dont on lui a inculqué. Voyages, de communautés en communautés au travers d’un monde à la fois beau et énigmatique. Billie est une nomade née pour apprécier les instants de la vie à sa juste valeur. Elle croque, elle rit aux éclats, elle hurle sa vie au cœur d’une simplicité effarante. Billie est comme ça. Généreuse, solaire, sociable. Elle s’adapte n’importe où à n’importe qui. Oui mais Swan c’est une énigme qu’elle veut bien déchiffrer. Sa douleurs, son silence, son regard noir et profond, son caractère, son éloignement du monde, son aura taciturne. Oui elle veut découvrir qui est le jeune homme qui se cache derrière cette armure renforcée, blindée à coup de sarcasme et de désinvolture. Un pas après l’autre, mots après mots griffonnés sur un papier ou tapés frénétiquement sur le portable, Billie se crée une place particulière. Confidente, enquiquineuse, épaule bienfaisante et attentive, Billie se donne tous les moyens pour aboutir. Elle n’avait pourtant pas prévu l’effet Kiss-Cool, celui de tomber follement amoureuse. Terrible sentiment qu’est l’amour lorsqu’il se présente d’une façon si singulière.

 

Ce premier tome s’apparente à la découverte des sens, du désir, des doutes, des peurs, des espoirs. Une explosion envoûtante et déconcertante de ce monde déroutant. Les personnages tâtonnent, apprennent, s’offusquent. L’amour côtoie la colère, la passion l’euphorie, l’espoir le désenchantement, l’illusion le réel. Une fresque puissante de ce chamboulement aspire le lecteur dans une impressionnante lecture. Angel Arekin met le lecteur en haleine, elle le possède de maintes manières, entre l’envie, la frustration d’en savoir davantage et des personnages qui ne peuvent pas vous laisser indifférents. Angel Arekin nous offre une romance young adult totalement dingue ! Vous savez dans le style impossible de lâcher sa tablette et qui vous file le moindre frisson à n’importe quelle occasion ! Un nouveau sans faute pour Angel Arekin qui se renouvelle avec une fascinante facilité pour le plus grand des plaisirs de ses lectrices.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… mes avis sur d’autres romance d’Angel Arekin, clique sur la photo de ton choix pour les lire.

TOUT POUR LUI … MALGRÉ ELLE !, une romance de Ambre L.


TOME 2/2
Quand Matthew quitte la France pour tenter de reconquérir la seule fille qu’il a jamais aimée, il ne s’attend pas à… ça.
Pourquoi Nathan Levi se trouve toujours là où il ne faut pas ? Qu’est-ce qu’il fout aux USA et pire, pourquoi vit-il dans l’appart d’Adixia ?
Si cette dernière a su oublier les rancœurs du passé concernant Nate, est-elle pour autant capable de pardonner au seul homme qui a vraiment compté ces sept dernières années ?
Matt a l’habitude qu’elle lui dise oui, mais que se passerait-il si cette fois elle lui disait non ?
Dans leur quotidien où leur histoire commune n’est qu’un poids de plus, il devra tout faire pour lui prouver qu’il peut vraiment changer.
Saura-t-il enfin lui prouver qu’il a appris de ses erreurs ? Rien n’est moins sûr…

Reconquérir la femme que l’on aime depuis des lustres est tout un art ou un sport olympique. Tout dépend du point de vue !

 

Matt doit traverser tout un océan pour retrouver sa belle pas vraiment aux anges de le trouver sur le pas de sa porte, enfin elle ne le laisse pas paraître.
Figurez-vous que Matt doit se contenir lorsque c’est Nate qu’il voit chez sa belle. Y a de quoi virer barge en un quart de seconde. Mais Matt a changé au cour de ses dernières semaines écoulées loin de sa moitié. Il a appris à prendre du recul et à ne pas s’enflammer à la moindre contrariété. Un travail sur lui fort difficile quand on connaît la bête. Mais il faut ce qu’il faut pour montrer à Adi qu’il est prêt à tout pour elle et cela passe déjà  par serrer les dents et sourire (un peu) quand la situation part en cacahuète.

 

Ainsi débute une étrange colocation où les non-dits et les quiproquos ont de quoi mettre de l’ambiance et l’animation. Une situation peu confortable où la gêne s’installe peu à peu. Une sorte de relation, vraiment pas simple et ambiguë, à trois naît. Il faut dire que le pauvre Nate doit faire face à ses émotions et sentiments qui contre toute attente resurgissent. Adi a décidé de le faire ramer malgré toutes ses émotions qui bouillonnent. Elle ne peut pas nier son attirance pour le bel apollon, mais elle ne veut pas lui faciliter  la tâche.

