NOCES VIKINGS, une romance historique de Aurore Dumas.

ROMANCE HISTORIQUE

Éditions Harlequin – Collection Victoria


Angleterre, 837
Alors que la dernière attaque des guerriers du Nord remonte à plusieurs années, le royaume de Wessex est de nouveau troublé : les Vikings assaillent Winchester, lieu où Emma – désormais jeune novice dans le couvent qui l’a recueillie – vit sous la protection d’Aegina, la belle-fille du roi Egbert. Quelle n’est pas sa surprise quand elle découvre que
Harold de Mercie, l’homme qu’elle refuse d’épouser sous la contrainte, ne semble pas étranger à la venue des envahisseurs sur leur territoire…

 

Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2021
434 pages
Disponible au format poche et numérique

 


MON AVIS

Emma n’avait que ce jusqu’à ce jour funeste, sa seule tante. Les vikings ont massacré toutes les femmes du couvent et mis le feu à ce dernier. Emma a juré devant Dieu de se venger quoiqu’il lui en coûte. Recueillie par Dame Aegina, Emma intègre la cour avec une certaine appréhension. Vite prise sous l’aile d’Aegina, Emma découvre les us et coutumes de la cour. Elle s’épanouit malgré un sentiment toujours ambivalent envers les vikings. Mais la cours a son lot de surprises, de convoitises, de mensonges et de manipulations. Surtout lorsqu’elle fait la connaissance de Harold de Mercie qui est loin de lui être étranger et surtout lui rappelle une terrifiante soirée. Malgré ses répréhensions, Emma se voit obligé d’accepter d’épouser ce malhonnête homme. Elle compte bien assouvir son besoin de justice et ce n’est certainement pas l’arrivée de vikings prenant d’assaut le château qui l’obligera à changer ses plans.

 

Emma est une jeune femme dont son courage est à la hauteur des plus valeureux chevaliers. Intelligente et raffinée, elle n’hésitera pas pourtant à prendre les armes et à combattre. Son entêtement est à la hauteur de sa beauté qui ne lui empêchera pas de braver l’interdit et le sang.

 

Aegina et Harold de Mercie sont des personnages très ambivalents qui vont jouer avec la patience d’Emma. Leurs comportements étranges seront à l’origine de quelques complots.

 

Aurore Dumas signe une romance où l’aventure est de rigueur tout du long. Par ailleurs, l’amour et la passion s’infiltreront peu à peu mais aura véritablement voix à la fin du livre. Les sentiments explosent de toute part mais celle qui prédomine est sans aucun doute celle de la vengeance. Un roman de cape et d’épée version vikings contre anglais. L’histoire ne manque pas de rebondissements et tient en haleine tout du long. Une plume captivante qui nous invite au cœur des mœurs de cette société. Je regrette l’absence de menus détails que j’aime retrouver dans les romances historiques. Si le cadre, l’atmosphère, les us et coutumes, les toilettes et les enjeux historiques sont respectés, il n’en reste pas moins que j’aime trouver de l’inédit référent à cette période de l’histoire. Les personnages sont atypiques et loin d’être lisses. Malgré l’obéissance absolue que doivent les femmes envers les hommes, elles trouvent tout de même le moyen de faire entendre leur voix, objections et leurs désirs.

 

Somme toute, une agréable lecture en compagnie de vikings loin d’être arrogant !

QUAND LA FLAMME S’ÉVEILLE, une romance historique de Julia London.

ROMANCE HISTORIQUE

Éditions Harlequin – Collection Victoria

Série Royales Alliances – Tome 3


Londres, XIXe siècle
Trois ans de ragots et de délicieuses rumeurs en tous genres. Trois ans que Hollis occupe son quotidien de jeune veuve en cultivant le scandale dans la gazette que son défunt époux lui a léguée. Pourtant cela ne fait pas son bonheur…
Et si, pour une fois, elle rendait service à la société en dévoilant les méfaits du mystérieux et séduisant Marek Brendan, prince héritier du royaume de Wesloria ?

 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2021
439 pages
Disponible au format numérique et poche

 


MON AVIS

Holis, rédactrice de la gazette créée par la famille de son défunt mari, se prend au jeu de décortiquer la politique et les potins de Londres avec un certain humour qui ne plaît pas à certains messieurs. Holis est au courant de tout et aime laisser traîner ses oreilles aux aguets d’informations croustillantes. Londres est au cœur de discussions animées qui tentent néanmoins de trouver un terrain de paix entre deux pays en guerre depuis de nombreuses années. Grâce à son entourage est au fait des avancées de ce traité de paix mais la rencontre avec Marek Brendan va changer la donne.

 

Marek est un homme discret mais dont la connaissance des dossiers sur l’économie du pays, en autre, dépasse largement des prérogatives. Marek n’aime pas la compagnie et trouve dans la solitude une bonne compagne. Mais la rencontre avec Holis va changer son point de vue. D’abord elle va l’inquiéter, puis l’intriguer et puis le subjuguer.

 

Une rencontre qui va les porter sur le chemin de la découverte et d’une enquête intrigante.

