LES IMMÉMORANTS un roman ado de Solène Ayangma.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Talents Hauts

Sélection #mespremieres68

« Vous êtes un immémorant. Suite à l’accident du laboratoire Nostraphen du 8 juillet 2012, vous avez perdu votre capacité à conserver vos souvenirs. À chaque entrée en sommeil paradoxal, votre cerveau détruit les informations emmagasinées durant votre éveil. Votre dernier souvenir remonte au jour de l’accident. »
 
C’est avec ce message déstabilisant que les 30 000 immémorants vivant au sein de l’Institut géré par Nostraphen, se réveillent depuis dix ans. Tous les jours, ils doivent se plier à des tests visant la mise au point d’un remède à leur mal. Mais en réalité, Nostraphen recherche un sérum de vérité et se sert des immémorants comme cobayes.
Quelques chercheurs résistants, parmi lesquels Emma Lande, ont mis au point, en secret, un traitement qu’ils décident d’administrer à quatre immémorants choisi pour leur personnalité forte : Ren, Maéna, Colette et Daniel.

 

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2021
299 pages
Disponible au format broché

 

 


MON AVIS

Imaginez, par une journée ensoleillé, votre vie change radicalement. Vous venez de vivre les dernières heures que vous vous souviendrez tout le reste de votre vie. Chaque jour qui passe, s’efface pendant votre sommeil. Imaginez tous les réveils que vous avez enduré, toujours dans le même mutisme et interrogation. Imaginez que les années s’écoulent. Imaginez que votre vie vous soit volée.

 

Ren, Maéna, Collette et Daniel sont le symbole d’un monde nouveau, d’une liberté. Ils détiennent la solution mais pour qu’elle ait une signification, Emma Lande doit braver les interdits. Les faire fuir à tout prix, loin d’ici pour que tout s’arrête enfin.

 

Roman polyphonique, l’auteure nous plonge dans un roman terriblement efficace et surtout violent. Les êtres humains n’ont jamais été aussi sombre, malsain, détraqué. Tour à tour les personnages sont dépeint : leurs défauts et qualités, leurs parts sombres, leurs espoirs, leurs peurs. Tous ces éléments définissent les personnages d’une manière assez pesante j’avoue. Comme si à eux quatre ils devaient impérativement être ces héros. Il y a ce quelque chose de passif-actif qui m’a terrorisé. Les rebondissements sont nombreux et d’une certaine manière haletants. Sinon les thèmes sont intéressants. L’auteure aborde le libre arbitre, la liberté, la privation, les expériences scientifiques, la chair humaine, l’égoïsme. C’est une lecture qui m’a fait souffrir littéralement. Plus j’avançais et plus j’avais peur de découvrir l’abominable. Ce malaise a persisté tout du long et je n’ai pu ou su apprécier cette lecture comme il se doit.

 

En bref :
– Un roman ado saisissant et violent
– Des personnages à vif
– Une thématique puissante et nécessaire

 

N’hésitez pas à vous faire votre propre avis. 

LES ENCHANTERESSES, Livre 1 : Le grimoire volé, un roman ado de Sophie Gliocas.

FANTASTIQUE

Éditions Hachette

#Mespremières68


Imaginez pouvoir vous protéger de vos harceleurs. Imaginez pouvoir vous venger d’eux, sans avoir à bouger le petit doigt. Séduisant, n’est-ce pas ? C’est ce que pensaient Bleuenn, Flora et Lizig… du moins, jusqu’à ce que ça aille trop loin.
En trouvant un grimoire dans la forêt de Brocéliande, ces trois filles que tout oppose n’auraient jamais pensé que ses incantations marcheraient vraiment. Et puis, leur vie a basculé et elles sont devenues des Enchanteresses…
 
Ma note : 5/5
Nouveauté 2021
369 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Bleuenn a toutes les meilleurs raisons du monde de haïr son père. Quitter Paris pour ce village aux abords de la forêt de Brocéliande est la pire chose qu’il lui soit arrivée. Ses amies parisiennes l’ont vite oubliée. Sa petite sœur est un vrai pot de colle et son père se la joue moralisateur à la moindre opportunité. Quant à sa mère, c’est un mystère. La rentrée au lycée s’avère une corvée insurmontable. Elle ne connaît personne et être la petite nouvelle est une situation qu’elle aura du mal à gérer. Impossible de se soustraire à ce rituel concernant la rentrée, c’est l’âme en peine qu’elle se rend à son nouveau lycée.

