CONTES JAPONAIS, un beau livre de Shiitake.

CONTE – BEAUX LIVRES

Éditions Le Héron d’Argent


Il était une fois…
La création des îles du Japon. La danse d’Ame-no-Uzume, la déesse de l’Aurore. Un démon amoureux de l’impératrice Sumedono. Un mystérieux flûtiste à la passion dangereuse. Un fils escargot astucieux.
Tous ces récits japonais et bien d’autres encore, sont rassemblés dans cet ouvrage.
 
Saviez-vous que le dieu des tempêtes Susanoo avait enivré le serpent à huit têtes Yamata-no-Orochi avec du saké ?
Que le pêcheur Urashima Taro avait scellé son destin en sauvant une tortue ?
Que Kaguya, la princesse de la Lune, avait rendu fou d’amour l’empereur lui-même ?
Que le palais du Bord de l’Eau était hanté ?
Qu’une renarde kitsune à neuf queues dorées avait commis des méfaits durant près de deux millénaires ?
Esprits yokai, divinités, animaux surnaturels et princesses vous attendent.
Bienvenue au merveilleux Pays du Soleil-Levant…

 

 

Ma note : 5/5
96 pages
Nouveauté 2022
Disponible au format grand album avec dorure or

 


MON AVIS

Voici un beau livre tout aussi magnifique que subjuguant.

 

Si la culture japonaise (au sens mythologique) t’intéresse, voici un livre qu’il te faut absolument. Le pays du Soleil Levant est pour moi un vrai mystère attrayant. Je considère cette nation comme hors du temps qui allie modernité et  spiritualité avec cette aisance si particulière.

 

Vanessa Callico et Shiitake t’ouvrent ce monde. Le premier sentiment que j’ai ressenti est l’émerveillement. Les illustrations sont d’une qualité rare et d’une beauté à te couper le souffle. Une harmonie parfaite entre les traits du dessin et les couleurs. Des illustrations que j’ai admirées pendant de longues minutes avec une certaine curiosité et qui apaisent.

 

Haïku, poésie, conte et légende Vanessa Callico nous propose un large éventail d’histoires toutes aussi surprenantes les unes que les autres. De la création de l’île, en passant par les divinités, la nature, les animaux et les hommes, j’ai su apprécié tous les aspects évoqués et me rendre compte de la richesse d’une autre culture. J’ai remarqué que le thème de la mort est très présent mais qu’elle n’a pas la même signification que la nôtre. Il y a également les thèmes du partage, de l’abondance, de l’amour, de l’héroïsme, de la générosité.

 

Les éditions Le Héron d’Argent proposent de nombreux beaux livres de quoi ravir votre curiosité.

 

Je ressors de cette lecture, les yeux plein d’étoile. Quelle découverte !

 

LES PETITS MONARQUES, une bande dessinée de Jonathan Case.

SCIENCE-FICTION

Éditions Dupuis


Cela fait cinquante ans que la maladie du soleil a annihilé presque toute vie mammifère sur la Terre, et le monde retourne lentement à un état naturel. Les rares communautés humaines à avoir survécu se protègent sous terre, et ne peuvent sortir que la nuit.
Mais aujourd’hui, deux humaines parviennent à vivre et à voyager librement à la lumière du jour : Elvie, 10 ans, et sa gardienne Flora, une biologiste qui a fait une incroyable découverte. À l’aide de quelques écailles issues des ailes de papillons Monarques, Flora a créé un antidote à la maladie du soleil.
Suivant la migration des Monarques à travers ce qui fut la partie ouest des États-Unis, Elvie et Flora sont déterminées à développer un vaccin et à le partager avec tout le monde. Vont-elles y parvenir ? Ou seront-elles victimes d’un désastre naturel, de la maladie ou des personnes mêmes qu’elles cherchent à aider ?

