TON ABSENCE, un roman de Guillaume Nail.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions du Rouergue – Collection Doado

Ça fait comment quand on désire pour la première fois ? Quand la curiosité laisse sa place à l’attirance ? Quand toutes nos pensées vont vers un seul être ? Le temps d’un stage BAFA, dans les lumières de l’été, Léopold s’éprend de Matthieu. Mais sa bande de potes, menée par Damien, un garçon dominateur et toxique, va très vite se mettre entre lui et son désir. Sous le soleil, l’ambiance s’épaissit et les tensions poussent le groupe au bord de l’explosion.
Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
192 pages 
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

J’ai décidé de lire la sélection du Prix Vendredi 2022 qui récompense la littérature jeunesse. 

 

Ce récit nous plonge au cœur d’une bande de copains et copines qui passe un module de leur BAFA. Une bande assez fidèle à notre modèle sociétal : le kéké qui se la joue chef, le suiveur, le silencieux, la fille qui n’a peur de rien et celle qui réfléchit davantage, qui donc va s’en prendre tout au long de ce stage au mec bizarre qui ne veut pas se mettre à poil, qui a la prestance d’un grand orateur et une imagination à faire pâlir n’importe quel écrivain.

 

Guillaume Nail joue totalement avec les clichés et surtout ne s’en prive. Ajoutant à cela la dimension des premiers émois (entre deux garçons). C’est un récit où l’atmosphère est lourde et malsaine. Léopold se positionne comme étant prisonnier de ce système et ne trouve pas le courage de s’affirmer et de s’opposer à ce harcèlement. Guillaume Nail dépeint avec sensibilité et force les entraves de notre société jugeant. Le roman est parsemé de moments totalement bucoliques qui laissent présumer d’un heureux final.

 

Entre désillusions et espoirs, la frontière est fine. Absence déchirante d’une cruelle réalité qui plonge le jeune homme dans l’euphorie du premier amour et la tristesse des mots inavoués. Un cri puissant aux tonalités de revendication.

L’EMPIRE DES FEMMES, tome 1 : Sapientia un roman de Cassandre Lambert.

FANTASY

Éditions Didier Jeunesse

Les femmes sont au pouvoir, têtes pensantes régnant sur la vie politique de Sapientia.
Les hommes, eux, sont réduits à l’esclavage.
Le grand tournoi annuel de gladiateurs approche. Dans les geôles de l’arène, les hommes angoissent et sont prêts à tout pour survivre aux épreuves et avoir la chance de devenir géniteur.
Les jeunes filles attendent l’événement avec délectation car elles vont pouvoir choisir leur favori… Toutes, sauf Adona, que l’enjeu terrifie.

Le 1er volume d’une duologie antisexiste ambitieuse et captivante, qui renverse les codes pour mieux les dénoncer ! 
Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
352 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Nouvelle duologie, nouvel univers et nouveaux enjeux, Cassandre Lambert nous plonge au cœur d’une société matriarcale. 

 

La belle Sapientia (littéralement sagesse) est un havre de paix où chaque femme a une place définie au sein de cette société régie par des rites, des croyances et une peur viscérale des hommes qui exilés sur une île insalubre ne servent qu’à la reproduction, font office d’homme de compagnie (tenus en laisse), travaillent aux champs. Seuls quelques-uns ont l’immense privilège d’être considérés comme des hommes de confiance. 

 

 Mais quelque part un nouveau vent se lève emportant la contestation.

 

Ce premier tome pose les bases d’une grande histoire. Personnages charismatiques, décors dignes des plus grands péplums, intrigue trépidante, Cassandre Lambert ose explorer l’extrême pour pointer du doigt les travers d’un monde exclusivement matriarcal. Roman engagé, féministe, sans aucun doute mais qui a l’honnêteté de débattre de sujet sérieux. Oppression sociale, injustice et racisme sexués, sororité malsaine, abondance, violence, une histoire qui veut intense et captivante. Un sujet actuel, vous en conviendrez, où chaque jour est un combat contre le féminicide, le viol, les humiliations, les mariages arrangés et tant d’autres. Cassandre Lambert ouvre la voie du débat et notamment pour les plus jeunes : est-ce que notre société contemporaine peut tendre vers une égalité des sexes et des genres ? 

 

Ce premier tome est un peu lent à mes yeux mais le twist final laisse présager une suite d’une autre teneur. J’attendrai donc ce second tome pour me faire un avis général sur cette duologie.

