LA FAUSSAIRE, un thriller de Patricia Delahaie.

THRILLER PSYCHOLOGIQUE

Éditions Belfond Noir

Masse Critique #Babelio


Elle était sa vie, son amour, sa Marylin. Il a exaucé tous ses vœux. Même le pire.
Avec ce premier roman enlevé et tragique inspiré d’une histoire vraie, Patricia Delahaie explore la  » banlieue  » du crime, ces zones d’ombre et de lumière qui conduisent un homme plutôt meilleur que les autres à revêtir, petit à petit, un costume d’assassin taillé à sa mesure.
 
La cinquantaine, père et mari aimant, Paul Ménard est un médecin dévoué, rassurant, autour de qui gravitent les habitants d’une bourgade beauceronne. Jusqu’à ce jour de printemps 1997 où son regard croise celui d’une femme éblouissante. Camille.
Peu après, la belle se rend au cabinet médical. Les visites se répètent, Paul succombe. Dîner aux chandelles, timbales de saumon. Camille sait vivre, Camille sait aimer.
Mais Camille est mariée. Un militaire toujours en mission. Un homme dur, indifférent, souvent violent. Paul veut la sauver. Il n’en dort plus, divorce, délaisse ses patients, enrage de sa lâcheté.
13 juillet 1998. La France est championne du monde. Et le docteur Paul Ménard prend une décision irréversible…

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2022
368 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Patricia Delahaie s’empare d’un fait divers qui a lieu en 1998 et qui avait défrayé la chronique. Rappelez-vous « les amants diaboliques d’Orgères ».

 

S’inspirant largement de ce dossier, l’auteure explore les méandres du conscient et de l’inconscient au cœur d’une intrigue palpitante et déroutante.

 

Un homme, médecin apprécié, époux sans reproche, père absent mais dont les rares instants partagés avec ses enfants sont de magnifiques souvenirs, Paul Ménard va tomber.

 

Une rencontre fugace mais marquante. Cette femme, Camille, à l’image de Marilyn Monroe va tout faire pour plaire à Paul. Des mots, des gestes, une lente lamentation qui exacerbent ce sentiment du sauveur et qui peu à peu le fait basculer dans cette sorte de frénésie malsaine où seule la mort est la clef.

 

Ce roman noir est loin d’être un roman d’action où les rebondissements s’échelonnent pour un rythme endiablé. Au contraire l’auteure prend le temps d’insuffler les bases de la manipulation, d’intensifier cette sensation d’oppression et de mettre en place le final convoité. L’aspect psychologique est très intense. Les petits détails façonnent toute cette machination machiavélique. Paul Ménard apparaît comme un homme sincère, sensible et terriblement épris. Un homme qui semble être la proie idéale. Camille, d’entrée, met mal à l’aise. En tant que spectateur, il est évident de mettre les doigts sur les failles. Les doutes s’installent rapidement et trouvent écho tout au long de la lecture. Un portrait alambiqué d’une femme saisissante, impétueuse mais surtout manipulatrice et affabulatrice.

 

Les chapitres s’organisent autour de témoignages, de procès-verbaux, d’auditions, du présent et du futur (le procès), conférant ainsi une vue complète de la situation.

 

Vous ne trouverez aucune intrigue hollywoodienne ni un scénario époustouflant. Un roman noir dans la pure tradition où les deux personnages sont au cœur du récit.

 

J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure s’est approprié le fait divers incluant certaine liberté tout à fait appréciable. La fiction étant le moteur du livre. La prise de conscience des actes, le « après » sont aussi explorés avec pertinence. Un roman qui se dévore.

 

En bref :
* un roman noir où l’aspect psychologique des personnages est le moteur de l’intrigue
* des personnages antonymes
* des portraits émouvants et captivants
* une fiction complète et accaparante
 
Un premier roman prometteur où les scissions psychologiques parfont une intrigue médiatique et de tous les possibles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s