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
256 pages
Disponible au format cartonné

 


MON AVIS

Comment ne pas succomber à cette couverture ? Je la trouve qi magnifique, remplie d’espoir, de bonheur. Pourtant la tragédie est au cœur de cette bande dessinée. Le soleil est devenu mortel pour tous les mammifères les obligeant à rejoindre les profondeurs de la Terre. Cependant l’espoir subsiste en la personne de Flora, biologiste qui a mis au point un médicament quotidien et tente à tout prix de trouver un vaccin. Elle est accompagnée de la pétillante Elvie, 10 ans qui croque le monde sur son cahier. Courageuse, ingénieuse, pimpante, elle est cette bouffée d’oxygène. Ensemble elles parcourent les routes à la recherche des Monarques, ces jolis papillons qui recèlent en eux la solution.

 

Une épopée semée d’embûches, de rencontres, de danger et d’espoir. Le scénario est vraiment captivant dans la veine de « je suis une légende » de Richard Matheson. Les personnages sont touchant tout autant que leurs parcours de vie. Une énergie phénoménale parcourt ce récit. Les illustrations sont sublimes et lumineuses. Une bande dessinée remarquable et terriblement émouvante.

LE GRAND MORT – Intégrale 2, une bande dessinée de Loisel, de JB Djian, de Mallié et de Lapierre.

FANTASTIQUE

Éditions Glénat – Collection Vents d’Ouest


Un monde détruit. La quête d’une vérité.
Rescapées du tremblement de terre qui a dévasté Paris, Pauline et Gaëlle tentent par tous les moyens de retourner en Bretagne. Ici aussi, la catastrophe a frappé. Elle s’est même visiblement répandue à l’ensemble de la planète. Naviguant au milieu des décombres en compagnie d’Erwan,
Blanche découvre peu à peu la nature du lien qui l’unit à cet étrange garçon de l’autre monde, Sombre. Erwan mesure quant à lui l’étendue des inquiétants pouvoirs de la petite fille… Ensemble, ils commencent à rassembler les pièces du puzzle dans ce monde détruit. La prêtresse hermaphrodite du Petit Monde aurait utilisé Pauline pour intervenir sur leur réalité par l’intermédiaire de Blanche. Erwan serait son unique espoir.
Retrouvez dans cette deuxième intégrale, regroupant les quatre derniers tomes de la série, l’univers du Grand mort, entre fantastique et récit post-apocalyptique. Ce magnifique ouvrage, augmenté de contenus additionnels de choix (croquis, recherches, illustrations), sera l’occasion de redécouvrir cette ambitieuse fable écologique imaginée par Loisel et Djian, et mise en image par la plume puissante et inspirée de Vincent Mallié.

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
272 pages
Disponible au format cartonné et numérique

 


MON AVIS

J’ai pu enfin lire cette seconde intégrale qui regroupe les derniers tomes de la série de 5 à 8.

 

 

Rien ne va plus, nulle part. Le monde s’écroule comme un vilain château de cartes. Les tremblements de terres, les phénomènes météorologiques violents et inexpliqués, les épidémies, la violence des hommes s’abattent sur le monde. Une course poursuite contre le temps est lancée. Pauline et son amie doivent à tout prix rentrer de Paris où elles ont pu récupérer la potion. Pendant que de son côté, Erwan découvre une petite fille atypique et un peu flippante.

 

 

Fable écologique, décor post-apocalyptique, difficile de ne pas faire un certain parallèle avec la réalité. Les auteurs nous proposent un scénario totalement haletant et terriblement efficace. Les personnages sont davantage dans l’entraide que dans le conflit. Leurs liens se renforcent. Les illustrations bien sûr sont excellentes. Le chaos, l’impuissance des personnages, le côté fantastique, les émotions sont parfaitement mises en scène. Si les enfants sont avant tout le symbole de la pureté, ici ce sont la destruction et le renouveau qu’ils représentent.