 

Sans compter que l’oncle d’Adi y met son grain de sel et que Josh ne veut plus régler leurs problèmes.

 

Ce second et dernier tome est totalement différent du premier. Ambre L. a choisi de rester dans le moment présent même si quelques chapitres sont consacrés à des éléments du passé mettant en lumière des réponses à des situations. L’accent est mis sur le ressenti d’Adi même si son point de vue n’est pas omniprésent. Une suite davantage féminine. La confusion est présente et se délite au fil des pages. L’atmosphère tendue nous laisse présager des moments explosifs. Entre tension sexuelle, désir, reproches et doutes, il y a de quoi perdre sa tête et son caleçon. Ce second tome est davantage tournée vers l’échange, la découverte des personnages. Les émotions et les sentiments sont mis sur table difficilement. Les mots restent silencieux pour leur plus grand malheur. Les rebondissements alternent avec des moments plus doux. La plume d’Ambre L. est vraiment envoûtante. Son histoire se lit d’une traite et avec envie. Cette duologie est un pur bonheur ! Elle met en évidence la difficulté des sentiments quand ces derniers sont entraînés dans une spirale plus ou moins destructrice. Une histoire de seconde chance et d’amour, celui qui perdure malgré les obstacles, le temps qui file et les erreurs. Un apprentissage de sentiments burlesque et tendre qui ravira les romantiques !

 

Une chronique de #Esméralda

 


… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… mon avis sur le premier tome, clique sur la couverture pour le lire

AMOUREUX D’ELLE … MALGRE LUI !, une romance de Ambre L.


De la prépa aux bancs de Sciences Po Bordeaux, Joshua Quinn a longuement eu le temps d’observer ses deux meilleurs amis s’adorer, s’aimer, puis se déchirer. Assister aux engueulades de Matthew et Adixia, c’est un peu comme mater un match de hand, le popcorn en moins.
Si encore ces deux-là savaient exactement ce qu’ils se reprochent et mieux, ce qu’ils ressentent réellement l’un pour l’autre… Mais voilà, quoi ! Quand deux têtes de mules restent bloquées sur les erreurs du passé, difficile d’envisager un futur ! Entre Matt, le dragueur multi récidiviste, et Adi, la rancunière, c’est quand même pas gagné d’avance…

Matthew et Adixia, c’est je t’aime moi non plus à la sauce je te fuis, je te hais, pour mieux se retrouver. Cela fait maintenant 10 ans que ces deux-là se connaissent. Une rencontre fortuite au cour d’un goûter de noël, une rencontre éclair mais qui a marqué leurs esprits.
Depuis le lycée, ils ne sont pas lâchés. Matt devient très protecteur et reste néanmoins le meilleur copain auquel il est facile de se confier. Cette situation ne le dérange pas. D’ailleurs que peut-il espérer d’Adi ? Elle est trop bien pour lui. Lui, c’est le bad boy, le bourreau des cœurs. Il est connu pour ses relations d’un soir. Son cœur est pris par la belle brune et les blondes réchauffent son lit. Des sentiments enfouis qui surgissent violemment et les déstabilisent. Joshua est le troisième larron, qui veille sur eux. Entité neutre qui voit beaucoup de choses. Les non-dits, les colères, les sous-entendus, les regards, les gestes, en disent long sur leurs intentions et leurs espoirs. Joshua se donne pour mission de leur ouvrir les yeux. Tâche ardue mais qui devient nécessaire et vitale. Entre ces deux-là, tout rebondissement devient périlleux, atteindra t-il son but ?

 

Je vous avoue que j’ai eu très peur au départ de ne pas accrocher à cette lecture. Un peu perdue par le choix du narrateur. Joshua devient cet intermédiaire qui va nous fait vivre le présent et le passé de ses deux amis. Un second point de vue s’ajoute celui de Matt qui dépeint avec vivacité son personnage et son évolution. Et puis le déclic à lieu et là c’est le pied ! La plume sensationnel opère et me voilà accro à cette histoire de cœurs paumés. Une histoire bouleversante où les personnages caractériels jouent avec le feu de la séduction et de la haine. J’ai eu envie d’ hurler de frustration et donner un grand coup de pieds au cul pour les faire avancer. Et quand cela arrive et bien la grosse tuile vient tout saboter. Une romance immersive au cœur des sentiments. Le choix d’occulter (plus ou moins) les sentiments d’Adi est un véritable plus, laissant à la lectrice une certaine liberté. Les sentiments se construisent en filigrane et se précisent au fil des chapitres et, bien sûr, pour finir sur un final de malade à faire pâlir d’envie de connaitre la suite (qui vient tout juste de sortir). En bref, une romance qui dépote et qui vous donne le tournis. Ambre L fait une entrée épatante et sensationnelle chez Black Ink Editions.