 

Très vite elle se fait une opinion sur celles et ceux à éviter. Le lycée est une véritable jungle où devenir une proie est bien plus rapide que l’on ne pense. Cependant et malgré toutes ses appréhensions, Bleuenn rencontre Flora. D’origine africaine, elle ne passe pas inaperçue et son intelligence lui vaut tout un tas de sobriquets. C’est lors d’une sortie dans la forêt de Brocéliande que Lizig se greffe au duo. C’est à partir de ce moment que leur vie va basculer. La forêt de Brocéliande recèle de nombreux secrets.

 

Ce trio est vraiment improbable. Lizig est l’ancienne fille populaire, Flora est l’intello et Bleuenn la petite nouvelle. Pourtant elles ont en commun la colère qu’elles vouent littéralement à deux lycéens. Leur objectif se venger et le grimoire en leur possession va les aider à assouvir leurs sentiments d’injustice, quitte à libérer les enfers sur le lycée.

 

Voici un roman ado totalement addictif. Sophie Gliocas nous plonge dans un monde où la magie et légendes existent toujours. Les trois filles et bien malgré elles, vont y être confrontées. Outre cet aspect, l’auteure aborde le harcèlement scolaire et ses dérives qui vont pousser les filles à franchir la ligne rouge. Un roman ado dingue qui aborde un thème concret et réel tout en insufflant cette part de magie qui devient une béquille, certes branlante, mais d’un soutient sans faille. Ce premier tome pose les bases d’une histoire qui va bien au-delà d’une histoire de vengeance. Des questions demeurent toujours à la fin concernant ce grimoire, pourquoi elles, la mère de Bleuenn et cette druidesse qui sera peut-être leur guide. Les héroïnes ont toutes le sale caractère des adolescentes qui ne rêvent que de devenir des adultes. Des clashs, des cris, des rancunes, des rires, des larmes et des bouderies rythment leur amitié. L’entraide et le soutien restent néanmoins leurs armes inébranlables et communes. D’autres amitiés voient le jour et se poursuivront certainement par la suite.

 

En bref :
* Trois filles différentes réunies par la colère et la vengeance
* De la magie et des sorts puissants
* Des scènes angoissantes
* De nombreux rebondissements
* Un fil rouge à suivre dans les autres tomes
 
J’ai complètement craqué pour cette lecture. Elle aborde un thème d’actualité contrecarré par cette magie venue d’ailleurs et une amitié indéfectible. Une plume fluide et addictive qui nous fait vivre de nombreux rebondissements. J’ai vite été prise dans cette incroyable aventure aux côtés de ces trois filles un peu perdues et qui ne mesurent pas la portée de leurs actes. Un roman surprenant et haletant. Une fois commencée, il m’a été impossible de lâcher cette lecture. Aurai-je été envoûtée !?

 

Un roman 100% aventure et 100% magique.

 

Les trois filles nous réservent encore des surprises. Ca tombe bien le tome 2 est sorti !

 

LE SECOND SOUFFLE, un roman ado de Gilles Marchand et de Jennifer Murzeau.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Rageot

Mes premières 68

Ulysse, 16 ans, vit avec d’autres sous la coupole protectrice du Centre, dont il n’est jamais sorti. Dehors règne la Bête. L’extérieur est hostile, empoisonné. Les enfants gravement asthmatiques, à la santé précaire, sont encadrés par des médecins.
Ava, elle, habite Paris. Elle milite pour la planète avec sa meilleure amie Nour.
Un jour, elle découvre un terrible secret. Le moment de l’impact est venu.
Ava et Ulysse incarnent une histoire commune, celle du changement.

 

Ma note 5/5
Nouveauté 2021
pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Allez donc savoir pourquoi j’étais persuadée que ce roman était un roman d’anticipation. Je crois que le résumé m’a bien berné.