 

 

Une très belle découverte. Une saga irrésistible qui soulève de nombreuses questions sur nos habitudes de consommation, notamment, et qui ont une répercussion écologique évidente. Un scénario complet qui explore avec force et persuasion un thème assez hardcore.

SOIXANTE PRINTEMPS EN HIVER, une bande dessinée de De Jongh et de Chabbert.

BANDE DESSINÉE

Éditions Dupuis – Collection Aire Libre


Le jour de son 60e anniversaire, Josy refuse de souffler les bougies de son gâteau. Sa valise est prête. Elle a pris une décision : celle de quitter mari et maison pour reconquérir sa liberté en partant avec son vieux van VW ! Sa famille, d’abord sous le choc, n’aura dès lors de cesse de la culpabiliser face à ce choix que tous considèrent égoïste. Josy va heureusement tenir bon, trouvant dans le CVL (« Club des Vilaines Libérées ») des amies au destin analogue et confrontées à la même incompréhension sociétale…
Mais cela suffira-t-il pour qu’elle assume sa soif d’un nouveau départ ? Et qu’elle envisage peut-être même un changement d’orientation sexuelle ? Oui, si l’amour s’en mêle. Ou pas…
Aimée De Jongh et Ingrid Chabbert composent la peinture subtile, touchante et moderne d’une crise de la soixantaine au gré d’un road movie impossible à lâcher avant sa conclusion. Un « Aire Libre » surprenant, osant traiter le tabou du changement de vie et d’orientation sexuelle…

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
120 pages
Disponible au format cartonné et numérique

 


MON AVIS

Vivre une crise existentielle, à n’importe quel âge, est une expérience difficile. Ne pas se sentir à sa place, tout remettre en question, disparaître dans cette routine quotidienne, certes apaisante, mais qui détruit inlassablement notre moi. A soixante ans, une vie entière a défilé. Prendre le courage à deux mains et dire stop est un moment fort émotionnellement et libertaire. Enfin s’écouter et continuer son chemin seule où les attentes deviennent des expériences magnifiques.

 

Prendre la route n’est pas synonyme de fuir mais prendre sa vie en main. Écouter le silence pour se s’apprivoiser à nouveau, avancer et découvrir d’autres personnes. Un chemin jugé, trop souvent, par l’entourage, dénigré.

 

De Jongh et Chabbert tracent à coup de crayons et à l’aide de mots humains et émouvants, le parcours d’une femme, d’une nouvelle femme. Entre émotions, sensibilité, découverte, cris, larmes et rires, Josy est un personnage moderne, iconique. J’ai vraiment été séduite par le scénario. Le style des illustrations n’est pas à mon goût mais j’ai tout de ressenti toutes ces émotions qui s’entrechoquent et qui servent l’histoire avec humilité.

 

Une bande dessinée engagée et terriblement humaine.

PIGALLE, 1950 une bande dessinée de Arroyo et de Christin.

POLICIER

Éditions DUPUIS – Collection Aire Libre


Antoine, dit « Toinou », décide de plaquer son Aubrac rural pour le Paris rutilant des années 1950. À 18 ans, il découvre avec stupéfaction les charmes de Pigalle, en particulier ceux des danseuses du cabaret « La Lune Bleue », dans lequel il va travailler. Pris sous l’aile du patron, « le Beau Beb », il va ainsi faire la rencontre de personnages hauts en couleur tels que « Pare-brise », le comptable, « Poing-barre », le videur, ou encore Mireille, la vendeuse de cigarettes…
Mais à trop fréquenter le monde de la nuit, le naïf jeune homme va vite se retrouver plongé dans de sombres histoires de grand banditisme, dont la violence va profondément changer son existence… Toinou brûlera-t-il son innocence à la lumière enivrante de sa nouvelle vie ?
Un grand album « Aire Libre » signé Christin et Arroyo, entre polar et évocation nostalgique du Paris éternel.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
152 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