 

Cassandre Lambert aime se démarquer du monde littéraire avec des personnages féminins forts et convaincus que le monde peut devenir meilleur. 

 

Est-ce que la sagesse anéantira la peur ?

PAS LA FIN DU MONDE, un roman de Rachel Corenblit.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Bayard Éditions

Toulouse, 21 septembre 2001.
Léon a 17 ans, un chagrin d’amour et une famille disloquée depuis le divorce de ses parents.
Sa sœur Frida, 22 ans, est en colère. Contre tout le monde, tout le temps.
Dans leur ville touchée par l’une des plus grandes catastrophes industrielles du XXIe siècle, tous deux tentent de réparer les liens. De reconstruire leur monde sous un jour nouveau.
Un roman de reconstruction lumineux et saisissant !
 
Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
250 pages
Disponible en numérique et broché

MON AVIS

Douloureuse est le premier mot qui pourrait qualifier ma lecture. Il n’est jamais bon de déterrer les souvenirs, et Rachel Corenblit les a touchés avec élégance et honnêteté.

 

Si le 21 septembre 2001 ne vous dit rien. Alors tant mieux, j’ai envie de clamé ! Mais pour moi ce jour est gravé à jamais et représente le chaos car tout simplement j’y étais.

 

Il faut être un peu masochiste pour se lancer dans ce genre de lecture surtout quand cela te touche personnellement mais voilà je tenais à le lire jusqu’au point final.

 

Léon et Frida sont frère et sœur et se reprochent mutuellement tout un tas de non-dits. Si la rancœur est bien présente tout au long de cette journée, cette catastrophe va permettre de mettre les mots sur les maux. Au cœur de ce chaos, de la folie, de l’incompréhension, de la douleur, leurs âmes se libèrent, s’écoutent, se déchainent, crient et trouvent ce terrain d’entente où, enfin, l’apaisement serait au bout du chemin. 

 

Une quête essentielle qui reconnectera cette famille en déroute.

 

La plume de Rachel Corenblit est généreuse, franche et surtout émouvante. Une immersion totalement réussie qui nous pousse à réfléchir sur les liens familiaux. C’est au cœur de ces moments-là que la franchise éclate et panse les plus vieilles blessures. 

 

Une intensément douloureuse et magnifique.

DARLING #ÉTÉ, un roman ado de Charlotte Erlih et de Julien Dufresne-Lamy.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Actes Sud Junior

L’été : les départs en vacances, les plages et la liberté, sauf pour Benjamine qui chez elle passe son temps à regarder son entourage sur les réseaux. Alors la jeune fille décide de participer à des défis en ligne. Un moyen dangereux mais idéal pour elle de se faire remarquer et de taper dans l’œil de Marco sur son île. 
Sous le regard de son éducateur, Juliette se prépare à commencer son premier travail saisonnier quand Pablo, lui, se donne à cœur joie dans les free parties. Mais un beau matin, Pablo se réveille avec un trou noir immense. Comme Juliette, quelque temps plus tard, droguée à son insu. Dans cet été apparemment paisible, un prédateur rode. Et ces trois-là n’en sortiront pas indemnes.

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
192 pages
Disponible au format broché et numérique

 


MON AVIS

La saga DARLING se finit sur un tome qui conclut à merveille les aventures de cette bande d’adolescent.es. Un vrai périple que de les suivre sur une année entière. Ce dernier tome est tout autant percutant que déchirant.

 

Un roman choral édifiant qui, tour à tour, donne la parole à une bonne partie des personnages. 

 

Pas de coup de cœur pour ce dernier opus. J’ai été très mal à l’aise tout au long de cette lecture. Un sentiment contraignant qui m’a empêché de vivre cet #été avec insouciance.

 

Les auteures abordent deux thèmes effroyables. Le premier est le plus extrême à mon sens : le côté destructeur des réseaux sociaux qui pousse à cette déconnexion avec la réalité et ces conséquences sont tragiques. Le second concerne le viol (je précise qu’il n’y a aucune scène de cet acabit).

 

Je vais donc m’attarder sur le côté positif de cette lecture. J’ai été sensible aux liens qui se tissent entre ces gamins qui ont finalement une certaine conscience du monde qui les entoure. J’ai admiré leur force, leur courage et leur ténacité. Je les ai vu grandir, se poser les bonnes questions, leurs premiers émois, leurs dérives. Tout un périple qui fera d’eux des adultes respectueux, conscients de la valeur de la vie. Une union magnifique qui dans l’extrême nous offre un tableau magnifique de pardon, de résilience et d’amour.