 

La rage accrochée au bide, la liberté comme ligne de mire, Ulysse et Ava ont cela en commun même s’ils ne se connaissent pas.
Ava est branché écologie, anticapitaliste. Son truc : sauver le monde et cela commence par des petites actions et manifestations.
Ulysse sa seule motivation est de voir le monde derrière ces murs gris et aseptisés.
Mus par cette grande conviction, chacun va foncer dans le tas avant de se rencontrer.
Entre naïveté et engagement, ce duo improbable va défier toute logique.
Un roman court et entêtant où la force devient le moteur essentiel d’un monde bancal et en survie.

 

J’ai eu un immense coup de cœur pour ce quatre mains qui nous plongent dans ce roman où toutes les vérités sont bonnes à entendre. Un roman engagé, profond où l’espoir est dans ces petits trucs impensables. La jeunesse contre le monde capitaliste est un monde utopique et dangereux. Un monde pourtant merveilleux et bienveillant. Une héroïne survoltée. Un héros humilié et blessé par la folie humaine. Une quête extraordinaire.

 

En bref :
* Un quatre mains qui fonctionnent à merveille
* Des personnages haut en couleur portés par la rage de vivre et par l’envie de construire un monde proche de la nature
* Une quête mêlant engagement et dénonciation
* une histoire haletante et extraordinaire
* Des thèmes abordés et cruciaux : écologie, capitalisme, liberté, environnement, anthropocène
 
Une jolie découverte grâce à « Mes première 68 ».
Un roman sublime notamment par les messages véhiculés et surtout portés par des personnages avides d’un monde meilleur.

UN PETIT RIEN, une romance de Erin Watt.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Éditions Hugo New Way


Depuis la mort de sa sœur, Beth n’est plus la même. Ses parents la garde à la maison, pensant que les murs de sa chambre la protégeront du malheur, l’empêcheront de faire une bêtise… Mais un soir, Beth étouffe. Elle fait le mur et se retrouve dans la soirée du petit nouveau au lycée, Chase. La rencontre avec le jeune homme a l’air d’un tout petit rien, pourtant, c’est un vrai souffle pour Beth, un retour à la vie, à des émotions qu’elle n’avait pas ressenties depuis longtemps.
Chase semble porter un lourd secret, mais Beth n’ose pas aborder le sujet. Pourtant, chacun avec leurs démons, ils se comprennent comme s’ils se connaissaient depuis toujours. Jusqu’au jour où ces derniers refont surface, et que Beth découvre une vérité qu’elle ne devrait pas pouvoir accepter… Quel rôle Chase a-t-il vraiment joué, la nuit où sa sœur est morte ? Mérite-t-il une seconde chance ? Mais surtout, alors que la passion est si dévorante, a-t-elle le droit de pardonner ?

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
323 pages
Disponible au format papier et numérique

 

 


MON AVIS

Cela fait trois longues années que Beth a mis sa vie entre parenthèse. Elle suit à lettre les règles de la maison, a de bonnes notes au lycée, travaille pour se payer l’université. Une gentille fille qui n’aime pas faire de vague. Pourtant depuis quelque temps elle se sent oppressée. Si toutefois elle comprend les exigence de ses parents, il est temps pour elle de voir autre chose, de prendre ses propres décisions, de devenir une adulte. La sœur qu’elle adulait, n’y est plus mais est-ce pour autant une raison de vivre recluse et ne pas affronter le monde extérieur. Beth veut vire intensément et à la folie. C’est dans cet état d’esprit qu’elle se retrouve dans une soirée dans la ville voisine. Elle y rencontre Chase unique, esseulé, brisé, envoûtant. Beth la gentille devient l’intrépide.

 

Si elle pensait jamais le revoir, c’est au lycée qu’elle le recroise à nouveau. Mais le terrible passé de Chase le poursuit inlassablement, prêt à anéantir Beth.

 

Que sera t’elle prête à faire et à perdre ?