 

Comme tous les livres de cette saga, ils peuvent se lire indépendamment si vous n’avez pas peur d’être confrontées à un nombre incalculable de personnages que vous ne connaissiez pas d’avance. Et c’est le point essentiel qui m’a gêné tout au long de ma lecture. Beaucoup trop de personnages secondaires dont l’action est rapide et ne dure pas tout au long de l’histoire. Pour moi, il est dérangeant d’avoir à faire tout au long d’un roman, quel que soit le genre d’ailleurs, à une flopée de personnages dont il m’est impossible de me souvenir. C’est agaçant. Cette romance historique n’a d’historique, peut-être, que le cadre de la société anglaise du XIXe siècle, notamment concernant la place des femmes dans cette société. Donc ce tome est le mixage d’un gentil roman policier et d’une belle romance. Les éléments mettent du temps à se mettre en place puis d’évoluer pour un final rapide est sans réel surprise. Cette romance ne répond pas à mes critères, certes exigeants, que j’aime découvrir au cours de mes lectures de ce genre. Certes la plume de l’auteure est captivante mais cela n’aura pas suffi pour me convaincre.

 

SUR ORDRE DU HIGHLANDER, une romance historique de Johanna Lindsey.

ROMANCE HISTORIQUE

Éditions Harlequin – Collection Victoria


Écosse, 1541
Le devoir exige d’elle, joyau du clan Fergusson, qu’elle consente à une union pour sauver les siens. Sheena ne peut taire son indignation. Pourquoi devrait-elle se sacrifier et devenir la promise de Jamie MacKinnion, l’homme le plus redouté des Highlands, alors même qu’on le retient dans les geôles de la Tower Esk ? Il suffirait de si peu pour que ce dangereux pilleur de fermes et semeur de mort disparaisse…

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2021
368 pages
Disponible au format numérique et poche

 


MON AVIS

Malgré une entente entre les deux clans, la paix aura été de courte durée. Des corps ensanglantés et des fermes brûlées, il n’en fallut pas plus à Jamie MacKinnion pour déterrer la hache de guerre et attaquer. Chaque raid sera puni dans le sang et la folie. Le jeune Jamie est prêt à tout pour protéger les siens et les venger. Foi de Highlander !

 

Sheena est l’aînée de la famille. Son caractère, son entêtement font la fierté de son père qui n’a jamais joui de son pouvoir de patriarche sur sa fille qu’il couve avec soins. Sheena est une jeune femme aussi ensorcelante que vigoureuse. Son tempérament de feu la met toujours dans des situations délicates. Le mariage sera fait selon son désir. Un mariage d’amour pour sûr. Un mariage où elle aura sa place et son mot à dire.

 

Alors lorsqu’on lui impose gentiment de se lier à MacKinnion retenu dans la geôle du château, c’est la goûte d’eau qui fait exploser le volcan. Elle est prête à tout tant que cette union ne se fera pas. Prête à tout même à l’exil.

 

Sheena et Jamie, leur histoire est trépidante et totalement addictive. Johanna Lindsey nous plonge dans une romance historique captivante. On y retrouve tout ce qui a aspect aux modes de vie des highlanders avec leurs traits de caractères spécifiques. Un côté, un monde sauvage, destructeur, et de l’autre, un monde bien plus doux mais volcanique. Il y a sans cesse de l’actions et des rebondissements. Les joutes verbales sont fréquentes et j’adore ce petit jeu du chien et du chat initié par les deux héros. Il y a du punch, de l’aventure, une intrigue, de la passion, de la haine, de l’amour. Alors dit comme cela, cette romance historique semble le parfait cliché que l’on retrouve dans cet univers particulier. Oui, mais, non ! Cette romance est si intense que franchement il est difficile de s’en défaire. Il y a ce petit truc qu’insuffle Johanna Lindsey qui rend l’histoire unique et irrésistible.

 

Une excellente découverte dont je sors conquise. Un univers comme je les aime avec tout autant d’éléments qui parfont une romance épique et sans temps mort.

 

LE LYS ET LE CROISÉ, une romance historique de Penny Watson Webb.

ROMANCE HISTORIQUE

Éditions Harlequin – Collection Aliénor

Tome 1


Reims, 1180
Ysance est plus que jamais déterminée. Si elle a trahi le chevalier Amaury de Tonnerre c’était uniquement pour obéir aux ordres de la reine mère Adèle de Champagne. Qu’aurait-elle bien pu faire pour s’opposer au pouvoir, elle, l’orpheline et bâtarde,
élevée à contrecœur par son oncle ecclésiastique ? Pourtant, elle ne peut se résoudre à laisser Amaury périr dans les geôles royales, même si son évasion lui coûte de confesser la vérité…

Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2021
368 pages
Disponible au format  numérique et poche
 

MON AVIS

Penny Watson Webb nous plonge au cœur du XIIe siècle. Un Royaume de France divisé où l’Église règne en maître quant aux décisions prises.