 

Une chronique de #Esméralda

BAD (Blonde And Disaster), une romance de Ewa Rau.


Disaster…disaster…désastreuse toi-même !
Tu souhaites sûrement comprendre pourquoi je suis à deux doigts de frôler la dépression nerveuse ?
C’est simple : tu mélanges un mariage avec des (soi-disant) amis, des retrouvailles (foireuses), une vieille hippie, une cheffe-teigne, un frangin débile et pour sublimer le tout un EX sexy en diable avec toute la panoplie qui provoque le syndrome de la « chatounette en éruption »
Sa gueule d’ange vissée sur son corps d’adonis n’a qu’à bien se tenir…
Moi, Lisa, crois-moi, la poussière, il mangera !

Lisa, alias Blondie, est le genre de femme complémentent barrée. Un grain de folie qu’elle assume sans fioriture. Barrée mais pas inintelligente. Lisa a appris a se débrouiller très jeune. Elevée ses frères et sœurs pendant que sa mère trimait, faire les quatre cents coups avec ses meilleures amies. Bref Blondie c’est une explosion de couleurs pour un maximum de dégâts.
Aux premiers abords, vous ne le croirez certainement pas, mais Lisa est une hypersensible. Quand elle aime c’est passionnément et à la folie. Quand elle prépare un mauvais coup, c’est avec ingéniosité. Quand elle balance la phrase de trop qui va faire mouche, c’est son cœur où tout un tas de sentiments se percutent, qui s’exprime. Blondie c’est tout ou rien. Souvent tout pour un maximum de pagaille. Pourquoi vivre à moitié quand on peut tout croquer à pleine dent. Lisa est loin d’être timide, mais les mots font souvent défaut leur préférant l’action qui se finit en général par un coup fourré.

 

En atterrissant à Paris pour le mariage de sa meilleure maie, Lisa est sûre de son plan. Mettre à mal, laissé pour mort, le sexy Steeve. L’année écoulée n’a pas effacé sa trahison et pour rien au monde elle échouera dans son plan de vengeance.

 

Le manoir qui accueille les festivités devient rapidement un champ de bataille miné. Coup bas à profusion, mesquinerie espiègle, teintent une situation qui devient très vite inconfortable. Car derrière ce machiavélisme se cache un grand désespoir. Celui d’aimer, trop fort en s’en faire mal, celui qui paralyse, celui qui ébahit, celui qui fait battre le cœur rapidement. Lisa est prise à son propre jeu, que sera t-il d’elle face à la vérité ?

 

Steeve, c’est le bonhomme sur de lui, un brin arrogant. La sexy et cool attitude fait tomber toutes le donzelles à ces pieds. Il aime les femmes, mais sa préférence va faire celles qui ne sont ni des plantes ni des écervelées. Des femmes pimpantes, sûres d’elles et avec un grain de folie de préférence. Steeve a tout fait pour lui parler tout au long de l’année qui vient de s’écouler. Le silence a fini de le convaincre de laisser le temps agir. Alors qu’il veut mettre cartes sur table et faire amende honorable, tout part en cacahuète. Qui de l’attirance et la raison gagnera cette bataille ?

 

Avis aux amatrices de romances déjantées, voici votre nouveau livre de chevet. Absolument pas besoin d’avoir lu ADE, pour lire celui ci (vous pourrez toujours le lire après). Ce court roman et surprenant et dingue. Une plume qui se veut tour à tour sérieuse et loufoque. Ewa Rau explore la puissance des sentiments ceux qui rendent chèvre et vous poussent sur le chemin de la colère et de la haine souvent inexpliquées. Les non dits, les blagues foireuses, les quiproquos, les situations indélicates, tout autant de situations qui au final ne les poussent pas l’un vers l’autre. Aussi dramatique que drôle, surprenant que sensationnel, que triste et drôle, cette romance est addictive tout autant pour ses paradoxes que ses personnages. Un brin de comédie romantique, une touche de suspense et une dose de drame, voici un vaudeville à la sauce Ewa Rau. Bien évidemment elle prend de suite (la sauce) au point qu’il devient vite impossible de lâcher son livre. Oh et puis le clin d’œil, j’approuve complètement (le mauvais flic qui a subtilisé mon cœur depuis longtemps !). Vous voyez, je sais rester mystérieuse également !

 

Bref une romance déjantée et haute en couleurs. J’approuve !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… mon avis sur un autre roman d’Ewa Rau, clique sur la photo pour le lire.