 

Je découvre pour la toute première fois la plume d’Erin Watt qui dégage une belle aura et qui m’a envoûtée en un tour de main. Très vite j’ai été séduite par les personnages et l’ambiance qui s’en dégage. Cette romance présente tout ses atouts dès le départ et n’est pas une succession de rebondissements haletants ou surprenants. Les émotions et leur conséquences priment tout au long de l’histoire et ce point est hyper intéressant. UN PETIT RIEN est l’histoire d’un amour impossible (vraiment impossible). Un Roméo et Juliette modernisé et mettant en valeur des thèmes forts. Il va être question ici de deuil, de pardon, de seconde chance, de harcèlement, de passion et d’amour. Les fêlures de chaque personnage sont très intéressantes et surtout la présence de l’un va réconforter et aider l’autre. Une romance où les émotions sont d’une intensité rare. Je regrette une fin trop rapide et un peu trop facile (à mon goût) et les maladresses de traduction.

 

En bref :
* Une palette d’émotions garanties
* Une plume addictive et qui m’a emportée rapidement
* Des personnages attachants présentant des fêlures
* L’histoire d’un amour interdit et bouleversante
* Une fin bien trop rapide
* Une histoire émouvante soulevant de nombreux thèmes comme le deuil, la colère et le pardon
 
Pour ma part c’est une très belle découverte, le coup de cœur n’était pas trop loin. Une jolie romance aux nombreuses aspérités. Avis pour les amatrices du genre !

JUSTICE SAUVAGE, un roman de Gaspard Flamant.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Sarbacane – Collection Exprim’

#Mespremieres68

Après le percutant Shorba (finaliste des Pépites de Montreuil 2018), Gaspard Flamant signe un véritable brûlot, tenant à la fois de la comédie de potes et du thriller d’aventure !
Sur le bord d’une route, pourchassée par une moto, une femme court pour ne pas mourir. Elle est sans papiers, et vient d’échapper à un réseau de prostitution.
Deux hommes la sauvent, in extremis. Ils n’ont pas des allures de héros classiques : un braqueur en promenade et un étudiant plutôt paumé. Faute de mieux, ils la cachent au milieu des caïds des quartiers Nord de Marseille. Mais ni Fatoumata ni Malik et Zinga n’ont l’intention de se contenter de fuir. Alors, aidés par tout ce que la France compte de marginaux et de têtes brûlées, ils vont remonter une à une les étapes qui ont conduit leur nouvelle amie en enfer. Parce que quand des fascistes s’associent aux proxénètes pour chasser les migrants, le trio ne voit qu’une seule solution : course poursuite, fusil à pompe et justice sauvage.

 

Ma note : 3/5
2021
208 pages
Disponible au format broché et numérique

 


MON AVIS

La couverture m’a immédiatement fait penser au film de Quentin Tarantino « Kill Bill ». Ce jaune et ces silhouettes noires ont de quoi attirer l’attention et le résumé finit de convaincre.

 

Gaspard Flamant nous plonge dans le côté obscur de la vie du quotidien. Un gitan au grand cœur et voleur de poules à ses heures perdues, un blanc-bec, Malik, qui se cherche dans cette vie qui ne lui convient vraiment pas et Fatou, une Ouagalaise (Burkina Faso), qui débarque telle une furie fuyant un proxénète furieux.

 

Cette rencontre va bouleverser leur vie. Un trio improbable et qui pourtant se voue un respect sans faille et une admiration sans limite. Peu à peu, ils se dévoilent tout au long de ce périple qui prend des airs de vengeance à la sauce marseillaise. Entre une grotte où vivent des reclus de la société, un appartement de la cité phocéenne et une station de skis, planquez-vous, les balles fusent.

 

C’est intrépide, acide et tonitruant. Un roman où les gangsters sortent fleur au fusil et viennent défendre une cause inattendue. On parle d’immigration et de prostitution avec une certaine honnêteté qui défrise. On appréciera la candeur qui s’engouffre dans ce monde sombre et dangereux. Avec cynisme et humour, les personnages détonnent dans cet univers où la règle de Talion est irrévocable.

 

En bref :
* Un roman ado déjanté
* Deux thématiques abordés : la prostitution, l’immigration
* Trois anti-héros qui débordent d’énergie et d’imagination
* Un univers sans foi ni loi
* Un gang qui prend position sur une question universelle et humaine
* Un scénario acide
* Un roman sociétal abordable pour les plus jeunes lecteurs
 
Un roman ado très intéressant et qui ouvre le débat sur les sujets développés. D’actions en action, l’histoire s’étoffe vers un final qui colle à la perfection à l’état d’esprit de l’équipe. Personnellement, je me suis régalée.

