La chronique des Bridgerton, tome 3 : Benedict de Julia Quinn

Romance historique – Intégrale sortie en mars 2021
Editions J’ai lu

Ma note : 5/5 mention « Incontournable 2021 »


Résumé : Comme le rapporte la mystérieuse lady Whistledown dans sa chronique mondaine, on a vu, lors du bal masqué organisé par les Bridgerton, Benedict, le cadet de la famille, en compagnie d’une ravissante inconnue.
Mais à minuit, la belle s’est enfuie. Depuis, il a beau la chercher dans tout Londres, elle semble s’être évaporée. Qui pourrait se douter que sous le masque de soie noire se cachait Sophie Beckett, fille illégitime du comte de Penwood, haïe par sa marâtre qui la cantonne à l’office ? Quand Benedict croisera de nouveau Sophie, saura-t-il la reconnaître sous ses habits de domestique?


L’avis de #Lilie :
Ah, la chronique des Bridgerton ! Pour moi, c’est devenu un petit rituel de me plonger dans un tome de cette saga dès que j’ai besoin d’une lecture réconfortante. Encore une fois, l’autrice a fait mouche grâce à cette histoire consacrée à Benedict, un personnage assez mystérieux mais tellement charismatique.

Nous retrouvons donc ici Benedict, le second fils de la famille Bridgerton. Protégé par ce statut de second, il n’est pas pressé de se marier et entend bien trouver la perle rare. Il pense l’avoir rencontrée lors d’un bal masqué mais après le douzième coup de minuit, elle a disparu. Près de deux ans après, au cours d’une soirée chez une connaissance, il rencontre Sophie, une servante malmenée par un groupe d’hommes ivres. Benedict prend sa défense et l’emmène avec lui. Immédiatement, un lien semble se créer entre eux mais vu leurs conditions sociales opposées, toute histoire d’amour semble compromise. Pourtant, pourront-ils lutter contre cette attraction ? Sophie est-elle vraiment une servante ordinaire ? Tous deux, sauront-ils s’accorder et se parler afin de permettre à une éventuelle histoire de voir le jour ?

Dès ma lecture du tome 1, j’ai apprécié le personnage de Benedict. C’est un homme qui semble intègre, avec un grand cœur, préoccupé par les siens malgré une certaine nonchalance apparente. Artiste dans l’âme, il a dans l’idée de trouver celle qui saura faire battre son cœur. Il cherche une épouse qui sera aussi son amie, sa confidente et sa maitresse. Exigeant, il refoule nombre de ses prétendantes jusqu’à sa rencontre avec la belle inconnue du bal. Sa fraicheur, le mystère autour de son identité et son humour vont tout de suite faire mouche. Malheureusement, elle disparaît, emportant avec lui tout espoir de vie heureuse. Quand il recroise Sophie deux ans plus tard, en habit de domestique, il ne la reconnaît pas mais entre eux, l’alchimie est évidente. Sophie n’a pas eu beaucoup de chance dans sa vie. Née « bâtarde », elle a été élevée dans la maison de son père mais n’a pas reçu d’amour. Haïe par sa belle-mère, elle devient même servante dans sa propre maison au moment de la mort de son père et est chassée du jour au lendemain. Ainsi, elle n’ose pas se livrer, de peur d’être de nouveau rejetée. Pourtant, sa rencontre avec Benedict va la bouleverser tant cet homme la trouble et semble la comprendre. Entre eux, une complicité naît rapidement, remplacée ensuite par une tension sexuelle et une attirance indiscutable. C’est une relation électrique, qui avance sur courant alternatif mais qu’on prend plaisir à voir prendre forme sous nos yeux.

Comme je le disais en introduction, encore une fois, je me suis prise au jeu et j’ai été piégée par ce tome des chroniques des Bridgerton. En effet, j’ai adoré les deux protagonistes, que ce soit au niveau de leurs caractères, de leurs joutes verbales ou dans leurs manières d’aborder la vie. On voit beaucoup Violet Bridgerton et on la découvre, telle une mère louve, prête à tout pour aider ses enfants à trouver le bonheur et à protéger les siens coûte que coûte. Il faut être honnête, l’intrigue est clairement une réécriture de Cendrillon mais ça ne m’a pas du tout dérangé tant Sophie semble loin de l’image que je me fais du personnage du conte de fées. Quand on se lance dans une saga avec des tomes compagnons, il y a toujours un risque de lassitude. Ici, ce n’est pas du tout le cas car l’histoire est très différente des deux précédentes. Comme toujours, la plume de l’autrice a réussi à me transporter dès les premières lignes et j’ai vraiment eu du mal à poser mon livre avant de l’avoir terminé.