BLACK FIDELITY, tome 2 : Bad Trip de Shelby Kaly.


Avec le retour de l’ex de Jett dans sa vie et la menace omniprésente de son passé, l’existence de Lynn se transforme en cauchemar. Elle doit tenir ses engagements et partir en tournée avec le groupe Black Fidelity.
La cohabitation s’avère électrique et Jett semble replonger dans ses pires tourments. Une spirale infernale entraîne Lynn dans les affres de la souffrance et un événement vient bouleverser son équilibre déjà précaire.
Mensonges, haine et jalousie rythment le quotidien du couple sulfureux. Quand les médias s’en mêlent, tout vole en éclats et la descente aux enfers s’amorce.
Le chanteur à la dérive saura-t-il à son tour protéger Lynn de ses démons ?

Ce second et dernier volet s’ouvre sous de mauvais augures. La merveilleuse idylle qui avait débuté entre Lynn et Jett se trouve chambouler par l’arrivée impromptue de la méchante ex. Très vite l’enfer s’installe où cris et larmes anéantissent le peu d’espoir qui aurait pu subsister. Le malheur, l’effondrement, leur vie devient un drame.

Pourtant Lynn se doit d’honorer son contrat. Malgré le cœur en miette et l’âme en peine, cette décision lui permettra de mettre un point final à cette histoire. Pourtant quand elle croise ses yeux, quand elle lit le désespoir et le désarroi sur son visage, quand ses gestes sont emprunts de douceur et d’envie, Lynn ne sait plus où donner de la tête. Entre le froid et le chaud, entre l’attirance et le dégoût, entre l’envie et la réalité, ce jeu malsain s’installe entre les deux amoureux maudits. Lynn doute, espère, maudit. Alors que Jett retombe dans ses travers pour oublier ce qu’il a perdu, pour oublier son bonheur, pour oublier ses yeux, sa vie se délite, s’effondre au grès des manipulations dont ils sont le sujet.

 

Sauront-ils affronter leurs enfers ? Arriveront-ils à se retrouver ?

 

Shelby Kaly nous offre un final sombre et dramatique. A l’opposé du premier qui révéler les personnages dans un épanouissement amoureux, celui s’apparente à la destruction. Celle qui pourrait abolir tous sentiments, tous espoirs. J’ai donc découvert le côté obscur des personnages. Ça tord les tripes, s’est affligeant et déchirant. Il subsiste tout de même ce fil rouge, cette légende d’amoureux maudits, qui laisse entrevoir une infime possibilité d’apaisement, de retrouvaille. La plume de Shelby Kaly est un pur délice. A la fois tourmentée, romantique, apaisante, déchirante, envoûtante, colérique, elle chamboule sans concession. BLACK FIDELITY est une romance remarquable et addictive. Des personnages attachants, attirants aux prises avec un amour pur et puissant et à la manipulation, à la jalousie et à l’égoïsme. Une histoire qui met en exergue la puissance des sentiments, la puissance des actes et des mots. Destruction, attirance, amour tout autant de sentiments qui jouent à allumer le feu et à tout ravager !

 

A mettre dans vos tablettes et bibliothèques, les fans de romance seront charmées.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site de Black Ink Editions

… Mon avis sur le premier tome (clique sur la couverture pour le lire)

MYRINA HOLMES, tome 3 : Possessions immatérielles de Anna Triss.


La trahison du démon que j’aime est sans conteste la pire épreuve de ma vie d’hybride.
Je suis anéantie dans un monde en proie au chaos depuis que Kel m’a abandonnée sans la moindre explication, comme si je n’avais jamais existé.
Pourtant, mon instinct de Traqueuse me souffle que la vérité m’échappe… et mon cœur de femme se révolte, incapable de se résigner.
Qu’à cela ne tienne, je suis prête à affronter les terribles dangers qui planent pour élucider cette nouvelle affaire. Je n’hésiterai pas à botter des culs écailleux au passage. Je traquerai mon connard d’Hybresang dans les Limbes s’il le faut !
Quitte à sombrer moi-même au cœur des ténèbres afin de pouvoir espérer trouver la lumière qui s’y cache.