 

ARTHUR ET MERLIN, tome 1 – un roman jeunesse de Sophie Lamoureux.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Actes Sud Junior

La grande épopée des chevaliers de la table ronde

La légende arthurienne revisitée en 50 épisodes courts, écrits dans une langue contemporaine et accessible.
Un récit initiatique captivant, saupoudré de merveilleux.
Le jeune Arthur rêve de devenir chevalier et s’entraîne tous les jours au tir à l’arc. Dans la forêt, d’étranges phénomènes se déroulent sous ses yeux : l’apparition d’un cerf blanc, le combat entre deux dragons…
Pour Arthur, sous la protection de Merlin, c’est le début d’une aventure jalonnée d’épreuves, de combats contre des créatures fantastiques et de rencontres qui lui révéleront son destin, avant que ne débute une épopée plus légendaire encore : celle des chevaliers de la Table ronde.

 

Ma note : 3/5
Réédition de 2016
304 pages
Disponible au format poche

 


MON AVIS

Il était une fois un jeune homme qui rêvait de devenir chevalier. S’entraînant de longues hures durant dans les bois, le jeune homme imagine des grandes et merveilleuses épopées. Un cerf blanc et deux dragons apparaissent tour à tour signes précurseurs d’une grande aventure.

 

Arthur ici est un jeune homme patient, endurant, méticuleux, point naïf et persévérant. Il aime décortiquer toutes les situations qui se présentent à lui afin de trouver une solution adéquate. Épaulé par Merlin, figure incontournable, Arthur présenté comme un anti-héros, va, pas après pas, façonné sa légende et son charisme.

 

Des épreuves, des monstres fantastiques jalonnent son parcours. Des histoires de Bretons, de la magie deviennent son quotidien. Un oiseau étrange et un nain, ses compagnons de route.

 

A la base je ne suis pas une grande fan de « merlin l’enchanteur » de Disney et encore moins de « Kaamelot ». J’ai ouvert ce roman avec la crainte de ne pas véritablement l’aimer. Sophie Lamoureux retranscrit la légende d’une manière inattendue. Les 50 épisodes sont tels des mini nouvelles où une action est développée s’imbriquant à la perfection dans l’histoire générale. L’auteure nous plonge dans un monde fantastique intéressant qui, sans aucun doute, captivera les plus jeunes lecteurs. Un style simple, des épisodes courts et un anti-héros totalement attachant. J’ai beaucoup aimé l’audace de l’auteur qui réinvente à la perfection la légende. On y retrouve la dame du lac, l’épée, Guenièvre, Lancelot, la table ronde et bien d’autres référence. Même si je ne suis pas conquise, l’auteure a l’incroyable faculté de nous plonger dans une aventure extraordinaire. J’adore la couverture : les couleurs et le style conviennent pour un lectorat plus jeune.

 

En bref :
* Une réécriture moderne qui enchantera les jeunes lecteurs et lectrices
* Un anti héros attachant et séduisant
* Un monde axé sur le fantastique
* De nombreuses épreuves
* Et une couverture attrayante

CORENTINO, un roman ado de Benjamin Lesage.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Courtes et Longues – Collection Roman Ultraviolet

Mes premières 68

Corentino est cocotero. Tous les jours, au domaine colombien des Milcoco, il grimpe en haut des arbres pour en couper les fruits. Il n’est pas malheureux, mais l’ailleurs l’appelle : la terre natale de son grand père, la France ! C’est décidé, il ira, caché dans un conteneur.

L’auteur nous embarque en Colombie, sur les pas d’un tout jeune homme plein d’espoir d’une autre vie. Inspiré d’une histoire vraie, la justesse du texte et du propos rend ce récit captivant et laisse la place au personnage, aux sentiments qui le traversent et aux épreuves auxquelles il sera confrontées.
Benjamin Lesage noue avec réalisme deux facettes de la même histoire, celle d’un petit garçon qui veut partir à l’aventure et celle d’un jeune homme enfermé dans les limbes des services de l’immigration française.
Benjamin vit actuellement dans un éco-village, son quotidien est partagé entre le jardinage, la construction écologique et les moments partagés avec sa famille et les autres résidents. Entre deux coups de marteau et les semis, il écrit des livres.
Son premier roman Les Étoiles qui meurent dans le ciel a été publié en 2020 aux Éditions courtes et longues. Il rencontre un vif succès et a été sélectionné pour de nombreux prix.