 

Ysance est une bâtarde. Ni mère ni père, seul son oncle ecclésiastique à la botte de la reine mère Adèle de Champagne, veille quelque peu à son bien-être. Ysance gravite autour de la reine mère en tant que dame de compagnie. A 16 ans, la jeune fille s’est écrire,  lire et jouer de la lyre. Sa beauté et son intelligence vont lui valoir quelques désagréments surtout lorsqu’on lui exige de jouer les espionnes et de récolter des éléments qui vont à l’encontre du Roi Philippe, le fils de la reine mère. Piégée, elle ne peut que se soumettre aux ordres et aux exigences de son oncle qui l’enjoint à rejoindre la cour du Roi Philippe et de sa future épouse. Ysance est mal à l’aise mais elle n’a plus de choix. Alors quand elle trahit le seul chevalier lui ayant témoigné une grande sympathie et qui lui a donné son premier baisé, elle s’en mord les doigts. Une machination qui dépasse tout entendement la pousse à commettre un acte impardonnable et licencieux. Elle est prête à tout pour se faire pardonner et malgré les conséquences qu’elle devra surmonter, elle ne peut guère envisager de voir son chevalier moisir dans une cellule.

 

Amaury de Tonnerre connaissait tout de ces agissements, mais il n’a pas su résister à la belle Ysance. Alors quand face à lui, elle commet la faute de mentir sur des agissements ne venant pas de lui, c’est la haine qui a pris le dessus. Une haine viscérale qu’il portera en lui pendant de nombreuses années. Une haine violente dont il ne se débarrassera jamais.

 

Penny Watson Webb fait partie de ses autrices françaises que j’aime lire. Elle nous propose ici une romance historique bien différente des précédentes. Une romance où la violence et le rejet sont omniprésents. L’aspect historique est toujours mis en valeur. Les descriptions des décors, vestimentaires et autres sont relativement efficaces et nous plongent dans une ambiance qui tend à se rapprocher d’une certaine réalité, même si cela reste de la fiction. J’apprécie toujours autant le fait que l’autrice ancre son histoire autour de faits réels avec des personnages qui ont réellement existé. C’est un point qui me semble essentiel pour une romance historique. Outre la violence, l’autrice défend l’amour avec force et hargne auprès d’une héroïne malmenée mais qui fait preuve d’un courage incommensurable. L’aspect des croisades est à mes yeux que légèrement exploité. Il est vrai que j’en attendais davantage sur ce point ci, mais il fait juste figure d’un prétexte pour l’histoire. Je sors de cette lecture avec un sentiment mitigé concernant surtout la violence qui transparaît. Les protagonistes de l’histoire sont à la fois rustres et tendres, emprisonnés dans un monde où tout est contrôlé et la survie ne tenant qu’à des manipulations. L’amour est timide tout au long du roman. J’ai hésité à lire le tome 2, mais j’avoue qu’à la lecture du résumé et des personnages, je me suis laissé convaincre.

 

Le lys et le Croisé est une romance histoire sombre au cœur du Royaume de France où complots ne riment pas avec amour et que les combats sont discontinus.

 

 

La chronique des Bridgerton, tome 3 : Benedict de Julia Quinn

Romance historique – Intégrale sortie en mars 2021
Editions J’ai lu

Ma note : 5/5 mention « Incontournable 2021 »


Résumé : Comme le rapporte la mystérieuse lady Whistledown dans sa chronique mondaine, on a vu, lors du bal masqué organisé par les Bridgerton, Benedict, le cadet de la famille, en compagnie d’une ravissante inconnue.
Mais à minuit, la belle s’est enfuie. Depuis, il a beau la chercher dans tout Londres, elle semble s’être évaporée. Qui pourrait se douter que sous le masque de soie noire se cachait Sophie Beckett, fille illégitime du comte de Penwood, haïe par sa marâtre qui la cantonne à l’office ? Quand Benedict croisera de nouveau Sophie, saura-t-il la reconnaître sous ses habits de domestique?


L’avis de #Lilie :
Ah, la chronique des Bridgerton ! Pour moi, c’est devenu un petit rituel de me plonger dans un tome de cette saga dès que j’ai besoin d’une lecture réconfortante. Encore une fois, l’autrice a fait mouche grâce à cette histoire consacrée à Benedict, un personnage assez mystérieux mais tellement charismatique.

Nous retrouvons donc ici Benedict, le second fils de la famille Bridgerton. Protégé par ce statut de second, il n’est pas pressé de se marier et entend bien trouver la perle rare. Il pense l’avoir rencontrée lors d’un bal masqué mais après le douzième coup de minuit, elle a disparu. Près de deux ans après, au cours d’une soirée chez une connaissance, il rencontre Sophie, une servante malmenée par un groupe d’hommes ivres. Benedict prend sa défense et l’emmène avec lui. Immédiatement, un lien semble se créer entre eux mais vu leurs conditions sociales opposées, toute histoire d’amour semble compromise. Pourtant, pourront-ils lutter contre cette attraction ? Sophie est-elle vraiment une servante ordinaire ? Tous deux, sauront-ils s’accorder et se parler afin de permettre à une éventuelle histoire de voir le jour ?