Un troisième tome bluffant et sensationnel, Anna Triss sait nous faire saliver, flipper et devenir dingue. Un dernier tome à la hauteur de cette trilogie démoniaque. Romance fantastique ou urban fantasy, je vous laisse choisir, ce tome 3 est un pur moment de lecture.
Le dernier tome se finissait sur une scène vraiment pas gaie du tout, du tout. Style revirement du situation il y avait du lourd. Donc pour ce tome ci je savais à quoi m’attendre, mais en fait pas du tout. Ce dernier tonne sonne les trompettes et annonce dès le départ que ce dernier sera combatif, voire mélodramatique et explosif (pour ne pas changer, mais c’est une bonne chose). J’ai trouvé que l’auteure prenait plus le temps pour décrire les scènes pour les faire ressentir. C’était beaucoup moins speed, à mon sens. Une langueur qui prend son sens dans l’abandon, le désespoir, l’incompréhension, la peur et le doute. Puis une autre se rajoute se concentrant sur le désir, les sentiments et les émotions. Et une toute autre qui se trouve dans l’urgence, le désappointement et la désillusion. Anna Triss arrive avec une efficacité effarante à nous faire vivre mille et une choses en total accord avec ses personnages. C’est une explosion de tout que l’on ne peut accueillir qu’avec stupeur et envie. Une aventure addictive, folle et enivrante.

 

Ce dernier tome ne se contente pas de nous rendre chèvre. Les personnages ont pris du grade et de nouveaux apparaissent pour un tableau final complet. Kel a donné sa langue au diable et se montre davantage sentimental. Myrina prend en maturité et fait preuve souvent de bon sens tout en continuant de foncer tête première dans les ennuis. On la retrouve plus féroce et un tantinet susceptible. Une évolution tout à fait appréciable d’autant plus qu’Anna Triss ne change rien à leur verbe pimentée et acérée. Ce duo est si touchant, accaparant, sensationnel et parfois emmerdant (oui c’est vrai). Un vrai paradoxe entre eux mais qui fonctionne merveilleusement bien.

 

Cette trilogie est à croquer sans se priver. Une auteure sadique mais qui nous le rend bien. Démentielle, l’histoire de Myrina et de Kel est un sacré coup de cœur que je classe dans mes incontournables 2020. J’ai tellement accroché à tout que ce soit les personnages, l’univers (surtout) et l’intrigue que je ne peux que vous dire FONCEZ !

 

Une chronique de #Esméralda
 

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… Mes avis sur les deux précédents tomes (clique pour les lire).

BLACK FIDELITY, tome 1 : Overdose de Shelby Kaly.


Quand Lynn, assistante personnelle renommée de Los Angeles, est engagée par le manager du célèbre Jett Campbell, elle n’imagine pas le chaos qui l’attend.
Le leader charismatique des Black Fidelity a pour devise « sexe, drogue & provocations » sans se soucier des répercussions de sa vie sur le groupe.
Leur rencontre va être explosive et la tension à son comble alors que des sentiments et des désirs contradictoires s’ajoutent à l’équation.
Entre mensonges, jalousie et son passé qui ressurgit, Lynn pourra-t-elle sauver la rockstar de ses tourments ?

 
En règle générale je lis très peu de romance axée sur les groupes de musique car souvent et en général c’est plus ou moins la même chose. J’ai voulu avec ce premier casser mes préjugés tout en espérant que ce serait la bonne lecture. Et là BINGO !
Lynn n’aime pas les paillettes. Pourtant elle évolue dans un monde où le moindre faux pas peut anéantir une carrière. Assistante personnelle, son professionnalisme est reconnu par une multitude de célébrités de tout bord. Son empathie, sa manière de concevoir la vie, son hygiène de vie et sans oublier sa personnalité à la fois douce et pimpante, Lynn est une jeune femme attachante et persévérante. On lui réclame fréquemment ses services et c’est tout à son honneur. Lynn est une végan accomplie qui prend soin d’elle par le sport et loin des excès en tout genre. Alors quand son nouveau contrat la mène auprès du dernier groupe de musique à la mode, Lynn ne peut qu’être ahurie face à cette déchéance carrément apocalyptique. Engagée pour requinquer le célèbre chanteur Jett Campbell, figure emblématique des Black Fidelity, elle devra user de touts ses moyens pour accomplir un heureux miracle.

 

Jett est un homme abîmé qui se noie allègrement dans les excès multiples. Alcool, sexe à outrance et drogue, Jett n’est plus qu’une âme en peine à la recherche d’une rédemption qui ne veut guère de lui. Égoïste, parfait manipulateur, un franc parler acerbe, un comportement désagréable qui en déroute plus d’un.

 

Leur première rencontre a tout du scénario du bad trip. Pourtant le « quelque chose » se produit. Une alchimie qui va les porter sur le chemin difficile de la résilience. Deux âmes en peine qui s’unissent au diapason de leurs tourments. Une idylle naissante, foudroyante et miraculeuse car les démons du passé n’attendent que la faille pour s’immiscer et rallumer le feu de l’enfer.