 

 

Ma note 4/5
2021
176 pages
Disponible au format numérique et broché

 

 


MON AVIS

Il s’appelle Corentino, et ceci est son histoire. Une histoire pour les enfants, ceux qui grandissent et qui ont déjà trop grandi. Une histoire sans véritable début et sans véritable fin.

 

Je découvre pour la première fois les éditions Courtes et Longues ainsi que l’auteur Benjamin Lesage. Ce dernier nous offre une lecture poignante et enrichissante.

 

Corentino est né sur cette plage loin de tout où les cocotiers sont le gagne-pain de toute la communauté. Lorsqu’il est en âge, il devient le meilleur cocotero, grimpant là-haut découpant le précieux fruit. Puis le soir venu il aime s’asseoir sur le ponton et regarder ces lumières qui dérivent au loin tel un mystère. La paradis a un goût acre lorsqu’on ne connaît pas l’ailleurs et Corentino a envie de voir le monde et plus précisément le Paris de son grand-père.

 

Un voyage chaotique l’attend !

 

Benjamin Lesage nous plonge dans une quête ubuesque. Une certaine générosité et naïveté touchante découlent de ce jeune homme aux grand rêves confronté à la méfiance, au refus, à l’intolérance et à une certaine méchanceté. L’auteur observe, décrit, narre une histoire fracassante. Une parmi des milliers. Une histoire de couleur, d’origine. Une histoire où l’ailleurs n’est qu’un fade paradis, une illusion téméraire où les esprits étriqués derrières leurs papiers issus du système inhumain. La peur, l’incompréhension côtoient cet esprit singulier, pur, qui ne souhaite que s’installer à la terrasse vu dans ce vieux film où la vie semblait merveilleuse. Un roman ado très enrichissant et qui ouvre le débat sur l’immigration et ses raisons.

 

J’ai beaucoup apprécié le déroulement de cette aventure. La manière dont l’auteur s’empare du sujet avec une honnêteté sans faille. Son accroche est terriblement efficace et son héros tellement attachant. Son aventure devient naturellement la nôtre. Une plume empreinte d’une multitude d’émotions qui m’a fait frémir.

 

Un étonnant roman à découvrir pour tout un tas de belles raisons !

 

En bref :
* Un roman ado à lire dès 14/16 ans sans aucun souci
* Un thème sur l’immigration percutant
* Un anti-héro attachant et très sympathique
* Un roman interrogeant le lecteur sur notre société
* Une très belle découverte

DEMI-VIE, Tome 3 : Ravages, un roman ado de Magali Laurent.

DYSTOPIE

Tome 3/4

Éditions de Mortagne


Le sacrifice d’Ysia a engendré le chaos. Dans un monde à la dérive, l’amour peut rapidement mener à la haine. Le Perfecto est tombé, ce qui a plongé le Jardin dans l’anarchie. Conscient du danger qui plane sur certains de ses membres, le groupe de Citoyens dirigé par Sacha franchit le champ de force, dans l’espoir de trouver une vie meilleure à l’extérieur.
Mais cette existence est-elle seulement possible ? Semée de mort et de violence, leur route les conduit à un bâtiment inquiétant. Pour percer les mystères de cet endroit, Sacha et ses camarades doivent s’allier à des rebelles qui vivent dans la forêt avoisinante, des individus ayant résisté à la demi-vie imposée il y a de nombreuses années. Toutefois, les intentions du chef de ces Affranchis restent difficiles à cerner, et lui faire confiance pourrait être risqué. L’ordre établi par la Nouvelle Cité mondiale a engendré des ravages incommensurables que le groupe de Sacha veut fuir à tout prix. Mais une poignée de Citoyens perdus peut-elle vraiment donner naissance à un peuple libre ?

