BEAUTIFUL BLOOD #1, un roman de Tamar Saborido.

FANTASTIQUE

Éditions Plumes du Web

Tome 1/2
Les banshees… Darcy Amaro n’y croit pas.
Les créatures surnaturelles en général ? Non plus.
Pour elle, ce ne sont que des sornettes pour s’effrayer dans le noir. Néanmoins, lorsqu’elle entend un cri strident dans la nuit qu’elle est la seule à percevoir, elle commence à se questionner sur l’existence de certaines puissances.
 
 
Et si, comme le prétend sa voisine méga-superstitieuse, sa vie était en danger ? Car celui qui entend les pleurs de la banshee est destiné à mourir.
Henry de Fontenay, dhampire de près de quatre cents ans à la recherche de sa génitrice, se doit de faire face aux démons de son passé. Croiser la route de Darcy ne faisait définitivement pas partie de ses projets. Pourtant, dès qu’il la flaire, une envie qu’il a réprimée depuis des centaines d’années se réveille, car la jeune femme le met hors de lui – dans tous les sens du terme.
Rien ne les poussait à se rencontrer. Le cosmos a un humour plutôt tordu et ce qui est écrit doit s’accomplir.
On ne peut échapper à son destin et ça, Darcy est sur le point de le réaliser…

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2023
343 pages
Disponible au format numérique et bientôt broché

MON AVIS

Vampires, sorciers, magie et une humaine. Voici le parfait combo pour une histoire originale, captivante et palpitante.

 

Darcy et Henry n’auraient jamais dû se rencontrer. Deux mondes distincts qui ne se croisent de temps à autre pas pour le meilleur mais surtout pour le pire.

 

Tamar Saborido m’a plongé dans son univers en un clin d’œil. Et j’ai adoré ! Elle rentre directement dans le feu de l’action, pas de chichi, accroche toi bien bibi ça va dégommer ! Une humaine qui vit sa vie tranquille, qui se dépatouille comme elle peut pour survivre. Une artiste dans l’âme qui a vu son grand rêve s’évanouir au cœur de la tumultueuse New York. Un cri en pleine nuit. Une voisine qui annonce le pire. Une journée qui vire au cauchemar. Une rencontre qui changera sa vie. Darcy est une guerrière qui n’a pas sa langue dans sa poche. Indépendante, effrontée, énergique, il n’en reste pas moins qu’elle puisse faire preuve d’empathie. Mais le jour où sa vie bascule c’est une autre partie qui s’engage.

 

Henry est un dhampire, mi vampire mi humain, mis au ban sa communauté. 400 ans de vie c’est large pour goûter à tout et se faire sa propre opinion sur le monde qui l’entoure. Solitaire à l’égo surdimensionné, colérique, taciturne, il peut faire preuve de bon sens quand la situation s’y prête. Un brin protecteur et surtout agaçant, Henry se démène pour les gens qu’il aime.

 

Darcy et Henry c’est le big-bang annonciateur du chaos à venir.

 

Ce premier tome pose les bases d’un univers richement construit et intéressant. Les personnages sont tout aussi charismatiques que désarmants. Tout au long des chapitres se profilent une intrigue hallucinante. La plume de Tamar Saborido est addictive. De rebondissements en rebondissements, je n’ai plus vu le temps passé. Alors oui c’est (encore) une histoire de vampires mais j’ai vraiment aimé le scénario bien mené, l’originalité des personnages et le côté thriller/suspense. Je me suis régalée et mention spéciale pour le petit côté romance « slow burn ». Le final est un chouia frustrant mais mais le tome 2 est bientôt dans les bacs !

 

BRÛLURE MAGIQUE, un roman d’Ilona Andrews.