 

Shelby Kaly nous offre une overdose d’émotions qui s’épanouit et s’autodétruit. Une plume hyper addictive qui m’a fait vivre quelques heures tumultueuses avec cette aisance que j’adore trouver dans les romances. Les pages s’avalent et défilent au rythme d’une histoire où les rebondissements nous tordent les tripes, nous font pleurer, nous font rire, nous font s’alanguir. Shelby Kaly frappe formidablement bien avec une histoire qui sort légèrement des sentiers battus. L’atmosphère se veut tendue à souhait où quelques rares moments de plénitude arrivent à s’infiltrer. Les personnages sont captivants, à la fois rustres et tendres. Un premier tome qui en jette bien plus que je ne l’aurais cru. Un final totalement tonitruant qui laisse présager une suite aussi mystérieuse que torride. Je suis curieuse de savoir quels risques a pris l’auteure.

 

Une romance qui mérite largement votre attention ! A découvrir sans faute et à croquer avec envie !

 

Une chronique de #Esméralda

.. Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… mon avis sur un autre roman de Shelby Kaly (clique sur l’image pour le lire)

BAD TRIP EN ALASKAL de Emma Landas.


Si Meghan ne trouve pas l’excursion parfaite, c’est simple, elle est virée de son agence de voyages.
Alaskienne de naissance, elle est certaine que c’est sur ces terres sauvages qu’elle trouvera le Good Trip.
Enfin ça, c’était avant de tomber sur le pire guide d’Alaska qui soit.
Lui, c’est Kal. Kal l’asocial, Kal le glacial, Kal le chacal… Le problème, c’est qu’il est aussi : Kal le sculptural, Kal le phénoménal, Kal le sexual… et qu’un ours qui essaie de sourire, bah c’est vachement chou !
Entre eux, c’est explosif, et leurs étincelles ont de quoi nourrir les ragots de la petite ville de Sitka.
Bref, tout laisse à penser que cette pauvre Meghan a tout pour faire un Bad Trip en AlasKaL.

 
Sortez la doudoune, les boots, les gants, l’écharpe, les trois pantalons à enfiler pour ne pas se les geler. Vous êtes parées pour découvrir le phénomène de l’île Baranof. J’ai oublié de vous dire qu’en Alaska il ne faut pas titiller l’ours mal léché il peut se montrer souvent et un tantinet de mauvais poil.
Le grand moment de sa vie est enfin arrivé. Meghan doit à tout prix trouver LE voyage qui fera sensation au sein de l’agence. Elle est sur la sellette. Meghan n’est pas juste une femme qui a endossé son tailleur parfait. Non, Meghan est le genre de femme qui troque les talons aiguilles pour des baskets et qui part à l’aventure. Découvrir les endroits isolés de toutes civilisations est son péché mignon. Elle adore les grands espaces dépourvus de bétons et de sons. Elle adore écouter le bruit du vent dans les arbres, regarder la neige tomber, suivre la piste d’un animal, vivre isolée de tout. Meghan n’est pas une femme comme les autres. Elle est surprenante, habille, intelligente. Meghan vend du rêve à grande échelle, non pas par sa beauté et autre qu’on aime retrouver dans les romances. Au contraire sa liberté m’a stupéfaite et ébahie. Donne-t-elle envie ? Oui et non ! Faut-il encore envoie le courage de franchir le cap de cette liberté vivifiante !

 

Meghan n’a pas la langue dans sa poche. Elle est cash, souvent maladroite. Mais peu importe son honnêteté est quelque chose que j’apprécie. Son entêtement et son obstination effrayent par moment. C’est sans contexte son penchant pour les causes perdues qui la pousse à franchir ses limites.

 

Je ne vous cache pas que Kal, l’ours mal léché, l’a mise hors d’elle. Son regard hautain, son mutisme, son aura ont tout pour repousser hors de son territoire quelconque prédateur. Kal c’est le barbu sauvage qui ne veut rien avoir à faire avec la population. Sa mère et son meilleur ami sont les seuls autorisés à naviguer dans sa sphère personnelle. Vous vous doutez que Kal a des circonstances atténuantes. Et je dois vous avouer qu’une fois qu’on les connait y a de quoi péter un câble et de vouloir finir sa vie loin de tout. Kal c’est Kal. Énervant, beau comme un Dieu, un peu trop barbu, têtu, exaspérant, bourrique, encore beau comme un Dieu, toujours aussi énervant, colérique, changeant. De quoi vous rendre dingue !