Dès ma lecture du tome 1, j’ai apprécié le personnage de Benedict. C’est un homme qui semble intègre, avec un grand cœur, préoccupé par les siens malgré une certaine nonchalance apparente. Artiste dans l’âme, il a dans l’idée de trouver celle qui saura faire battre son cœur. Il cherche une épouse qui sera aussi son amie, sa confidente et sa maitresse. Exigeant, il refoule nombre de ses prétendantes jusqu’à sa rencontre avec la belle inconnue du bal. Sa fraicheur, le mystère autour de son identité et son humour vont tout de suite faire mouche. Malheureusement, elle disparaît, emportant avec lui tout espoir de vie heureuse. Quand il recroise Sophie deux ans plus tard, en habit de domestique, il ne la reconnaît pas mais entre eux, l’alchimie est évidente. Sophie n’a pas eu beaucoup de chance dans sa vie. Née « bâtarde », elle a été élevée dans la maison de son père mais n’a pas reçu d’amour. Haïe par sa belle-mère, elle devient même servante dans sa propre maison au moment de la mort de son père et est chassée du jour au lendemain. Ainsi, elle n’ose pas se livrer, de peur d’être de nouveau rejetée. Pourtant, sa rencontre avec Benedict va la bouleverser tant cet homme la trouble et semble la comprendre. Entre eux, une complicité naît rapidement, remplacée ensuite par une tension sexuelle et une attirance indiscutable. C’est une relation électrique, qui avance sur courant alternatif mais qu’on prend plaisir à voir prendre forme sous nos yeux.

Comme je le disais en introduction, encore une fois, je me suis prise au jeu et j’ai été piégée par ce tome des chroniques des Bridgerton. En effet, j’ai adoré les deux protagonistes, que ce soit au niveau de leurs caractères, de leurs joutes verbales ou dans leurs manières d’aborder la vie. On voit beaucoup Violet Bridgerton et on la découvre, telle une mère louve, prête à tout pour aider ses enfants à trouver le bonheur et à protéger les siens coûte que coûte. Il faut être honnête, l’intrigue est clairement une réécriture de Cendrillon mais ça ne m’a pas du tout dérangé tant Sophie semble loin de l’image que je me fais du personnage du conte de fées. Quand on se lance dans une saga avec des tomes compagnons, il y a toujours un risque de lassitude. Ici, ce n’est pas du tout le cas car l’histoire est très différente des deux précédentes. Comme toujours, la plume de l’autrice a réussi à me transporter dès les premières lignes et j’ai vraiment eu du mal à poser mon livre avant de l’avoir terminé.

Pour conclure, le tome 3 de « la chronique des Bridgerton : Benedict » est une jolie romance historique même si elle est librement inspirée de Cendrillon. Néanmoins, Sophie et Benedict sont deux héros hauts en couleur qui méritent d’être découverts et appréciés pour leurs valeurs et la pureté de leurs sentiments.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions J’ai lu

Retrouvez ici mon avis sur le tome 1 : Daphné et le Duc

Retrouvez ici mon avis sur le tome 2 : Anthony

 



Des noces à l’écossaise de Laura Black

Romance historique – Sortie en juin 2021
Editions Harlequin – Collection Victoria

Ma note : 3,5/5 mention « jolie découverte »


Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Harlequin pour m’avoir envoyé ce roman en service presse.

Résumé : Écosse, 1795
Pour sauver son père et sa tante de la misère, Prudence est prête à tout. Tout, y compris quitter sa paisible vie de recluse pour lier son destin à celui de Zane Mac Fergall, richissime séducteur écossais, qui semble lui aussi contraint à cette alliance pour régler les dettes de jeu de son lord de père. Un homme qui, sous ses dehors taciturnes, se sacrifie lui aussi pour les siens. Et qu’il devient dès lors plus difficile de tromper de la plus malhonnête des façons…


L’avis de #Lilie : La romance historique, est, je crois, une véritable révélation pour moi. Un peu hésitante au départ, je me suis lancée depuis un an dans la lecture de ces romances et je suis rarement déçue. Dans celle-ci, nous partons en Écosse et j’ai pu constater que les écossais ont un sacré caractère….. mais cachent aussi un grand cœur.

Nous faisons ici connaissance avec Zane Mac Fergall qui, à la suite d’une entourloupe de son beau père, doit se marier avec la fille d’un homme qu’il n’estime pas du tout. Pourtant, la cohabitation avec son épouse va se révéler pleine de surprises et cette dernière semble bien différente de la réputation qui lui colle à la peau…. Pourtant, les apparences peuvent parfois être trompeuses… Zane va-t-il succomber à son épouse ? Prudence va-t-elle se faire à la vie en Écosse ? Entre les deux protagonistes, un amour sincère va-t-il naître?

Prudence est une jeune femme qui a été abandonnée à sa tante quand elle était encore enfant. Elle a grandi dans un foyer simple et a appris à apprécier les choses de la vie. Quand elle se retrouve obligée d’épouser Zane, elle n’hésite pas longtemps car elle sait qu’elle pourra, ainsi, aider sa tante à améliorer son quotidien. Ce qu’elle n’a pas anticipé, c’est le charisme de son futur époux. Froid en apparence, tendre et chaleureux dans l’intimité, il est un personnage complexe qui ne se livrera pas facilement. Échaudé par la fin tragique de son premier mariage, il s’est forgé une carapace ne souhaite laisser personne atteindre son intimité et son cœur.