L’après-guerre, les campagnes qui se dépeuplent attirées par les villes où la fortune sourit aux plus malins. Les conditions rudes de l’Aubrac l’ont poussé vers Paris où il rejoint son oncle qui pourra l’héberger et lui donner un travail. Il découvre un Paris vivant et fourmillant, une ville cosmopolite, Pigalle et ses spectacles. Peu à peu il s’impose à « la lune Bleue », cabaret renommé. Il y devient l’homme à tout faire. Mais très vite il découvre l’envers du décor. Le banditisme, les manipulations, les complots, l’argent. A cause de son air campagnard, il tombe rapidement dans des mains peu scrupuleuses, lui coûtant son grand amour.

 

Un scénario tout aussi passionnant que déroutant. La vie d’un simple jeune homme qui finalement n’a rien demandé se retrouve au pire moment au mauvais endroit. Portrait de la douce folie d’un monde libéré. Entre manigance et charme, Pigalle, quartier exubérant où tout le gratin se retrouve et manigance. J’ai beaucoup apprécié le scénario et surtout les illustrations qui dans leurs grandes simplicités touchent et bouleversent. Les émotions fleurissent ici et là tout au long des planches. Tel un diaporama, l’histoire se vit avec une belle intensité. Les illustrations dichromes confèrent ce style vintage atypique.

 

Une histoire émouvante portée par un personnage captivant et des illustrations magnifiques. Quel travail !

LE GRAND MORT, intégrale 1. Une bande dessinée de Loisel, Djian, Mallié et Lapierre.

FANTASTIQUE

Éditions Glénat – Collection Vents d’Ouest

Régis Loisel & Jean-Blaise Djian (Scénariste)
Vincent Mallié (dessinateur)
François Lapierre (coloriste)

La série culte enfin en intégrale !
L’histoire de deux mondes parallèles dépendants l’un de l’autre, mais censés ne jamais se rencontrer : le nôtre et celui habité par le « Petit Peuple ». Ce dernier est organisé en clans, et son équilibre est fondé sur un partage équitable de la connaissance.
Cette fragile harmonie reposant sur un rite ancestral est bouleversé quand un un événement improbable vient perturber l’ordre des choses. Le chaos qui en résulte dirige l’humanité à sa perte ! Une seule personne est capable de passer d’un monde à l’autre pour tenter d’agir…Retrouvez dans cette intégrale, regroupant les quatre premiers tomes, tout l’univers de cette série qui mêle avec virtuosité, le fantastique et le récit post-apocalyptique. Ce magnifique ouvrage, augmenté de contenus additionnels de choix (croquis, recherches, illustrations), sera l’occasion de redécouvrir cette ambitieuse fable écologique imaginée par Loisel et Djian, et mise en image par la plume puissante et inspirée de Vincent Mallié.

Ma note : 5/5
Nouveauté 2020
256 pages
Disponible au format broché.


MON AVIS

Cette première intégrale regroupe les tomes 4/8 d’une saga redoutable et totalement dans l’air du temps.

 

Deux mondes parallèles cohabitent dans la parfaite ignorance à part quelques initiés. L’équilibre des deux n’est possible que si une certaine harmonie et précepte sont respectés. Mais un imprévu va bouleverser la quiétude des deux mondes les plongeant dans le chaos le plus total.

 

Losiel et Djian signe un scénario totalement hypnotisant et dingue. Les plus terribles fléaux vont toucher la Terre : virus, maladies, sécheresse, phénomène météorologique extrême, séisme. Le monde se délite. Cette première partie ne montre que la partie visible de l’iceberg. Les pièces du puzzle s’assemblent lentement mais sûrement laissant la trame à une ébauche dont on n’a pas encore toutes les cartes en notre possession. Le premier contact avec les personnages est rude. L’un exubérant et nerveux et l’autre passif. Le duo n’est pas forcément une évidence mais l’alchimie naîtra bien plus tard. Une intrigue générale passionnante nous plongeant au cœur de l’action et de la réflexion. Les scénaristes pointent du doigt les travers de notre société tout en l’intégrant dans cet univers fantastique. Les illustrations sont sublimes, de grandes cases parfois sombres et souvent lumineuses. J’ai été envoûtée par cette bande dessinée suggérée par ma bibliothécaire. On y retrouve des rebondissements, une intrigue qui laisse prévoir des surprises, des personnages attachants et un univers époustouflant. Le cahier graphique est juste sublime. J’adore découvrir ces grandes planches où l’on peut davantage apprécier le travail des créateurs.