 

Un tome puissant qui m’a ébranlée et émue. Une plongée tout aussi terrifiante que belle dans cet univers où je n’ai aucun droit, aucune emprise mais en tant que maman je comprends enfin mieux.

DARLING #PRINTEMPS, un roman ado de Charlotte Erlih et de Julien Dufresne-Lamy.

LITTÉRATURE JEUNESSE


Une série en quatre épisodes, écrite par deux auteurs complices.
Une plongée d’un an au coeur d’un groupe d’adolescents.
Un portrait haletant et cruel de la jeunesse d’aujourd’hui à l’heure des réseaux sociaux.

Le printemps, les premiers rayons de soleil, les corps se dévêtissent, les hormones s’affolent. Eva, une adolescente sérieuse, certains diraient coincée, change brusquement de style et commence à exister sur les réseaux. Elle ne tarde pas à se faire remarquer par les garçons, notamment par Dweezil, le footeux en sport-études, considéré comme le plus gros collectionneur de filles de l’établissement.
Lui, qui croyait Eva trop lisse pour faire partie de ses proies, comprend que ce serait en réalité sa plus belle prise de fin d’année. Celle qui lui permettrait d’asseoir définitivement son titre de tombeur numéro 1. Armé de son plus beau sourire et de son esprit acéré, ce dangereux séducteur part à l’attaque. Il pénètre dans la bergerie, sûr de ne faire qu’une bouchée d’Eva, la frêle brebis. Sans imaginer dans quel engrenage il vient de mettre les pieds…

 

Ma note : 5/5 
Nouveauté 2022
240 pages
Disponible au format broché et numérique

 


MON AVIS

 La suite est enfin arrivée (enfin depuis quelques semaines) et je suis très heureuse de retrouver ce duo talentueux.

 

Nouveau tome, nouveaux personnages même s’ils ne sont pas inconnus au bataillon. Eva est la jeune fille que l’on ne remarque pas aux premiers abords. Naturelle, discrète, bonne élève. Elle fait partie de ces ados que l’on classe définitivement dans la catégorie ringarde. Eva est une élève brillante, violoniste et surtout altruiste. Dans sa chambre elle ressasse pour ne pas oublier.

 

Dweezil est le mec populaire par excellence. Sportif, arrogant, beau gosse, bad boy, toxique, il attire plus que de raisons. Sa prochaine proie : la belle Eva. En bon chasseur qu’il est, il est certain de la capturer.

 

Nouvelle plongée hallucinante au sein de la jeunesse d’aujourd’hui, obnubilée par le paraître et les réseaux sociaux. Une immersion cruelle aux côtés d’un prédateur sans foi ni loi, poussé par l’absurdité du tableau de chasse garni et qui le hissera à la première place d’un jeu loin d’être sympathique. Les limites n’existent plus autant que le respect et les valeurs. Les filles ne sont que des cibles, des proies déshumanisées. Eva n’est pas la fille qu’elle laisse paraître, seul son objectif lui importe et peu importe où cela la mène, elle ira. 

 

Ce quatre mains est juste fabuleux, une nouvelle fois. Du haut de mes 37 ans, j’ai l’impression de vivre dans un autre monde. Il faut vivre avec son temps mais souvent je me sens dépassée par le comportement de cette génération totalement désenchantée. Tous les jeunes ne sont pas à mettre dans le même panier, mais je suis à la fois peinée et soulagée que certains et certaines d’entre eux décident de poursuivre sur un autre chemin. Cette saga DARLING pose les bonnes questions et pointent du doigt les dérives malsaines. Elle bouscule et je crois que là est l’essentiel. Brusquer pour obtenir une prise de conscience et débattre. 

LES ERRANTES, un roman ado de Jo Witek.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Actes Sud Junior


Sous les toits d’un immeuble parisien, des phénomènes étranges frappent simultanément trois filles que tout oppose. Suzanne est une gameuse qui vise la célébrité, chassée de chez elle ; Saskia, une artiste en devenir découragée par un galeriste méprisant ; Anne-Lise, une fille de bonne famille vivant intensément une spiritualité en décalage avec son époque.
Des apparitions fantomatiques perturbent le jeu vidéo de Suzanne, un esprit s’invite dans la chambre de Saskia et des voix envahissent le cerveau d’Anne-Lise… Sont-elles devenues folles ? Dans le huis clos de leur chambre et de leur enfer mental, elles n’auront en tout cas d’autre choix que de s’unir pour s’en sortir. Le lecteur découvre avec elles que ces mystères et fantômes viennent du passé, celui de femmes au destin brisé.