Cette romance historique m’a fait passer un bon moment. Tout d’abord, le cadre historique semble fidèle et l’autrice arrive à nous plonger dans l’ambiance du 18ème siècle, une période où les femmes n’avaient pas leurs mots à dire. L’intrigue est prenante et même si j’ai trouvé certains passages un peu « tirés par les cheveux », je ne me suis pas ennuyée une seconde tant les rebondissements sont nombreux. La romance prend toute sa place dans l’histoire et quelques scènes érotiques viennent faire monter la température. Émotionnellement, on passe par plusieurs phases car on espère, on est touché, on est désespéré et on retient, assez souvent, notre souffle. La narration est à la 3ème personne mais le narrateur suit tantôt Zane, tantôt Prudence, ce qui permet de mieux les comprendre et d’appréhender la situation, complexe, dans son intégralité. Dans l’ensemble, l’histoire est très agréable mais certains rebondissements m’ont fait lever les yeux au ciel. Malgré tout, c’est une jolie découverte et je compte bien lire les autres écrits de l’autrice sortis, ou à sortir, dans cette collection.

Pour conclure, « Des noces à l’écossaise » est une jolie romance historique avec des personnages passionnés, une intrigue surprenante et une plume addictive. Une lecture parfaitement dépaysante !

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Harlequin

La dernière chamane de Julie Saurel

Romance fantastique – Sortie en mars 2021
Editions Plumes du Web – Collection Opale

Ma note : 4,5/5 mention « autrice à suivre »


Résumé : Un paiement. Rien qu’un petit paiement…
Dans un monde où les humains ont été réduits à l’esclavage et répartis en différentes castes sous le joug des Surnaturels, Jenny appartient au bas de l’échelle sociale : les Aturales. Elle n’est rien. C’est pourquoi les siens n’hésitent pas à la livrer au clan MacFillan, de puissants lycanthropes établis en Écosse, pour régler leur dette.
Mais celle qui ne devait être qu’une marchandise va vite faire tourner les sens des loups présents au château et ébranler bien des convictions. D’autant qu’elle se refuse à leur obéir. Surtout à ce rustre de Keir, le fils cadet des MacFillan, aussi collant qu’agaçant. Elle est particulière, il le sent. Le sait… et n’est pas le seul à s’en rendre compte.
Utilisée, convoitée et mise à prix, le danger rôde autour de la jeune femme, dont les alliés se révèlent plutôt surprenants. Pour sauver sa peau et dévoiler les secrets du château, Jenny est désormais prête à bousculer l’ordre établi.


L’avis de #Lilie : Dès sa sortie, ce roman m’a tapé dans l’œil. Je l’ai finalement lu rapidement grâce à l’organisation de lectures communes sur les réseaux sociaux et je ne regrette pas du tout de m’être lancée tant j’ai passé un bon moment en compagnie de Jenny et de Keir.

Nous faisons ici connaissance avec Jenny, une humaine qui a été donnée par les siens à un clan de loups-garous pour payer une dette. Dans ce monde, les humains sont réduits à l’esclavage et ils ne représentent rien de plus qu’une monnaie d’échange. Jenny a bien du mal à accepter cet état de fait et son arrivée dans la meute des MacFillan ne sera pas de tout repos pour elle ni pour les membres du clan. En effet, sa présence met tout le monde en émoi. Pourquoi ? Est-elle vraiment une simple humaine ? Pourquoi Keir se montre-t-il tantôt prévenant, tantôt si froid avec elle ?

Jenny est une héroïne qu’on peut qualifier de « badass ». En effet, elle n’est pas du genre à accepter sans rien dire le sort qui lui est réservé et elle est loin d’avoir sa langue dans sa poche. Rapidement, elle se rend compte qu’elle peut parler avec des fantômes et cette faculté est loin d’être une évidence ni un don répandu à l’époque où elle vit. Très vite, elle va attirer l’attention de Keir, le fils cadet de la meute qui va se mettre à la défendre et à prendre soin d’elle. Entre eux, c’est le jeu du chat et de la souris mais est-ce une bonne chose qu’ils se rapprochent ? C’est un personnage complexe qui m’a beaucoup plu. J’ai également beaucoup aimé Nathanael, un autre membre de la meute qui va se montrer tantôt touchant, tantôt maladroit mais surtout loyal et courageux.

On est passé à deux doigts du coup de cœur. Selon moi, il y a un petit problème de rythme dans le roman. En effet, j’ai trouvé le début de l’histoire très lent mais c’était nécessaire pour poser les bases de l’univers et nous présenter les personnages. A un moment donné, tout s’accélère et là, on est submergé par les informations et je regrette de ne pas avoir eu plus de détails sur certains passages mais aussi sur les dons des chamanes. Ainsi, j’ai trouvé un petit déséquilibre qui me laisse un peu sur ma faim mais croyez-moi, cette lecture est quand même très bonne. En effet, la plume de l’autrice est fluide, visuelle et elle nous présente des protagonistes hauts en couleurs et un univers très original. J’avoue qu’une suite serait la bienvenue tant j’ai été frustrée de devoir laisser Jenny et Keir. Pour certains, la romance prend le pas sur le côté fantastique. Personnellement, ça ne m’a pas dérangé car c’est une relation « ennemie to lover » qui se construit pas à pas mais aussi à grand renfort de piques et d’humour.

