DEAR DEATH FRACTURES, une romance de Cecilia Armand et de Marjorie Khous.

DARK ROMANCE MM

Black Ink Editions
« L’un est en prison, condamné à l’injection létale tandis que l’autre s’accroche à la vie. »
Lorsque certains s’aiment pour le meilleur, je suis davantage attiré par le pire.
Joshua a tout juste quinze ans lorsque je pose un revolver sur sa tempe en lui laissant un choix : appuyer sur la détente ou m’aimer.
J’ignorais que cette décision allait me conduire dans le couloir de la mort, à divaguer entre la violence et la folie.
Si j’étais habitué à marquer son corps d’hématomes, son absence m’a poussé à me rouler dans des draps souillés. À posséder des hommes qui lui ressemblaient. À les mutiler et les briser pour mieux les profaner.
Les années de solitude ont créé le Pianiste de Dakota. Loin de lui, je suis devenu ce meurtrier au visage d’ange, enfermé derrière les barreaux, à ne plus rien attendre de l’avenir.
Jusqu’à ce qu’un gardien me tende cette lettre…
Si j’avais su où cela nous mènerait, y aurais-je seulement répondu ?

 

Ma note : 4/5
588 pages
Nouveauté 2021
Disponible au format numérique et broché

MON AVIS

Par où commencer, il y a tant de choses à dire. 

 

L’incipit annonce directement la couleur (hop une petite revisite d’une certaine histoire). C’est du lourd ! Tu sais, celui qui va te réduire en bouilli, te laminer la tête, te broyer les tripes. En même temps c’est une dark romance. Mais de cet acabit, je n’y étais pas préparée.

 

Joshua et le pianiste de Dakota c’est une histoire d’amour destructrice, passionnelle, violente et d’une rare ampleur. Deux jeunes hommes qui ont grandi dans la violence et l’abandon. Deux jeunes hommes qui n’attendaient plus rien de la vie. Survivre avant de vivre. Toucher le fond pour se sentir vivre. Les poings pour sentir le sang battre. Les plaies pour sentir l’air emplir les poumons. Une relation toxique, dominants les maux, détruits dans l’âme. 

 

Cecilia Armand et Marjorie Khous nous offrent une romance épistolaire insaisissable, transcendante et bouleversante. Une délivrance, un exutoire, la déchirure de deux âmes pourfendues, meurtries. C’est une lecture sans réelle surprise, je me suis laissé porter par ce quatre mains à l’harmonie parfaite. Je regrette un schéma narratif répétitif et étouffant. L’effet est compréhensible mais une certaine monotonie s’installe même si sur la fin il y a une légère amélioration. C’est une lecture hyper sombre où aucune lumière n’est salvatrice. Le noir et le rouge embellissent un récit dramatique. La folie égraine ses notes. L’amour déclenche la déraison. Les cris pourfendent les cieux. Les larmes noient l’indicible. La passion agite les maux.

 

Ma curiosité malsaine m’a poussé à aller jusqu’au bout. Si l’intensité tient en haleine, le récit manque d’un certain relief, de surprises. 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s