URBAN FANTASY

Saga Kate Daniels – Tome 2/10

Éditions Collection Infinity

À Atlanta, les tempéraments – et les températures – sont sur le point de devenir explosifs.
Kate Daniels, mercenaire spécialisée dans le « nettoyage » des problèmes surnaturels, a vu beaucoup de choses incroyables.
Régulièrement, les vagues magiques balayent Atlanta comme des marées.
Mais une fois tous les sept ans, c’est un tsunami magique qui s’abat sur la ville et, cette fois, Kate va se retrouver avec un problème bien plus important que d’habitude. Un problème d’ordre divin.
Quand elle s’engage à retrouver des cartes volées à la Meute, le clan des Changeformes, Kate découvre rapidement que l’enjeu est plus important qu’il n’y paraît.
Ces cartes ne sont que la première étape d’une confrontation entre des dieux qui espèrent renaitre.
Et si elle ne veut pas que sa ville soit détruite, Kate va devoir tout mettre en œuvre pour éviter le cataclysme.

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2017
308 pages
Disponible au format broché et numérique

MON AVIS

10 mois 1 livre pour découvrir cette saga qui dès le second tome se révèle passionnante et addictive.
Le premier tome m’avait laissé sur ma faim. Mais le second est tout autre.

 

Dès le départ la magie opère. Changement de rythme impressionnant, un univers qui dans l’ensemble est connu malgré quelques mystères ici et là. Le changement est si brutal que je me suis posée la question : a t-on à faire aux mêmes auteurs ?
Bref de l’action à gogo, J’ADORE ! Un humour absolument ravisant. Une Kate plus déterminée que jamais. Et une nouvelle mission qui la pousse à explorer Atlanta sous toutes les coutures.
Les révélations sont omniprésentes mais toujours dans la retenue (faut tenir 8 tome de plus). De nouveaux personnages apparaissent servant une intrigue propre à ce tome. En ce qui concerne le fil rouge aux tomes, juste quelques informations fuitent ne permettant pas de saisir encore la portée.
Sans oublier notre chouchou Curran, que nous aimons toutes. Le duo Curran et Kate est sans précédent. Une alchimie de dingue avec des punchlines à mourir de rire. La romance prend du temps pour se mettre en place mais c’est pour mieux kiffer par la suite !

 

J’espère que la suite restera sur cette dynamique. Je crains toutefois que le schéma du récit et narratif soit identique et c’est une chose qui pourrait m’agacer à la longue. A voir donc !

 

ASSOIFFÉS, un roman ado de Tracy Wolff.

FANTASTIQUE

Éditions PKJ

Tome 1/4
Seule mortelle dans une académie fréquentée par des créatures surnaturelles, comment Grace survivra-t-elle ?
Mon monde a basculé le jour où j’ai atterri au lycée Katmere. Me voilà, simple mortelle, au milieu de vampires, de loups-garous, et autres êtres surnaturels. Une seule chose semble unir ces créatures de la nuit : elles me détestent. Au point d’espérer ma mort ?
Que faire, alors, de Jaxon, l’énigmatique vampire dont je ne peux me détacher ? 
Avec ses souffrances ancestrales, ce séduisant immortel m’attire plus que de raison. Pourtant, me rapprocher de lui pourrait bien mettre tout le monde en danger…
Et si quelqu’un voulait m’utiliser comme appât ?

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2021
576 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Il est beau, il est intrigant. Vous l’avez vu ici et là sur les réseaux. Vous avez peut-être succombé ou non.

 

La première approche s’est faite en demi-teinte. Le synopsis ne peut que vous rappeliez la saga Twilight et vous aurez raison de faire ce parallèle. Même univers mais absolument pas les mêmes enjeux et surtout personnages sensiblement identiques.

 

Une grande partie de ce roman contextualise les bases de l’univers, des enjeux et des personnages. Un château gothique isolé en Alaska, des lycéens atypiques et Grace, l’unique humaine. L’enceinte devient rapidement une poudrière où la moindre étincelle provoquerait des dégâts majestueux. L’héroïne n’est bien évidemment pas au courant de ce monde. Tu vois le quiproquo et le merdier qui se profilent.