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
404 pages
Disponible au format broché et numérique

 

 


MON AVIS

Ce troisième tome aurait pu très bien être le dernier, mais comme le souligne l’auteure il y avait, encore, matière à explorer. Est ce que j’aurais aimé cette fin ? Je dois vous avouez franchement que non. Un fin bien trop idyllique, bien trop douce, bien trop lisse, bien trop évidente. Finalement cette fin ne correspondait pas à mon état d’esprit dans lequel j’ai été plongée tout au long de la lecture.

 

Ce troisième tome se veut totalement explosif et pas seulement. Magali Laurent explore avec une certaine aisance la condition humaine et ses limites. Le libre arbitre devient une arme fatale dans ce monde régit par une dictature obscurantiste. Au travers de tous ces rebondissements il y a cette idée de libre arbitre, de mesurer la conséquence des actes, de l’ignominie et de la barbarie. Que vaut une vie ? Que vaut une demi-vie ? Et en quel nom les libertés doivent être contrôlées, séquencées, limitées ?

 

Toujours au travers de ses personnages qui gagnent en maturité, Magali Laurent nous fait vivre une aventure au-delà de l’espérance, de la volonté, de l’esprit. Une saga qui ouvre le débat sur un hypothétique avenir où l’homme pourrait perdre sa place suprême, sur l’écologie, sur la capacité à admettre les défaillances humaines et sur les moyens mis en place pour une adéquation universelle.

 

 
En bref :
* Une saga où les rebondissements sont nombreux ;
* Une dystopie qui mène vers la réflexion ;
* Des personnages qui évoluent sans cesse en fonction de leurs valeurs, convictions et espérances ;
* La vie au centre d’une histoire captivante
* Le libre arbitre comme arme.
 
Dans l’ensemble j’aime beaucoup cette saga. J’en attends beaucoup du quatrième et dernier tome. A découvrir !

DARIUS GORE, un roman ado de Charles Mazarguil.

FANTASTIQUE

Éditions Slalom


Bienvenue en Enfer !
Darius Gore est un ado de 195 ans qui vit à Pandémonium, la capitale de l’Enfer. Héritier d’une grande famille de démons, il ne se sent pourtant pas à sa place… Il n’apprécie pas les combats à mort entre deux cours, ne s’amuse plus aux matchs de headball, rase les murs dans la rue pour éviter toute confrontation.
Alors qu’il essaie de se faire oublier, il assiste au coup d’État de Croatoan, le Grand Prêtre de la Faucheuse. Témoin gênant, Darius va devoir fuir s’il tient à ses trois cœurs. Mais où se cacher quand les neuf cercles de l’Enfer obéissent à la plus puissante des créatures démoniaques ? Une seule solution s’offre au jeune fugitif : la Terre !

 

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
247 pages
Disponible au format broché

 

 


MON AVIS

Il était une fois un démon prénommé Darius. Du haut de ces quelques 195 années, Darius est en pleine crise existentielle. Un coup de foudre pour la belle Lilith qui n’a d’yeux que pour un autre. Un père accro à l’alcool de fées noyant son chagrin chaque jour que Dieu fait. Bref sa vie ressemble au chaos et les lieux ne confèrent pas à une certaine harmonie démoniaque. Et puis un jour, au mauvais endroit au mauvais et sa vie bascule. Témoin de la prise de pouvoir du cruel Croatoan, sa présence dérange largement le nouveau dieu des enfers. Fuite précipitée, emprisonné, refuite, un détour par la maison familiale et une porte dérobée plus tard, le voici arrivé sur Terre où par un heureux hasard les morts vivants mettent une pagaille sans nom.

 

Darius Gore est un roman totalement génial. Un anti-héros qui ne trouve pas sa place, ami avec un zombie-génie, ses repères ne sont que quelques rêves fugaces et un miroir bien étrange. Lui, le si tranquille démon, se retrouve au milieu d’une aventure qu’il ne voulait pas. Pas après pas, il se découvre courageux et intrépide. Une nouvelle facette qui lui sied à merveille. Grace à ses nouveaux amis terriens qui n’ont pas froid aux yeux, un cousin vaillant et fonceur, un zombie ridiculement irrésistible, un ange pas si angélique, une Mort magnanime, une prophétie annonçant l’Armageddon (c’est pour maintenant), un méchant cruellement méchant, des sorcières très sorcières, Darius Gore va remuer les Enfers.