Pour conclure, le tome 3 de « la chronique des Bridgerton : Benedict » est une jolie romance historique même si elle est librement inspirée de Cendrillon. Néanmoins, Sophie et Benedict sont deux héros hauts en couleur qui méritent d’être découverts et appréciés pour leurs valeurs et la pureté de leurs sentiments.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions J’ai lu

Retrouvez ici mon avis sur le tome 1 : Daphné et le Duc

Retrouvez ici mon avis sur le tome 2 : Anthony

 



L’honneur de Preston de Mia Sheridan

New romance – Livre sorti le 11 octobre 2018
Editions Hugo Poche
Lecture personnelle

Ma note : 4,5/5 mention « émotions »

 

Résumé : Ils étaient deux frères –des jumeaux– je les aimais tous les deux, mais mon âme n’appartenait qu’à l’un d’entre eux.
Toute sa vie durant, Annalia Del Valle a aimé Preston Sawyer. Elle a grandi dans une cabane dans Central Valley en Californie, mais a découvert la liberté, dans la ferme Sawyer voisine et auprès des garçons qui étaient ses seuls amis.
Preston est amoureux de Annalia depuis son enfance. Il a réussi à le lui cacher jusqu’ à ce que leurs mondes – comme leurs corps– sont entrés en collision par une chaude nuit d’été. Une nuit qui va bouleverser leur vie pour toujours.
Après avoir disparu corps et âme pendant six mois Annalia est de retour en ville. Si Preston a échappé à son désespoir amoureux, son sens de l’honneur et sa fierté parviendront-t-ils à le retenir à nouveau, lorsque, l’objet de son désir de toujours, est de retour.
Comment fait-on pour dépasser les blessures du passé ? Réparer L’irréparable ?


L’avis de #Lilie : Mia Sheridan fait partie des autrices que j’aime lire même si je sais que ses histoires me procurent souvent de grandes émotions. Grâce au #FrostyChallenge, j’ai enfin sorti ce roman de ma bibliothèque et je dois avouer qu’une fois encore, Mia Sheridan nous entraîne dans une romance unique avec son flot de larmes, d’amour et de secrets.

Nous faisons ici connaissance avec Annalia, une jeune fille puis une jeune femme d’origine mexicaine, à qui la vie n’a pas toujours souri. Durant son enfance, elle fait connaissance avec Cole et Preston, deux jumeaux tellement semblables physiquement mais aussi tellement différents dans leurs attitudes et leurs manières d’évoluer dans la vie. Un soir, tout bascule et le destin des trois protagonistes change de manière irrémédiable. Preston pourra-t-il se pardonner ? La vie va-t-elle enfin sourire à Annalia ? Annalia et Preston ont-ils un avenir ensemble ?

Annalia n’a pas une vie facile : tout d’abord, elle a des relations compliquées avec sa maman, arrivée illégalement aux USA et qui a bien du mal à s’intégrer. De ce fait, elle a grandi dans la précarité et elle a bien du mal à s’ouvrir ou à se rapprocher des autres car elle a honte de sa situation. Néanmoins, cela va lui donner une certaine force de caractère même si, pendant longtemps, elle va se brider afin de ne pas faire de vagues. Concernant les jumeaux, il y a Cole, qui est à l’aise socialement, et Preston, qui est plus mystérieux et taiseux. Ils sont tous les deux très séduisants mais ils n’ont pas du tout la même vision de la vie. Tandis que l’un rêve de s’évader et de partir loin, l’autre rêve de rester sur sa terre et de la voir prospérer. Ils nourrissent tous les deux des sentiments pour Annalia et cela va causer des frictions et des non-dits entre eux.

Comme toujours avec Mia Sheridan, ce roman est riche en rebondissements et en émotions. En effet, prévoyez la boite de mouchoirs à proximité car l’autrice prend un malin plaisir à malmener ses protagonistes et ses lecteurs. Son écriture est efficace, visuelle et une fois le livre débuté, c’est compliqué de le laisser de côté. Le récit est construit de manière originale. On commence au présent avant de repartir quelques années en arrière pour revenir jusqu’au présent. La double narration permet de comprendre les raisonnements d’Annalia et de Preston et le moins que je puisse dire, c’est que par moment, j’aurais aimé les secouer un peu tous les deux. Néanmoins, l’intrigue est bien menée car jusqu’au bout, on est dans l’incertitude du dénouement et l’émotion monte crescendo jusqu’au dénouement, avec une scène qui m’a prise aux tripes à quelques pages de la fin! En bref, encore une fois, la magie a opéré et j’ai été conquise.

Pour conclure, « l’honneur de Preston » est une romance riche en émotions qui ne devrait pas laisser les lecteurs de marbre. Entre secrets et passion, l’équilibre est parfois difficile à trouver mais ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important, c’est l’amour !

Retrouvez ce roman sur le site d’Hugo & Cie