 

Pour en revenir à cette première partie qui à mon sens est longue et un peu ennuyante et surtout bourrée de quelques clichés ici et là. Grace est un personnage naïf qui n’a pas du tout de chance et qui doit se confronter aux décès de ses parents, à un déménagement conséquent et une peur viscérale qui ne la quitte pas. Le récit se déroule sur un laps de temps trop court où je suis passée par tout un tas d’émotions aussi négatives qu’euphorisantes. Il a fallu attendre le moment fatidique pour que l’intrigue accélère et délivre les premiers éléments d’un scénario qui se déroulera sur les quatre tomes. Manipulation, vengeance, convoitise, faux semblants agrémentent des rebondissements plutôt intéressants et précipités. Un roman ado ne serait pas le top sans une belle romance entre les protagonistes principaux et le tout, s’il vous plaît, saupoudré de magnétisme puissant, de baisers langoureux, et de romantisme sous les aurores boréales (comment ne pas craquer !). 

 

Ce premier tome ne me correspond pas, du moins dans mes attentes exigeantes. Je me suis ennuyée tout du long, levant souvent les yeux au ciel tout en attendant le moment X où l’histoire basculerait dans ce mood hyper addictif. Alors oui les derniers chapitres ont titillé ma curiosité et je ne vous cache pas que le final est un poil frustrant. La plume de l’auteur est simple et surtout efficace malgré parfois des redondances au niveau des sentiments de Grace. Malgré de nombreuses maladresses, je crois sincèrement que ce roman ado vaut le détour et le tome 2 me donnera peut-être raison. J’ai l’impression que l’auteure ne nous offre qu’une mise en bouche ridicule. J’espère vraiment être bien plus enthousiaste par la suite car il y a un sacré potentiel. 

 

ON ÉTAIT DES LOUPS, un roman de Sandrine Collette.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions JC Lattès

Ce soir-là, quand Liam rentre des forêts montagneuses où il est parti chasser, il devine aussitôt qu’il s’est passé quelque chose. Son petit garçon de cinq ans, Aru, ne l’attend pas devant la maison. Dans la cour, il découvre les empreintes d’un ours. À côté, sous le corps inerte de sa femme, il trouve son fils. Vivant. Au milieu de son existence qui s’effondre, Liam a une certitude. Ce monde sauvage n’est pas fait pour un enfant. Décidé à confier son fils à d’autres que lui, il prépare un long voyage au rythme du pas des chevaux.
Mais dans ces profondeurs, nul ne sait ce qui peut advenir. Encore moins un homme fou de rage et de douleur accompagné d’un enfant terrifié.
Dans la lignée de Et toujours les Forêts, Sandrine Collette plonge son lecteur au sein d’une nature aussi écrasante qu’indifférente à l’humain. Au fil de ces pages sublimes, elle interroge l’instinct paternel et le prix d’une possible renaissance.

 

Ma note : 5/5 « coup de cœur »
Nouveauté 2022
208 pages
Disponible au format numérique, audio et broché

MON AVIS

Troisième roman que je lis de Sandrine Collette et une nouvelle claque.

 

ON ÉTAIT DES LOUPS se vit pleinement. L’espace abyssal de la nature sauvage. Ces îlots uniques où hommes, femmes et enfants survivent. La puissance d’une vie hors du commun. La solitude à deux puis à trois. L’envie vorace d’avancer pas après pas quoiqu’il en coûte.

 

Liam a fui son enfance et a su créer la vie de ses rêves qu’il partage avec elle et lui, Aru, cinq ans. Taiseux, observateur, malin, cet enfant porte en lui une force surréaliste et innée. Un ours, la mort, et la conviction que l’enfant n’a pas sa place dans son monde. Un long retour aux sources, au son des sabots des chevaux. Une longue introspection silencieuse qui mène à la folie, à la déraison.

 

Sandrine Collette aime décortiquer les liens familiaux. Ces liens difficiles, intrinsèques qui bouffent la chair de l’âme, labourent le cœur et le corps. Elle nous plonge au cœur d’une histoire sordide où un père doit faire table rase sur son enfance pour être le père convenable. Un lâcher prise consciencieux pour arpenter le chemin d’une nouvelle vie.