 

Je vais aller droit au but : J’AI ADORE ! Emma Landas est la reine pour vous rendre chèvre dès les premières pages. Une héroïne attachante, un héros poussé à l’extrême de la bienveillance, un meilleur ami totalement gai, une maman attendrissante, et une histoire qui va vous faire chavirer en un éclair. Emma Landas nous offre une romance étourdissante où se mêle humour et mélancolie. Une histoire éprouvante qui vous fait passer du rire aux larmes, de l’énervement à l’émerveillement, de l’agacement à l’apaisement en un claquement de doigts. Une histoire émotionnellement intense où les sentiments nous bourlinguent en tous sens. Emma Landas a su capter les sentiments ambivalents qu’animent ses héros pour les restituer d’une manière très efficace. J’ai souvent perdu la tête, j’ai souvent rêvé, j’ai souvent pleuré, j’ai souvent ri. Le paysage à couper le souffle est aussi efficace que les reportages de RMC Découverte dont elle s’est inspirée. Une grande bouffée d’air pur qui décoiffe efficacement.

 

FONCEZ DAREDARE ! Un pur moment de lecture ! Je suis juste scotchée et émerveillée !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kinlde

… le site de Black Ink Editions

… mes avis sur d’autres romance d’Emma Landas (clique sur la photo)

SIX, tome 3 : à nos âmes liées de Max L. Telliac.


TOME 3/3
Quelques mots en conclusion ?
« On a beaucoup dit de moi que je n’étais qu’une brute épaisse. Mais là, je vous assure, je ne suis pas si solide que ça… »
Allez, Hulk, on se mobilise !
« Le petit insouciant, c’est comme ça qu’on me voit ? Moi qui m’accommodais des orages en dansant sous la pluie, je me suis fait foudroyer. »
Un coup de pouce du destin, peut-être ?
« À ceux qui pensent que je suis naïve, je répondrais qu’ils n’ont pas rencontré un Londonien plus instable qu’une grenade… »
Besoin d’un « honey » susurré ?
« Je tiens toujours le rôle du torturé de service. Quand votre vie explose en mille morceaux, que reste-t-il ? Découvrir qui l’on est ? No way. »
La peur n’évite pas le danger, Jameson.
« Oublier le passé est-il envisageable ? Pas sûr quand il se mêle désespérément au présent. Objectif n°1 : ne plus sombrer. »
Un peu de nerfs, Mademoiselle Tentiller…
« Les questions existentielles attirent souvent vers les ténèbres. Pourtant, je dois me raccrocher à ma lumière… »
Capitaine Azarov, il va falloir vous reprendre !
Marc, Simon, Louise, Adam, Eva et Alex. Six âmes liées.

 
Après un début tonitruant et en fanfare, le second tome m’a laissée sur ma faim et le troisième et dernier tome a réussi à recoller les morceaux. Ce que je retiens de cette trilogie c’est la merveilleuse aventure humaine que décrit avec ses tripes Max L Telliac.
Marc s’en veut en crever. Son cœur et son âme et sa tête par la force des choses sont au même diapason. Y a pas à dire mais Simon a tout bouleversé. Serait-il sa rédemption ? Il a encore beaucoup de chemin à parcourir. Le plus dur est le premier pas et il est enfin prêt à le poser. Qu’est ce qu’il y l’attendra au bout ?

 

Après les dernières péripéties de sa vie, Simon est enfin prêt à s’assumer. Son amour pour le flic ténébreux est bien plus fort que tout et quitte à se prendre une porte de prison autant le faire avec conviction et hargne. Adviendra ce qu’il pourra !

 

Après le coup fourré que lui a fait le bel anglais, Louise l’a toujours dans la peau. Lui pardonner ? Certainement pas ! Mais l’aider oui ! Aimer c’est douloureux. Elle ne sait plus quoi penser. Tiraillée de tout les côtés, sa vie est un véritable enfer.

 

Il n’aurait jamais dû faire cela. Il le sait parfaitement. Mais gérer ses émotions, sa jalousie et un véritable problème. Aura t-il droit à une seconde chance ? Adam doit mettre toutes ses chances de son côté. Et une petite virée à Londres s’impose. Le passé doit délivrer ses réponses.

 

La colère dévore Alex. La haine fuse dans ses veines. Et son père qui pointe le bout de son nez depuis tant d’années d’absence. C’est la goutte qui fait débordé le vase et tant qu’à faire autant l’explosé, ce vase, il se sentira peut être mieux après. Heureusement sa belle Egytptienne veille au grain.

 

La vie de la belle Eva a éclaté il y a sept ans en arrière. Se reconstruire a été un long parcours du combattant. Mes ces dernières semaines, le passé a resurgi amenant avec lui une partie d’elle. Peut-elle y croire encore ?