 

J’ai complétement craqué pour cette lecture ! Et puis cette couverture, elle en jette ! Et l’histoire dépote ! Qui n’a pas lu des histoires de ce genre ?! Charles Mazarguil modèle à sa manière déjantée, humoristique, un thème qui était quelque peu vieillot. Il met le feu en Enfer et c’est curieusement irrésistible et captivant. L’Armageddon revisité avec une pincée d’imagination, d’inventivité et le tout porté par une plume addictive.

 

En bref :
  • un anti-héros qui se cherche et qui se trouve
  • des rebondissements à la pelle
  • des personnages secondaires totalement hilarants et irrésistibles
  • un thème re-sculpté et totalement rock’n roll
  • une histoire entraînante
  • un monde haut en couleur

 

Pour un final juste poignant et frustrant.  Je voudrais tellement une suite !

 

Viens faire un tour en Enfer, tu vas juste de poiler et vivre une lecture sensationnelle. T’as compris je recommande chaudement !

 

ALMA, Tome 1 : Le vent se lève, un roman de Timothée de Fombelle.

ROMAN D’AVENTURE

Éditions Gallimard Jeunesse

Tome 1/3


Il est à la recherche d’un immense trésor. Dans le tourbillon de l’Atlantique, entre l’Afrique, l’Europe et les Caraïbes, leurs quêtes et leurs destins les mènent irrésistiblement l’un vers l’autre.
Le premier volet éblouissant d’une trilogie d’aventure sur l’esclavage et le combat de l’abolition. Illustrations de François Place.

 

Ma note : 4/5
2020
400 pages
Disponible au format numérique, broché et audio.

 

 


MON AVIS

Depuis le temps que je rêvais de lire ce roman, il m’aura fallu attendre mes dernières vacances pour enfin l’ouvrir. Un roman ado et d’aventure que vous avez pu lire ou voir apparaître sur vos réseaux sociaux.

 

Un roman épique qui se déroule en pleine traite négrière (ce fameux triangle d’or que l’auteur retranscrit avec détails). La France est au cœur de ce mélodrame qui marque encore de nos jours. Je retrouve cette Afrique sauvage où les guerres entre les différents clans remplissent les navires en échange de richesses venues de l’Europe.

 

Alma est née dans cette vallée enclavée, inconnue de tous. Elle est une Oko, comme sa mère. Une communauté stigmatisée à cause de leurs pouvoirs. Une différence qui effraye et la seule manière de vivre et de rester caché. Alma est au cœur de la nature et des animaux. Alors que son petit frère fuit la vallée sur son cheval blanc, Alma n’hésite pas une seconde à partir à sa recherche. Ainsi débute une épopée incroyable, parfois violente. Une épopée qui signe la fin d’une vie connue et qui devient le symbole de la liberté. De nombreux rebondissements jalonnent son périple où sa vie sera mise en danger jusqu’à ce navire où rien ne sera comme avant.

 

Un roman que j’ai grandement apprécié, notamment par son côté historique bien mené et accessible pour les plus jeunes lecteurs. Il y a très peu de roman sur la traite négrière. On parle souvent de colonialisme ou d’esclavage, mais très peu de cet aspect historique qui pourtant à été la base du monde que connaissons actuellement. Alma et le jeune mousse, Joseph Mars, sont le pivot d’une histoire qui sans relâche nous porte au cœur de l’action. Un roman donc à deux voix qui nous permet d’apprécier à sa juste valeur le « coté  acheteur et marchandise ». L’auteur n’a pas peur de choquer et de faire la lumière sur cette période cruelle. Un plume captivante qui nous plonge dans une aventure haletante. Une sacrée découverte qui se finit, bien évidemment, sur un cliffhanger de malade.

 

Un roman très intéressant sur le plan de la reconstruction historique porté par des personnages charismatiques dont on accompagne les déboires avec appréhension. Un premier tome réussi et qui promet par la suite.