 

Sandrine Collette aime nous bousculer, nous faire ressentir l’effroi et l’admiration. Nous pousser dans nos retranchements, nous montrer la violence de la race humaine. Quête rédemptrice, chemin initiatique, ON ÉTAIT DES LOUPS est un cri puissant à la vie. Un cri venant du fond des tripes brisant les schémas familiaux toxiques. Un cri réclamant l’absolution. Un cri libérateur. Un cri de loup chantant sous les étoiles.

 

LE SOLDAT DÉSACCORDÉ, un roman de Gilles Marchand.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions Aux Forges de Vulcain

Paris, années 20, un ancien combattant est chargé de retrouver un soldat disparu en 1917. Arpentant les champs de bataille, interrogeant témoins et soldats, il va découvrir, au milieu de mille histoires plus incroyables les unes que les autres, la folle histoire d’amour que le jeune homme a vécue au milieu de l’Enfer. Alors que l’enquête progresse, la France se rapproche d’une nouvelle guerre et notre héros se jette à corps perdu dans cette mission désespérée, devenue sa seule source d’espoir dans un monde qui s’effondre.

 

Ma note : 5/5 « coup de cœur »
Nouveauté 2022
208 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Vous connaissez sans aucun doute Gilles Marchand et ses romans percutants. Je l’ai découvert l’année dernière avec son roman ado (à quatre mains), « Second souffle » que j’avais adoré.

 

C’est lors de la rencontre organisée par @vleel_ qui m’a persuadée de découvrir « Le soldat désaccordé ».

 

Après avoir refermé ce livre il est bien difficile de faire surface, de reprendre son souffle, de passer à autre chose. Gilles Marchand a ce don particulier d’accaparer son lecteur. Magicien et musicien des mots, Gilles Marchand nous embarque au cœur d’une histoire d’amour en plein Première Guerre Mondiale.

 

Un ancien combattant à la recherche d’un autre, retrace quatre années de la vie de cet autre tout en prospectant. Battant la campagne au grès des histoires qui se racontent et des souvenirs émouvants, il tente tant bien que mal de dresser une certaine ébauche de la vérité. Il y rencontre les cadavres, les esquintés, les malheureux noyés dans l’alcool ou plongés dans le noir, les mots épanchent les maux, érige les souvenirs oubliés et inavouables. Une intimité troublante et violente. La crasse, le bruit, les rêves perdus, les balles trouvées, les prières, les fantômes, les espoirs volatilisés, les têtes sans têtes, les corps sans âmes, les mains vides, maculés de sang, de boue, de rien et de tout, du souffle de multitudes de vies. La culpabilité du survivant, le sens du devoir, empreintes indélébiles d’un héros tenace.

 

Gilles Marchand nous offre un roman exceptionnel et romanesque, d’une richesse historique exemplaire, désinvolte et honnête jusqu’au bout des mots.  

UN CHANT DE NOËL, une bande dessinée de José-Luis Munuera.

FANTASTIQUE

Éditions Dargaud

Londres, 1843. Tous les habitants, les mieux lotis comme les plus démunis, s’apprêtent à fêter Noël. Tous, à l’exception de Scrooge. Aux yeux de cette riche commerçante, insensible au malheur des autres comme à l’atmosphère de liesse qui baigne la cité, seuls le travail et l’argent ont de l’importance. On la dit radine, égoïste et mesquine. Elle préfère considérer qu’elle a l’esprit pratique. Et tandis que les festivités illuminent la ville et le cœur de ses habitants, Scrooge rumine sa misanthropie… Une nuit, des esprits viennent lui rendre visite. 
Ils l’emmènent avec eux, à la rencontre de la jeune fille qu’elle était, quelques années plus tôt, lorsque la cupidité n’avait pas encore rongé son cœur. Mais aussi à la découverte de celle qu’elle aurait pu devenir si elle avait choisi la voie de la bonté… Après le Bartleby d’Herman Melville, José Luis Munuera adapte librement un autre classique de la littérature anglo-saxonne : Un chant de Noël, de Charles Dickens. Munuera s’empare ainsi d’un des chefs-d’œuvres de l’écrivain anglais, paru en 1843, et féminise le personnage de Scrooge. Une relecture délicieuse, à savourer pour les fêtes !