 

Ce dernier tome conclu à merveille cette trilogie. Max L Telliac met en avant avec une véritable passion ses six héros. Si la fougue servait le premier tome, la mélancolie transpirait dans le second, ici c’est l’éclosion des sentiments. Ces derniers accaparent le lecteur qui le vit pleinement. Alors que je reprochais dans le second tome la stagnation de l’histoire, ici je suis heureuse de voir que le rythme évolue vers ce quelque chose de fabuleux et d’incroyable. Une histoire qui bouleverse et émeut. Je suis soulagée de terminer SIX sur cette note enthousiaste. Je me dois de souligner l’audace de Max L. Telliac. Six personnages principaux à qui il donne autant d’importance, chapeau !! Une histoire dans l’ensemble qui mérite découverte.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site de Black Ink Editions

… mes avis sur les deux premiers tomes (clique sur les images pour les lire).

MYRINA HOLMES, tome 2 : Cadavres exquis de Anna Triss.


Tome 2/3
Mon nom est Myrina Holmes. Mes (rares) amis me surnomment « Myri », mes (nombreux) ennemis « l’Amazone ». Mon job ? Traquer de féroces créatures surnaturelles à l’aide de mes pouvoirs et de mes armes.
On ne va pas se mentir : ces derniers temps, ma vie ressemble à un mauvais film de série B. Une sœur succube à la rancune tenace, une carrière de Traqueuse en crocs de scie, une marque démoniaque qui m’empêche de faire des folies de mon corps et un ex-amant devenu Fédérateur des Pécheurs qui m’irrite fortement les écailles. Alors quand un mystérieux virus aussi contagieux que mortel se propage sur Infernum, ça commence sérieusement à empester le démon grillé !
Le symptôme le plus éloquent de la Démonacide ? Quelques jours avant leur décès, les infectés se transforment en bêtes sanguinaires qui attaquent les vivants pour les dévorer, comme des Sans-Âmes ! L’Apocalypse risque de se pointer plus tôt que prévu à ce rythme…
Pour ma part, je suis naturellement immunisée grâce à mon sang d’hybride, mais ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde.
Lorsqu’un de mes proches tombe malade, je n’ai pas d’autre choix que de m’engager dans une course contre la montre pour mettre la patte sur les responsables de l’épidémie et dénicher le remède salutaire.
Et croyez-moi, vu mon état d’esprit, ma Plume aiguisée ne fera pas dans la dentelle.

 
On reprend les même, on shake tout ça, on rajoute quelques nouveaux personnages et une nouvelle intrigue démoniaque, et, nous voilà avec un second tome explosif qui nous en met plein les mirettes.
Anna Triss est une sacrée tornade, son histoire, ENCORE UNE FOIS, est une pure tuerie.

 

Myrina Holmes est un tantinet sur les nerfs. Il faut dire que sa sœur à la rancune tenace et que cette fichue marque l’empêche de fricoter. Sa dernière enquête l’a mise sur les nerfs et les révélations qui s’en sont suivies l’ont abattue. Myrina n’est pas le genre de démone à se morfondre éternellement, prenant le taureau (enfin le démon) par les cornes, elle se remet vite sur pied. Et rien de mieux qu’une enquête pour se défouler. Sauf que cette dernière est un poil effrayante. Voir ses compatriotes se transformer en monstre diabolique affamé couvert de pustules verdâtres est quelque chose d’assez incongrue pour la Traqueuse. Une nouvelle course effrénée se profile à l’horizon et celle-ci va s’avérer très tordue.

 

Une nouvelle aventure loin d’être une sinécure. Au contraire, le temps joue contre elle et puis son cœur a quelques dératés. Un beau ténébreux se la joue beau chevalier sur sa licorne et un beau blondinet se rajoute à l’équation. Sans oublier les Révoltés qui se révoltent pour de bon. Bref, sur Infernum c’est l’Apocalypse. Rien ne va plus, faites vos jeux. Dommage vous allez perdre ! Anna Triss est une vile tentatrice qui adore frustrée ses lectrices.

 

Tentation, doutes, questions, révélations, mensonges, amour, passion, fougue, danger … non vous n’êtes pas dans un soap opéra, mais bien dans le deuxième tome de Myrina Holmes. Une suite explosive, sensationnelle, addictive, folle, méga génialissime. La plume d’Anna Triss est juste envoûtante, rythmée et le scénario est un pur bijou. Une claque phénoménale, je suis restée scotchée, obnubilée, estomaquée …

 

Une trilogie d’Urban fantasy à découvrir (depuis le début) absolument !!!

 

Une chronique de #Esméralda

 

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… le site d’Anna Triss

… Mon avis sur le premier tome de Myrina Holmes (clique sur l’image pour le lire)