 

LE GRAND MORT est une merveilleuse découverte, une de celle qui t’envoûte.

 

 

 

LE CHŒUR DES FEMMES, un roman graphique de Aude Mermilliod.

BANDE DESSINÉE

Éditions Le Lombard


Jean, major de promo et interne à l’hôpital, doit faire un stage en soins gynécologiques aux côtés du docteur Karma. Mais elle veut faire de la chirurgie, et non écouter des femmes parler d’elles-mêmes et de leur corps ! Elle se désespère de passer son temps auprès de ce médecin qui privilégie l’écoute à la technique.
Contraception, maternité, violences conjugales, avortements… de consultations en témoignages, Jean pourrait bien pourtant changer sa vision de la médecine.
Une adaptation sensible et puissante du roman culte de Martin Winckler.

 

 

Ma note 5/5
Nouveauté 2021
240 pages
Disponible au format numérique et broché

 

 


MON AVIS

Vous avez peut-être déjà succombé à ce magnifique roman graphique. Si ce n’est pas le cas, alors il est temps de le découvrir.

 

Jean est un personnage atypique. Son caractère a été forgé par sa différence. Convaincue de devenir chirurgienne, son prochain stage ne l’enchante guère. Et pourtant elle pourrait y apprendre bien plus que dans ses bouquins.

 

Je viens de comprendre (et il était temps) que les images et les mots ne partageaient pas forcément la même émotion. Nous sommes plus sensibles à l’un ou à l’autre. Ce roman graphique est sans contexte un des plus magnifiques que j’ai pu lire jusqu’à présent. Profondément humain, terriblement touchant et un personnage attachant qui finalement part à la conquête de son identité, et va prendre conscience qu’être une femme c’est souffrir en silence, souvent, et c’est magnifique (pas de souffrir). Des pages entières sont consacrées à des portraits de femme qui souffrent de leurs conditions.

 

Dans leurs simplicités et dans leurs suffisances, les illustrations évoquent la douceur, la compassion, l’abnégation et l’espoir. Je ne suis pas à même de juger si le scénario se rapproche du roman initial, mais il en tout point poignant et merveilleux.

 

Un roman graphique ouvert sur une multitude de rencontres qui sans aucun doute pourfendent le cœur et qui portent les Femmes au cœur de leurs vies.

 

 

 

CŒUR COLLÈGE, Tome 2 : Chagrins d’amour – Une bande dessinée de BeKa et de Maya.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Dupuis

BeKa (scénario) – Maya (illustration)

Garance est triste : ses parents n’arrêtent pas de s’engueuler et sont au bord du divorce. Mais le pire, c’est qu’elle ne peut pas en parler à sa meilleure amie, trop amoureuse pour s’intéresser aux autres. Car Linon file le parfait amour avec le beau Noa. Lors d’un rendez-vous amoureux, elle est un peu surprise et déçue de voir que Noa n’est pas seul mais avec toute la bande de Soan,
le groupe des « Populaires ». Soan va d’ailleurs très vite poser un ultimatum à Noa : s’il veut entrer dans le club le plus select de l’école, il faut qu’il largue sa copine, trop intello et pas marrante. Et, lâchement, Noa va s’exécuter… Et Garance ne sera plus là pour consoler sa meilleure amie quand elle en aura tant besoin.
L’amitié entre Linon et Garance survivra-t-elle à ces coups du sort ? Arriveront-elles à retrouver leur joie de vivre ? Redeviendront-elles les meilleures amies du monde ?