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
80 pages
Disponible au format numérique et cartonné

MON AVIS

José-Luis Munuera nous offre une nouvelle interprétation de la célèbre nouvelle de Charles Dickens. 

 

Munuera reste fidèle au scénario initial. Vous l’avez certainement remarqué sur la couverture Mr Scrooge devient Madame. Et c’est sur ce point que Munuera apporte la nouveauté. Madame Scrooge est en tout point identique au personnage original. Ce qui est intéressant est de replacer l’héroïne dans le contexte sociétal. On se rend compte rapidement que cette femme n’aurait jamais eu ce rang social pour toutes les raisons évidentes que l’on pourrait associer à la fin du XIXe siècle. Le plus surprenant toutefois ce sont les raisons que le personnage met en avant pour justifier sa place : ébauche de féminisme, sorcellerie … 

 

Les illustrations de Munera reflètent à la perfection l’ambiance et les émotions véhiculées. Des marrons, de bleus, une douceur qui vient contrecarrer la rugosité du scénario.

 

« Bartleby, le scribe » de Munuera m’avait davantage touché. L’audace du scénariste est à souligner mais dans son ensemble j’ai été moins sensible au message véhiculé.

 

HYPERYCON, une bande dessinée de Manuele Fior.

ROMAN GRAPHIQUE

Éditions Dargaud

1998, Teresa, brillante étudiante en archéologie, décroche une bourse et un poste à Berlin pour participer à la préparation d’une grande exposition sur la découverte du tombeau de Toutankhamon. Sa bible de travail, le journal d’Howard Carter.
Elle rencontre Ruben, un jeune Italien rêveur et fantasque, venu s’éclater à Berlin.
 
Parallèlement aux crises de couple dues aux insomnies chroniques de la jeune femme et à leurs moments intimes d’un amour passionné, leur histoire se révèle entre la Vallée des Rois et la folie berlinoise de la fin du XXe siècle. Qu’adviendra-t-il de leur futur ?
La temporalité chère à Manuele Fior raconte par cette romance deux époques qui se confrontent et s’entremêlent, unies par le motif de l’hypéricon, cette fleur aux mille vertus.

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2022
144 pages
Disponible au format numérique et cartonné

MON AVIS

Voici un roman graphique qui me tentait mais qui malheureusement n’a pas su me séduire. 

 

Manuele Fior nous plonge dans un récit rythmé par deux époques. 1922 et la découverte surprenante du tombeau de Toutankhamon par Howard Carter. 1998, Teresa qui s’apprête à vivre une expérience mémorable, la préparation de l’exposition sur ce dernier.

 

Berlin renaît de ses cendres. La ville est frénétique. Rien ne se fige, n’est suspendu à aucune attente. Teresa, insomniaque chronique, y trouve rapidement sa place et rencontre Ruben. La passion fulgurante. Les incompréhensions, la tension, le sexe, les disputes, ils s’observent, s’apprivoisent, se découvrent. 

 

Manuele Fior crie l’amour et la passion dévorante. Ses illustrations sont envoûtantes et douces et pourtant il s’en dégage une certaine force. Si j’ai compris le lien entre les deux époques, je n’ai malheureusement pas su donner un sens à cette dualité. Je n’ai pas été sensible aux subjectivités délivrées. Je reste donc sur ce sentiment d’inachevé et mitigé. Je suis passée à côté de ce roman graphique dont certain en parle avec frénésie.

LES DOUZE D’ARITSAR, Tome 1 : La vengeance de la Dame, un roman de Jordan Ifueko.