Pour conclure, « la dernière chamane » est une jolie découverte. Julie Saurel signe un premier roman réussit qui a su me transporter dans le temps et en Écosse. Adeptes de romances fantastiques avec une héroïne badass, n’hésitez plus et laissez-vous tenter !

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes du Web

Les échos du temps, tome 1 : Automne de Juliette Pierce

Romance fantastique- Roman sorti en février 2021
Editions MXM Bookmark – Collection Infinity

Ma note : 4/5 mention « univers à découvrir »


Résumé : Il est venu pour la tuer, mais le destin en a décidé autrement !
Il existe deux types de sorcières. Les gentilles qui utilisent leurs pouvoirs pour faire le Bien, et les méchantes. En tant que descendant d’une lignée de chasseurs, l’objectif de Shade est de toutes les exterminer, sans distinction.
Sur les traces de sa première victime, c’est finalement lui qui tombe dans le piège tendu par Rune, la sorcière qu’il a prise en chasse. Lié à elle à cause d’un sort, il est contraint de se lancer à corps perdu dans une quête qui n’est pas la sienne. Rune arrivera-t-elle à dompter l’impatience de son ennemi ? Ses pouvoirs suffiront-ils à les protéger de la mort ?


L’avis de #Lilie : Voici ma deuxième « saga » de Juliette Pierce entamée en cette année 2021. Encore une fois, j’ai largement été influencée par les réseaux sociaux pour cette découverte mais ayant envie d’élargir mes lectures, je prends les avis là où je les trouve. Ici, je m’attendais à un roman fantastique, dans un monde de sorcières. J’ai découvert un univers riche et complexe mais regrette, un peu, que la romance prenne le pas sur l’intrigue politique.

Nous faisons ici connaissance avec Shade, un chasseur vivant à Paris et partant pour sa première mission en compagnie de son frère. Croisant une sorcière prénommée Rune, il tente de l’arrêter mais est pris au piège par cette dernière qui l’emmène dans son monde. Là-bas, Shade va découvrir une vie bien différente de celle qu’il vit, même s’il va aussi se rendre compte que simple humain ou sorcier, tous sont atteints des mêmes vices et mêmes envies de pouvoir. Shade et Rune vont-ils réussir à cohabiter ? Shade pourra-t-il rentrer dans son monde ? Rune est-elle prête à tous les bouleversements que va connaître sa vie ? Shade acceptera-t-il ses sentiments naissants pour Rune ?

Shade vient d’une famille de chasseurs et on sent que c’est un homme qui n’a pas eu une vie facile. Ses relations avec son frère semblent tendues et sa proximité avec sa sœur est touchante. Tout au long de sa « captivité », il va se montrer tantôt calculateur, tantôt prévenant, et on sent en lui un besoin de bien faire les choses et d’être le plus droit possible dans ses bottes. Sous son air arrogant se cache un homme très attachant. Rune, quand à elle, est une jeune femme pleine de fougue qui, en capturant son chasseur, va chambouler son destin. Appelée à la cour, elle va se rendre compte que les apparences sont souvent trompeuses et les jeux de pouvoirs toujours aussi présents, malgré la paix et l’harmonie de façade. Elle paraît un peu maladroite et naïve mais je la sens surtout dépassée par tout ce qui lui arrive.

Ce tome un est une jolie découverte même si, pour moi, il y a un petit problème de rythme. En effet, j’ai trouvé des passages très longs et d’autres très rapides. Il me semble que c’est le premier écrit de l’autrice et ces petits défauts ont été rectifiés par la suite (ayant lu « nos âmes louves » au printemps, je n’avais pas ressenti cela). En revanche, j’ai trouvé l’univers des sorcières dingues, très riches et très intéressant à découvrir. Les protagonistes principaux sont attachants et j’ai adoré les suivre même si je regrette que la romance ait pris le pas, à un certains moment, sur le reste. L’intrigue politique est un peu complexe et j’attends beaucoup du tome 2 pour savoir comment tout cela va finir. Niveau narration, l’alternance des points de vue est très intéressante et nous permet d’avoir une vue d’ensemble de la situation mais aussi, par moment, de nous poser des questions. Enfin, la plume de l’autrice est immersive car elle nous entraine totalement dans ce monde parallèle et elle est aussi un peu cruelle, en nous laissant, encore une fois, dans un état de stupéfaction et de doute total à la fin.

Pour conclure, « Automne » est un premier tome réussi car il entraine son lecteur dans une histoire avec peu de temps morts et se termine en apothéose. J’ai hâte de découvrir la suite et fin qui sort cet été pour savoir ce que l’autrice réserve à notre duo infernal mais aussi ce qui va advenir du monde des sorcières.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions bookmark
Retrouvez l’univers de l’autrice sur sa page Facebook



Nos âmes louves, tome 1 : Dans le noir de Juliette Pierce

Romance fantastique – Sortie le 26/02/2021
Editions Black Ink – Collection Fantas’Ink

Ma note : 4.5/5 mentions « original » et « incontournable 2021 »