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
96 pages
Disponible au format numérique et cartonné

 

 


MON AVIS

J’ai craqué pour une nouvelle bande dessinée tout simplement à cause de la couverture, à cause des scénaristes et puis à cause du résumé. J’aurais tellement aimé avoir ce genre de livre quand j’étais au collège. Parler des chagrins de cœur, c’est rentré dans l’intime mais c’est surtout se retrouver seul face à un sacré problème. L’amitié entre Garance et Linon vacille maladroitement. L’une est trop amoureuse et l’autre est bien trop déçue par son abandon pour aller demander de l’aide. Une situation totalement inconfortable mais qui, après tout, est nécessaire pour mesurer la chance d’une telle amitié. Chacune de leur côté, elles vont devoir affronter le rejet. Le rejet d’un petit copain pour de vaines raisons et le rejet de parents qui se déchirent. Deux épreuves qui forgent les jeunes adolescentes qui par ailleurs vont faire une nouvelle connaissance.

 

Un scénario totalement génial, une nouvelle fois mené avec tact et intelligence. BeKa met en lumière cette période cruciale où les simples bonheurs peuvent devenir des épreuves. Une histoire pleine de douceur qui vient contrecarrer la douleur. Une certaine sensibilité émane des personnages. Les illustrations sont magnifiques. J’aime beaucoup la combinaison des couleurs et surtout le trait des dessins qui n’est absolument pas agressif, au contraire, est tout en volupté. Le jeu entre les couleurs est sublime. 

 

Une nouvelle fois je suis entièrement conquise par l’ensemble de cette bande dessinée. Un thème fort traité d’une manière admirable. Un scénario émouvant et des illustrations sublimes. Je n’avais pas lu le premier tome et je compte me rattraper rapidement.  Une bande dessinée adressée essentiellement pour un public très jeune mais j’ai pris un plaisir immense à la lire et à la découvrir !

 

 

ED GEIN. Autopsie d’un tueur en série, une biographie de Harold Schechter et de Eric Powell.

ROMAN GRAPHIQUE

Éditions Delcourt – Collection Contrebande

Harold Schechter (scénario) et Eric Powell (illustrateur, coloriste)

Il a inspiré de nombreux personnages de cinéma comme Norman Bates dans Psychose. Harold Schechter et Eric Powell nous proposent cette BioBD d’Ed Gein, l’un des plus terrifiants tueurs en série américains.
 
Ce récit révèle la véritable histoire d’un malade mental sous l’emprise d’une mère bigote et abusive. Cette biographie factuelle d’Ed Gein se focalise sur son enfance et sa vie de famille malheureuses, et sur la façon dont elles ont façonné sa psyché. Il explore aussi le choc collectif qui entoura l’affaire et la prise de conscience que les tueurs peuvent être des citoyens ordinaires.

Ma note 4/5
Nouveauté 2022
288 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Les Américains ont une véritable passion pour les tueurs en série. Un engouement qui file la chair de poule.

 

Construit comme un true crime, ce roman graphique retrace la vie d’Ed Gein qui est considéré, jusqu’à présent, comme un des plus grands serials killer.

 

Ma première motivation pour cette lecture a été le format. Je trouve bien plus intéressant de lire une bioBD qu’un roman (qui je trouve souvent bien indigeste). La seconde est sans aucun doute ma curiosité mal placée.

 

De l’enfance jusqu’à ce moment où Ed Gein est emprisonné, Harold Schechter décortique sa vie. Une réalité horrible, je vous l’assure. La psychologie a une part importante dans le récit et on découvre finalement un homme avec deux facettes : l’une privée l’autre publique. De nombreux éléments sont la racine de ce mal qui s’est immiscé et l’environnement obsessionnel n’a fait qu’accentuer les multiples traumatismes.