FANTASY

Éditions Nathan

Traduit par Anne Delcourt
Elle était née pour le tuer… elle a promis de le protéger.
L’empereur d’Aritsar gouverne avec 11 conseillers, tous reliés entre eux par le pouvoir du Rayon. Grâce au Rayon, ils sont unis comme des âmes sœurs, et personne ne peut tuer l’empereur – à part un de ses conseillers.
La jeune Tarisaï a grandi dans un palais isolé, loin de la capitale, élevée par une mère mystérieuse.
À onze ans, elle est envoyée à la sélection des conseillers du jeune prince Dayo. Au moment de partir, sa mère l’oblige par un vœu magique à une mission toute autre : elle devra gagner l’amitié de Dayo… puis le tuer.
Tarisaï ne veut pas attendre que la malédiction de sa mère s’accomplisse, elle ne veut être l’instrument de personne.
Mais voilà qu’à seize ans, le temps lui est compté ; son lien avec le prince est plus solide que jamais. Sera-t-elle assez forte pour suivre son propre chemin ?

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2023
464 pages
Disponible au format broché

MON AVIS

Comment ne pas être happée par cette magnifique couverture ?

 

Jordan Ifueko nous plonge dans un univers de magie, de mythes et de malédictions. La terreur qui a décimé les douze royaumes. Un héros qui repousse le mal et qui les unifie. Une paix qui dure depuis des siècles. Mais un vent nouveau semble gronder venant des profondeurs et du désert invitant au changement.
Une petite fille enfermée dans une immense demeure que personne ne peut voir. Un prince intimidé par ses devoirs. Une rencontre fracassante. Ils grandissent ensemble chacun avec leurs démons. Elle, Tarisaï, devra le tuer. Lui, Dayo, devra régner.

 

Les griots chantent au rythme des tambours. Le peuple menace. L’obscurité gronde. Le sang coule. Arriveront-ils à vaincre la malédiction ?

 

Ce roman est vraiment une pure merveille. La majeure partie du roman nous plonge dans les traditions africaines. Mille couleurs m’ont éblouie et façonnent un récit totalement immersif. L’auteure s’applique avec les détails et met un point d’honneur à nous faire comprendre les enjeux et surtout les conséquences. Les personnages sont finement ciselés. Un voyage réussi. L’action n’apparaît qu’aux derniers chapitres et nous promet un tome 2 haletant. La richesse de ce roman se trouve, sans contexte, sur la mise en avant de la culture africaine. Il en émane une très grande force. J’ai adoré la musicalité qui en découle. L’harmonie des mots. Les personnages sont fascinants et découlent d’eux une certaine aura.

 

Un roman à découvrir absolument.

 

POUR NOËL, J’APPORTE LE DESSERT ET UN MEC !, une romance de Ève Borelli.

COMÉDIE ROMANTIQUE

Éditions Harlequin – Collection &H

Depuis toujours chez les Ferreira, c’est Conception, la grand-mère, qui fait la loi. D’après elle, Gina et ses cousins ne sont pas seulement une source constante de déception, non, ils s’acharnent en plus à la priver du plaisir de devenir arrière-grand-mère  : une honte  ! C’est pourquoi elle a décidé de profiter des fêtes de fin d’année pour débarquer en France et les traumatiser remettre dans le droit chemin du mariage.
Mais, si la perspective de passer Noël avec leur aïeule tyrannique ne les enchante guère, Gina et ses cousins y voient aussi l’occasion d’un nouveau pari  : et s’ils donnaient très exactement à leur ancêtre acariâtre ce qu’elle attend  ? Et s’ils se trouvaient tous un +1 pour lui en mettre plein les yeux  ? Gina est confiante  : son meilleur ami est le faux fiancé idéal pour gagner la compétition. Sauf que le destin (ou la magie de Noël  ?) a d’autres plans pour elle. Des plans qui pourraient bien l’inciter à renouer avec Marius, ex-rugbyman mais toujours star locale et, surtout, son amour de jeunesse…

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
282 pages
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Cette comédie romantique est une excellente surprise. J’ai passé un super moment en sa compagnie et surtout je n’ai pas arrêté de rire.