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
320 pages
Disponible en numérique et broché

 


MON AVIS

Jo Witek fait de nouveau des étincelles avec son nouveau roman et cette fois-ci dans le registre fantastique.

 

Trois jeunes filles au profil différent. L’une artiste, l’autre gameuse et la dernière spirituelle. Rien ne les lie, à part le fait de vivre au même étage de cet immeuble cossu. Saskia, la rêveuse, l’imaginative, la généreuse. Suzanne, la survoltée, l’intrépide, la courageuse. Anne-Lise, la timide, la mystique, l’introvertie. Jusqu’au jour où l’improbable les précipite dans l’horreur absolue. L’une est constamment suivie par un fantôme, l’autre un personnage étrange s’invite dans son jeu en plein direct et la dernière entend des voix.

 

Alors que la descente aux enfers s’opère pour toutes les trois, l’absolue certitude de s’unir deviendra leur unique arme face à ce danger hors du commun.

 

Honnêtement je ne m’attendais pas du tout à ce genre de roman. Je lis toujours les romans de Jo Witek avec la conviction que je passerai un excellent moment et ça n’a pas raté. L’auteure nous plonge dans un univers où la réalité n’existe plus, où tout devient une épreuve, où les émotions sont bourlinguées, flinguées. Une immersion réussie où tu vis l’histoire en apnée. Mais Jo Witek ne narre pas qu’une histoire d’esprits. Non, non ! Si tu connais l’auteure attends toi à vivre une expérience exceptionnelle. Jo Witek ne se contente jamais d’écrire une histoire sans y ajouter sa signature. Jo Witek nous raconte l’Histoire des Femmes avec passion, intelligence et sublimité. C’est percutant, merveilleux et essentiel.

 

Je n’en dirais pas davantage car je risquerai de vous spoiler. Mais sachez que c’est un nouveau coup de cœur ! Une incroyable lecture portée par la force des mots et des personnages exceptionnels. Une immersion dans le passé et le présent s’entrechoquant violemment face aux maux féminins.

 

A découvrir ABSOLUMENT !

LE LIVRE BLEU DE NEBO, un roman ado de Manon Steffan Ros.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Actes Sud Junior

Traduit de l’anglais par Lise Garond

Journal intime bouleversant où se mêlent les voix d’une mère  et de son fils ayant fait l’expérience d’une étrange fin du monde.
Après une catastrophe nucléaire, Dylan et sa mère Rowenna se sont retrouvés parmi les rares survivants, réfugiés dans leur petit hameau du Nord-Ouest du pays de Galles, près de la ville de Nebo. 

Dylan était petit quand les lumières soudain se sont éteintes et que les oiseaux ont disparu, maintenant il a quatorze ans. Sans électricité, les commerces pillés, il a fallu se débrouiller, réapprendre à vivre à l’ancienne. Quand il regarde le fruit de son travail dans le jardin de leur maison, les serres qu’il a construites, Dylan se sent comme un homme. Il voudrait que rien ne change. C’est dans cette simplicité et cette rudesse qu’il s’est construit. C’est son monde. Il s’y sent bien. Pourtant, une multitude de questions subsistent pour lui sur ce temps d’avant – avant La Fin – dont sa mère qui n’en est pas nostalgique lui dit si peu. Alors il tente confusément de trouver des réponses dans les livres gallois – écrits dans cette langue que sa mère refuse aussi de lui parler – et même dans la Bible.
De son côté, et si elle ne se confie pas à son fils à l’oral, Rowenna couche sur le papier ses craintes, ses souvenirs et secrets du passé, dans un carnet à couverture bleue trouvé dans une maison abandonnée de Nebo. Dylan aussi se raconte dans ce Livre bleu. Chacun sait que l’autre ne le lira pas, telle est leur promesse.

 

Ma note : 4,5/5 
Nouveauté 2022
176 pages
Disponible au format broché et numérique

MON AVIS

Ce roman ado a quelque ce chose de vraiment perturbant surtout si l’on considère les derniers événements mondiaux. Je ne peux pas nier que l’ensemble du roman se déroule après de nombreux événements angoissants. L’atmosphère n’a rien de joyeux, bien au contraire. L’auteure parle avec honnêteté de fin du monde, de nucléaire et de génocide en masse.