Résumé : Freya vit avec sa meute dans les forêts glaciales de Norvège. Maudite par les dieux nordiques, elle est incapable de se transformer en louve. Contre toute attente, le beau Caïn, héritier d’une puissante meute rivale, devient son allié. Mais leur relation bascule lors d’une terrible nuit qui la force à s’enfuir et abandonner les siens.
Comme si être une demi-louve ne suffisait pas, la mort de sa mère, son alpha, ne lui laisse pas le choix. Elle doit retourner sur ses terres, affronter Caïn et prendre les rênes de sa meute.
Résolue à suivre sa destinée, Freya voit sa détermination faillir lorsqu’un alpha à l’aura ténébreuse débarque en ville pour lui proposer un mystérieux pacte. L’encre sur sa peau l’hypnotise plus que de raison et elle perd pied.
Tiraillée entre son cœur et son destin, elle remet tout en question. Les dieux nordiques l’ont déjà privée de sa nature de loup ; seraient-ils capables de la précipiter vers sa chute ? Aujourd’hui, ils la mettent en garde : certaines passions finissent dans le sang.


L’avis de #Lilie : J’ai découvert ce roman sur Bookstagram. Cette année, en lecture, j’ai envie de nouveauté, de changement, et comme je le dis fréquemment, je me rends compte que je ne lis pas assez, à mon goût, de romans se passant dans des univers fantastiques. J’ai donc craqué, au moment de la sortie du tome 2, pour m’offrir la duologie de « Nos âmes louves« . Je tiens à signaler ici le travail remarquable des éditions Black Ink qui préparent des couvertures magnifiques et savent magnifier l’objet livre grâce à des illustrations au début de chaque chapitre. Concernant l’histoire, en toute honnêteté, malgré tout ce que j’avais entendu dessus, j’étais loin d’imaginer toutes les surprises réservées par l’autrice et je ne m’attendais pas à tant de rebondissements.

Nous faisons ici connaissance avec Freya, fille de deux alphas d’une tribu norvégienne de loups-garous. Malheureusement pour elle, elle est maudite et incapable de se transformer en loup. Ayant besoin de prendre l’air, elle disparaît en Grèce le temps d’un été mais la disparition de sa mère l’oblige à revenir au pays et à modifier ses projets. Une fois de retour, elle se retrouve avec plein de questions en tête et coincée entre Caïn, son promis de toujours, et Lev, un alpha venu du Danemark, soit disant sur demande de la mère de Freya. Que lui veut ce bel alpha arrivé en ville ? Ses intentions sont-elles bonnes ? Et Caïn, où en est-elle avec lui ? Sa mère est-elle vraiment morte, comme tout le monde semble le penser ? Pourquoi les Dieux semblent-ils si en colère ?

Freya est une jeune Syk, c’est-à-dire une jeune loup-garou qui a son âme de loup mais qui ne peut pas se transformer. Même si elle fait partie intégrante de la meute, Freya souffre de ce « handicap » et a bien du mal à se décider sur son futur. Têtue, courageuse, elle a beaucoup de cœur et a tendance à foncer avant de réfléchir. L’arrivée de Lev va la perturber mais aussi l’obliger à se poser les bonnes questions concernant son avenir. Lev, c’est un bel alpha arrivant d’une grande meute danoise. Brun, musclé, tatoué, il va tout de suite mettre les sens de notre héroïne sans dessus-dessous. Venu à la demande de la mère de Freya, il va l’aider dans sa quête, se montrant prévenant, attentif et un brin charmeur avec elle. Mais Freya a-t-elle raison de lui faire confiance alors que sa vie est en pleine transformation ? Concernant Caïn, c’est l’ami de toujours, devenu son amoureux au fil du temps et une épaule sur laquelle elle a toujours pu s’appuyer. Fils d’alphas d’une meute rivale, il n’est pas l’héritier donc son union avec la jeune Syk pourrait lui permettre de devenir, malgré tout, alpha. Étudiant en médecine, il a la tête sur les épaules et tient plus que tout à celle qui est son amour de toujours. Mais que s’est-il passé avant l’été pour que Freya s’éloigne ? Joue-t-il franc-jeu avec elle ? Pourquoi voit-il Lev comme une menace?

Autant le dire haut et fort, j’ai été totalement conquise par ce roman. Tout d’abord, la plume de l’autrice est magique, tout comme l’univers dans lequel elle nous plonge. Mélange entre bit-lit et mythologie nordique, l’univers proposé et très riche, détaillé mais aussi très bien expliqué. Dès le départ, on est en totale immersion auprès des meutes et des différents personnages. On ressent tout de suite une ambiance un peu pesante, remplie de mystères, qui n’aura de cesse de s’épaissir au fil des chapitres. L’intrigue est racontée du point de vue de Freya et j’ai trouvé intéressant de pouvoir suivre ses questionnements et de la voir évoluer. La fin arrive presque trop vite et quand la mention « à suivre » apparaît, j’ai eu envie de hurler, de crier tant Juliette Pierce nous laisse, ainsi que ses personnages dans une situation incroyablement frustrante et inconfortable pour eux. Je ne regrette pas mon choix d’avoir le second tome sous la main afin de ne pas rester dans cette incertitude insupportable !! Un grand bravo à l’autrice pour avoir su jouer avec mes nerfs et pour m’avoir subjuguée avec cette lecture !