 

Gina est ce qu’on peut qualifier une femme qui a plus d’un tour dans sa poche. Ses ressources sont rarement appropriées à la situation qui se présente à elle. Toutefois elle ne manque pas d’ingéniosité. Gina à la particularité de réfléchir de manière chaotique et le résultat est surprenant, hilarant et inoubliable. Par un mauvais concours de circonstance et contrainte au télétravail, Gina débarque chez sa tante bien plus tôt que prévu. Heureuse de retrouvée sa ville natale, le premier couac d’une longue série la replonge dans ses souvenirs avec Marius, l’irrésistible ex-rugbyman qui lui a donné cinq baisers inoubliables. Sans oublier un voisin un brin mauvais poil, un vilain corbeau qui lui en veut, et une grand-mère acariâtre qui a décidé de maudire sa fille et tous ses petits enfants pour des siècles et des siècles. 

 

Heureusement Gina a tout prévu pour conquérir la place de favorite auprès de sa grand-mère, elle ne pensait pas lui clouer le bec à ce point !

 

Gina est un sacré bout de femme qui se dépatouille à sa manière avec les aléas de la vie. Débordante d’énergie, elle parle sans cesse dans les situations stressantes et devient maladroite. Il lui en faut peu pour imaginer tout un tas de scénarios rocambolesques et catastrophiques qui bien évidemment ne se réalisent pas. J’adore son punch, sa jovialité, ses gaffes, son côté malicieux et sa simplicité sans prise de tête. Cette romance condense une série de rebondissements hors du communs et qui ne manque de vous secouer de rire. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et nous offrent des moments exquis. Le portrait caricatural de la famille portugaise fait sourire et peut être cliché par moment. Le tout ne serait pas complet sans la romance « slow burn » qui est juste à croquer.

 

L’ensemble est totalement irrésistible. J’ai vraiment adoré, dévoré et OMG qu’est-ce que j’ai pu rire !

 

ZUL KASSAÏ, une bande dessinée de J.L. Instin, de Duarte et de Nanjan.

HEROÏC FANTASY

Saga Terres D’Ogon – Tome 1

Éditions Soleil

Au nord d’Ogon on dit que le peuple Kulu est sous la protection des Zul Kassaï, dieux immortels à la peau rouge, Lorsqu’un Tog sanguinaire assassine la famille du jeune Ubu, ce dernier se présente à ses dieux réclamant justice. La décision est prise : les Zul Kassaï ne feront pas la guerre aux Tog. Roass’aa n’est pas de cet avis et décide de braver l’interdit et d’accompagner Ubu en pays tog.
Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2022
64 pages
Disponible au format numérique et cartonné

MON AVIS

Le Monde D’aquilon n’a pas fini de vous dévoiler toutes ces histoires. Après Terres d’Arran où nous avons pu découvrir Elfes, Nains, Orcs & Gobelins et Mages, nous voici plongés dans un univers où hommes et créatures sauvages se partagent un territoire aussi vaste qu’Arran.

 

Ce premier tome est placé sous le signe de la vengeance et de la détermination. Ubu, jeune garçon, loin d’être farouche se doit d’honorer la mémoire des siens qui lui ont été arrachés sauvagement. Tout au long de sa quête qui la mènera auprès des dieux Rouges, les Zul Kassaï, nous découvrons un univers riche : des paysages sublimes, des créatures étranges, des mondes hors du commun.

 

La confrontation sera inévitable. Cette quête initiatique va permettre à ce jeune garçon de grandir, de prendre confiance en lui, d’appréhender la sagesse et l’art de la guerre. Nous assistons à la naissance d’un héros. Ce tome ci se consacre à cette évolution et j’ai été sincèrement frustrée de ne pas connaître le Ubu adulte. J’espère secrètement qu’un éventuel tome lui sera à nouveau consacré.

 

Nous restons toujours dans le même univers graphique que les Terres d’Arran. Une atmosphère que j’apprécie beaucoup avec des illustrations minutieuses et une large palette de couleurs. Tous les personnages sont intéressants dus fait de leurs caractéristiques physiques et mentales. Un héroïc fantasy qui happe et je me suis fait la promesse de suivre les sorties. Rendez-vous pris pour la sortie en mars du tome 2.