 

Même si ce roman est adressé à un public jeune, je préfère faire cette mise en garde. Ce roman n’est pas à mettre dans toutes les mains.

 

Vous l’avez donc compris, Dylan et sa famille évoluent dans un monde où rien n’est plus pareil où le monde s’est arrêté de tourner. Au nord, Pays de Galle, près de cette petite ville, Nebo, subsiste cette famille qui a su survivre dans un univers carrément hostile. Débrouillardise, courage, force, ingéniosité tout autant de qualités que Dylan a su développer dès la catastrophe. Il n’avait que six ans et toute son innocence. Comment grandit un enfant dans cet environnement ? A mon sens il n’y a pas de bonnes réponses. 

 

Ce livre bleu trouvé va finalement servir d’exutoire pour la maman et le jeune garçon. On y découvre leur quotidien, leur doute, leur peur, leur espoir, leur question sur l’ancien monde et sur le nouveau. 

 

Un roman choral qui m’a poussé dans mes retranchements. Un récit sombre et douloureux où pourtant la moindre parcelle de vie peut devenir un bonheur simple et pur. Une rencontre hasardeuse, une promenade, une simple plante qui pousse, une lecture… L’espoir est partout, dans les étoiles, le vent et le silence. Un roman puissant et terriblement humain. Une épreuve difficile où chaque mot, chaque rire, chaque larme ont une signification et une saveur particulières que nous avons, peut-être, oubliés.

 

Un roman postapocalyptique d’une beauté dérangeante porté par des personnages d’une humanité touchante. 

VIKING GIRL (Ou comment l’Eurovision a changé ma vie), un roman ado de Pauline Pinson.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Actes Sud Junior

Brune, 13 ans, et sa grande sœur Lison sont nées grâce à un donneur danois. Contrairement à Lison qui ne se pose pas de question, Brune fabule sur leurs origines « vikings ». Il faut dire qu’elle a hérité d’une drôle de tache en forme de bottine sur le front. 
Un jour, alors qu’elle regarde l’Eurovision, elle remarque un musicien d’un groupe danois qui a la même tache qu’elle. Il ne lui en faut pas plus pour se mettre en quête de ce père tant fantasmé. La voilà partie sur les routes avec sa grand-mère et ses amis pour rencontrer le musicien : direction le Green Pop Festival ! Mais la jeune fille n’est pas au bout de ses peines : comment l’atteindre, comment lui parler, quoi lui dire ?
Et si ce n’était pas lui, son père ?

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
128 pages 
Disponible au format numérique et broché

 

 

MON AVIS

Un court récit haut en couleur, acidulé et vif à l’image de son héroïne, Brune.

 

Brune qui n’a rien d’une brune, l’adolescente doit composer avec sa blondeur et sa particularité cette tâche au milieu du front. Brune a le courage et la force de ses ancêtres, une viking ne se laisse jamais faire. En pleine crise identitaire, Brune n’a pas la patience d’attendre la majorité de sa sœur pour enfin connaître l’identité de son père et pourquoi pas tisser ce lien père/fille. Aussi entourée soit-elle par sa grande sœur « bolloss », sa mère et ses grands-parents, cette situation lui pèse. Lors d’une soirée totalement ringarde que l’évidence surgit : le musicien a la même tâche qu’elle. Ainsi s’enclenche une aventure pittoresque et hilarante.

 

Pauline Pinson nous plonge au cœur d’un sujet terriblement sensible et moderne. L’absence de filiation n’est pas qu’une histoire de don de gamètes. Il y a tout ce plan invisible, une moitié de sa vie, qui n’a aucun sens. Brune ressent vivement ce manque comme une grosse arnaque dont elle en subit les conséquences. Contrairement à sa sœur l’impatience la gagne rapidement quitte à utiliser tous les moyens en sa possession pour atteindre son but. Sur ce parcours du combattant on découvre une bande de potes totalement hétéroclite et qui pourtant ensemble forme un tout soudé et déjanté. Elle y rencontre les premiers émois. Mais aussi la déception, la tristesse, la peine, l’euphorie, le réconfort et l’amour des siens.

 

Un roman ado qui n’a rien d’ « has been » et wesh ça cartonne ! 

 

L’énergie de Brune bouleverse et te catapulte loin dans son monde survitaminé.

 

Une Viking Girl aussi hilarante que touchante !