 

Ce roman graphique est juste édifiant notamment par sa construction qui nous plonge au cœur de ce destin implacable. Les planches noires et blanches accentuent cet effet suffocant et instillent cette touche de suspense et anxiogène. Les illustrations retranscrivent à merveille la docilité, la manipulation, la colère, l’incompréhension.

 

Ce fait divers est à l’origine du roman « Psychose » de Robert Bloch et de l’incroyable Psychose d’Alfred Hitchcock.

 

En bref :
– Un true crime angoissant
– Un roman graphique d’une rare qualité tant sur le scénario que sur les illustrations
– Une atmosphère angoissante
– Une plongée dans l’horreur absolue

 

Une incroyable découverte malgré la dureté du sujet. Est-ce que ce genre de lecture te plaît ?

LE ROI LOUVE, Tome 1 : La rébellion de Petigré, une bande dessinée de Adrian, de Alibert et de Lapière.

FANTASY

Éditions Dupuis

Alibert et Lapière (scénaristes) – Adrian (illustrateur)

Dans un monde où les Humaines, devenues ovipares, donnent aux Loups, à chaque lune, deux de leurs oeufs afin de garantir la paix, l’équilibre semble prêt à se rompre… Car Petigré, qui comme tous les loups change de sexe à chaque pleine lune, avant d’opter pour l’un d’eux, veut rester une fille. Problème : son père, le roi, veut un garçon pour lui succéder !
Petigré décide donc de s’enfuir avec Rum, son amoureux humain, bientôt rejointe par d’autres étranges créatures : un Sanzame, sorte de zombie, et un Tometeu, lutin aux étonnants pouvoirs. L’aventure, la vraie, leur ouvre les bras… tout comme de gros ennuis. Car pendant ce temps, les soldats Loups les pourchassent, tout comme les sbires de Kourgane, qui souhaitent tuer Petigré pour mettre la main sur le trône… Mais Petigré et sa troupe, eux, sont pour l’instant trop absorbés par une surprenante chasse au trésor pour s’en inquiéter !

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
56 pages
Disponible au format numérique et broché


MON AVIS

Les scénaristes nous plongent dans un univers complexe. Les femmes humaines pondent des œufs, les hors la loi sont plongés dans une sorte de marais où le brouillard transforme les bannis en zombies errant éternellement, les loups changent selon un cycle lunaire de genre et seul un œuf humain leur permet, à leur majorité, de figer cette transformation.

Alors lorsque Petigré s’enfuit avec son amoureux humain, c’est la révolution au sein du peuple des Loups et les manigances sont nombreuses à surgir de l’ombre. Le peuple des Humains a tout intérêt de jouer finement la partie. 

J’ai beaucoup apprécié l’univers. Ce premier tome ne permet pas de comprendre l’essentiel de l’intrigue mais pose directement les bases d’une histoire où l’aventure est au cœur. Petigré est le personnage central. Sa force réside dans son caractère rebelle et son intelligence à déjouer certains pièges. Son amoureux n’a rien d’un guerrier aguerri même si il prouve sa loyauté et son amour de maintes manières. Le Sanzame, zombie, ne fait que de la figuration mais il semblerait qu’il pourrait y avoir des surprises de côté là. Deux mondes se côtoient, celui des Loups archaïques alors que celui des Humains est axé sur la technologie. Les tensions entre eux sont nombreuses et la fuite est l’élément déclencheur d’une très belle pagaille à venir.

Cette bande dessinée est un pur moment de lecture. J’ai été fascinée par l’univers et les illustrations apportent cette touche de mystère qui règne tout du long. Les personnages sont finement travaillés. Le scénario ne lâche que quelques brides d’informations.

En bref :
– Un héroic fantasy plein de promesses
– Un univers riche
– Des enjeux cruciaux
– Un peu d’amour et d’amitiés
– Des complots
– Résultat : un scénario intriguant
 
Est ce que cette bande dessinée pourrait te plaire ?