Pour conclure, « Nos âmes louves, tome 1 : Dans le noir » est une romance fantastique mêlant l’univers des loups-garous et la mythologie nordique. Si vous recherchez une histoire avec une héroïne forte, arrivée à un point clé de sa vie et devant affronter son destin, n’hésitez plus et embarquez direction la Norvège !

Retrouvez ce roman sur le site de Black Ink Editions

LE FEU DES FORGES, une romance historique de Penny Watson Webb.


Norvège et France, 909
Jodelle a toujours tenu à son indépendance. Mère, amante hors des sacrements du mariage et forgeronne à Lisieux, elle possède un caractère aussi volcanique que son activité. Aussi, face aux hommes de Rollon, le terrible Viking venu occuper les terres cédées par le roi Charles, elle est bien déterminée à résister en fabriquant des armes pour tous les villageois. Jusqu’à ce qu’on lui amène un guerrier du Nord blessé, un homme aussi vulnérable que troublant, qu’elle ne peut se résoudre à condamner…

Penny Watson Webb fait partie de mes auteures favorites de romances historiques et française. Des histoires où les détails ont leur importance et où tous les aspects de la société mis en exergue sont respectés. Des recherches minutieuses qui apportent une touche non négligeable et que j’aime retrouver dans mes lectures.
Direction ce qui est de nos jours la Normandie, territoire cédé aux Vikings au cours de l’an 909 par le roi Charles, alors roi des Francs. Ainsi Paris sauvé de la barbarie du peuple du Nord, ces terres sont données dans le but premier de faire barrière à d’autres envahisseurs.
Les hommes jusqu’alors sous le pouvoir de Rollon prêtent allégeance au Roi Charles. Les jarls deviennent ainsi des duc chassant de leurs royaumes les anciens dirigeants.

Lisieux est une bourgade paisible où les maîtres sont à l’écoute des habitants. Jodelle est la maîtresse forgeronne. Veuve par deux fois, elle considère sa liberté comme acquise et ce n’est pas son nouvel amant, père de son futur enfant, qui lui dictera sa vie malgré tous les bons sentiments qu’elle ressent pour lui. Alors que les vikings sont en route pour prendre possession de leurs nouveaux biens, les seigneurs du château ne peuvent pas se résoudre à quitter les lieux. C’est arme au poing qu’ils les reçoivent. La défaite est là dans le sang. Le seigneur du château est abattu, les gens du village réfugiés dans les grottes avoisinantes attendant les nouvelles du château sont transis de peur. En guerriers victorieux, les viking partent à leur recherche. Jodelle ne peut pas se résoudre à être sous la coupe des barbares et s’enfuit avec sa grande fille et son fils. Rattrapés par les barbares, elle fait la connaissance de Rurik et son fils. Une rencontre aussi  violente que déstabilisante prémices de longues journées angoissantes.

Jodelle est une femme sûre d’elle et qui ne veut pas se laisser marcher sur les pieds. N’ayant pas sa langue dans sa poche et vivant comme une pécheresse, elle n’est pas très apprécié des gens du village. La tranquillité et le bien-être de ses enfants sont son unique préoccupation. Ils sont tout pour elle et elle est prête à tous les sacrifices pour leur sécurité et leur sérénité, même à accepter de devenir l’épouse du barbare qui a décidé qu’elle, ses enfants, sa maison et sa forge seraient à lui dorénavant.

Rurik est une force de la nature. Considéré par les siens comme étant un bersek, il est tout aussi craint que respecté. Main droite du nouveau duc qui est autre que son meilleur ami, Rurik est à l’aise pour dire ses pensées telles qu’elles sont. Sous cette carapace de dur à cuire, se cache un homme blessé par l’assassinat de sa femme et de son fils. A l’écoute, attentif aux dires de sa nouvelle femme, il a une sacrée patience et la main sur le cœur. Un homme loin d’être orgueilleux ou égoïste, il est prévenant. Au contraire, Jodelle est une femme au caractère alambiqué. Elle désire tout autant quitter ce nouveau foyer imposé mais elle est retenue par ses enfants. Ce n’est pas un personnage auquel je me suis attachée. Son caractère parfois excessif m’a fait grincer des dents même si cela est compréhensible par sa situation.

Rurik et Jodelle, c’est toute une histoire aussi complexe que passionnante. Entre leurs obligations respectives, leurs us et coutumes, leurs désirs et leurs convictions, ce duo est explosif. Une intrigue s’installe tout au long de l’histoire qui dans un premier temps ternira leur relation naissante.

J’ai beaucoup apprécié l’atmosphère associée à cette romance historique. D’un côté les vikings avec leurs bagages et de l’autre les habitants du village qui doivent s’adapter à leur nouveau environnement. Les détails du quotidien et de la société sont une mine précieuse pour l’amatrice d’histoire que je suis. Penny Watson Webb les met parfaitement en avant et elle ne laisse rien au hasard. Une romance historique époustouflante par cet aspect historique, addictive grâce à ce scénario haletant et captivant grâce aux personnages quelque peu turbulents.

Un nouveau sans faute pour l’autrice !

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin

… mes avis sur d’autres romances historiques de Penny Watson Webb, clique sur les photos pour les découvrir.