ÉMERGENCE 7, un roman ado de Vincent Mondiot et de Enora Saby.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Actes Sud Junior


Déménager, c’est toujours dire adieu à une partie de son passé. Léon en a bien conscience, ce matin-là, alors qu’il attend le bateau qui l’emmène au collège. Bientôt, il va devoir quitter la petite île bretonne sur laquelle il a toujours vécu. Comment l’annoncer à Joachim, son meilleur ami, ou à Alex, la fille dont il est amoureux ?
Mais tout ça n’a plus d’importance quand soudain une créature gigantesque et mystérieuse émerge de l’océan pour semer derrière elle la mort et la destruction. Vingt ans plus tard, devenu adulte, Léon revient sur les lieux du drame.
Et il se souvient de ce qui a été, de ce qui ne sera plus.
Un roman d’inspiration manga, entre récit de survie, fresque apocalyptique et drame intime.
Deux cents pages entièrement illustrées, en immersion totale !

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022 (sortie septembre 22)
208 pages
Disponible au format broché

MON AVIS

Une alliance parfaite pour un roman méchamment puissant.

 

J’ai découvert la plume de Vincent Mondiot avec « Les derniers branleurs », un incroyable roman. Associé à Enora Saby, illustratrice, ÉMERGENCE 7 est percutant, saisissant et indéniablement majestueux.

 

En un quart de secondes le monde de Léon et de ses copains et copines implose. L’apocalypse déferle sur cette petite île la plongeant dans l’horreur absolue. Une course poursuite contre le temps où survivre est devenu un réflexe archaïque. Ces ados courent en à perdre haleine, pleurent, hurlent, rigolent, espèrent. Un espoir vain, abîmé, douloureux, prémices d’une nouvelle vie supplantée par la peur, la tristesse.

 

Vincent Mondiot nous offre une nouvelle histoire émotionnellement intense. Entre souvenirs, moments T et présent, entre le jeu des couleurs, suivre Léon tout au long de cette introspection est bouleversant, émouvant et terrifiant. Quel sens donne-t-on à la vie à 13 ans au milieu du chaos ? Et à cette question Léon va y répondre. Âme écorchée, corps meurtri, entre naïveté et réalisme, Léon se livre, se délivre de cet instant. Acceptera-t-il la paix ?

 

Cerise sur le gâteau, Enora Saby, signe son premier roman graphique. Des illustrations captivantes qui jouent énormément sur les couleurs associées à une période de la vie de Léon. Manga art sans l’être, Enora Saby nous plonge d’une autre manière dans cette incroyable aventure. Elle joue beaucoup avec le flou, les couleurs, les petits détails et les émotions. Une harmonie parfaite entre le contenu, le style et les émotions.

 

Bref un roman graphique détonnant qui propose une histoire émouvante. J’ai eu un immense coup de cœur pour ce livre qui nous précipite dans ce monde chaotique où les épreuves jalonnent le récit et où il est impossible de ne pas s’émouvoir.

 

 

LE PROCESSUS, un roman ado de Catherine Verlaguet.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions du Rouergue – Collection Doado

Sélection #mespremieres68

Claire et Fabien l’ont fait. Elle y pense tout le temps, depuis. C’était il y a quinze jours. Quinze jours que ça prend toute la place dans sa tête. Ça lui colle des papillons dans le ventre, des frissons sur la peau. Mais ce matin, ce n’est pas à ça qu’elle pense : c’est à ce petit retard de règles. Un jour. Un petit jour, un seul, mais déjà les questions se bousculent. Des questions terrifiantes, des questions d’adultes. Et les réponses, elle devra les trouver seule, avec ou sans Fabien.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
64 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Cette nouvelle porte la voix de millions de jeunes filles. Court récit qui s’apparente à une pièce de théâtre, Catherine Verlaguet fait don de sa plume pour exprimer ce moment où la confrontation avec soi même est inévitable. Cette histoire a ce caractère essentiel et libérateur, apprend à ne pas culpabiliser peu importe le choix final, et surtout à être en adéquation avec soi même. 

 

Un court récit immersif et prenant où la jeune héroïne oscille entre peur, envie et désespoir. Son cheminement de réflexion va la porter à considérer son corps comme étant à elle. Je peux qu’applaudir son courage et saluer l’ingéniosité de l’auteure.

 

Un roman à mettre dans toutes les mains des jeunes filles afin qu’elles apprennent à ne pas plier aux diktats de la société et être enfin libres comme elles l’entendent.